COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE

Reconstruction d'une communauté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mer 23 Nov - 22:20

Introduction: Adieu, monde réel
La première chose à dire quand on est poli c'est son nom. Je me présente, mon nom est- hum, je crois que je vais utiliser un pseudonyme. Certains noms doivent être cachés pour protéger les innocents. Donc, je suis Musou, un type normal- eh mais personne m'interrompt pour souligner la contradiction, là!? Je disais donc, je suis Musou, et je suis en train de faire du tourisme au Japon. Pour visiter des temples et des anciens sanctuaires. Prenez-moi pour un fou, je vous sens venir. Je suis donc parti pour aller visiter par moi-même quelques vieux bâtiments religieux, parce que ça m'intéresse.
Bref, une fois que je sors de l'aéroport et que je me dis "C'est maintenant que les choses commencent!" je suis prêt à y aller. Enfin, presque: parce que j'ai à peine fait trois pas que je me sens observé. J'ai l'habitude qu'on me regarde pour mes goûts vestimentaires un peu décalés, mais quand on m'observe ou qu'on m'espionne, j'aime pas ça. Ma première réaction, c'est d'essayer d'ignorer ce genre de sensation et d'avancer. Marcher pendant trois heures, c'est long, mais j'ai tendance à faire des heures de marche pour rien du tout. Là, c'est pour ma curiosité, donc je sors de ville plutôt aisément. Heureusement que j'ai pas essayé de lire toutes les écritures sur les buildings ou les pancartes qu'il y avait sur mon chemin, sinon ça m'aurait pris six heures au moins... Bref, même quand je vois des montagnes et non des buildings à l'horizon, pas moyen, je suis toujours observé. J'espère que mon pèlerinage improvisé sera pas gâché par ce malaise alors que je reprends la marche après un peu de repos. Je suis apaisé par le calme de la marche à présent, par opposition aux tonitruants bruits des divers véhicules qui sillonnent les routes de la capitale nippone.
(♪SWR:Evening Sky♪) Quelques temps (Minutes? Heures? Je n'en sais rien.) Bizarrement, alors que je n'ai pas fait beaucoup de trajet, je reconnais une architecture atypique: un temple est devant moi... comme par miracle. Si ça m'a pris plus de temps de sortir de Tokyo que de trouver un temple en errant au hasard en direction des montagnes, c'est déjà qu'on a un truc qui est 100% anormal. Je sais pas si c'est une bonne chose ou pas, mais je décide de le prendre comme une aubaine. Même si vu que je me sens toujours observé, je le sens pas terrible.
Bref, je décide de rentrer dans le temple vu que je suis là pour ça, et... rien. C'est vide. Première chose que je décide de faire: m'agenouiller et prier. J'ai l'impression de divaguer parce que je suis censé être un athée habituellement. Mais bon, si je suis parti, c'est d'abord pour essayer de croire à quelque chose, non? Bref, je fais la prière "standard" (telle que je la connais): je ferme les yeux.
Et d'un seul coup... Plus rien. J'ai presque l'impression d'être "déphasé" et d'exister uniquement dans une sorte de néant, puisque quand je veux rouvrir les yeux, il n'y a pas d'yeux à rouvrir. La douleur de mes genoux sur le sol n'existe pas, ce qui veut dire que je n'ai plus rien. Je ne sens rien, je ne respire pas, je ne vois rien. J'essaie de m'accrocher à d'autres "sens", mais je n'en ai plus aucun. J'ai l'impression d'être comme mort. Si tes dieux te tuent parce que tu pries, c'est vraiment des salauds, je pense. Je l'aurais bien hurlé mais j'existe à peine par plus que mon âme. Celui qui a dit Je pense donc je suis. il a plus ou moins raison parce qu'il ne me reste que ça.
Après quelque temps de pensée solitaire (notez que j'ai plus la notion du temps), je ressens une secousse. Comme si mon corps m'était revenu. J'ai les yeux à moitié entrouverts, mais je vois que je me suis réveillé... dans un temple. Et pas celui dans lequel je m'étais agenouillé: ça se voit. Il y a une fille en haut blanc et bleu et aux cheveux verts agenouillée à côté de moi.
"C'est un miracle que tu sois vivant.", je l'entends dire. "Miracle"? Dans l'état actuel des choses, je pense plus à massacrer celui qui a inventé ce mot. Mais je suis toujours immobile, et la souffrance habite toute la place dans mon corps au point que je ne sens rien si ce n'est une désagréable sensation de brûler de l'intérieur. Si je dis ça comme ça, c'est que j'ai mal partout. Mais apparemment je suis sauvé. Sauvé, mes fesses. Même "mort" je me sentais mieux. Une heure (et une bien fade entre la douleur et l'immobilité) passe, et je progresse pas beaucoup dans le chemin de la guérison: au mieux, j'ai des convulsions, et j'arrive à me rendre compte que je suis étendu sur le parquet de bois du temple, ce qui n'est pas très confortable si vous voulez un avis. J'entends une voix de gamine dire que mon état est encourageant. A priori, je souffre encore le martyr: si elle avait su ce que je pensais de ce genre d'avis, elle l'aurait fermé. Motivé un peu plus par l'animosité envers ces instants et cet avis pourri, je commence à bouger de moi-même, usant de mes forces pour le faire. Je dirais bien que c'est un miracle, mais je veux plus entendre ce mot. Celui qui le dit, je le tue. J'arrive plus ou moins à me relever, mais j'ai l'impression que le bas de mon corps est rempli de pus ou un truc comme ça parce que j'ai autant de mal à bouger que quand j'ai eu ma péritonite à huit ans. Mais c'est pas ça qui va m'arrêter: si je l'ai fait à huit ans, pourquoi pas à 21 ans? Rien qu'en pensant à ce moment-là (où j'ai surmonté l'insurmontable pour marcher jusqu'aux urgences), je suis dans une sorte de transe ou je sens à peine mon corps. J'arrive à voir deux personnes maintenant: celle qui est à mon chevet depuis X temps, et une gamine blonde, en robe violette avec un chapeau zarbi. Je les remercie, mais je me tire de là à grande vitesse: j'ai plus envie ni de voir quelqu'un, ni de parler, ni rien. Je n'écoute rien, je ne pense qu'à partir en ce moment, et quand je regarde dehors...

(♫SWR: Beautiful Nature Sight♫) Je suis perdu. L'endroit que je vois n'est pas l'endroit d'où je viens. Un paysage totalement hors de portée de ma mémoire s'étend devant moi. Je me doutais un peu que je n'étais pas à un endroit que je connaissais pas, mais tant d'inconnu, ça fait toujours un choc, surtout pour un routinier comme moi. Pas le temps de penser, une autre fille se pointe. Une petite brune en robe rouge avec des manches blanches. J'ai l'impression d'avoir déjà vu ça quelque part, mais aussi loin que je m'en souviens, ça devait pas être réel. Bref, je me planque très vite. La discrétion, ça me connaît. Dans des normes humaines, mais apparemment la fille m'ignore complètement. Pas plus mal pour moi. J'essaie d'espionner la conversation à l'intérieur du temple, sans me douter qu'on m'a déjà chopé à mon insu.
"Tiens, bonjour Reimu. C'est rare de te voir ici.
- Désolée, mais je suis pas ici pour une visite de courtoisie, Sanae."

Moi qui entends les noms depuis l'autre côté des murs, j'ai l'impression de reconnaître les noms, ou de perdre la boule, je sais pas. Je cours en vitesse vers là où les filles ne sont pas, mais comme j'ai les yeux fermés, je vois pas que j'en percute une autre. Une fille aux cheveux bleu-violet, toute vêtue de rouge.
"Qui es-tu?"
Pris en flag! Vu l'apparence de la personne en face de moi, je suis fini. Ou du moins j'en suis proche... Elle a l'air visiblement plus âgée que les deux autres, et comme un con, je me suis cassé la figure en lui rentrant dedans, ce qui ne me rassure pas quant à ce qu'elle me réserve.




Dernière édition par Musou le Mer 22 Fév - 20:33, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Jeu 24 Nov - 17:22

Alors que je fais un pas en arrière (dû à la peur), je me reprends et décide de bouger du chemin. La fille en rouge n'a même pas bougé le petit doigt pour m'empêcher de bouger, rien.
C'est un peu bizarre, mais je cours, seul, sans fin, sans but... C'est vrai, où je suis, à la fin? C'est la première fois que je me pose cette question. Ben il était temps que je me la pose, celle-là. Je suis paumé au milieu de nulle part. Qu'est-ce que je fais pour pallier à ça? Je marche, comme je l'ai fait si bien et si longtemps ces derniers temps... Mon pas est mécanique, au point que ça en devient presque ennuyeux. Non, en fait ça devient vraiment ennuyeux, alors je sors mon accessoire fétiche. Enfin, un de mes accessoires fétiches: ma Game Boy Advance SP que j'ai gardé dans ma poche. J'aurais bien compris qu'on me l'ait volée, mais non, apparemment quand elles m'ont sauvé la peau, ces filles m'ont rien pris. Rien du tout. Bah, elles ont juste aucune idée de la valeur de ces choses... En fait c'est plus de la valeur sentimentale qu'autre chose, alors... Quand j'écoute de la musique, j'oublie tout, même que je suis épié - non, mais attendez, je suis pas épié du tout, là! Même quand je fais attention, je ne sens plus rien qui me regarde comme depuis X temps...
Un peu bizarre, mais passons. Alors que je suis dans la forêt, je croise une fille. Encore une, mais on passera sur ça et sur le mot "croiser": elle vole sur un balai. Mes yeux sortent de leurs orbites parce que j'y crois pas. Apparemment, en plus, elle descend vers moi. Plus je regarde, moins j'y crois. Je me pince, je me colle une pêche dans la figure, je me cogne la tête contre un arbre; rien n'y fait, c'est réel. Elle me regarde avec un air définitivement bizarre, elle est entre l'incrédulité et la moquerie. J'essaie d'éviter le dialogue et de partir, mais comme je m'en doutais...

(♪SWR:Argue For And Against♪)"Stop!" Elle m'avait appelé. "Je t'ai jamais vu, et c'est rare de voir des garçons ici à Gensokyo..." Là, je ne me dis qu'une chose: Purée, je suis dans un monde bizarre, nah, Gensokyo... ça me rappelle quelque chose. Je suis pensif: la fille avec les cheveux verts que j'ai vu quand je me suis réveillé, la petite brune Reimu qui est venue la voir, l'apparence de cette blonde aussi, le mot Gensokyo... Ça me dit quelque chose. C'est presque familier... mais je suis tellement occupé à penser que je réalise pas qu'elle m'interpelle. Je n'y fais même pas attention, même si elle me dérange un peu...
*ZBAF!*
... beaucoup. J'aime pas qu'on me touche, même pour une simple toute petite gifle.
"Allô, la Lune, ici Marisa."
Encore un nom qui me rappelle quelque chose. Encore une tape qui va dans ma figure.
"Hè, je te parle!"
Troisième baffe? Non, j'écarte la main qui se dirige vers mon visage. Plutôt violemment, en fait. Peut-être un peu trop, mais je m'en fous.
"Qu'est-ce que tu me veux?
- Ben savoir qui tu es, ce que tu fais ici, et tout. Je t'ai jamais vu.
- Je cherche des trucs. Pas trop tes affaires.
- Si tu cherches des 'trucs', je sais où il faut aller.
- Vraiment?
- Non.
- Très drôle...
- Ben, je connais deux-trois personnes qui pourraient t'aider.
- Qui?
- Euh...

A son tour de réfléchir. J'ai même pas envie de me moquer ou de lui coller des tartes... J'attends juste qu'elle me donne une réponse à ma question Où je dois aller?




Dernière édition par Musou le Lun 2 Jan - 0:59, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Ven 25 Nov - 13:00

Après une (bien courte) réflexion, Marisa a choisi sa réponse.
"La chose la plus évidente à faire serait d'aller voir Reimu.
- Elle est là d'où je sors.
- Ben alors demi-tour à gauche!"

Même avec son grand sourire et son tempérament joyeux à l'extrême, j'arrive pas à apprécier cette Marisa. Elle commence un peu à me harasser, mais si elle veut m'aider, il faut que je me focalise sur ça.
"Pff... J'ai franchement pas envie, mais bon...
- Qu'est-ce qui va pas chez toi?
- Tout est un peu bizarre à mon goût, depuis quelques heures.
- Tu crois? Raison de plus pour aller voir Reimu. Allez, on traîne pas!"

Marisa a déjà décollé sur son balai et m'a laissé derrière. Elle vole vite... Moi je me contente de marcher parce que même si cette Reimu peut me sauver, j'ai vraiment pas envie de faire machine arrière. Et pourtant, c'est la meilleure chose à faire...
Apparemment, Marisa s'est rendue compte qu'elle m'a laissé en plan parce qu'elle a fait demi-tour vers moi, et elle s'est posée, encore une fois.
"T'es lent. Tu sais pas voler?" Elle me demande ça d'un ton presque ironique.
"Si on compte pas cette dernière heure, j'ai jamais vu personne voler. En tout cas, pas sans être dans un avion, dans un hélico, ou encore avec un jetpack. Ou encore dans un dessin animé." Marisa a l'air de tomber des nues. Pour ma part, une fille qui peut voler sur un balai, qui n'a presque jamais vu de garçon et qui comprend pas que je me cogne la tête dans un arbre pour voir si c'est pas un rêve, c'est plus bizarre qu'un type qui n'a jamais vu un humain voler et qui se cogne la tête dans un arbre pour voir si c'est pas un rêve. "Qu'est-ce qu'il y a?" Je lui demande en la regardant avec un air inquisiteur et presque arrogant.
"Tu viens pas d'ici, toi... Raison de plus pour aller voir Reimu."
Elle recule un peu, et j'ai pas le temps de réagir qu'elle m'est rentré dedans à pleine vitesse et qu'elle me porte sur son balai en volant. Je ferme les yeux pour pas choper le vertige parce que ça va très vite et qu'on est très haut. En trois minutes, elle a fait le trajet que j'ai fait en une demi-heure. Quand elle s'arrête, c'est un peu brusque, et comme elle m'a pas retenu, je roule sur cinquante mètres. Ça fait très mal, mais bon, c'est pas comme si je ne sortais pas de pire. Je me relève après être resté à plat ventre par terre seulement trois secondes. Je m'impressionnerais presque si j'avais pas l'habitude, mais bon... J'entends une voix presque désagréable à mon oreille.
"Je m'en doutais."
Purée... Qui c'est celle-là à la fin? Je préfère faire semblant de l'ignorer parce que sinon, mon malaise va finir par se voir. Je marche plutôt lentement, je monte les marches, tout seul, laissant Marisa derrière avec l'autre.
"Dis, c'est rare que tu te laisses marcher sur les pieds, non?
- Tu penses franchement ce que tu dis?"
Marisa ne répondit pas, apparemment me rattraper était plus important. Pour ma part, toutes ces marches commençaient à devenir gênantes. J'ai l'habitude de marcher, mais un escalier avec 10000 marches, c'est très ennuyeux. Quand j'arrive au bout des escaliers avec Marisa à ma gauche, je croise le regard de Sanae. Je sais pas ce qu'elle essaie de voir dans mon regard, moi j'essaie de l'intimider sans succès... mais Marisa brise le silence.
"Qu'est-ce qu'il y a? Vous vous connaissez?
- Bien sûr que non."
, je lui réponds en me tournant vers elle et en croisant les bras. Même si en fait c'est plus pour dégager mes yeux de Sanae qu'autre chose. Apparemment, Reimu a attendu ce moment pour se manifester...
- Salut Marisa! Tu peux me dire qui c'est, celui-là?
Première chose que je pense: "Celui-là" il va te mettre une pêche si tu l'appelles encore comme ça.
Deuxième chose que je pense: P**ain, j'ai oublié mon nom!
Apparemment, Marisa a même pas attendu que je pense pour répondre: "Je sais pas vraiment. C'est même pour ça qu'on est là.
- Ouhlà, quelque chose me dit que Yukari a encore fait une ânerie...
- Tu crois vraiment qu'elle aurait amené un garçon de l'autre monde encore une fois? Je veux dire, la dernière fois on a eu pas mal de soucis...


(♫IaMP: Solitary Place♫)Vu qu'elles discutent bien et que je suis paumé et accessoirement ignoré, je vais regarder le lac à côté du temple. Être dans la flotte, j'aime pas, mais regarder mon reflet dans le lac m'aide à réfléchir. J'arrive même à ignorer les grenouilles... jusqu'à ce qu'une gamine me saute sur les épaules.
"Coucou!"
... Les gamins. Une chose que je déteste. Si il y a une chose que je déteste pire qu'un gamin, c'est un autre gamin qui est plus jeune, ou un bébé. Et me dire salut en me montant sur les épaules comme si on s'était loupé en jouant à saute-mouton, c'est un bon moyen de me donner une mauvaise opinion de sa personne.
"Descends de mes épaules. De suite.
- Bah...

Elle descend de mes épaules. Heureusement, parce que porter trente kilos sur mes épaules après un heure de marche alors que je ressors d'un état pas possible... Les dieux aiment me martyriser ou quoi?, je pense à voix haute.
"Pas du tout." Elle me répond avec un sourire. Je réalise qu'elle m'a entendu, mais sa réponse sort un peu de nulle part.
"Qu'est-ce que c'est que ces foutaises?
- Les dieux te martyrisent pas du tout. Dans le coin, les déesses, c'est moi et Kanako et on t'a rien fait, alors arrête un peu de te plaindre...
Elle a l'air d'être étonnée et de me prendre pour un imbécile en même temps. D'un autre côté, je suis plus en train de perdre les pédales et j'essaie de recoller les morceaux de ma mémoire parce que tout me semble trop familier. Tous ces noms que je connais de nulle part, des filles qui volent partout... Avant que j'ai fait un quelconque lien avec quoi que ce soit, Reimu me retrouve.
"Allez, viens, on a du pain sur la planche!
- En quoi ça me concerne?
- Je vais tirer les vers du nez à Yukari en ce qui te concerne, mais si elle te voit pas j'ai aucune chance.
- C'est quoi ces foutaises?
- Premièrement, tu me suis. Après, on discute.

Sur cette note, j'accepte, parce qu'elle a une certaine force de caractère, Reimu. Marisa et Sanae nous accompagnent. Pourquoi? Je me le demande. Je leur demande aussi, mais j'ai zéro réponse concrète. Plus on est de fous, plus on rit, mais moi je commence à avoir l'impression d'être vraiment taré, et ça me fait pas rire. Je tente de m'accrocher à ce que je peux, un peu maladroitement. "Dites, c'est quoi le plan, là?
- Ben on va voir Yukari parce que c'est peut-être sa faute si t'en es là.
- J'en suis presque sûre. Elle était allée me voir pour vérifier un peu l'état de la Grande Frontière...
- Ça n'a aucun sens: Yukari peut aller à la Frontière sans aller te voir. Bah, c'est de Yukari qu'on parle...
- Bref, elle est partie subitement parce qu'elle tentait de récupérer des morceaux de quelque chose... C'est louche. A partir du moment où elle dit quelque chose et qu'un truc anormal arrive, c'est probablement de ça qu'elle parle.
- Donc elle doit connaître la solution à mon problème.
- Ouaip.
- Et elle est où?
- Elle pourrait être n'importe où. Peut-être même derrière nous...

Marisa pouffe de rire alors que je me retourne, paniqué comme si ce mauvais sentiment d'être observé était revenu... Il faut vraiment trouver cette Yukari, et vite...




Dernière édition par Musou le Lun 2 Jan - 1:00, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 27 Nov - 0:53

Après plusieurs heures de marche, de discussions inutiles auxquelles je ne participe pas, de pensées en solitaire, de baffes et coups de balai dans la figure parce que je ne suis pas vraiment les filles, bref... on arrive enfin au sanctuaire Hakurei, là où Reimu vit.
"Qu'est-ce qu'on fout ici?", je demande alors que je confonds encore ce temple-là avec celui dans lequel j'étais avant de tomber dans les pommes (je vais dire ça parce que si j'essaie de donner un nom à l'état dans lequel j'étais...).
"C'est chez moi. J'y étais et Yukari était là quand je suis partie pour le temple Moriya. C'est elle qui m'a demandé d'y aller, alors elle doit être là."
On rentre tous les quatre à l'intérieur du temple et... une personne nous attend. Une fille dans une étrange robe blanche et bleue, avec des oreilles de renard et neuf queues assorties à ses courts cheveux blonds.
"Une fille-renard à neuf queues... C'est elle, Yukari?
- Nah."
, me répond Marisa.
"Désolée, mais Dame Yukari n'a pas pu rester ici. Cependant... elle m'a chargé de récupérer quelque chose.
(♪IaMP:Swift Battle♪) -Ran, si c'est lui que Yukari veut que tu amènes..."
, dit Reimu en me montrant du doigt. "... tu lui diras de venir ici et de m'expliquer tout ça. Sinon, il ne bougera pas d'ici."
"Nan mais oh, c'est quoi cette dictature?", j'ouvre ma gueule un peu trop fort parce que Marisa me plaque sa main sur la bouche pour la fermer.
"C'est dommage. Vu que nos objectifs diffèrent, je vais devoir l'emmener de force...
- Ran, je t'ai déjà battue une fois solo; si tu crois qu'à trois contre un, tu as une chance... tu te trompes lourdement.
Je ne te demande pas d'estimation."
, dit Ran en sortant une carte d'une poche.
"Super, je me suis retrouvé dans un pays où pour kidnapper quelqu'un, on joue aux cartes! Génial.", je sors stupidement d'un ton cynique.
"Idiot, c'est des Spell Cards! Sanae, sors-le d'ici et vite! Marisa!", dit Reimu en faisant signe à Marisa de la suivre.
Alors que Sanae m'entraîne dehors on-ne-sait comment (j'ai du mal à croire qu'elle puisse être capable de me traîner dehors par sa seule force...), et que progressivement je ne vois plus rien de l'intérieur du temple, j'entends une chose.
"Brillance Shikigami: Chasse et Siège de Tous Bords!
- Signe de l'Amour: MASTER SPARK!"

BOUM! La terrible onde de choc me fait vaciller sur mes appuis, alors que Reimu et Marisa ressortent intactes de l'affrontement. Et au grand étonnement de Sanae, le temple ne s'est pas effondré à cause du déploiement de force qui a eu lieu à l'intérieur.
"Pas mal, comme promenade.
- Attendez, vous venez de faire tout péter avec des cartes, et pour vous, c'est une promenade?

Bon, Reimu, je te laisse t'occuper de ça. Je veux dire, c'est toi qui a créé le système des Spell Cards et tout...
- D'accord... En gros, les Spell Cards utilisent une certaine puissance permettant d'utiliser ton énergie pour des techniques spéciales. La seule chose dont on a besoin est l'intention. Ça permet à tout le monde de se battre à puissance égale. En général, les Spell Cards sont utilisées dans un duel entre deux parties, et le nombre de Spell Cards que chaque partie a le droit d'utiliser est déterminé à l'avance. La première partie à être à court de Spell Cards perd le- euh, attends une seconde."

Elle avait remarqué un truc, apparemment.
"Regarde: tu en as."
Quoi? Elle me pointait une sorte de boîte transparente avec des cartes qui apparemment étaient ces fameuses Spell Cards.
"C'est bizarre que t'en aies."Et un deck de 20 cartes complet, pas moins...
"M'en parles pas. Jusqu'à preuve du contraire, je suis censé être un simple humain, maintenant on me dit qu'en tenant une carte, je peux faire des trucs hyper-anormaux... Alors qui est censé être le plus étonné de nous deux? Si ça vous dérange pas, je vais avoir à m'y faire et à apprendre des trucs là-dessus. Vous savez où il y a des bouquins?
- Si tu cherches des bouquins, tu cherches Patchy. C'est aussi simple que ça.
- Patchy... Patchypatchypatchypatchy... Pourquoi ça me dit quelque chose?
- J'imagine que la solution pour le savoir, ce sera d'aller la voir...
- ...au Manoir du Diable Écarlate.
- Très bien, j'y vais.
- Tu sais même pas voler.
- Et alors?
- T'es pas au courant? Le manoir est entouré par un lac...

Gasp. Je hais la nage. Depuis que je me suis évanoui pendant mon évaluation de natation alors que j'étais en première. Je hais la flotte. Le fait que je doive apprendre à voler me choque assez pour perdre ma place de narrateur alors que j'apprends avec l'aide des deux prêtresses et de la sorcière à réaliser le premier rêve de l'homme...
Fin de l'Introduction




Dernière édition par Musou le Mar 7 Fév - 17:26, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 27 Nov - 21:40

Chapitre 1: Bonjour, monde cruel...
Après des semaines d'apprentissage et de conditionnement- C'est normal, il en faut pour avaler la pastille qu'on est passé d'un monde normal à un monde avec de la magie et- la ferme, t'as perdu ta place de narrateur. Donc, après des semaines d'apprentissage intensif et d'isolation, l'humain originaire d'ailleurs se sentait prêt à repartir pour un nouveau voyage. Il s'était remis de ses blessures et les avait plus ou moins oubliées alors qu'il préparait son sac pour son long périple qui le mènerait à la bibliothèque de Patchouli Knowledge.
En plusieurs semaines, le sanctuaire Hakurei n'avait pas reçu de visite. En tout cas, Musou lui n'avait vu personne venir. Si on ne comptait ni Marisa ni Sanae qui étaient restées là de manière presque permanente (pas vraiment dans le cas de Sanae), de toute façon. Musou lui avait réalisé des prouesses immenses. Il arrivait même à voler - si on pouvait appeler ça voler, mais il pouvait ralentir ses chutes et changer sa trajectoire aérienne par sa simple force - et c'était déjà incroyable au vu de son petit entraînement.
Alors qu'il sentait son envie de partir approcher, Musou remarqua une petite caisse, dont il avait à peine remarqué la présence jusqu'alors...
"Tu veux faire une petite donation?"
La voix de Reimu surprit le jeune homme qui se retourna. Uniquement pour voir le visage souriant de la jeune fille et pour observer à quel point le sanctuaire avait l'air vieux et antiqué. Il avait presque pitié, et en même temps...
"J'imagine que c'est le moment de croire...", dit-il alors qu'il cherchait des pièces dans son sac banane afin de les poser dans la boîte. Je sais pas ce que des euros valent ici, sûrement pas grand-chose voire rien du tout, mais bon... on dira que c'est l'intention qui compte.
"Passe mes remerciements à Marisa et Sanae, s'il te plaît. Je m'en vais..." Il n'avait jamais été doué avec les adieux, alors il se contenta de se retourner et de quitter le coin avant d'avoir des vrais regrets.
Reimu poussa un léger soupir. Musou lui rappelait quelqu'un qu'elle avait hâte de revoir. Alors qu'elle était toujours là à regarder sa boîte de donations, Marisa et Sanae apparurent derrière elle.
"Euh, Reimu? Qu'est-ce qu'il y a?
- Il est parti?"

Reimu se tourna vers ses deux amies et approuva d'un hochement de tête. Sanae apparut légèrement déçue. "J'imagine qu'il n'y a plus de raison pour moi de rester non plus... Et je dois retourner chez moi. Vous savez qui doit m'attendre. A plus." Elle quitta l'enceinte du temple à son tour...
"Eh bien, j'imagine que tout va être plus calme. C'est peut-être pas plus mal, au fond.", dit une Marisa légèrement atteinte par ces jours durant lesquelles elle avait été l'instructrice principale de Musou. Elle avait franchement besoin de repos...
"Marisa, regarde-toi. Tu t'es complètement dévastée pour entraîner cet homme.
- Bah, on se sent toujours mieux après..."
, dit Marisa avant de s'étendre sur le sol pour un repos bien mérité...



Pendant ce temps-là, Musou avait déjà fait une bonne distance, mais... une personne était apparue, volant près de lui dans une pose on ne peut plus relaxée. Une petite fille aux longs cheveux orangés attachés par une chaîne, avec deux cornes décorées avec des rubans. Elle portait un maillot blanc presque en lambeaux, une longue jupe violette attachée à sa taille par une chaîne, et des petites chaussures avec des nœuds roses. C'était une des rares oni encore vivantes à la surface de Gensokyo: Suika Ibuki. "Salut!"
Comment elle fait pour voler droit? se demanda l'humain alors qu'il observait le visage de la petite fille devant ses yeux, visiblement marqué par l'alcool.
"Qui t'es? Tu voles lentement.
- J'appelle pas ça voler, je suis juste en train de tomber lentement... Pour ton autre question, je viens d'ailleurs, et je vais à un endroit où tu ne vas sûrement pas.
- Ah bon? Où ça?
- Au Koumakan.
- Koumaquoi?
Au manoir du Diable Écarlate."
, se rectifia l'humain avant de penser tout haut. Moi et mon japonais tout pourri...
"Ben c'est surtout que tu grognes plus que tu parles alors on te comprend pas; pas plus.", dit l'oni platement en réponse à l'humain. Ce dernier ne put d'ailleurs pas maintenir son altitude et fut contraint de se poser. Il était apparemment près d'un lac bien brumeux. "Tch, je suis encore trop faible. Je comptais tout faire d'un coup.", se reprocha-t-il.

Tout à coup, deux silhouettes apparurent dans le ciel embrumé. Deux fées. Une aux cheveux verts, une autre tout en bleu. Pour Suika qui observe la scène du dessus, c'est une blague; pour Musou, c'est une épine dans le pied.
Quand elles atterrissent, celle aux cheveux verts chuchote des trucs à celle aux cheveux bleus, quelques mots qui ne démontent pas la petite aux ailes de glace. "Bah, cherches pas! Je suis la plus forte, et puis ta part sera pas compliquée..." Elle pointe l'humain du doigt. "Tu passeras jamais! J'ai pas peur des humains, des youkai ou des dieux, parce que j'ai le courage de les éclater tous!", hurla-t-elle en pointant son poing fermé vers le ciel.
"Cirno, tu en fais toujours trop.", dit celle qui l'accompagnait. On ne peut mieux prévu parce que c'est le moment que Suika choisit pour atterrir et narguer Musou, ce que d'ailleurs elle ne fit pas. Musou, de son côté, était occupé à vanner son interlocutrice exubérante.
"Bon, dis ce que tu veux, j'aime pas les morpions, encore moins si c'est des filles. Tire-toi avec ta copine parce que je compte pas frapper des gamines."
A ce moment-là, il regarde Suika. Il se doute qu'elle est plus forte que lui et elle ne se gêne pas pour l'ouvrir et soulever un point: il pourrait être plus faible que Cirno. "Pour quelqu'un qui vole aussi mal, t'as de la gueule!"
Cirno réagit aussi vite que Suika l'avait prévu. Elle défia Musou en pointant son doigt directement à lui. "Alors t'as aucune chance de réussir mon test! Si tu résistes à ma Spell Card ultime, tu pourras passer."
"Une seule? Pas de problème."
, l'humain accepta le défi malgré tout. Vu que le défi n'impliquait pas de lyncher la fée... il pourrait ne pas se retenir.
"Ice Cube: Great Crusher (Cube de Glace: Grand Écraseur)!", hurla la petite fée en envoyant un énorme cube de glace sur le jeune homme. Pour dégager un truc pareil, il me faut une Spell Card moi aussi... Il chercha une carte dans sa petite boîte avant de la brandir devant lui. Bon, pour que ce putain de truc fonctionne, règle n°1: inconscience totale. Oublie que t'y crois pas. Oubliant sa logique cartésienne amenée du monde extérieur, il ferma les yeux porta la main à son paquet de cartes, en tirant une au feeling. Tout comme il le fallait.
"Thunder Form: Seiraiken (Formation Électrique: Poing de l'Étoile de Foudre)!" Avec un hurlement "digne d'un personnage d'animé" comme il l'aurait dit, Musou se saisit du cube et le bombarda d'éclairs, luttant pour ne pas crouler sous le poids de la masse glaciale jusqu'à ce qu'elle soit brisé en morceaux."Kudakero!", s'exclama-t-il alors que le cube de glace explosait en morceaux.
"C'est quoi cette exclamation? C'est en quelle langue? Ça veut dire quoi?", souleva une Suika étonnée et un peu irritée de ce langage "incompréhensible".
"Cherche pas. C'est du japonais.
- C'est pas du japonais du tout. En fait tu parles japonais normalement tout le temps sauf sur cette phrase-là.
- J'ai dit: Cherche pas."
, Musou, cette ligne dite pour finir la discussion avec Suika, se tourna vers Cirno. "Bon, maintenant, gamine, tu me laisses passer comme t'as promis."
Cirno, visiblement déçue, passa son chemin avec un "Bah, je t'ai laissé gagner!" entre la jalousie et le caprice. Musou décida de s'adresser à Suika. "Pff. Bon, après tout ça, je suis pressé d'arriver à ce fichu manoir. Je suppose que tu me suivras pas là-bas, alors je te conseille de te barrer tout de suite. Parce que je changerai pas d'avis.
- Bah, j'imagine que je vais retourner à la montagne Youkai ou alors rentrer au Paradis. Tu veux une gorgée de saké avant que je parte? Je suis de bonne humeur.
- Je bois pas d'alcool... Ouais, en fait, je buvais pas d'alcool, mais si je me suis mis à être croyant, je peux bien boire un coup."

Il fit signe à la petite oni de lui prêter sa bouteille, ce qu'elle fit. Il but une gorgée, et s'écroula sur le sol. Argh, il est balèze son truc... pensa Musou sous l'effet de son coup de barre dû à l'alcool...
"T'es bizarre comme type. Bah, j'imagine qu'on pourra se revoir plus tard. Ciaoo!", dit Suika avant de s'envoler en tournant bizarrement. Ce qui acheva le tournis de Musou, qui se reposa quelques heures histoire de regagner son énergie et son bon sens habituel. Pour voler au-dessus du lac, il fallait trouver un arbre assez haut pour que la chute puisse avoir assez de longueur pour faire la moitié du lac...



Il atterrit sans encombre sur l'île centrale (plantage à part, une chute est une chute), tombant face-à-face avec une fille aux cheveux roses, vêtue simplement d'une robe et d'une casquette de couleur olive, le tout accompagné d'une blouse blanche. C'était la gardienne de la porte du manoir, Hong Meiling. Bien sûr, elle n'accepterait pas le visiteur sans raison valable.
"Qui êtes vous et que faites-vous ici?", demanda la chinoise.
"Je suis un étranger venu consulter la bibliothèque.
- On n'entre pas dans le manoir si simplement.
- Elles m'avaient pas dit que je m'engageais pour me friter comme ça, mais j'ai pas énormément de choix, apparemment..."

(♫IaMP:Inner Heart♫) Musou resserra les deux vestes qui étaient nouées autour de sa taille, ce qui donne à ce goût douteux de l'humain sa première mention depuis le début de cette fic.
"Est-ce que tu me laisses rentrer ou est-ce que je dois rentrer dans le manoir de mon propre droit?
- Il faut soit être accompagné par une personne de confiance, soit avoir une autorisation ou quelque chose du genre avec une des tenantes du manoir. Ou alors me battre, mais je doute que tu le puisses."
, Meiling ajouta avec un sourire légèrement moqueur.
Regardant ailleurs dans une tentative désespérée d'éviter le combat, Musou laisse échapper de ses lèvres le nom de Flandre Scarlet. La gardienne fut complètement étonnée: comment était-il au courant de son existence?
"Qu'est-ce que vous voulez à la petite sœur de Dame Rémilia?
- Je ne sais pas."
, répondit l'humain quasiment aussi étonné que son interlocutrice. "J'ai juste mémoire de certaines rumeurs la concernant, mais comme tout le reste, c'est extrêmement flou... C'est pour ça que j'ai besoin de consulter votre bibliothèque: je pourrais comprendre ce qui m'est arrivé. Ce n'est pas comme si j'étais pas suffisamment faible pour être aisément neutralisé en cas de problème de toute façon...
- Je ne sais pas. Je ne sens pas beaucoup de force chez toi à un point où c'est presque pas naturel...

Un applaudissement sarcastique détourna l'attention de Musou et Meiling derrière cette dernière.
- Meiling, ça suffit. Laisse-le moi." Rémilia Scarlet elle-même était apparue à la sortie du manoir, abritée du peu de lumière ambiante par son parasol. Ses yeux rouges étaient fixés sur l'humain en face comme si elle tentait de jouer à le comprendre et deviner se réactions. Alors qu'elle s'approchait lentement de Musou, ce dernier se raidit, sa tension grimpa en flèche, la force qu'il manifestait l'accompagnant de quelques étincelles... jusqu'à ce que Meiling coupe court à la mascarade en balayant les jambes de l'humain, qui dut s'agenouiller au sol pour éviter une chute misérable.
"Meiling, laisse-le. Ça n'a plus de goût si ce n'est pas un peu ferme."
De quoi elle peut bien parler?, se dit l'humain alors que la vampire fut arrivée à sa hauteur et dénouait la veste qu'il avait attachée autour de son torse presque subtilement. C'est quoi cette farce?, fut la pensée éphémère du jeune homme à ce moment-là. En effet, ce monologue interne fut coupé court par une vive douleur au cou, celle de la morsure de Rémilia. Sous l'effet de la douleur, l'humain se crispa encore plus, serra ses poings dans une vague tentative de tenir quelque chose, serra les dents pour ne pas hurler pendant que son sang était drainé. Quelques dix secondes plus tard, elle avait terminé. Lui s'écroula.
"Vous étiez obligé de lui faire ça? C'est un peu...", commença la gardienne.
"C'est pas moi qui l'ai mis au sol en le frappant. Tu le laisseras rentrer; moi, je dois aller voir une certaine personne. J'ai vu quelque chose d'assez intéressant dernièrement, et je dois en discuter avec quelqu'un d'autre que Patchy.", la maîtresse du Manoir se retira de sa demeure, laissant Hong Meiling s'occuper du jeune homme écroulé à ses pieds...




Dernière édition par Musou le Mar 7 Fév - 17:29, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mar 29 Nov - 14:41

Lorsqu'il trouva la force de se lever, Musou put compter sur une Meiling un peu étonnée du traitement de faveur accordé par Rémilia. En tout cas, il était certain qu'il ne pouvait faire de mal à personne dans son état, comme il l'avait dit plus tôt alors qu'il était en pleine forme. Quelle ironie...
"Bon... maintenant que j'ai le droit, vous pourriez pas me guider vers cette bibliothèque?", demanda l'humain de sa voix affaiblie.
La gardienne ne put qu'acquiescer. Elle avait presque pitié de lui, tellement elle le trouvait faible et amoindri. Et puis c'était un ordre.
"Suis-moi.", lui dit-elle avec un léger soupir qui laissait légèrement évoquer qu'elle était un peu dépassée par l'interruption de sa maîtresse.



Alors qu'il rentrait dans le manoir, Musou fut étonné de reconnaître là une architecture presque proche de ses origines, l'Europe... Le manoir avait l'air d'être comme ce qu'il imaginait d'un tel bâtiment, jusqu'à l'architecture. Immense, très décoré comme en témoignaient les divers cadres et tapis sur le sol. Le jeune homme originaire du Monde Extérieur était fasciné par ce genre de demeure, même si ça ne l'avait pas intéressé lorsqu'il était encore dans son pays natal. La chose étrange est qu'il paraissait plus grand de l'intérieur: le hall seul était déjà impressionnant. Enfin, Musou était incapable de voir le mur en face de lui de toute façon, il faisait trop noir par rapport à ce qu'il en était dehors. Il fallut une petite minute pour que ses yeux s'ajustent, minute durant laquelle l'humain était resté 100% immobile, par peur de perdre l'équilibre. Une fois habitué, il suivit la gardienne qui avait avancé sans lui et l'attendait devant un couloir. D'ailleurs, Musou se sentait presque familier avec les décorations: quelques chandeliers sur les murs en particulier attirèrent son attention (Ça lui rappela même certains trucs stupides comme les passages secrets qui existaient dans tous les jeux, dans toutes les fiction, mais jamais en vrai.). On dirait vraiment que l'endroit n'a rien du vieux Japon contrairement au reste: ça ressemble plus aux châteaux européens du XVIème siècle. L'endroit lui plaisait curieusement, parce qu'il était sombre, et agréablement décoré à ses goûts. Distrait, il ne se rendait parfois même pas compte du reste: il faillit percuter Meiling trois fois, oublia de changer de direction deux fois, et réussit même à se cogner sur un tableau.
(♫IaMP: Demonic Place♫) Apparemment, le bruit que le choc fit attira une certaine personne. Une personne qu'il valait mieux en général ne pas attirer à soi, une petite fille qui n'aurait fait que passer si ce n'était pas pour la maladresse du visiteur, celle dont il avait prononcé le nom presque involontairement il n'y a pas si longtemps. Attirée par le bruit (et par l'odeur du sang qui coulait toujours sur le cou de l'humain), elle le vit en compagnie de "sa" servante youkai, elle fut légèrement étonnée (et au passage se retint de faire ce qu'elle aurait inévitablement fait si il était seul). "C'est qui?", demanda-t-elle.
L'humain se retint de répondre. Dans sa peur, il pensa très très vite et se créa ses 'dix commandements':
1- Tu ne t'énerves pas.
2- Tu ne la contraries pas.
3- Tu ne la brusques pas.
4- Peu importe la manière, tu ne l'agresses pas.
5- Tu ne la harcèles pas.
6- Tu ne la provoques pas.
7- Si elle ne demande pas, tu ne la touches pas.
8- Ses pouvoirs, tu n'en parles pas.
9- Ses faiblesses, tu n'en parles pas.
10- Tu ne la juges pas.

Meiling répondit, comme Musou l'avait prévu (et comme ça l'arrangeait). "Hum... C'est un humain, et... il vient d'arriver. Il va à la bibliothèque.
- Il va rester?
- Je ne crois pas...
- Je peux jouer avec lui avant qu'il s'en aille?
- Désolée, mais... vous pourrez peut-être lui parler une fois qu'il aura fini avec ce qu'il cherche dans la bibliothèque.

Flandre était déçue: une occasion de 'jouer' qui lui passait sous le nez. Bon, ben commandement n°2. On ne la contrarie pas, et elle veut jouer., pensa Musou en forçant un sourire sur ses lèvres alors qu'il tendit la main vers Flandre pour lui faire gentiment signe d'approcher. "Je crois que la bibliothèque va devoir attendre un petit peu... Si tu le veux, je vais jouer avec toi." Bien préparé (sinon habitué) à être pris pour un fou, jouer avec Flandre n'était pour lui "qu'un caprice de plus". Un bien risqué, c'est tout. "Faites attention, maîtresse: il est fragile.
- Je tiens debout, encore...
- On joue à Kagome Kagome?
- Hein?
- Oh mince...

Merdemerdemerde... C'est quoi ce jeu? Ça sent le jeu du 'Esquive ma Spell Card'... Comme l'avait prévu l'humain, la petite vampire sortit une carte. A ce moment là, une grille de balles d'énergie d'un vert lumineux se dessina dans les airs. Musou tenta de bouger, mais Hong Meiling, beaucoup plus concentrée, le retint. "Ça n'a aucun sens de bouger maintenant; attends un peu."
Comme prévu par la servante youkai, Flandre tira un énorme projectile jaune qui dispersa les balles de la grille en un fouillis destructeur. Meiling n'aurait aucun problème à les esquiver seule, mais Musou lui avait beaucoup plus de problèmes, devant volontairement encaisser certains projectiles pour en éviter d'autres. Une fois tous les projectiles dissipés, il n'était pas très beau à voir: ses vêtements étaient diversement endommagés en divers endroits, son cou pissait le sang presque plus que lorsque Rémilia l'avait mordu, et il était à la limite de s'écrouler.
"Um, les jeux sont finis, maintenant. Vous allez finir par le tuer...
- Euh, il est encore vivant.
- Oui, je suis vivant... Et j'en peux plus...
, dit l'humain dans une tentative désespérée de préserver sa vie.
"Bon, ça suffit, vous avez gagné. Votre sœur en entendra parler si vous le tuez...", dit Meiling. Parler de Rémilia était une des rares choses qui pouvait calmer Flandre. Et effectivement, ça marcha. La chinoise poussa un soupir de soulagement quand Flandre se calma et disparut dans les couloirs voisins. Mince... Elle m'a sauvé la peau cette fois., se dit Musou alors que dans un geste un brin violent il essuya du sang coulant de son cou... pour rien vu que ça coulait toujours. "Vous pourriez me porter vers la bibliothèque, s'il vous plaît? Je crois que ce jeu m'a trop demandé...", demanda-t-il d'un ton faible à Meiling, qui ne put qu'approuver avec ses dires et désapprouver avec son idée de jouer avec Flandre, pour commencer. "Qu'est-ce qui vous a pris à la fin?
- C'est ça ou elle me tuait direct. Ou encore elle se déchaînait dans le manoir, ce qui aurait été relativement désagréable.
- En attendant, vous avez failli mourir.
- Dans tous les cas, j'aurais failli mourir.
- C'est pas une raison."
Meiling clôtura la discussion en transportant Musou à la bibliothèque. Il était déjà gravement amoché lorsqu'il put ouvrir les gigantesques portes de la bibliothèque... Patchouli fut étonnée de voir qu'on amenait un blessé dans sa salle.
"Que me vaut cette visite... inattendue?", soupira la libraire.
"Cet homme a reçu de Dame Rémilia un droit d'entrer ici et de lire tout ce qu'il voudrait...", répondit Meiling avec un air toujours aussi surpris que ce soit vrai. Musou, lui, n'avait presque pas attendu la fin de la phrase de Meiling. Il s'était déjà mis à marcher vers la bibliothèque, regardant dans les rayons si aucun livre ne pouvait expliquer ce qui avait pu lui arriver... Meiling, elle, le laissa à Patchouli et retourna à son poste habituel.



(♫IaMP: Bad Omen♫)Sans jamais déranger Patchouli, ni désordonner les livres, ni abîmer quoi que ce soit, Musou cherchait presque désespérément un livre qui pouvait expliquer son état, mais la bibliothèque de Patchouli est réputée pour avoir plus de livres qu'un humain pourrait lire en toute une vie. Et Musou fouilla pour rien puisqu'aucun livre qu'il ne put voir ne donnait un quelconque indice sur des fuites du Monde Extérieur vers Gensokyo. Il n'avait que faire de la magie et de son histoire pour l'instant.
Il avait été rattrapé par sa faiblesse lentement mais sûrement et sa conscience s'émoussait progressivement. Au fur et à mesure qu'il cherchait, il voyait de plus en plus mal, avait de plus en plus de difficultés à tenir debout. Il lui paraissait évident que Rémilia avait fixé une limite au temps durant lequel il pourrait rester. Elle n'avait pas fait le travail à moitié en tout cas... Après un certain temps de recherches infructueuses, Musou tomba par terre dans un bruit sourd... mais ce n'était pas ce qui intéressait Patchouli, qui avait mieux à faire que de s'occuper de l'humain, ou de lui dévoiler quoi que ce soit.
"Je sais que vous êtes là."
En effet, une brèche toute noire s'ouvrit. En sortit une youkai aux longs cheveux blonds attachés pour certains par de petits rubans rouges. Elle était coiffée d'un étrange chapeau de tissu attaché par un autre fin ruban rouge. Sa robe blanche et violette était très ample, sûrement autant que le parasol qu'elle portait, même quand elle le déploierait. Ce n'était nulle autre que la gardienne des barrières: Yukari Yakumo.
"Étrange. Je ne pensais pas que tu pourrais me voir là où j'étais...
- Quand un individu regarde ce qu'il y a dans ma bibliothèque, je le sais... Quelle est la chose qui vous intéresse en ce lieu?
- Je venais voir de mes yeux le dernier arrivant du Monde Extérieur... Il est en sale état, apparemment...
- Ce n'est nullement problématique de mon point de vue. Il se réveillera bien à un moment...
- En parlant de cela..."
Yukari s'interrompit au milieu de sa phrase. Après un très léger rire bien caché, elle décida de voiler la suite à la libraire du manoir. "Tu sauras bien assez tôt. A plus tard." La youkai disparut de la même manière qu'elle était arrivée.



(♫IaMP: Unexpected Visitor♫)Pendant ce temps là, en dehors, ce qu'avait annoncé Yukari était bel et bien arrivé. Hong Meiling n'avait pas eu le temps de se reposer qu'une autre personne se présenta. Une fille aux cheveux courts entre le rouge et le rose avec deux queues de cheval, vêtue d'une longue robe blanche et bleue... et portant une faux. Qui était-elle? C'était plutôt évident: c'était Komachi Onozuka, connue pour être la moins travailleuse de tous les shinigami. Que venait-elle faire, ici? Meiling se posait encore la question, mais il y avait deux solutions: soit elle était là pour se distraire et elle était en train de sécher le travail, soit quelqu'un était mort, et elle était venue l'amener au Yama. Si quelqu'un était mort, c'était le jeune visiteur, mais il fallait cacher toute sorte de souci.
"Bonjour. Qu'est-ce que tu viens faire ici?", demanda la gardienne de la porte du manoir.
"Je suis ici pour amener un homme au Yama. Sa vie est en train de se terminer.
- Il n'empêche que je ne sais pas si je dois te laisser rentrer.
- Ce serait dommage que je doive te blesser pour mon travail... Je te promets que je viens juste pour aller le chercher, d'accord?"

Komachi essayait la manière simpliste d'éviter une discussion trop longue: faire une promesse bien enfantine pour pouvoir vite finir. Et vu qu'elle était là pour le travail, Meiling en déduisit qu'elle ne resterait pas longtemps. Elle finit par laisser Komachi entrer dans le manoir. Elle savait sûrement où était la bibliothèque de toute façon, vu que si elle avait vu la vie de Musou s'amenuiser, c'est qu'elle savait où le trouver...

Après avoir passé divers couloirs à la poursuite du futur mort, Komachi trouva la bibliothèque. Elle entra sans cérémonie dans la salle obscure, et entendit une voix. Celle de l'hôte, Patchouli. "Il ne se réveillera pas, c'est ça?"
- Nan, il va mourir.
- Dans ce cas, pourriez-vous l'emporter vite, s'il vous plaît?
- Mouais..."

Komachi était un peu ennuyée par son travail. Mais elle le faisait. Elle emporta l'humain sur son épaule alors que le peu de vie qu'il lui restait s'évaporait sous ses yeux. Il était vraiment temps pour lui de quitter Gensokyo. La shinigami le hissa sur son épaule et observa les causes de sa mort. Brûlures diverses sur le corps témoignant du fait qu'il avait été sûrement mitraillé de balles d'énergie à un moment ou à un autre; et une morsure horrible et (apparemment) volontairement cafouillée par rapport à une morsure de vampire. Elle quitta rapidement le manoir sans perdre de temps: elle avait des âmes à faire passer au-delà de la rivière...


Dernière édition par Musou le Ven 6 Juil - 19:57, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mer 7 Déc - 0:07

Chapitre 2: ... et adieu aussi vite...
(♪SWR: Dancing Water Spray♪)Lorsqu'il se "réveilla", Musou était sur un bateau (et apparemment c'était une sorte de bateau en bois) qui flottait sur une étrange rivière. On n'y voyait pas très profondément, et nul n'était tenté de mettre sa main dans l'eau... Lorsqu'il prêta attention aux alentours, il y avait quelques âmes à bord, et une personne. Apparemment, Gensokyo suivait les mythes japonais jusqu'à la mort: il était sûrement à bord du bateau du passeur. Passeur qui apparemment était une fille. Est-ce que même mort, je croiserai jamais que des filles? se demanda Musou alors que Komachi (car oui c'était bien elle) s'avança devant tous les morts qu'elle transportait.
"Pour voir le bout de cette rivière, vous devez payer.", annonça-t-elle. Musou ouvrit son sac banane et chercha son argent, mais il n'y avait rien. Alors que Komachi examinait d'autres fantômes, prenant des bourses de tailles variables à tous et coupant certains en deux d'un coup de faux (Ceux qui "n'avaient pas payé".) ou en envoyant par-dessus bord ceux qui refusaient de payer. L'ambiance terrifiante de la rivière Sanzu faisait littéralement trembler Musou de tout son corps alors qu'il semblait être le seul à se rendre compte de ce qui se passait, fouinant désespérément dans son sac banane pour de l'argent, qu'il n'y avait pas. J'étais sûr de pas avoir tout donné au Temple Hakurei... pensa-t-il alors que la shinigami avança sa grande silhouette devant lui, le surplombant dans son assise.

En même temps, elle était impressionnée par la taille de la bourse pendue à la taille de l'humain (bourse qu'il ne remarquait même pas), mais en même temps elle était un peu dégoûtée de sa façon désespérée de chercher de l'argent là où il entreposait ses richesses matérielles, et par son manque de vertu: elle pouvait voir qu'il avait été un humain isolé (et isolationniste) de son vivant. Apparemment, il était quelqu'un de très tordu et tiraillé entre une sorte d'altruisme détaché et un cynisme quasi-nihiliste. Quand elle lui pointa sa bourse, il lui la laissa avec une sorte de remerciement, remerciement qu'elle ne pourrait pas entendre: il avait beau avoir pensé et tout, il ne pouvait pas parler, pas quelque chose qu'elle pourrait entendre. Comme elle ne savait pas trop quoi faire de lui, elle décida de le laisser rester à bord: Eiki saurait bien mieux qu'elle que faire de cet individu si particulier. Après un petit bâillement, Komachi fit avancer le bateau allégé de la moitié des âmes qui l'occupaient d'un léger coup de bâton. Avec l'élan donné par ce "coup de rame", le bateau avançait extrêmement lentement sur l'eau trouble de la rivière Sanzu. Mais comme il avançait sans jamais ralentir, la shinigami put s'adonner à un de ses passe-temps: parler. Elle s'assit aux côtés du fantôme de l'auto-baptisé Musou, qui se demandait bien comment prendre ce geste. Elle s'était juste assise, mais comme il était assis lui aussi, elle était toujours plus grande que lui.
"T'es un cas..."
Ça commence bien.
"C'est rare de voir un type comme toi avec autant d'argent..."
Qu'est-ce que ça veut dire?
"Qu'est-ce que tu as fait pour que les deux parties pèsent si lourd?", elle faisait référence au poids de ses crimes et au poids de la bourse qu'elle lui avait donné. "Dis-moi... qu'est-ce que tu as fait de ta vie?" Musou avait de quoi se poser des questions, son caractère piétinant sur la frontière entre tout trait de caractère au point que ses caprices pourraient rivaliser avec des personnes comme Yuyuko et Yukari, les jours de grande forme.
Ce que j'ai fait de ma vie? J'ai vécu comme un humain normal, c'est à dire tout sauf ce que j'ai croisé comme formes de vie depuis trois jours...
Musou était quand même intimidé par l'ambiance oppressante et le jugement auquel il ne pouvait ni échapper ni répondre. "Laisse-moi deviner... T'es un solitaire. Bizarre qu'un homme isolé ait autant de pièces à donner. Il y a peu de profils comme ça. Je parierais sur le fait que t'es un de ces bons esprits qui passe son temps à se réprimer pour une certaine raison. La haine? La peur? La frustration? La timidité? Laisse-moi voir..." De son œil de shinigami, Komachi jaugea l'âme presque déchirée de son interlocuteur muet. Il était un des spécimens les plus étranges qu'elle n'avait jamais transporté, et c'est pas comme si elle en voyait peu. En même temps, il était extrêmement bon (d'où aurait-il sorti toutes ces pièces s'il ne l'était pas?), mais de son œil elle le voyait comme quelqu'un de mauvais, un loup solitaire convaincu et égocentrique. Le bout de la rivière à portée de rame interrompit les pensées de la shinigami. Peut-être qu'Eiki devrait d'elle-même trouver la réponse à la question. D'habitude, la seule arrivée de Komachi signifiait pas mal de choses (vu son habitude d'amener des âmes damnées) et Eiki pouvait rapidement en finir. Celui-là, cependant, aurait sûrement droit à un jugement prolongé et sûrement à un sermon. Il faudrait presque le plaindre... Dans peu de temps, le survivant du passage de la rivière affronterait son dernier jugement, réputé pour être le pire: celui de Shiki Eiki, l'ultime juge des morts.



Malgré cela, la nuit de voyage de Rémilia ne fut pas troublée. Partie seule après avoir mordu l'humain, celle qu'on surnomme le Diable Écarlate faisait parler ce titre qu'on lui avait donné, une fois de plus. Sa robe était tachée de sang humain, mais c'était le cadet de ses soucis à présent. Le problème n'était pas l'humain lui-même, mais ce qu'il savait. Elle avait épié la conversation entre Musou et sa gardienne. Il y avait des rumeurs la concernant, et sûrement dans le monde extérieur. Et si c'était le cas, il y avait peu de potentiels responsables. Parmi eux, on trouvait une coupable parfaite en la personne de Yukari: c'était elle qui avait sûrement le plus de 'contact' avec le monde extérieur, et si elle laissait courir des rumeurs au sujet de Flandre, ça pourrait être mauvais pour tout le monde. Rémilia ne se posa pas trop de questions: trouver Yukari ne se faisait pas juste en y pensant. En fait, peut-être que si, mais pas dans l'esprit de la vampire. La première chose à faire, le plus souvent, était d'aller voir les proches de Yukari, un par un, jusqu'à ce qu'elle daigne se montrer. Et de toutes les options, aller voir Reimu était la plus fiable: il était juste impossible pour elle de croiser Yuyuko à moins de mourir, et croiser Ran ou Chen relevait aussi strictement de la chance que croiser Yukari elle-même. Elle aurait bien joué de ses pouvoirs pour croiser "par pur hasard" une des deux shikigami, mais elle avait assez joué de ses pouvoirs pour "plus ou moins" tourmenter l'humain qui avait eu le toupet de croire qu'il pourrait entrer et sortir de son manoir comme d'un moulin. En une heure, (rappelons que Musou a mis au moins sept fois plus de temps) elle était arrivée au temple Hakurei, où résidait sa "cible" du moment.
Contrairement à certaines rumeurs, Rémilia n'était pas repoussée par le sanctuaire, ni nuisible d'une quelconque manière. Comme les manières l'imposaient, elle frappa à la porte (ou du moins frappa quelque chose afin que sa présence soit remarquée), devant s'y reprendre à plusieurs reprises avant de voir Reimu devant elle. Elle avait l'air somnolente: Rémilia l'avait sûrement réveillée.
"Ah, bonsoir... Qu'est-ce que tu viens faire ici?
- J'ai des questions à poser. Ça te dérange si on discute à l'intérieur?
- Il fait pas beaucoup plus chaud à l'intérieur..."
, fit remarquer Reimu alors qu'elle accueillait quand même Rémilia dans le sanctuaire.
"Bon, qu'est-ce qui te chiffonne?
- J'ai l'impression que Yukari fait joujou avec les gens, encore une fois.
- Oui, moi aussi... On a eu droit à un autre humain du monde extérieur... D'ailleurs il est parti ce matin. En direction de ton manoir.
- Oui, je l'ai vu."
Rémilia se retint de sourire en repensant à ce qu'elle lui avait fait. "Je lui ai laissé une marque.
- Comment?
- Je l'ai laissé entrer dans le manoir. Avec un peu de sang en moins, c'est tout...
- Attends, c'est son sang sur ta robe?"
, demanda Reimu avant d'être coupée. "Oui. Il en sait beaucoup trop. J'ai préféré le garder en laisse le temps que je trouve Yukari.
- Je sais pas si tu réalises ce que tu dis. Tu l'as laissé en proie à tout ce qu'il y a dans ton manoir, et affaibli par-dessus le marché.
- J'ai bu un peu de son sang, c'est tout. En parlant de ça, on commence à être à court... Raison de plus pour trouver Yukari. Pas ma faute si il est faible, hein... Si il meurt, soit il est vraiment trop faible, soit il a croisé Flandre.
- Si jamais ça arrive, t'as intérêt qu'il soit réincarné; je l'ai entraîné avec Marisa pendant des jours, c'est pas pour rien.
- Si il est fort, il survivra."
Rémilia croisa ses mains. "Pis si tu l'avais vraiment envoyé, il aurait pu m'en parler." Une hypocrisie qui n'en était pas une de la part de Rémilia: Musou n'avait pas eu le temps de lui parler à elle de toute façon, pas de manière polie en tout cas. Mais dans tous les cas, il aurait pu tout dire à Meiling. "C'est sa faute si il est cachottier.
- En attendant, tu as laissé les cartes dans les mains de Yukari: si elle lui veut quoi que ce soit, on n'y peut plus rien. Du tout. Ahlàlà... je vais avoir du boulot, moi..."
, dit Reimu avant de laisser échapper un bâillement. "Excuse-moi, mais est-ce qu'il y a autre chose dont tu voulais me parler?
- Nan, pas vraiment. Je peux rester là pour la journée? J'ai pas envie de retourner au manoir maintenant...
- Ne te dérange pas. Moi, je dois me rendormir..."
, dit Reimu alors qu'elle laissa la vampire tranquille et retourna s'endormir.


Dernière édition par Musou le Mer 1 Fév - 0:21, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 11 Déc - 0:24

C'était la fin du voyage pour Musou: le bateau était presque arrivé à Higan. Il n'y avait rien à regarder fut-ce dans le ciel ou sur le sol, le tout était juste fade et sans couleur: sans vie. Même les fleurs. Seule une chose semblait anormale: il y avait quelqu'un qui attendait. Même Komachi semblait étonnée: seule une personne pouvait attendre de la voir arriver; c'était Eiki. Il n'y eut pas de temps pour se demander pourquoi vu que la barque foula la terre ferme très rapidement.
(♪PoFV: The Mound Where The Flowers Reflect♪) Musou n'attendit rien pour mettre pied à terre, suivant Komachi de près. Il en avait un peu marre de l'eau de la rivière Sanzu. Même si le temps qu'il avait passé au-dessus de la rivière était grandement inférieur à ce que d'autres avaient pu endurer, c'était déjà assez pour lui donner le mal de mer, lui qui n'aimait pas l'eau. Ah, enfin! A peine eut-il pensé cela en soulagement qu'il remarqua les regards de Komachi et Eiki pointés sur lui. OK... qu'est-ce que j'ai fait?
"Tu peux y aller, Komachi. Je me charge de lui.", dit la Yama. A moins que tu ne préfères encore une fois paresser et me faire attendre..."
Komachi soupira. Il ne fallait vraiment pas faire de pause ou paresser sous les yeux d'Eiki. Dommage, il était intéressant, ce type..., se dit-elle alors qu'elle repartit sur son bateau.
Musou regarda la barque partir, à une vitesse étrangement rapide à ses yeux.
"Je t'ai attendu assez longtemps, il est l'heure pour toi d'être jugé. Commençons."
Musou déglutit. Bien qu'il soit bien au courant qu'il était une âme (et donc mort), il se sentait quand même humain; et c'était sa réaction de base face à ce qui l'attendait.
Le début du jugement fut simple. Eiki ne disait rien. Elle se contentait de jauger le spectre en le regardant droit dans les yeux.
"Quoi?
- Tu dois te repentir. Donc...
- Donc?
- Tes crimes. Énonce-les moi.
- J'ai pas commis de crimes.
- La loi d'ici n'est pas celle de ton monde. L'égoïsme, par exemple, est un crime.
- Alors... Je devine que vous allez me coller ça sur la figure...

La Yama frappa le jugé de son bâton. Il plia sous la force de l'impact, comme si l'"arme" avait en fait été lestée de plomb.
"Continue. Et sois plus convaincu quand tu parles.
- Égoïsme, avarice-
- Ne t'attribues pas ce que tu n'as pas. Reprends.
- Donc... Ne pas aimer les gens, c'est un crime. Avoir une basse opinion d'à peu près tout, aussi?
- Tu dois penser ce que tu dis.
- Je hais les autres..."

Un coup de bâton plus tard (un coup qui, c'est à préciser, pesa plus lourd sur l'épaule de Musou que le précédent) Eiki invita Musou à poursuivre son auto-réquisitoire. Lui poussa un soupir entre l'énervement et l'épuisement.
"C'est pas terminé.
- Quoi? Si vous comptez le fait que je suis frustré à cause de mon frère jumeau- argh!"

Un coup de plus. Elle comptait la frustration comme un crime?
"Suivant.
- Et le Power of Friendship c'est de la m-"

La juge des morts évita à Musou de dire un mot grossier et lui arracha un quatrième cri de douleur."J’imagine que tu réalises que ton karma est extrêmement négatif. Admets que tu as causé du mal."
Musou prit la parole: "Je le sais: j'ai pêché." Merci Captain Obvious.
Eiki acquiesça solennellement. "Oui, un petit peu trop. Maintenant, voyons voir ce que tu as fait de mal." Elle sortit un petit miroir de sa main, et commença à y regarder. N'importe qui aurait été paniqué par une telle dissection de sa vie privée, mais bon, Musou ne savait pas qu'Eiki regardait dans son passé. La juge, elle, ne semblait rien remarquer de si grave dans ses actes: il n'avait jamais foncièrement causé de tort à qui que ce soit, après tout. Il se refusait à toute sorte de crime évident, mis à part sa solitude. Elle pouvait encore le sauver. Mais d'abord, il fallait le forcer à obéir, et pour cela, il fallait le battre à coups de bâton. "Le poids de mon Sceptre est celui des fautes que tu as commises. Tu seras battu du poids de ta haine tant qu'elle existera.", dit Eiki alors qu'elle s'avançait vers Musou pour le punir. Mépriser les autres n'était pas un crime si lourd par lui-même habituellement, mais quand on définissait un inconnu comme soit un ennemi soit un inférieur, quand on méprisait l'affection ouverte, quand on honnissait les groupes et bandes juste pour le fait que certains parlent de tout et de rien, le Sceptre d'Eiki pesait très lourd. Battre une bonne âme était déplaisant en soi, mais avec un tel défaut, si personne ne forçait le repentir dans le crâne de Musou à coups de bâton, il serait rapidement digne d'aller en enfer. Elle ne faisait qu'y faire quelque chose et rectifier le tir tant que c'était encore possible, "détruire le mal à la racine" comme il l'aurait dit. Musou souffrait sous le poids de son propre mépris des autres, et après un certain temps passé à battre Musou, Eiki s'arrêta. "Maintenant, je peux t'aider à rendre ta vie (et celle des autres) meilleure. Qu'en dis-tu?
- Qu'est-ce qu'il y a?
- Reconsidérer ton opinion envers les autres. Voilà ce que tu peux faire de bien à présent.
Eiki pointa une direction à Musou: "Avance par ici. Tu devrais voir une ouverture vers le Monde Éthéré. Profites de l'occasion pour prendre un nouveau départ; et si tu tournes mal encore une fois, je viendrai en personne t'emmener en enfer. Compris."
Musou acquiesça. Si l'enfer l'attendait, c'est que sa prétention d'être bon n'était qu'une illusion. Il fallait, comme Shikieiki l'avait souligné, repartir de rien. De toute façon, avec l'arrivée à Gensokyo, il lui avait déjà fallu oublier ou ignorer tout ce qu'il "savait", donc ce ne serait pas si compliqué.
C'est avec ces pensées en tête que Musou avançait, presque souriant. Là où il allait, il lui faudrait bien ça...


Dernière édition par Musou le Lun 2 Jan - 1:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mer 14 Déc - 19:15

Alors que Musou avançait vers le Monde Éthéré, il existait des personnes qui ne se reposaient pas, certains malaises étant bien sûr dûs à son arrivée.

L'un des plus particuliers étant celui des trois déesses (théoriquement, deux-et-demi, en quelque sorte) du sanctuaire Moriya. En effet, l'apparition d'un étranger sorti de nulle part au cœur du temple (et pas dans le meilleur état du monde physiquement comme psychologiquement) était quelque peu gênante pour Kanako, en particulier parce que ce n'était pas elle qui l'avait décidé. Mais un nouvel arrivant, ça signifiait un potentiel croyant de plus, non? Premièrement, il fallait en savoir plus de lui; et comme l'évidence le suggérait, elle ne le connaissait pas. Le peu qu'elle avait vu de lui ne suffisait pas.
"Sanae?"
Kanako s'avança dans le sanctuaire, cherchant sa prêtresse afin d'apprendre quelques choses sur l'arrivant. De son côté, Sanae s'empressa d'obéir à la requête de sa maîtresse."Oui, Kanako-sama. Qu'est-ce qu'il y a?
- J'ai deux-trois questions à te poser.
- Je vous écoute.
- J'aimerais que tu me dises ce que tu sais sur ce garçon. Comment il est apparu, ce qu'il cherche, je veux savoir ce que tu sais.
- Et bien... Je ne sais pas trop comment il est apparu. Il est apparu, comme ça, au-dessus du plafond. Reimu suspecte Yukari...
- ...ce ne serait pas étonnant, en effet...
- ... bref, il était en sale état, quasiment mort. J'ai essayé de le remettre sur pied...
... tu y es arrivée, Sanae...
- Oui... euh... j'en étais où?
- Tu me disais que tu l'avais remis sur pied.
- Ah oui. Donc après, il s'est relevé, et... il est parti. Tout de suite après, on a eu cette visite de Reimu.
- Si il est parti, c'est à ce moment là que je l'ai croisé. Il est parti, mais pas longtemps vu qu'il est rapidement revenu avec cette petite Marisa. Après, je ne sais plus, il a du te voir, non?
- Um... oui. Mais bon, j'ai surtout discuté avec Reimu pendant ce temps-là. Jusqu'à ce qu'il parte, alors après, j'ai été intéressée et je l'ai suivi. Pendant le trajet, on a eu quelques anecdotes lus ou moins drôles, vu qu'il a peur de Yukari. Et pas à tort vu qu'elle avait envoyé sa shikigami Ran le récupérer.
- Elle pourrait nous causer des ennuis.
Il faut éviter tout contact entre lui et Yukari si je veux le garder "en laisse"... Bref, ensuite?
- Ensuite, il a appris qu'il cherchait des livres pour se documenter. Sur quoi, je l'ignore, mais Marisa lui a suggéré d'aller au Manoir du Démon Écarlate. Le lendemain (c'est-à-dire hier) matin, il était plus là, alors je suis revenue ici.
- Bien, je vais devoir faire une petite visite là-bas. Si tu voudrais bien faire un tour au sanctuaire Hakurei une nouvelle fois pour moi...
- Bien sûr!"

Sanae hocha la tête avec ferveur.
"Merci." La déesse elle-même placerait ses pions dans les moments à venir, malheureusement, elle devait d'abord faire un peu de reconnaissance afin de pallier à tout avantage que ses adversaires désignées pourraient avoir sur elle...



Pendant ce temps-là, au temple Hakurei... la matinée fut vide pour Reimu. Vide car à cause de l'intervention de Rémilia à deux heures du matin, Reimu se réveilla en retard: à midi.
"Allô, Reimu, ici Gensokyo.", fit Rémilia en agitant sa main devant les yeux mi-clos d'une Reimu visiblement mal réveillée. Celle-ci grogna un peu.
"Qu'est-ce qu'il y a?
- Je me suis amusée à faire peur aux gens, mais il y a une personne qui court pas pour ça...
- Qui ça peut être..."
, demanda une Reimu mécontente. "Sanae!?" Encore elle? Qu'est-ce qu'elle veut?
Sanae était entrée dans le temple. Elle salua Reimu une nouvelle fois.
"Qu'est-ce qui t'amène encore?
- C'est juste pour savoir si 'il' était pas revenu.
- T'es amoureuse ou quoi? Non, il n'est pas revenu, je vous ai dit qu'il était parti tôt parce qu'il avait pas envie de dire adieu. T'as pas compris?
- Si, si... C'est juste que...
- Il est mort."

Rémilia s'était visiblement incrustée dans la conversation, tentant de dégager l'intruse au plus vite.
"Comment?
- Je l'ai mordu au cou, regarde ma robe."
, dit la vampire avec un léger rire. Juste bien dosé pour faire peur à Sanae, et jouer un peu avec les nerfs de son hôtesse. "Et il est mort parce que j'ai choisi que ma petite sœur s'intéresserait à lui. Tu connais l'histoire.
- Donc tu l'as littéralement offert à Yukari..."

Sanae avait répété le même reproche que Reimu sans le savoir; mais elles avaient partagé leur doute durant des semaines. Quel dommage cependant que Rémilia, par son seul caprice, ait ruiné les tentatives des miko d'éviter que Musou rencontre Yukari. Et si il était mort, il y avait une chance sur deux sinon plus qu'il se retrouve au monde éthéré... qui était sous la direction d'une des grandes amies de Yukari: la princesse spectrale Yuyuko Saigyouji. Soit il était une proie facile, soit il était irrécupérable, à moins qu'il soit au Paradis, ce qui (au vu de son comportement) était juste impossible ou presque. Sanae poussa un soupir: elle n'avait plus les cartes en main, fût-ce avec Reimu ou avec Kanako...
Reimu elle semblait être sur le point d'exploser vu comment Rémilia avait pris un quasi-meurtre à la légère. Si un type qui était déjà instable venait à rencontrer des personnes aussi bizarres que Yukari, il pourrait perdre la boule pour de bon...
"Rémilia, ce que tu as fait n'a rien de drôle.
- Ah bon?
- Bien sûr que non, tu as tué un humain."
- C'est la faute à Yukari. C'est elle qui n'aurait pas dû couper nos provisions. J'avais soif, moi, vous pouvez pas comprendre.

Sanae préféra bouder que se mettre en rogne vu que ça ne servait à rien. Mais normalement, c'est les humains qui exterminent les youkai, ça ne va pas dans le sens contraire! Rémilia mimiqua la bouderie de Sanae d'une manière volontairement enfantine. Ça aurait pu faire rire si les circonstances étaient moins graves.
"Tiens, Rémilia, vu que tu l'as envoyé là-bas, tu iras le chercher.
- Mais c'est injuste! Il est mort maintenant!
- J'ai pas envie qu'il croise Yukari avant qu'elle m'ait dit tout ce que je veux savoir sur lui. Même si il faut le tirer du monde éthéré pour ça. De toute façon si tu veux que Yukari t'amènes plus de provisions c'est pas en tuant des gens que tu le lui feras savoir.
- Bah...
Rémilia haussa les épaules. Si Yukari était vraiment en train de se jouer d'elle, alors il faudrait remettre les pendules à l'heure... Même si tout faire elle-même l'ennuyait, Patchy était trop indépendante, et elle ne pouvait pas imaginer son manoir sans Meiling devant la porte...

(♫PCB: Mysic Dream ~ Snow or Cherry Petal♫)Alors qu'à son insu on discutait de lui, Musou avançait dans le monde éthéré. Curieusement, ça ressemblait au monde des vivants, excepté l'immensité d'espace inexploité et vide de vie. Les vastes plaines semblaient inoccupées, seuls quelques fantômes errants flottant dans les airs comme des petites lumières blanches. Ça avait presque l'air beau, si les esprits n'avaient pas une fâcheuse tendance à faire croire à l'œil non habitué que le monde était couvert de brouillard... ce qui ne rendait pas l'orientation facile. Alors qu'au loin, la civilisation semblait apparaître en la forme d'un sanctuaire (Décidément, j'en vois partout!), un ennemi s'interposa. A première vue, ce n'était rien de plus qu'une de ces flammes blanches volantes qu'on appelait fantômes. Cependant, après y avoir regardé de plus près, Musou s'aperçut qu'il y avait bien plus que ça: apparemment, l'esprit avait changé de forme, ressemblant à une jeune fille. Son style vestimentaire (si on pouvait dire ça), consistait apparemment d'une simple veste et d'un pantalon large (peut-être trop). Mais ces fringues, pour tout ce qu'elles avaient l'air d'être, n'étaient qu'une forme qu'elle prenait, ne changeant rien au grand flou blanc qu'elle était. La forme qui était réellement gênante, c'était celle d'un sabre dans sa main droite.
Ça commence à sentir quelque chose que j'ai franchement pas envie de faire... Bah, j'ai pas trop le choix de toute façon., pensa Musou alors que sans avis, il était déjà parti en vitesse tout droit pour mettre un coup de poing au visage en jurant violemment "Fuck it!". Cependant, ce qu'il ne savait pas, c'est que son auto-proclamée adversaire était, en tout bon fantôme, complètement intangible. Il passa donc directement à travers, comme si rien n'était dans le chemin. Bon sang, c'est quoi cette... C'est froid!, pensa Musou en se retenant de tomber à cause de son élan. Ceci arracha un rire à l'opposante, qui avait une voix qui laissait planer une certaine ambigüité: était-ce un fantôme ou une fantôme? Musou lui n'y réfléchissait pas, se préparant au combat tout en essayant d'imaginer un moyen de se débarrasser de cette adversaire qu'il ne pouvait pas toucher.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
Note de Musou n°1:
C'est bizarre, tout le monde était complètement confus quand je parle anglais ou japonais... sauf cette saleté en face... J'en viens à me demander si être compris est vraiment une histoire de mots à Gensokyo... Pas vous? D'accord, il y a peut-être plus à ce mystère qu'une simple histoire de "qui me comprend / qui ne me comprend pas" mais bon... Il y a de quoi se poser des questions!


Dernière édition par Musou le Ven 24 Mai - 2:20, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Jeu 5 Jan - 0:00

Il ne fallut pas trois secondes à Musou pour avoir un réflexe nouvellement acquis: vite, se saisir de la petite boîte accrochée à sa taille pour en tirer une carte. Il ne lui infligerait aucun dégât par la voie physique, ou si peu que son ennemi(e?) l'accepterait, alors le seul moyen de s'en débarrasser était de tirer une bonne Spell Card et de lui envoyer le paquet dans la figure... Mais il y avait un problème: il n'y avait plus de Spell Card. Il faudra contrer ses attaques à la main: si un fantôme veut l'attaquer, il doit bien être tangible à un moment, non?, pensa-t-il avec un sourire en coin.
(♪Thème de Musou: Live-wire♪) Sourire qui enragea l'entité blanche en face, qui se jeta vers lui avec une attaque plongeante. Musou s'écarta d'un saut, et dévia une seconde attaque d'un coup de pied.
"Qui c'est qui rigole maintenant?
- Tch... Tu es irrécupérable!
- Stupide."
Sans perdre de temps, le spectre attaqua d'un coup de pied pour dégager le fantôme à l'apparence efféminée. Il fit un grand saut pour profiter de la descente pour asséner un puissant coup de poing sur le crâne de son ennemie. Coup qui fut bloqué par le sabre fantomatique de cette dernière.
"Dégage!", hurla-t-elle en poussant Musou au loin. "Lightning Strike!" Comme elle l'avait annoncé, un éclair frappa l'endroit où Musou avait atterri avant de rebondir en arrière. "Prescient Ground!", dit-elle en glissant pour un coup de pied à ras du sol, que Musou stoppa d'un de ses pieds; l'attaque fut suivie d'un coup d'épée horizontal que le nouvel arrivant écarta d'un uppercut.
"N'y crois pas trop!", dit-elle alors qu'elle fit un saut périlleux sur place pour un coup d'épée descendant que Musou dut bloquer de ses deux bras, qui furent soulevés par un coup de pied. Dans son déséquilibre, il ne put pas se remettre en place avant que son ennemie ait eu le temps de... tirer une Spell Card!?
"Retiens bien, ceci est mon nom! Nouwa Burensu!" C'est à ce moment là qu'une énorme aura blanchâtre se détacha de la fantôme pour frapper Musou; et il fut projeté au loin par l'attaque, glissant sur le sol tellement il avait été repoussé fortement...
"Tch... La garce..."
Si lui n'avait pas pu arriver au monde éthéré sans avoir pris un lourd sermon sur la haine, comment est-ce qu'elle pouvait y être arrivée!? Il devait courir demander de l'aide, il ne pouvait pas gagner dans l'état des choses: si Nouwa choisissait ce qu'il pouvait toucher et quand, il pouvait au mieux espérer une victoire à la Pyrrhus, et vu ce qu'il venait de se prendre, il y perdrait plus qu'autre chose.
"Nouwa, hein?", grogna Musou. "Tss, j'ai oublié ce à quoi ce nom me fait penser; et peu importe!"
- Évidemment, peu importe! Tu vas mourir!
- Imbécile..."
, dit le spectre en évitant une attaque de plus. "Si tu prends autant de temps à me toucher, tu ne me tueras jamais.", finit-il alors qu'il esquivait encore une attaque. Tss, complètement inutile. J'ai pas moyen de la taper correctement... Il faut que j'arrive à cette piaule avant que la merde finisse par vraiment arriver... C'est pas à mains nues que je peux bloquer ses attaques encore longtemps. Le récemment mort tourna le dos à son ennemie et courut aussi vite qu'il pouvait dans le but d'atteindre Hakugyokurou vivant... ce qui était moins rapide que son adversaire.
Nouwa, prenant Musou par surprise, enchaîna encore plusieurs attaques sur sa pauvre victime, qu'elle avait rattrapé d'un tacle glissé hyper-rapide. "Zero Kelvin!", poursuivant en envoyant une partie d'elle à l'écart de son corps pour frapper Musou. "Firewall!", elle fit ensuite un tour complet pour fracasser son "épée", sur le spectre qui avait été lancé dans les airs par l'aura spectrale. "Teaching to the Fool!" Elle ramassa ensuite son adversaire et l'envoya encore une fois dans les airs avant de lui écraser le visage par terre. "Brainless Buster!"
Une fois cette suite d'attaques finie, la fantôme ricana sinistrement. "Qui prend du temps à te toucher déjà?" Elle piétina la tête de Musou pour ajouter l'insulte à la blessure. "Tu es si lent, même elle pourrait t'avoir. Sans te chercher.
- De qui tu parles?
- Trop bon; tu crois vraiment que je vais te répondre en plus?"
, Nouwa repointa son katana bizarre vers celui qu'elle avait sous son pied. "Tu vas disparaître.", dit-elle alors que le sarcasme s'évapora de son visage.
Merde, je suis foutu... Alors qu'il commençait à paniquer à l'idée d'être exterminé, il commença à se raidir, des étincelles se manifestant autour de son corps.
"C'est fini, tu vas mourir!", dit celle qui se voulait tueuse de Musou alors lui s'esquiva du chemin de la "fausse lame", faisant vaciller Nouwa de la même façon. Bizarrement, il ne savait comment, il avait une carte dans la main. Peut-être ce qu'il lui fallait. A peine eut-il le temps de jeter un œil dessus qu'il s'aperçut que son ennemie était repartie à l'attaque.
"Arrête de lutter, ça ne sert à rien!", hurlait-elle alors qu'elle se jetait sur lui. Musou bloqua l'attaque la plus simple qu'elle n'ait jamais essayé, et ce d'une seule main, alors que l'autre brandissait la Spell Card. Bordel...!
"T'as un problème: je suis déjà mort... Bad Atmosphery: Reibaku!"
Alors qu'il tenait la Spell Card, une large étincelle se dressa devant lui, en plein sur Nouwa. Frappée par l'attaque, elle ne pouvait plus bouger. Tout ce qu'il me fallait! Du temps!, se dit le spectre en courant plus vite que jamais, ignorant les hurlements haineux de son adversaire qu'il laissait en plan, en partant à destination du seul palais du Monde Éthéré...

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Note de Musou n°2:
J'ai choisi le titre de mon thème, puisque de toute façon malgré ce que le titre de la vidéo dit; le thème n'est pas officiel. Et oui, le quatrième mur est très fragile. Enjoy!
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Alors que le Monde Éthéré venait de voir un combat de plus, le Sanctuaire Hakurei s'agitait un peu. Il faut dire que la résolutrice de problèmes professionnelle avait décidé de partir prendre le mort (et même si il ne l'était pas, elle s'en fichait) sous le nez de Yukari. C'était ça où il pétait un câble pour de bon. Ce crépuscule était presque beau à voir (il l'était toujours dans la région de toute façon), mais Reimu attendait Marisa avant de partir. Et comme prévu, même en avance sur l'heure décidée à l'origine, la silhouette de la sorcière apparut dans le ciel... mais ce que l'exterminatrice de youkais n'avait pas prévu, c'était que sa camarade de presque toujours était accompagnée. Et pas de n'importe qui.
C'était un jeune homme qui lui aussi avait une méthode peu conventionnelle de voler: debout sur une planche de métal qui filait dans les airs, les jambes légèrement fléchies comme si il était en train de surfer dans les airs. Le dos de sa veste noire, visiblement pas épargnée par le temps, s'agitait derrière lui, signe qu'il allait vite. Le reste de ses vêtements était à l'inverse peu affecté par le vent: il est vrai qu'un maillot et un pantalon en jeans n'étaient que peu sujets au phénomène qui affectaient le vêtement noir. Ses souliers étaient encore plus abîmés que le reste des vêtements, et ça parle pour soi au vu des multiples marques que les vêtements avaient été recousus répétitivement.
(♫IaMP: Wanderings♫)Dès lors que le "duo" frôla le sol, Reimu partit au quart de tour et l'appela à répétition "Luke!" Marisa fut un peu étonnée par cette réaction excessive, mais se contenta de cacher un sourire en coin. Devant cette réaction, le dénommé Luke partagea une étreinte avec Reimu. Ça faisait un bien fou au cœur, après huit mois de voyage, de pouvoir enfin retrouver ce temple, qui servait de maison à la personne qui lui était la plus chère.
"Ça fait longtemps, ma petite Reimu.", dit-il d'un ton entre la tristesse d'avoir dû se passer d'elle pendant deux tiers d'une année et la tendresse qu'il éprouvait pour elle - tendresse qui avait survécu à cette longue séparation.
"Ça fait une éternité..."


-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Note de Musou n°3:
- Que c'est beauu...
- Ta gueule, moi.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------


"Je suis désolé de t'avoir fait attendre autant de temps ... Mais je suis heureux de pouvoir enfin te revoir, ma chérie." Pour Marisa, Luke ne faisait que citer une évidence, mais c'était sûr que Reimu allait aimer. Ah, l'amour...
"Um, Reimu, pas que je veuille casser la scène, mais... c'est maintenant qu'on part le chercher?
- ... Quoi ? Chercher qui ?
- Woups, t'es pas au courant... Ben en fait, pendant que t'étais pas là, il y a eu une autre 'fuite' de l'Autre Monde. Il y a à peu de choses près trois semaines. Et Rémilia l'a- tiens, en parlant de ça, elle est encore là?"

Entendant son nom, la vampire apparut au seuil du sanctuaire qui était encore en l'instant le seul coin d'ombre. "Oui, je suis encore là... on parle de moi?" Un sourire en coin sinistre décorait son visage...
"Non non...", laissa échapper une Marisa visiblement ironique.
"Dommage.
- Tu le fais exprès? Oui, on parle de toi, puisque tu en es responsable...
- Que s'est-il passé, au juste ? Personne ne m'a mis au courant de ce qu'il s'est passé durant mon absence ...
- Je l'ai mordu et je l'ai laissé à ma petite sœur."
, répondit Rémilia d'un ton enjoué et en même temps mystérieux. L'animosité resurgit dans l'atmosphère, sans doute en conséquence de l'attitude de Rémilia, qui admettait ouvertement avoir tué l'humain, et qui pourtant n'encourrait pas la moindre punition. Luke était resté pantois devant le toupet de la vampire, estimant les chances de survie d'un homme après une morsure de Rémilia et une rencontre avec Flandre à exactement 0%.
"Bon, le soleil est long à tomber... Désagréablement long. Si ça continue, je risque de devenir très amère, et une personne va devoir me servir de défouloir.
- C'est ce que tu mérites pour venir sans parasol!"
, lui hurla Reimu. Elle aussi était très tendue à cause du fait d'attendre le crépuscule pour partir. Mais le soleil serait bientôt couché, et le départ pour le Monde Éthéré serait alors possible. D'ailleurs... Sanae manquait à l'appel. Était-elle partie devant ou était-elle rentrée à son temple? Personne ne se troubla à trouver une réponse.

(♫IaMP: Intermezzo♫)Loin de là, alors que Rémilia n'était pas, son manoir reçut une visite très inhabituelle. La déesse du sanctuaire Moriya en personne était descendue devant la porte de l'édifice, se présentant d'une manière des plus formelles devant la gardienne de la porte. Cette dernière soupira.
"Et je pensais que j'aurais droit à une petite pause...
- Je ne compte pas vous déranger très longtemps, j'ai une seule chose à vous demander: puis-je visiter le manoir?
- Vous avez choisi votre heure pour que je dise oui?"
, s'amusa Meiling de la requête de Kanako. "Eh non, je ne vous laisserai pas passer, dommage. On est un peu agités en ce moment, alors veuillez repasser une autre fois. Merci!
- Dans ce cas, répondriez-vous à quelques questions discrètes?
- Peut-être..."
, soupira la youkai aux cheveux roses. Elle était un peu suspicieuse, vu que selon certains mots de Marisa rapportés par Patchouli, le trio du sanctuaire Moriya avait une fâcheuse tendance à conspirer. C'étaient des mots venant de Marisa, donc à ne pas trop prendre au sérieux, mais on n'est jamais assez méfiant. Surtout si Miss Patchouli elle-même y fait attention.
"Ma question est simple: Est-ce qu'un homme est passé par ici?
-... Pourquoi cette question?"

La gardienne cherchait à cerner la déesse et ses intentions avant tout, par précaution. Kanako n'avait bien sûr aucune réponse à donner, vu que son seul motif pour chercher Musou était qu'il avait mis le pied dans son temple et que Sanae l'avait sauvé.
"Un homme est apparu de nulle part dans mon temple. Je cherche à savoir pourquoi et comment. Et on m'a dit qu'il se dirigeait par ici.
- Comment dire ça..."
Meiling cherchait un moyen de ne pas en révéler trop, mais la question de Kanako était assez directe. Et on pouvait se douter en l'écoutant qu'elle n'aimerait pas tourner en rond comme ça longtemps... "On a eu un visiteur de ce genre. Par contre, vous vous en doutez, il n'est plus ici. Vous allez devoir chercher ailleurs."
Kanako décida de ne pas pousser l'interrogation plus loin. Les gens sont définitivement étranges ici... Peut-être même un peu désagréables... "Bien, bien... Je n'ai plus de question. Adieu."
Ses mots dits, Kanako s'éclipsa de la zone. Hong Meiling, elle, se demandait si elle aurait mieux fait de ne jamais lui donner de réponse. Aucun doute qu'elle rapporterait ça...


Dernière édition par Musou le Ven 24 Mai - 2:22, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mer 1 Fév - 23:55

Chapitre 3: Une catastrophe sans précédent, partie 1
Les plaines éthérées étaient toujours aussi vertes que jamais - c'est à dire d'un vert grisâtre et fade - mais toujours aussi vides de vie. Certains fantômes apparaissaient, chacun plus paisible que son prochain. Il faut dire qu'une personne comme Sanae était non seulement rare à voir dans ce genre de contrée, mais également une qui était bien plus puissante que la moyenne des entités présentes... Elle avançait sans se reposer au-dessus des prairies d'un vert étrangement grisâtre. Volant sans arrêt, le vent changeant à son gré, la prêtresse observait le paysage depuis les hauteurs, semblant éternellement déçue. C'est vraiment vaste... Et moi qui pensais qu'il serait plus facile à trouver en solo... Cherchant dans les endroits les plus éloignés de Hakugyokurou - Après tout, si il a voulu s'éloigner du sanctuaire, il ne voudra pas entrer dans un endroit pareil. - elle remarqua une anomalie. Une partie du terrain était secoué. Il y avait des traces de pas sur le sol, des pas qui marquaient la présence d'une entité qui pesait quelque chose. Un spectre, inévitablement... "Il faut que je retourne au sanctuaire. Juste histoire d'être sûre que ce soit bien lui... mais avec qui aurait-il pu se battre?"
Comme pour répondre à sa question, une étincelle se ralluma dans le ciel et fondit sur la prêtresse. Cependant, elle n'avait pas échappé à l’œil vigilant de la troisième déesse du temple Moriya, qui esquiva ce qui se voulait une attaque en un simple mouvement. Pas vraiment un mouvement, mais un simple coup de vent qui avait décalé Sanae des quelques centimètres requis pour appeler ça une esquive. N'ayant bien sûr pas eu à bouger, cette dernière n'eut même pas à regarder celle qui l'avait attaquée. Elle fit un mouvement de son bâton pour frapper la chose à côté d'elle avant de lever la main, formant un projectile en forme d'étoile qu'elle envoya. Elle suivit ses deux attaques en chargeant vers l'avant, mains devant elles comme si elle poussait une tornade sur son adversaire, l'envoyant faire un vol plané de quelques mètres en tournant.
"Voilà qui répond à ma question. Je ne sais pas qui tu es, ni ce que tu veux mais...", commença fermement la prêtresse avant de changer de ton. Ses sourcils se froncèrent légèrement et un sourire légèrement déformé se forma sur ses lèvres alors que ses yeux virèrent du bleu au jaune. Elle reprit la parole plus lentement et dramatiquement. "...tu vas devoir en répondre."
"Fous-toi de moi!" Nullement déçue par cet échec, Nouwa reprit son assaut sur Sanae en chargeant un projectile qui prit la forme d'une lance électrisée, qu'elle suivit en profitant que Sanae bloque le projectile (en faisant à peine attention) pour lui attraper le visage et préparer son épée pour envoyer la prêtresse dans les airs. "Tu as oublié un détail...", laissa échapper Sanae alors qu'elle restait tranquille et immobile malgré la prise de son adversaire. "J'ai déjà vu ça quelque part!", finit-elle en expulsant la fantôme d'un coup de bâton. "J'aurais jamais cru revoir ça ici par contre-
- La ferme!"
, la fantôme avait interrompu sa glissade vers l'arrière pour sauter dans les airs, utilisant l'élan d'un saut périlleux avant pour fracasser son "épée" sur la prêtresse. Ce mouvement ne la fit que sourire encore plus. "Ça devient vraiment facile..." Mais même en étant presque en train de rire, Sanae intercepta de son bâton l'extension du bras de Nouwa, et la renvoya dans les airs avant de faire un grand mouvement horizontal avec son bâton; grand mouvement qui relâcha une énorme tornade qui envoya bouler cette ennemie agacée à une bonne distance. "Dommage que je n'aie pas trop le temps de finir le travail. Ça m'aurait amusé." Mais ma priorité est de rentrer au temple ce soir, comme on l'avait décidé...
Ses mots dits et pensés, Sanae quitta la triste scène de ce combat bien court...



Pendant ce temps, le soleil se couchait sur Gensokyo, et Rémilia prit enfin ses pas hors du sanctuaire.
"C'est pas trop tôt. Quelle petite nature, sérieusement!
- Dis-moi, tu comptes nous retenir ici avec tes reproches ou alors tu veux, comme moi, vraiment trouver Yukari et avoir une entrevue avec elle?"
, lança Rémilia en réponse.
"Bon, on y va ou je prends le temps de balayer le coin?", envoya Marisa comme un appel au départ.
Reimu et Rémilia mirent leur légers différents de côté et décidèrent de partir pour le Monde Éthéré, mais le voyage serait long. Mais comme il n'y avait personne qui ne sache pas voler dans le groupe, arriver à cette barrière ne devrait pas être trop difficile... En effet, il fallut peu de temps avant d'atteindre le niveau des nuages: la barrière était visiblement à quelques centaines de mètres, vu que quelque chose de très rapide venait juste de passer au-dessus.
"Qu'est-ce que ... c'était que ça ?
- Je n'en sais rien, mais mieux vaut l'ignorer.
- Au fait, comment est cet homme que l'on doit chercher?
- Euh... Il est plutôt bizarre, en fait... Il est habillé encore plus étrangement que toi, et il est complètement paumé; et il veut toujours la jouer solo. Si on ne le reconnaît pas par son apparence, on le reconnaîtra par son comportement.
- Ah bon? Je l'ai trouvé plutôt simple moi. Il divague un peu tout le temps, c'est tout."

Discussions à part, le groupe formé par Reimu, Marisa, Luke et Rémilia passa au-dessus de la barrière menant du ciel au Monde Éthéré... et redescendit vers le sol du monde des fantômes aussi vite. Mais à peine les quatre se furent posés au sol que des notes résonnèrent dans leurs oreilles. Les notes d'une trompette. "Oh, non..." Reimu se posa la main sur la figure. C'était la trompette de Merlin Prismriver, et si une des trois sœurs poltergeist était là, les deux autres seraient juste à côté, ou dans les parages au grand maximum...
"Bon, qu'est-ce que vous voulez?", demanda Reimu haut et fort à Merlin.
"Je ne vous veux rien. Je suis toute seule pour l'instant, de toute façon.
- Je sais pas pourquoi, mais je ne te crois pas."
, répondit sarcastiquement Marisa. Rémilia hocha de la tête comme pour approuver. "Les deux autres sont dans le coin, j'en suis sûre.
- Dans ce cas, trouvons-les et occupons-nous d'elles en bonne et due forme. Mais d'abord..."
, Reimu lança un regard presque meurtrier à Merlin. "Qu'est-ce que vous pouvez bien faire ici?
- Répéter, bien sûr!"
, avoua simplement la trompettiste. Ceci arracha un soupir à toute la petite bande. "Vous avez vraiment pas peur de jouer aussi près de la barrière vers Gensokyo, allez jouer ailleurs parce que l'idée de vos répétitions se répandant dans Gensokyo ne m'enchante pas, mais alors pas du tout!
- Tu as un don pour casser l'ambiance... Moi qui étais contente de répéter...
- Contentez-vous de trouver un autre endroit, à la fin..."
, Reimu était déjà épuisée de cette dispute presque infantile. Alors que la tension grimpait à un niveau ou elle était presque palpable, Merlin fut rejointe par ses deux sœurs qui, comme il était évident à la plupart des gens.
"Désolée, mais je crois qu'il n'y a qu'un seul moyen de résoudre notre problème.
- Alors là, vous me cherchez vraiment!"
, cria Reimu en sortant ses Spell Cards. Elle fut accompagnée par un Luke légèrement hésitant à l'idée de se battre contre des filles qui ne demandaient rien de plus que de répéter tranquillement. On n'a pas mieux à faire? Chercher quelqu'un, par exemple? Alors que Marisa sortait ses cartes juste pour défendre Reimu, Rémilia, de son côté, fit ses pas pour s'éloigner de la zone. "J'ai mieux à faire que de corriger des enfants. Je vais voir Yukari. Et tout de suite."
Alors que la vampire s'envola de son côté, Reimu prit une décision bien rapide: "Marisa, tu peux la suivre? On va bien se débrouiller à deux, mais il faut qu'on fasse gaffe avec elle.
- OK, je vous fais confiance pour régler ça vite fait! On se rejoint là-bas, si je peux l'amener!"
, dit Marisa alors qu'elle décolla rapidement d'un coup de pied ferme dans le sol...
Reimu se retourna vers les sœurs Prismriver après ce dialogue très rapide: "Maintenant que tout est dit et fait pour les autres, on va s'occuper de votre cas.
- Tu crois pas que tu en fais un peu trop ?"
, demanda un Luke légèrement hésitant avant de se reprendre. "M'enfin, j'ai quelques nouvelles Cartes à tester. Juste dommage d'en arriver là aussi vite ...", dit Luke en prenant sa planche de fer géante à une main, prêt à en faire quoi que ce soit qui lui permette d'assister Reimu.
Les trois sœurs musiciennes décolèrent rapidement, encerclant Reimu et Luke en tournant à toute vitesse à peine au-dessus du sol, commençant déjà la partie de danmaku...
"Eh bien, déjà une opportunité d'employer ma nouvelle Spell Card ? Reimu, tu restes à côté de moi !"
Enlaçant Reimu afin de contenir son agressivité, Luke s'éleva dans les airs alors que les projectiles se rapprochaient... Étendant son bras droit, et tenant la carte vers le haut, Luke cria le nom de sa carte alors que sa planche éclata en morceaux: "Symbole Chimique: Bouclier électronique!" Les morceaux de fer commencèrent à tourner autour du couple à une telle vitesse qu'ils détruisirent tous les projectiles que les sœurs poltergeist avaient envoyés dès qu'ils entraient au contact avec ce qui progressivement prenait la forme d'une boule de métal géante et impénétrable...



A une distance inconnue (mais longue) de la "barrière" nouvellement franchie, la marche lente mais frénétique de Musou vers Hakugyokurou continuait. Mais bon, tout aussi proche que le palais semblait, il était en fait encore à des heures de marche au vu de sa vitesse comparativement nulle.
De la marche, encore de la marche! Je marche sans arrêt depuis X temps et non, il faut encore continuer... Quand est-ce que je vais arriver là-bas, à la fin?, pensait-il alors qu'il trouva un arbre au milieu des plaines. Bien ma veine! Enfin un endroit pour me reposer!, pensa-t-il alors qu'il s'assit dans le creux de l'arbre. Alors qu'il laissa traîner ses jambes, il ressentit toute la fatigue accumulée depuis le début de son périple. Il n'avait jamais franchement pu se reposer depuis son départ du sanctuaire Hakurei. Il avait déjà été immobile pendant un certain temps, mais ni la gueule de bois après cette gorgée de saké, ni sa mort lente ni l'anxiété qu'il avait ressenti lorsqu'il était sur le bateau de Komachi n'était qualifiable de repos. Profitant de cette opportunité unique, celui qui venait de mourir laissa le sommeil le gagner. Pour la première fois depuis des jours, il pouvait enfin s'endormir, ce qui était un véritable plaisir après ces épreuves qu'il avait subies, et avant ce qui l'attendait au réveil. Regardant le soleil se lever, lui finit par s'assoupir.
Ses yeux s'ouvrirent sur la nuit du Monde Éthéré, et pas l'une des plus agréables... Si j'avais su, j'aurais attendu un peu avant de me coucher... Bof, cet endroit est flippant la nuit. Autant reprendre la route. Après un bâillement, Musou reprit sa course vers Hakugyokurou. "Une chance que cette garce m'ait pas retrouvé...", dit-il dans le vent alors qu'il reprenait de la hauteur pour un autre grand saut en escaladant un arbre. Ça devrait être assez haut. Trois, deux, un... Alors qu'il s'apprêtait à décoller, il fut interpellé au dernier moment par une voix. "Eh, toi, là-haut! Descends!"
(♫IaMP: Inner Heart♫) Interrompu dans son "décollage", il tomba presque misérablement au sol. En se relevant, il prit le temps de regarder qui l'avait appelé: c'était une fille étrangement pâle aux yeux d'un turquoise profond et aux cheveux aussi blancs qu'un fantôme, vêtue d'un gilet et d'une robe vert sombre avec des marques blanches disposées dessus. Les manches de sa chemise blanche couvraient ses bras, le bras droit étant simplement placé sur sa hanche, et le bras gauche tenant fermement le manche d'un katana, manche décoré d'un motif floral, et orné de ce qui semblait être des cheveux. Derrière elle traînait une de ces lumières blanches mouvantes, qui était sa moitié fantôme. C'était la gardienne de Hakugyokurou, Youmu Konpaku.
"Qu'est-ce que tu viens faire ici- et avant cela qui es-tu?
- Hum..."
Musou se gratta le menton. C'est vrai ça, comment je vais trouver le moyen de répondre à ça, moi? J'ai pas de nom dont je me souviens, alors...
"Enfin, chacun sait qui il est! Tu es un peu lent pour répondre."
- Je suis juste un nouvel arrivant qui passe par-là, c'est tout.
- Tu n'as aucun nom?
- Je l'ai oublié."

Musou soupira devant sa propre incapacité à se souvenir de son nom. C'est vrai que c'était plus ou moins handicapant de ne pas avoir de nom. Bizarre que ni Reimu ni qui que ce soit n'ait souligné ça auparavant...
"Et qu'est-ce qu'un "passant" vient faire ici?
- Je vais par ici."
Musou pointa Hakugyokurou du doigt.
"Justement, c'est pour ça que je suis là. Je suis la gardienne de Hakugyokurou, et je ne compte pas laisser rentrer quelqu'un de malintentionné alors que Yuyuko-sama se repose.
- Quelle chance, je ne suis pas malintentionné, et encore moins assez indiscipliné pour réveiller quelqu'un, encore plus quelqu'un de respectable. Surtout quand y a une épée toute prête à me couper en tranches.
- ... Tu dis ça juste pour que je baisse ma garde? Je crains que ça ne marche pas avec moi...
- Je n'ai aucun intérêt à tuer qui que ce soit, je cherche juste un endroit normal pour dormir et savoir comment j'ai atterri à Gensokyo pour commencer.
- Tu es au Monde Éthéré, là, pas à Gensokyo. En bref, tu es mort.
- Merci, j'ai eu le temps de le comprendre quand j'avais le cou ouvert et brûlé..."
, échappa amèrement le spectre qui se souvenait au final plus de l'étourdissement causé par les attaques qui l'avaient tué que de la douleur. "Bref, je suis plus à la recherche d'un endroit où couler mes jours tranquillement qu'autre chose. Si ça peut vous aider, miss gardienne de Hakugyokurou.
- Youmu.
- Merci. Donc, je disais que je cherchais un endroit où crécher et comme je ne connais pas grand chose de tous ces mondes et encore moins de ce que je suis maintenant... j'ai besoin d'apprendre. Pas envie de faire une connerie et d'aller en enfer, moi...
- Bien, bien... Si ça ne te dérange pas, je te conseille d'attendre demain pour rentrer.
- Attendre demain? Il y a encore trois-quatre heures de marche, ça devrait pas être difficile...
- Quatre heures de marche?"
Youmu était franchement étonnée. "Qui ne sait pas voler?
- Moi, et tous les gens que j'ai connu jusqu'à il y a un certain nombre de jours...
- Bien... Je vais devoir te laisser à ta marche: j'ai une nuit à passer. Bonne chance, et n'arrive pas avant la matinée."

Musou ne répondit pas à cela, donc la demi-fantôme fila à la vitesse du son. "Je suis carrément à la ramasse...", se dit-il alors qu'il reprenait sa marche les mains dans les poches.
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 26 Fév - 22:06

Après un temps d'hésitation durant lequel Luke dissipa la "boule de fer" dans laquelle lui et Reimu étaient enfermés, les sœurs Prismriver regardaient platement le couple se replacer dos-à-dos. Luke, avant d'épuiser ses forces inutilement, proposa de régler ce léger différend de la manière simple: "Si on esquive une de vos Spell Cards, est-ce que vous nous feriez le plaisir de quitter cet endroit?
- Une seule? C'est pas beaucoup.
- Une chacune. Je suis déjà assez gentille, mais il ne faut pas abuser; j'ai du travail, vous voyez?
- En fait, non, on ne voit pas, mais alors pas du tout."
Ce sarcasme sorti de Lyrica n'eut aucune réponse, car les musiciennes avaient déjà commencé a tirer les balles d'énergie avant de tirer les cartes. Toutes en même temps.
"Cacophonie Illusoire: Accords à 5 branches!"
"Note Brune: Résonance du Cœur!"
"Spectacle Pour Deux Oreilles: Vrilles Sonores!"

Leurs sorts énoncés, les instruments commencèrent à faire parler le son alors que Lunasa, Merlin et Lyrica firent parler les danmaku. Bien que toutes les trois s'entourèrent d'une aura en forme de note qui tournait, le reste de leurs schémas de tir était différent: Lyrica envoyait d'énormes boules d'énergie par suites de 5, Lunasa semblait plus tirer des lignes proches d'elle, et Merlin bombardait de petites balles qui se divisaient en cercles. Luke dût lâcher Reimu: la largeur de deux personnes étaient définitivement trop: chacun devrait trouver sa solution à travers ces rafales. Reimu s'entoura de ses renommées orbes Yin-Yang pour tirer sur les sœurs poltergeist et en finir au plus vite. Luke, lui, se contentait de surfer entre les projectiles au possible, ce qui était déjà assez difficile en soi. Mais après une minute de pirouettes et cabrioles improbables et improvisées, Luke était à un angle parfait pour toucher Lunasa! Luke resserra ses jambes, sauta de sa planche, et l'envoya à travers l'aura en forme de note, droit sur la poltergeist qui tomba au sol sur le coup. A peine rétabli de sa chute d'un mètre et d'avoir sa planche de nouveau sous les pieds, le manipulateur de fer remarqua l'absence des grosses balles d'énergie, signalant la défaite de Lyrica face à Reimu. Il ne restait donc plus que Merlin. Mais après de telles sensations fortes, Luke ne se sentait pas d'humeur à recommencer, se focalisant sur l'esquive alors que Reimu tirait à pleine puissance sur Merlin histoire d'en finir pour de bon.
Finissons-en!, s'écria Reimu alors qu'elle venait d'avancer presque à la face de la trompettiste. "Signe Artéfact: Orbe Yin-Yang!" Le sort annoncé n’était rien de plus qu'une énorme boule de feu de forme similaire à celle des orbes de Reimu, mais les dégâts étaient là et Merlin tomba au sol avec ses deux sœurs. "Et voilà, maintenant, vous allez répéter ailleurs."
Les Prismriver ayant perdu, elles quittèrent la zone, dépitées, mais sans un mot: Reimu avait gagné après tout... Luke, par contre, était un brin soucieux: "Tu crois que Marisa s'en sort, de son côté?
- Ne t'en fais pas pour elle, Luke. Même si elle est gênante, je peux au moins reconnaître qu'elle est tenace. Même si Rémilia le voulait, elle ne pourrait juste pas se débarrasser d'elle. Pas moyen. En tout cas, il faut aller voir à Hakugyokurou. Si il croise Yuyuko, il y a une chance sur deux que Yukari le retrouve. Et cela ne doit pas arriver.
- Tu as une dent contre Yukari, maintenant?
- Non, mais si il la voit et qu'il parle avec elle, alors il va devenir fou. Et je n'ai pas envie que l'épisode du Palais des Esprits de la Terre se reproduise."

Luke acquiesça. Ils avaient perdu assez de temps à discuter d'une quelconque histoire de raisons. Et ce que Reimu veut... Reimu le veut.



De ce temps, Marisa volait derrière Rémilia, espérant la garder en vue. C'est qu'elle vole vite! Mais en y réfléchissant, elle allait droit vers Hakugyokurou - là où il le fallait, aucun souci à se faire. Jusqu'à ce qu'une certaine chose attira l'attention de Marisa: un objet volant, vague mais blanc - probablement un énorme fantôme - semblait se diriger à pleine vitesse vers Rémilia, qui n'y faisait probablement pas attention. Une chose était sûre: son hostilité était palpable, on pouvait la sentir même à longue distance. Marisa se prépara en cas d'un combat, vu qu'une telle présence était dans le genre à engendrer des batailles. En effet, une dizaine de secondes plus tard, la forme blanche avait failli entrer en collision avec Rémilia, qui avait esquivé de justesse, sûrement volontairement. Cette dernière avait d'ailleurs cessé de voler vers l'avant, décidant qu'il fallait donner une leçon à cette ennemie impromptue.
(♪IaMP: Septette for the Dead Princess ~ Remix♪) "Qui es-tu, pour oser m'attaquer moi, la reine de la-
- La ferme!"
, envoya Nouwa. Même si elle avait été attaquée, et blessée, et ce à diverses reprises, rien ne l'empêchait apparemment de continuer à attaquer les gens et foncer tête la première comme bon lui semblait. Mais Rémilia prenait ça comme un petit jeu, esquivant les attaques de l'ennemie qui lui tournait autour. Cependant, il y avait une personne qui perturba ce cycle: Marisa, en rattrapant Rémilia, fonçait avec son balai droit sur Nouwa et, bien que le choc frontal l'ait fait légèrement vaciller, elle se retourna rapidement et tira un laser simple qui toucha magistralement sa cible. "Et paf! Coup de maître!", dit une Marisa bien enjouée en son poing, satisfaite de son arrivée.
"Oh mon dieu, encore une invitée surprise auto-proclamée...", laissa échapper une Rémilia plus qu'ennuyée de ces apparitions répétées. "Bon, je n'ai plus envie de jouer..."
"Je n'en ai jamais eu envie!"

En parlant, Rémilia et Nouwa sortirent toutes les deux des Spell Cards.
"Coup mortel: Brise-cœur!
- Non-vie: Restless Knower!"

La lance et l'épée de l'esprit blanc (qui avait enfin pris une forme identifiable) entrèrent en collision, mais ce fut l'épée qui détruisit le projectile à la fin. Mais Marisa n'était pas trop d'accord à l'idée que ce duel puisse prendre du temps: "Narrow Spark!", maintenant sa position, Marisa tira son laser sur Nouwa, la dégageant vers le sol très rapidement. Mais cette fois-ci, l'enragée ne s'avoua pas vaincue aussi-facilement, usant d'un autre genre de Spell Cards: "Mea culpa: Aube Azurée des Grands As!"
Entourant la zone de larges boucliers électriques, elle trancha l'air afin de créer d'autres danmaku pour cibler ses deux ennemies. Les étincelles lentes et larges, sans compter celles qui s'autoguidaient, rendaient la disposition des projectiles difficile à lire, et faisaient que la Spell Card était en soi une difficile. Rémilia et Marisa décidèrent de trouver chacune son chemin à travers tout ça, mais la stratégie de foncer tête baissée de Marisa fut contrée: Nouwa lui était en effet rentré dedans à pleine vitesse par en-dessous, manquant de la renverser de son balai. Rémilia, elle, était beaucoup plus à l'aise, évitant les larges étincelles et tirant ses chauves-souris d'énergie, sachant que son ennemie devrait faire beaucoup bouger pour les esquiver, évitant ainsi les charges... Mais le problème était que Nouwa prenait les projectiles sans broncher, sans même ralentir! Après avoir observé un peu plus en profondeur, Rémilia se rendit compte d'une chose: l'ennemie avait des danmaku dans son motif qui bloquaient les tirs à basse concentration. Même les chauves-souris! Il fallait donc faire mieux. Esquivant une troisième charge verticale, celle qu'on appelait le "Démon Écarlate" trouva sa réponse dans un coin de sa poche.
"Fortune: Destin misérable!"
Trois chaines rouge sang s'étendirent en direction de Nouwa, la ligotant avant que leurs maillons n'explosent un par un, laissant une Nouwa vaincue descendre vers le sol.
"Et encore une victoire...", dit Rémilia pour elle-même. Marisa y avait été pour si peu dans cet affrontement que Rémilia la prenait pour un problème de plus... "Explique-moi ce que tu es venue faire dans mon chemin.
- Je suis là pour garder ta petite frimousse sous surveillance!"
, fit Marisa avec un sourire et une mimique franchement ironiques. Rémilia s'en rendit compte et décida de voler vers Hakugyokurou en ignorant la sorcière. Tenter de la semer ne serait qu'une source d'ennuis après tout...



Alors que les autres passèrent une nuit de recherches vaine, Musou, lui, se cachait dans les arbres pour éviter les esprits qui pourraient arriver à tout moment. D'entre les branches, il guettait le lever du soleil dans le ciel noir du monde des morts, et les seules sources de lumière qu'il aperçut furent (à son grand malheur) des danmaku et des fantômes. Malgré tout, lorsque le soleil - En est-ce un vraiment? - se leva, il était devant Hakugyokurou, d'un côté où nul ne suspectait qu'il soit, vu qu'il était toujours seul...
Apparemment, il y a du boulot là-dedans pour cette pauvre fille... Enfin, qui suis-je pour avoir pitié des gens? Ses pensées furent coupées court par un bruit de pas: c'était Youmu, qui arrivait pour lui livrer un accueil méfiant comme prévu.
"Je croyais que tu arriverais plus tard... Enfin, je ne pense pas pouvoir faire de reproches à propos de la ponctualité... Toujours envie de rentrer?
- Je n'ai pas fait le trajet jusqu'ici pour dire non.
- Bien... Attrape ceci!"
Youmu lança un sabre qu'elle tenait à la main. Ce n'était visiblement pas un de ses sabres fétiches; il était en fait assez simple. La lame assez courbe faisait environ un mètre de long, et le manche entouré de deux fils verts qui se croisaient.
"Qu'est-ce que je suis censé en faire?", se demanda Musou alors qu’il tentait de trouver une position où attacher le fourreau pour qu'il ne le dérange pas.
(♪IaMP: Thème de Youmu: Hiroari Shoots a Strange Bird ~ Till When? Trial♪) "Il me revient de décider si tu as le droit d'entrer, et pour ce faire, je compte t'affronter en duel.
- Je ne vois pas l'intérêt pour vous de descendre à mon niveau.
- Cela aura au moins l'intérêt de couper court aux doutes que j'ai te concernant. En garde!"

Malgré son manque de volonté évident à l'idée de combattre, l'arrivant prit soin d'attacher le fourreau au nœud qu'une de ses vestes faisait sur sa hanche droite, et de se préparer à dégainer avant de perdre en un millième de seconde, et bien lui en prit, parce que déjà Youmu était juste en face de lui, épée la première. Musou intercepta le sabre en dégainant le sien à moitié, mais la force de Youmu était supérieure à la sienne. Le nouvel arrivant exploita l'élan pour faire un tour complet en pivot sur sa jambe gauche, lançant son sabre de toute sa longueur sur son adversaire qui fit un rapide pas en arrière afin d'éviter l'attaque. Il n'eut cependant pas le temps de rengainer son katana que Youmu avait déjà contre-attaqué: sa moitié fantôme avait chargé droit sur celui qui voulait juste entrer, le propulsant à travers les airs jusqu'à ce qu'il retombe et glisse, ventre au sol.
Depuis deux semaines que je me retrouve face contre terre toutes les trois secondes... Ça commence à faire lourd., pensa Musou alors qu'il se relevait en reprenant une pose de garde, sa main gauche ouverte légèrement tendue devant lui, et sa main droite tenant le sabre presque dégainé. Ses pieds étaient fermement posés sur le sol, et alors qu'il se concentrait, quelques étincelles se formèrent autour de lui, étincelles que seule Youmu put voir... Qu'est-ce que ces étincelles font ici? Ce sont ceux qui ne savent pas maîtriser leur pouvoir qui le laissent échapper comme ça., se dit la jardinière en repassant à l'action, chargeant pour coller son genou dans l'abdomen de son adversaire. Mais Musou ne se laissa pas avoir et poussa sa jambe au sol. Voyant une tentative de contre-attaque arriver, elle fit un tour complet sur elle-même pour mettre un coup de talon au visage de l'adversaire. Sentant son pied toucher la tempe de l'arrivant, elle remarqua que ce dernier avait réussi à la frapper dans le dos d'un coup du dos de son poing, et dut utiliser sa main gauche comme appui pour éviter de trébucher bêtement au sol. Alors que Musou se relevait avec peine, elle faisait quelques mouvements avec son Roukanken, repartant à l'attaque en glissant dès qu'il fut debout. Mais lui aussi avait fait une longue glissade en avant, et alors que chacun arrivait à la distance de l'autre, les deux firent le même mouvement, tenter de couper bas, au niveau des jambes de l'adversaire. Le son des épées rentrant en contact était évocateur du résultat: Musou avait réussi à bloquer net le "Heart-carving Cut" de Youmu, mais l'épée dont elle l'avait laissé disposer avait volé en tourbillonnant haut dans le ciel.
Tournant le dos à son adversaire du moment, Youmu rengaina son épée. Lorsque l'épée prêtée retomba pointe la première et se planta dans le sol, Youmu se retourna légèrement: "Tu as hésité...
- Je suis supposé me repentir d'un crime de haine, ce serait malin de vouloir trancher les jambes des autres, non?"
, répondit un Musou légèrement sarcastique.
Youmu ne répondit pas. Récupérant le sabre, elle se replaça sur la marche d'entrée du palais, plantant le sabre dans le sol de nouveau et s'asseyant, apparemment pensive. Jugeant plus normal de ne pas la déranger, Musou prit appui sur le fourreau qui était toujours accroché près de sa hanche, attendant que la réflexion de la jardinière prenne fin.
"Bien, j'ai une dernière épreuve pour toi."
Musou fut surpris par ce résultat abrupt. C'est à ça qu'elle réfléchissait?
"Si tu arrives à reprendre ce sabre à mes pieds, tu pourras passer. Mais d'abord..." Comme Musou l'avait deviné, qui dit épreuve dit Spell Card; et Youmu ne tarda pas à nommer sa carte: "Savoir Humain: Danse des Anges!"
En un mouvement rapide de son épée vers le haut, Youmu créa un rayon de lumière quasi-vertical, qui fut coupé par un autre rayon dirigé droit sur Musou lorsqu'elle fit un geste vers le bas. Incapable de comprendre, le spectre fut envoyé au loin, glissant sur le sol du Royaume des Morts, une fois de plus.
C'était quoi, ça? J'ai rien vu venir!, s'étonna-t-il avant de penser afin de décrypter l'attaque. Cependant, il ne fallait pas rester au sol comme il le comprit en prenant un autre coup identique au précédent. Se relevant après tout ça, il dut faire un saut en tonneau afin d'éviter une troisième attaque. Reprenant vite ses appuis, Musou commença à courir en direction de Youmu, mais ses réflexes n'étaient pas encore assez fins, et il se prit un troisième rayon en plein face alors qu'il tentait de s'accroupir afin de l'éviter. OK, anticipation avant tout. Regardant fixement Youmu, il évalua la distance qui les séparait encore, tout en guettant le moment où ce fichu rayon de lumière descendrait sur lui. Sentant le temps passer au compte-gouttes tellement il était sur le qui-vive dans sa course effrénée, il vit Youmu fixer son regard et resserrer les mains sur son Roukanken: elle allait lancer son rayon! Musou fit rapidement un saut chassé, esquivant de justesse le rayon et repartant à la course, gonflé de joie: il POUVAIT éviter ces fichus rayons! Il allait récupérer ce sabre et gagner son droit d'entrer à Hakugyokurou!


Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 8 Avr - 4:05

Évitant à répétition les rais de lumière de la Danse des Anges de Youmu, Musou poursuivit sa course vers l'épée. Après avoir mesuré intuitivement le timing de son arrivée, il réfléchit vite à un plan pour ramasser l'épée sans se prendre un rayon de lumière dans le dos - car oui, il fallait autant éviter de percuter Youmu (il y avait en fait autant de risques qu'elle esquive et contre). Lorsqu'il arriva à trois mètres de Youmu, il la vit relever son sabre, préparant l'attaque qui allait être la dernière de cette épreuve. Il se décala légèrement vers la droite, étendant sa main gauche pour attraper le sabre en vitesse. Tout se passa très vite ensuite, Musou frôla les jambes de Youmu alors qu'elle abaissait son épée, basculant son corps afin de tomber volontairement sur le dos derrière elle... droit dans les escaliers.
"Gah! Bordel...", grogna-t-il sous la douleur.
"C'est quoi ce bruit?", prononça derrière lui la voix d'une autre fille, apparemment à peine réveillée. "Tu aurais pu me dire que tu avais trouvé quelqu'un, Youmu..."
- Ce n'est pas du tout ce que vous insinuez, Yuyuko-sama...
- Bien, maintenant... Pourrais-je rentrer, s'il vous plaît?"
Musou avait fait remarquer son impatience, et se calma en rangeant l'épée dans son fourreau. Il se retourna et aperçut tout juste à qui il venait d'adresser la parole: la princesse de Hakugyokurou, une des rares à être du même genre d'existence que lui à présent: Yuyuko Saigyouji. Cette dernière ne lui répondit même pas, préférant s'adresser à Youmu: "Au fait, Youmu, as-tu fini de couper l'herbe du jardin...?
"Pour la visite de Yukari-sama, oui."

Yuyuko avait à peine pris le temps d'écouter la réponse qu'elle s'était mise à marcher autour du palais vers un autre endroit, rapidement suivie de Youmu qui invita d'un geste de main Musou à les suivre discrètement, ce qu'il fit sans broncher.
Quelques minutes de marche passèrent, jusqu'à ce qu'une présence particulière se fit apercevoir: sous l'ombre d'un arbre proche se tenaient en effet nulles autres que Marisa et Rémilia. A leur vue, Musou prit peur et se dissimula tant bien que mal derrière Youmu, profitant de sa large veste pour couvrir tout ce qui aurait pu le faire reconnaître, par Marisa en particulier...
Yuyuko devait savoir qu'elles étaient là puisqu'elle leur adressa la parole de très loin: "Salut à vous! Quel bon vent vous amène?
- Biiin, en fait on est pas là pour les mêmes choses, alors-
- Amène-moi Yukari ici, et vite. Je n'ai pas tout le temps du monde devant moi."

Rémilia était plutôt hostile, mais la réaction de Yuyuko ne fut pas plus que de légèrement pouffer de rire. "Qu'est-ce qu'il y a?
- Oooh, Elle sera ici, à un moment ou à un autre. Pourquoi ne pas profiter de la compagnie?
- Parce que ce n'est pas mon cas... Je cherche quelqu'un d'autre. Vous auriez pas vu un homme dans le coin, par hasard?
- Euh... et bien... Non."
Ce disant, Yuyuko fit un petit signe de la main à Youmu pour qu'elle parte, ce qu'elle fit à la vitesse d'un éclair, et ce même en portant Musou à l'intérieur de Hakugyokurou afin de le soustraire aux regards extérieurs. "Par contre, je sais qu'il y a un cas qui est arrivé récemment ici.", poursuivit-elle en s'appuyant nonchalamment contre un mur. "Profiteriez-vous d'un thé dans mon humble demeure?
- Yukari viendra sûrement, est-ce correct?
- Je le pense. Ça fera donc trois personnes... ou quatre?"

Marisa réfléchit un temps: devrait-elle garder Rémilia à l’œil, ou devrait-elle poursuivre ses recherches?
"Uuuum, ouais, quatre." Et je suis partie pour du baby-sitting.



Pendant cette discussion, Musou avait été traîné de force - et à grande vitesse - à l'intérieur de Hakugyokurou. Il était complètement dérouté par ce changement de situation et d'endroit, et la vitesse avait fait que ce qu'il voyait était si flou qu'il en eut mal aux yeux. Il prit un certain temps à s'habituer à sa position actuelle, autant qu'au fait qu'il n'avait pas de haut-le-cœur.
"Je vous remercie.", dit-il à demi-mot. Youmu était plus étonnée qu'autre chose par ce merci sorti de nulle part.
"Comment? Je veux dire... pourquoi me remercier?
- J'aimerais ne pas avoir à revoir Marisa ou cette autre personne à l'entrée pour le moment. Comme elles étaient susceptibles de m'apercevoir quand vous m'avez amené à l'intérieur, je vous suis reconnaissant."
, avoua-t-il en fermant les yeux.
"Ce n'est rien.", lui répondit platement Youmu. Musou rouvrit les yeux, et dut se retourner pour la voir, affairée à préparer du thé. "Je ne fais que ce que me demande Yuyuko-sama. D'ailleurs, je te demanderais de rester ici pendant que nous prendrons le thé comme d'habitude..." Elle poussa un soupir d'ennui: la routine commençait un peu à l'ennuyer, mais elle se secoua le visage et, regardant dehors, vit les autres rentrer: il était l'heure de servir le thé.
"Je n'ai jamais eu l'intention de partir d'ici; j'ai déjà eu besoin de votre aide pour rentrer...", répondit Musou alors qu'il s'accroupissait dans un coin et fermait les yeux. Alors que Youmu était dehors, lui se mit en tête de faire passer le temps en écoutant de la musique, mais lorsqu'il tâta ses poches... Merde, mes affaires! Elles ont disparu! Et quand on y repense, d'autres choses auraient dû me mettre la puce à l'oreille bien plus tôt! Quelque chose me dit que les quatre ou plus prochaines heures vont être ennuyeuses...

A ce moment-là, Youmu arriva dans la cour de Hakugyokurou, où Remilia, Marisa et Yuyuko attendaient déjà le thé qui leur serait servi même si elles ne le désiraient pas. "Dois-je apporter d'autres rafraichissements pour mesdames?
- C'est inutile.
- Pas la peine, merci."

Yuyuko, elle, n'avait rien répondu vu qu'elle avait déjà porté la tasse à ses lèvres. "Euh, Yuyuko-sama...
- Tu peux disposer, Youmu."
, dit doucement la princesse des morts alors qu'elle faisait un signe de tête afin d'envoyer sa jardinière là d'où elle venait.
"Alors... Vous avez fait bon voyage?", demanda-t-elle ensuite vaguement à ses deux invitées.
"Ça a été long, plus qu'autre chose... D'ailleurs, depuis quand vous laissez des esprits rageurs se balader et tirer sur les visiteurs à vue?
- C'est vrai que ce genre de pertes de temps est assez rédhibitoire. Si celle qu'on a croisé venait à grandir, une visite de l'Enma serait à prévoir...
Pardon? Je croyais que c'était une espèce portée disparue."
Yuyuko feignait l'étonnement, mais ni Marisa ni Rémilia n'était trompée par une feinte aussi simple. "Tu pourrais sortir un peu plus souvent, non? Bah, c'est pas grave. Ave-
- Avec la prêtresse Hakurei dans les parages, le problème n'est déjà plus.
- C'est bien pour ça que..."
, dit Marisa hésitante premièrement, mais elle reprit le sourire puisqu'il était inutile de s'en faire à ce moment. "Bah, oublions ça."

Et pendant que les autres discutaient, Youmu était encore de retour là où elle avait laissé Musou, qui avait lentement fermé la porte au possible et était en train de faire quelques mouvements maladroits sans vigueur et visiblement sans force. Pour sûr, il fallait rester discret, mais bon, là c'était presque une moquerie à tous ceux qui se battaient. Alors qu'il tombait d'une attaque ascendante dont le geste lui rappelait vaguement quelque chose, Youmu l'attrapa par le cou. Premièrement, il fut tenté de hurler, mais c'était une énorme ânerie que de balancer sa position, alors il se laissa pendre en parlant dans un quasi-chuchotement: "Qu'est-ce qu'il y a cette fois?
- A quoi bon t'entraîner dans ta condition? Tu n'as aucun pouvoir...
- Tu as bien été battue par une magicienne ordinaire, non? Et c'est pas comme si j'avais l'intention d'affronter quelqu'un d'aussi fort que toi...
- Écoute un peu, avec des gestes aussi flapis et zéro danmaku, tu n'as juste aucune chance de gagner peu importe qui tu essaies d'affronter.
- J'ai déjà ceci..."
Musou sortit d'une poche de sa veste la carte qui était apparue dans sa main au moment crucial de son combat contre Nouwa. Youmu l'observa, et l'étonnement la frappa: "Une Spell Card!? Mais tu n'as même pas de pouvoir! Comment l'as-tu reçue, et même dans ce cas... comment as-tu fait pour l'utiliser?
- Une question à la fois, s'il vous plaît. Comment j'ai obtenu ma carte? Je ne l'ai pas reçue: elle est apparue dans ma main lors d'un affrontement que j'ai eu sur le chemin vers ici... Quant à l'utiliser, il m'a suffi de la tenir devant moi. Elle a fait son œuvre toute seule.
- Ce n'est pas crédible.
- Non, ça ne l'est pas. Comme un monde quasiment rempli de filles qui volent à droite à gauche en tirant des balles d'énergie et des lasers... Au fait, c'est quand vous voulez que vous me reposez par terre..."

Vu qu'on n'avait plus besoin d'elle à la cour, Youmu prit la décision de porter son hôte étrange à travers les couloirs de Hakugyokurou. Elle courait cependant bien trop vite pour qu'il puisse distinguer quoi que ce soit, ne remarquant que la couleur du bois sur le sol, et le blanc d'à peu de choses près tout ce qui n'était pas boisé. Après un peu de course, Youmu s'arrêta devant une porte qu'elle fit coulisser, posant Musou pieds-à-terre dans une salle assez grande mais sobrement décorée de quelques sabres aux motifs divers attachés sur les murs, tous à la même hauteur. Trois des porte-sabres étaient inoccupés - Bah, les sabres en question doivent être les deux qu'elle a au dos et celui que j'ai encore... - mais ce n'était pas quelque chose qui méritait l'attention. Youmu le poussa doucement au centre de la salle, où elle se mit à genoux et l'invita à faire de même sans un mot.
"Bon, maintenant qu'on peut parler correctement... Il va falloir t'apprendre les danmaku..."
Encore un entraînement... Qu'est-ce qu'il n'a pas fallu faire comme entraînement depuis que je suis à Gensokyo, hein? "Danmaku, hein?" Musou soupira et se coucha en arrière. Avant de laisser échapper un plat "What is that?" sans accent.
"Tu es arrivé jusqu'ici, sans avoir aucun pouvoir, et sans même savoir ce que veut dire danmaku?
- Le seul pouvoir que j'ai, c'est celui de choisir ce que je fais. Ensuite, je déconnais pour les danmaku. C'est juste que je sais pas en tirer un, et personne l'a fait dans ma vie jusqu'à y a genre une vingtaine de jours.
- Eh bien..."
Youmu soupira à son tour. "En cinquante ans, je n'ai vu que peu de choses; mais ça... Ça défie la logique.
- Nintendo logic, 'nuff said."
, l'interrompit un Musou définitivement sarcastique.
Youmu le regarda, complètement étonnée, clignant des yeux répétitivement d'un air hébété."C'est quoi cette réponse?
- Une réponse logique."
Musou ricana, mais se remit sur ses genoux avec une expression bien plus sérieuse. "Bon, premièrement, j'ai pas connu qui ou quoi que ce soit qui puisse balancer des danmaku avant genre deux semaines, comme je l'ai déjà dit. Pour moi, l'existence des danmaku est aussi incroyable que le fait que je ne puisse pas en utiliser pour vous. Le seul moyen que j'arrive à en faire, ce serait de perdre les pédales-" Musou avait à peine commencé à y réfléchir que la douleur réapparut dans son corps et qu'il tomba au sol, s'agitant de convulsion et se tenant la tête dans les mains, comme si il était pris d'une grave migraine. Youmu s'inquiéta de ces douleurs subites, mais elle ne pouvait rien y faire: ce n'était rien de physique. Quelque temps après, Musou finit enfin par se calmer.
"Tu penses que ça va aller?", demanda une Youmu légèrement soucieuse. "Je voudrais pas t'entraîner alors que tu risques encore ce genre de choses...
- Pas trop de risques, tant que je ne pense pas. Ça devrait pouvoir aller.
- Bien bien... Bon, pour commencer à t'apprendre les danmaku, je n'ai qu'une seule piste: ta carte. Tu vas devoir me montrer comment elle agit.
- Bien, bien..."

Les deux se levèrent, et Musou brandit sa carte en la tenant vers Youmu, espérant revoir cette étincelle étrange, mais... Rien. Rien ne se passa. Hein? Mais ça avait marché alors que j'étais dans la merde jusqu'au cou, la dernière fois! Youmu, elle, comprit qu'il y avait un problème, alors elle sortit son Roukanken de son fourreau, et avança lentement vers Musou en espérant qu'il ait le réflexe de se protéger. En effet, il prit en vitesse son épée de prêt, la sortant de son fourreau et bloqua l'attaque de Youmu en la dégainant rapidement, mais trébucha maladroitement à cause du recul causé par l'impact.
"Bon, le timing n'est pas là. Tu vas devoir brandir ta carte alors que je te frappe. Je pense que c'est le même genre de carte que deux cartes que j'ai vu pendant cet incident climatique... En gros, cette carte est une carte de riposte, à mon humble avis. Prêt?"
Youmu rebrandit son épée, préparant une attaque bien visible afin qu'il la bloque et qu'elle puisse voir cette spellcard. Si il était faible au point qu'il ne pouvait pas faire de danmaku, elle se refuserait éternellement à le laisser partir, et mieux valait qu'il ne gagne pas la force de partir à la rage.
Youmu abaissa son épée dans un ample geste vers le bas; c'était un geste facile à prévoir, mais bien que Musou parvint à placer son épée sur le chemin de l'attaque afin de la bloquer, le recul fut bien trop fort pour lui et il ne put se saisir de sa carte avant que Youmu ait pris le temps de rengainer son Roukanken, et que lui ait récupéré du recul.
"Ça va pas du tout... Tu as un mauvais timing. On recommence."
L'entraînement continua répétitivement et ce à plusieurs reprises. Entre les échecs flagrants à sortir la carte de sa poche, les réactions de déception de Youmu, les déclarations inutiles et les attaques prises pleine poire à cause d'un blocage manqué, Musou commençait sérieusement à être ennuyé par ces échecs à répétition.
"Qu'est-ce qui ne va pas? Tu as l'air un peu long à la détente ou alors... On repart pour un tour."
Cette fois-ci, Youmu repartit à l'assaut sans prévenir. Dans un réflexe inhumain, Musou se saisit de son sabre et l'envoya rencontrer celui de Youmu, des étincelles parcourant son corps comme preuve de sa subite concentration. Encore ces étincelles... Mais pourquoi je n'y ai pas pensé!!, pensa Youmu. Youmu tentait de presser Musou au sol, mais il tenait bon, les étincelles parcourant son corps s'intensifiant au fur et à mesure. Youmu continua de presser l'attaque jusqu'à ce que Musou reconnaisse la présence de ces étincelles, ou au moins des mouvements d'énergie qui pouvaient en être la source. Mais apparemment, il brisa la situation en retirant son épée afin de sa saisir de sa carte et l'annonça: "Bad Atmosphery: Reibaku!"
Et rien ne se passa. Encore une fois. "Pourquoi... Pourquoi j'y arrive pas?", gronda-t-il intérieurement... "Tu te sers de ta main gauche pour l'épée... Et pour la carte. C'est pour ça que ça ne marche pas. Mais on arrête pour l'instant.
- Quoi?
- On est pas obligé de passer par cette Spellcard pour ça... Regarde trois secondes en arrière, quand tu as bloqué mon attaque.
- Qu'est-ce qu'il y avait de si particulier? J'ai forcé, rien de plus!"
Youmu baissa la tête en soupirant: comment faisait-il pour ne pas voir ou entendre ces étincelles? "D'accooooord... A partir de maintenant, on va devoir faire plus simple. Tu vas devoir jeter cette force en dehors de ton corps.
- Mais-
- Toi, tu crois juste avoir forcé; moi j'ai vu des étincelles. Logiquement, tes danmaku devraient y ressembler. Bref, passons à un autre entraînement: tu vas devoir méditer. Ça devait te permettre de trouver ta force. Et par 'méditer', je ne veux pas dire que tu vas te relaxer. Tu vas devoir te concentrer. Assieds-toi, et ferme les yeux.
- Bin à priori, quand on médite, on ferme les yeux..."
, répondit Musou dans un énième sarcasme malgré son obéissance. Il ne voyait rien, et même si il faisait attention à bien se rappeler d'où il était dans la pièce, il avait déjà perdu Youmu - la perdre de vue ne suffit pas à dire.
"Pour cet exercice, tu vas devoir me trouver, et m'arrêter. Et ce sans bouger. Mets tes mains sur tes genoux, et ne bouge surtout pas, même en tentant de me frapper... C'est parti."
Youmu s'assit en face de Musou, le laissant se concentrer. Il y en aurait sûrement pour quelques heures à qu'il puisse y avoir qu'un brin de progrès...
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 29 Avr - 1:31

Chapitre 4: La naissance de la quatrième terre ~ un monde de cauchemar récurrent
Alors que Hakugyokurou vivait une matinée bien animée, en-dehors de l'enceinte du temple, un esprit vengeur agité errait au-dehors.
Tout le monde se focalise à l'intérieur... Si j'attaque stupidement, c'est la fin pour moi. Mais comment je vais faire pour l'exterminer? Réfléchissant un peu, Nouwa repassa dans sa tête toutes les opportunités qui se présentaient en errant là ou elle se portait. Soudainement, elle eut un flash et décida de se diriger tout droit vers la porte qui la mènerait là où elle l'avait décidé, mais pour le voyage tranquille, c'était raté: il y avait déjà deux personnes dans le chemin.
Nouwa reconnut instantanément l'une d'entre elles comme étant la miko du sanctuaire à la frontière de Gensokyo: Reimu Hakurei. L'autre était apparemment un simple garçon. Simple, dans une certaine mesure: il flottait dans les airs en surfant sur une planche de fer. Quel goût douteux, il pourrait au moins faire ressembler son bout de fer à quelque chose de cool..., pensa-t-elle avec dédain. Bon, j'ai pas de temps à perdre avec ce type, et avec la Reimu non plus...
La fantôme - du moins elle en avait l'apparence - tenta premièrement de croiser Reimu et l'autre tout simplement, mais voyant que Reimu prenait la direction de Hakugyokurou comme tous les autres, Nouwa barra la route des deux en envoyant des projectiles électriques qui firent une explosion électrique large en forme de disque, ce qui lui laissa le temps de s'interposer devant Reimu.
"Encore des personnes qui vont à Hakugyokurou... Nanda temee no ii ka, Hakurei Reimu?"1
Luke, qui avait mystérieusement compris les paroles de Nouwa comme un Qu'est-ce que tu veux, Reimu Hakurei?, laissa à Reimu le soin d'exprimer ses intentions comme demandé, ou de ne pas le faire.
"Je dois récupérer quelqu'un et l'amener à mon sanctuaire au plus vite. Si il faut que je t'y amènes scellée aussi, libre à toi de rester sur le chemin.
- Ou alors tu pourrais t'écarter et nous éviter la douleur d'un éventuel affrontement...
- Tsch."
, laissa échapper une Nouwa frustrée. "Le monde - que dis-je - l'univers entier est tourné vers lui, ou quoi! Allez tous vous faire foutre!", hurla l'esprit enragé en lançant des lames d'énergie électriques vers les "deux Hakurei". Les deux n'eurent pas de mal à esquiver ces premières salves.
Reimu invoqua immédiatement ses deux orbes Yin-Yang pour tirer sur Nouwa, qui esquivait les tirs simples... Et Luke qui ne tirait pas était à prendre en compte uniquement par sa distance. Nouwa esquivait en fait aisément les tirs de Reimu, ou alors les contrait avec des danmaku à elle... Elle le connaît, mais elle est bien plus forte que lui... En plus, Yukari pourrait le trouver d'une minute à l'autre si il est là-bas; en plus, si Marisa ne nous voit pas d'ici quelque temps, elle risque de faire un caprice et de l'oublier... Je vais devoir faire ça...
"Luke, avance, on n'a pas de temps à perdre! Fonce!"

Luke décida de se faire un petit bouclier de fer carré, auquel Reimu attacha des amulettes. Alors qu'il fonçait, Nouwa s'éleva dans les airs pour ne pas se prendre un morceau de fer à grande vitesse dans la figure. Pendant ce temps, Reimu se concentrait et avait ouvert un portail magique devant elle.
(♪HRtP: The Positive and the Negative♪) "Invocation: l'Orbe Divine: Shingyoku!" Du portail sortit une orbe Yin-Yang rouge et blanche, décorée de fissures de la couleur opposée sur chaque face de l'orbe. L'orbe fut rapidement entourée de deux silhouettes humaines: l'une étant une femme aux cheveux d'un rose rougeâtre décorés d'un serre-tête à cornes, habillée d'une tunique grise et d'un hakama rouge. L'autre était un homme portant un chapeau carré bleu sur ses cheveux bruns assez courts, portant lui aussi une tunique grise, mais son hakama, en opposition au rouge de la forme féminine, était bleu.
Reimu chuchota à l'oreille de la forme féminine:
"Scelle-moi cette... cette chose, et retourne au temple. Je te remercie."
Les deux formes acquiescèrent. Reimu, laissant ce problème en d'autres mains, lança quatre amulettes qui formèrent un portail carré, portail à travers lequel elle disparut... jusqu'à Luke qui avait déjà frisé l'horizon. Nouwa, elle avait deux personnes et une orbe Yin-Yang en tant qu'adversaires du moment...

Faisant disparaître son "sabre", Nouwa fonça a l'assaut, droit sur l'orbe, fusant à travers l'air, son aura laissant une trace rougeâtre dans l'air derrière elle comme une boule de feu. Cependant, l'orbe bougea d'elle même afin d'esquiver le coup de poing destructeur, et également afin de se disposer avec les deux autres formes afin de tourner autour du même point, concentrant l'énergie en triangle, et au point central de ladite forme. "Sceau Triangulaire: Porte Immuable!"
Un grand nombre de triangles qui tournaient autour de leur centre à grande vitesse se dirigèrent vers Nouwa, qui chargea et lâcha des boules électriques, lentes mais efficaces. Cependant, le temps qu'elle avait passé à détruire les triangles du sceau, Shingyoku avait déjà chargé une autre attaque: "Sanctité Brisée: Yin-Yang explosif!"
Nouwa cherchait l'orbe rouge et blanche des yeux, mais elle ne la trouvait pas. Le son de l'explosion retentit derrière elle et elle fut propulsée vers le sol, face devant, ne voyant ainsi pas les deux autre formes descendant debout, bras croisés. "Lumière céleste: Descente des Dieux Jumeaux!" Les formes humaines de Shingyoku tombèrent debout sur Nouwa, l'ancrant dans le sol après une chute à grande vitesse.
Mais Nouwa ne s'avouait pas déjà vaincue, et alors que Shingyoku formait un triangle autour d'elle, focalisant l'énergie des trois formes au centre pour sceller Nouwa, elle-même guettait le moment où le sceau se formerait. Lorsque la forme du sceau se fit, Shingyoku sentait déjà la victoire trop facile se profiler, cependant, un cri de dernière minute de Nouwa brisa tout: "Firewall!" Des explosions de force spirituelle, similaires aux talismans de Reimu, avaient brisé le sceau sitôt formé. "Tch, tu croyais vraiment que ce serait aussi facile!", hurla la fantôme enragée. Ce fut alors qu'elle engagea les hostilités au corps-à-corps, fonçant tabasser la fille avec son "katana" fait d'énergie rouge. Alors que Shingyoku avait ses trois formes à l'attaque contre Nouwa, cette dernière parait de son épée, de sa main droite voire même d'une jambe les coups de poing de l'homme, les coups de pied de la femme, des rentre-dedans de l'orbe, parvenant même à dissiper les danmaku trop simples des trois formes avec son Firewall. J'arriverais nulle part à ce rythme-là!, se dit-elle alors que son offensive était devenue instantanément une tentative de parer les attaques que son adversaire. Cherchant un moyen de s'en sortir et n'en trouvant pas, Nouwa rageait encore plus: il lui fallait une Spell Card pour s'en sortir! Trouvant une opportunité rêvée en voyant le deux formes humaines attaquer simultanément, Nouwa sortit une Spell Card: "Denkyuukou Enbu!"2
Une seconde Nouwa apparut, et les deux répliquèrent le même geste, interrompant les attaques des deux formes de Shingyoku d'un coup d'épée aux cuisses de chacune et s'arrêtant derrière, laissant les deux formes trébucher à la suite de ces attaques rapides. "Shi ni na."3
Nouwa était prête à repasser à l'attaque. Deux contre toi, c'était déjà beaucoup plus équitable: il fallait profiter de la durée du Denkyuukou Enbu pour gagner ce combat, ou pour tirer un profit d'une éventuelle défaite... Réfléchissant à une chose à gagner en étant au sanctuaire, Nouwa se prépara à repasser à l'attaque afin de donner une bonne leçon à son adversaire.
"Doufuureki!"4, l'aura de Nouwa se fit rouge et plus menaçante, et il était sûr qu'elle ferait plus mal. Son épée faite de cette même aura rougeâtre se mit à briller d'une lueur inquiétante: elle envoyait toutes ses forces dans ces quelques instants. Il était l'heure de retourner la situation et d'enfin gagner un combat!

Forte de son nouvel état supérieur, Nouwa poursuivit son assaut; si elle voulait gagner cet affrontement, c'était maintenant! Fonçant sur la forme féminine de Shingyoku afin de l'occuper, elle fit un tour afin de gagner de l'élan pour un geste vers le bas de son épée immatérielle. Bien que ce geste fut bloquée, l'important était en fait le projectile électrique qu'elle avait envoyé au sol et qui émettait plusieurs explosions circulaires. Nouwa contra ensuite une tentative de rentre-dedans de l'orbe d'un coup de pied similaire à un tir de football, ratterrissant et fonçant vers l'homme, esquivant les quelques projectiles dans le chemin en tendant son bras derrière elle, chargeant ses forces. "Knower Brains!", hurla la fantôme en mettant un bon coup de poing dans une orbe électrique formée juste devant elle, la faisant exploser et touchant sa cible.
Cependant, le temps qu'elle prit à être satisfaite de son coup, elle n'avait pas remarqué des lignes dessinant une forme d'orbe Yin-Yang autour d'elle. "Prison En Deux Parts: Barrière Sphérique Yin-Yang" Mais Nouwa réagit vite et bien, et intercepta les dernières lignes d'une explosion d'aura: "Firewall!"
La ligne d'énergie tenta de percer l'aura, mais finit par éclater, le reste du sceau avec. Au centre se tenait une Nouwa épuisée, se tenant en voûte, penchée vers l'avant tête vers le sol. Toutes ses techniques d'auto-amélioration étaient terminées, et elle était à peine parvenue à endommager une des trois formes... Elle regarda les trois formes tourner autour d'elle, à refaire un autre sceau en tournant en rotation et en révolution autour d'elle. "Zone de Non-mouvement: Immobilité divine!"
Sans bouger, Nouwa laissa le sceau se faire, et Shingyoku, bien que le sceau fut complet et en état à être déplacé, savait que son adversaire avait quelque chose: une raison de ne pas rester dans son propre sceau avant que Reimu revienne et ne s'occupe de parachever tout ce qui pourrait avoir manqué à ce sceau.



Loin de là, au sanctuaire Moriya, Sanae rentrait de sa mission. A peine essoufflée par ses trajets de la journée, elle avait même pris le temps de faire un petit détour au village humain. Après tout, joindre l'utile à l'agréable - ou peut-être était-ce dans l'autre sens - apportait toujours un bénéfice, aussi quelconque soit-il. Après cette journée plus routinière qu'elle ne l'avait imaginé, la prêtresse montait les marches qui la menaient à son sanctuaire, mains derrière la tête d'une démarche assez lente et laissé-aller. Cependant, arrivée sur son seuil, elle ne remarqua aucune de ses deux déesses. Étrange: Suwako n'avait aucune occupation à présent, et Kanako n'était partie que pour un tour de routine au manoir des Scarlet. Elle soupira devant sa solitude. Si j'avais su, je serais allé voir les kappa et les tengu également. Qu'est-ce qui peut prendre autant de temps? Ce n'est pas comme si il y avait un quelconque danger... Alors je suis juste la première à avoir fini mon travail.
Finalement, Sanae se remit à sourire: la bonne humeur l'avait regagnée. Cependant, elle remarqua une silhouette qui volait aux environs, à une vitesse remarquable. Sans aucun doute, c'était cette journaliste tengu, Aya Shameimaru. Même si elle pouvait parfois être un peu ennuyeuse, elle rappelait quelques souvenirs du monde extérieur à Sanae. Mais apparemment, penser était de trop pour l'instant: le contact visuel avait été réciproque vu qu'Aya descendit du ciel, se posant à quelques mètres de Sanae.
"Bonjouuuur!", dit la tengu de sa voix toujours aussi énergique.
"Bonjour. Que me vaut cette visite?
- Quelques questions, rien de bien long.
- D'accoooord. Je n'ai pas beaucoup plus à faire de la journée aujourd'hui, alors je vous écoute.
- Bien! Commençons... Récemment, une personne a entendu des bruits de coups étranges venant du sanctuaire. Pouvez-vous nous éclairer quant à ce phénomène?
- N'est-à-dire que... nous sommes en train de chercher ce qui s'est exactement passé. Je ne pense pas pouvoir dire énormément dessus.
- D'après une source, un humain serait apparu dans votre temple et aurait descendu la montagne.
- C'est... exact.
- Savez-vous qui il est?
- Je ne sais que peu de choses sur lui. Apparemment il vient du monde extérieur. A l'heure qu'il est, il a disparu, donc il est possible qu'il ne soit déjà plus en vie; nous sommes à sa recherche...
- Je sens le scoop! Je vais t'aider à le chercher dès demain! Qu'est-ce que tu en dis?"
Et voilà. Un article un peu trop intéressant sur lequel on parle un peu trop et Aya perd toute façade de professionnelle; on croirait presque une folle désespérément à la recherche de l'exclusivité... Bah, pourquoi s'en plaindre si on le retrouve avant qu'il n'y ait un quelconque problème? Sanae abandonna sa façade de prestance, préférant être un peu plus familière avec Aya, surtout quand elle est dans cette humeur. "Je pense que tu y irais, même si je disais non. Soit, j'accepte ton aide.
- Yatta!"
5
Sanae était complètement étonnée de la simplicité avec laquelle certains youkai pouvait agir, mais Aya tenait le pompon. Bref, c'était une chose de faite, et Aya décolla vite après s'être légèrement inclinée devant Sanae pour dire au revoir. Contente de la tournure favorable que les choses prenaient, Sanae retourna à l'intérieur du temple.



(♫SA:Awakening of the Earth Spirits♫)Pendant ce temps, dans les profondeurs souterraines de Gensokyo, Kanako avançait à travers les rues de l'Ancien Enfer. Marchant en direction de là où personne sauf les plus braves ou les plus fous n'oseraient aller, elle n'attirait étrangement pas l’œil du peu de youkais présents. Le rouge se fond dans le décor dans un endroit pareil... C'est assez sinistre... remarqua la déesse pour elle-même.
Alors qu'elle arrivait devant le Palais des Esprit de la Terre, Kanako s'arrêta un instant. Non seulement elle devait se préparer avant de converser avec la maîtresse de ces lieux, mais une présence avait attiré son attention: une fille aux cheveux rouges coiffés en deux nattes sur les côtés de son visage un peu félin, vêtue d'une longue robe d'un vert sombre. Ses yeux rouges regardaient la déesse avec un certain air de mécontentement.
"C'est vous qui avez fait faire ça à Okuu... Qu'est-ce que vous venez faire ici?
- Rien de plus qu'une simple conversation en un sens avec votre maîtresse...
- Vous ne-
- Du calme, Orin..."
, une voix parla de l'intérieur. "Amène-moi donc cette personne que je ne puis voir.
- Bien..."

Orin émit un petit grognement et guida Kanako à l'intérieur de l'immense hall du Palais. L'hôtesse, Satori Komeiji, siégeait sur un véritable trône, lisant un livre alors qu'en apparence elle ne se souciait pas de la présence des autres. Mais même sans lever ses yeux de son livre, elle prit la parole: "Tu peux disposer, Orin. Je te remercie."
Comme il lui avait été ordonné, la kasha quitta les lieux pour s'enfoncer dans les profondeurs du temple. La visiteuse ne prit pas la peine d'ouvrir la bouche. Satori pouvait déjà comprendre ses intentions de toute façon. "Je sais déjà ce que vous voulez: si je résume, vous voulez qu'Okuu vous aide pour l'entretien de votre réacteur...", elle avait commencé d'un ton amusé, puisqu'elle savait qu'elle mentait. "... mais vous voulez également retrouver une certaine personne, et l'aide d'Okuu vous permettrait non seulement de disposer de plus de bras pour retrouver cette personne, mais également de montrer quelques bonnes choses qu'il y aurait à gagner en vous suivant, même si vous savez clairement que les pouvoirs d'Okuu n'ont pas été conférés de votre main. Vous cherchez également la vérité sur cette personne que vous cherchez, et voyant ce que vous avez vu, je m'avoue moi-même légèrement intriguée... Ah, ce manoir à la surface emploie des gens qui ont du toupet, mais je m'égare..."
Satori se leva de son siège, s'enfonçant dans la pénombre. Kanako ignorait si elle allait revenir avec Utsuho Reiuji comme elle le voulait ou si alors elle ramenait Rin pour la chasser d'ici... La réponse vint quelques minutes plus tard: Utsuho était en effet arrivée, seule...
"Eeeeh... C'est vous...?
- Pardon?
- ... que je dois aider?"

Kanako était étonnée. Voilà qui était peu cérémonieux, mais apparemment, Satori approuvait du départ momentané de son animal de compagnie...
- Je pense.
- Orin m'a dit que 'aider', ça veut dire 'donner un coup de main'... Donc, je dois vous donner un coup de main, c'est ça?
- Dit vulgairement, oui..."
Kanako ne comprenait pas trop, jusqu'à ce que le bras droit d'Okuu s'abattit verticalement sur sa tête. Pensant que c'était juste ça, Okuu se retourna et haussa la voix pour parler en direction de la pénombre: "Satori-sama, j'ai fini d'aider cette personne, je peux retourner me reposer?
- Je ne pense pas qu'aider signifie frapper les gens... Aider, c'est faire quelque chose pour faire plaisir à une personne. Ici, m'aider signifierait partir avec moi et me suivre.
- Oups, désolée... Satori-sama, je peux partir avec cette dame?"

Satori, qui était réapparue dans le hall, répondit: "Oui, Okuu. Pars donc avec cette dame, et ne la frappe pas encore une fois, d'accord?
- Hein? ... Euh, d'accord, Satori-sama."

Satori se tourna ensuite vers Kanako. "Je vous fais confiance pour cette fois, mais si j'apprends que vous ou Okuu avez fait quoi que ce soit, je vous enverrai Orin. Elle sera ravie de s'occuper de vous et de ramener Okuu ici.
- Ne vous en faites pas, je ne compte pas faire n'importe quoi avec elle..."

Kanako sentait la grosse goutte de transpiration sur sa tempe. Il était clair qu'il ne fallait pas chercher des noises à Satori sous peine de comprendre pourquoi elle était la fille que même les esprits craignent...

Une fois la déesse partie avec Okuu, Satori se rassit et claqua des doigts afin de faire venir Orin; cette dernière fut présente aussi vite qu'elle fut demandée. "Qu'y a-t-il, Satori-sama?", demanda-t-elle d'une voix tendue.
"Mets tes pensées à l'aise et suis Okuu de loin. Aussi, il y a un mort au cas où tu aies besoin de te distraire. Reviens-moi de bonne humeur, d'accord?" Satori sourit et passa sa main dans les cheveux d'Orin avant de l'envoyer au-dessus du sol. La kasha, obéissante, quitta le hall gigantesque à pas de velours. Le calme envahit bientôt le palais de nouveau.



Pendant ce temps-là, dans un monde lointain, très lointain... Le Royaume des Morts était calmé de l'agitation du soir précédent. Le soleil désormais au point du jour annonçait presque l'arrivée de Reimu Hakurei à Hakugyokurou. Elle et Luke marchaient côte à côte, marchant tête levée avec la prestance qui leur était naturelle... c'est-à-dire un port très relâché et loin en-dessous de ce qu'on attendait de la miko qui maintenait Gensokyo dans l'existence par sa présence, en mission pour éviter un incident, dans la demeure de la princesse du monde éthéré. Mais apparemment ce n'était pas un souci pour Yuyuko, qui les attendait debout, à l'extérieur, un sourire amusé sur le visage: "Voilà enfin la visiteuse tant attendue...
- Euh... j'existe, vous savez..."

Ce léger sarcasme passa inaperçu, et Yuyuko souhaita la bienvenue au couple. Les invitant à s'asseoir dans le jardin avec Marisa et Remilia qui étaient déjà là, elle repartit à l'intérieur afin de rappeler Youmu.
"Eeeeh bah Reimu, ça te fait 5-6 heures de retard, Reimu! Qu'est-ce qui t'a pris si longtemps?
- Quelques diverses embuscades... D'ailleurs, depuis quand Yuyuko laisse des rageuses traîner?
- Elle dit qu'elle les croyait éteintes. Preuve en est que non, nous en avons affronté une également.
- Vu que ce cas n'est pas singulier, je crois que je vais en toucher un mot. Enfin, à l'heure actuelle, on tient une rageuse sous sceau, si j'ai pu l'invoquer à une puissance suffisante...
- De quoi tu parles?
- Oh, oublie. Ça ne te dirait rien, même à toi, Marisa."
, dit Reimu en fermant les yeux. Ça faisait des années qu'elle avait scellé Shingyoku, même avant sa première rencontre avec Marisa. Mais apparemment il n'était plus temps pour la nostalgie, car Yuyuko était de retour avec cinq tasses de thé...
"Voilà pour vous~
- Bon, maintenant tu vas m'expliquer pourquoi tu laisses des esprits rageurs courir librement, tu ne penses pas?
- Il y en a plusieurs maintenant? La peur est contagieuse..."
, rit Yuyuko derrière son éventail. "Il n'y a plus rien de ce genre.
- Normal, mais tu n'as pas idée des choses auxquelles j'ai dû avoir recours pour ça.
- Oh, Reimu, Reimu, Reimu..."
, disait Yuyuko en ventilant son visage avec son éventail.
"Arrête avec ça, tu vas me faire penser à Yukari...
- Justement, il faut qu'on la revoie, non? Je te rappelle qu'il est possible qu'elle tienne que-"
Reimu plaqua sa main sur la bouche de Luke afin d'éviter qu'il n'en dise trop. Yuyuko, elle, pouffa encore une fois de rire.
"Allons, allons... Si elle tenait quelqu'un, ce n'est pas moi qui le saurais, à moins que j'aie pu lui rendre visite personnellement... assez improbable, non?
- Vraiment? Non. Bref, apparemment, vous ne le tenez pas. Je crois que je vais passer la journée ici, moi, je suis fatiguée..."

Ceci dit, elle abandonna toute sorte de prestance et s'allongea sur le sol, définitivement épuisée par ce voyage très long: il lui avait fallu (à elle et à Luke) presque treize heures d'éveil forcé afin d'arriver ici, et même une volonté de fer a des limites. Reimu s'assoupit, à bout de forces. Luke s'allongea à côté d'elle, lui aussi ayant besoin d'un peu de repos.
"Eeeeh bin, ça va pas de mieux en mieux, hein! Ils arrivent en retard et se permettent même de faire une sieste. Elle est belle la vie.", dit une Marisa légèrement dépréciative alors qu'elle allait se pencher au-dessus de Reimu.
Marisa restait songeuse, cependant, et leva la tête vers le ciel... Ça faisait longtemps qu'elle avait changé sa façon de vivre, et des fois elle pensait à revenir à sa vie d'avant. Au fond, le peu de choses qui avaient changé depuis les années qu'elle avait passées avec Mima, c'était sa manière de s'habiller, ses sorts principaux, et ses cibles habituelles... C'est pas mon genre, de rester aux bottes de quelqu'un trop longtemps, même si c'est Reimu... J'ai besoin de prendre le large.
Secouant un peu son visage pour reprendre son énergie habituelle, Marisa enfourcha son balai avant de se retourner vers Yuyuko et Remilia: "Faites gaffe aux tourtereaux, vous deux. Moi je vais voir quelqu'un, vous savez déjà qui. A plus!" Frappant le sol d'un coup violent, Marisa fila à grande vitesse dans les airs avant de sortir en trombe par la porte... Remilia et Yuyuko s'échangèrent un regard qui exprimait bien leur opinion.
"Les gens commencent à s'exciter, un peu trop...
- En effet... Je commence à ne pas comprendre..."

Bien que le regard de Rémilia à Yuyuko se prolongea, la reine de la nuit ne se doutait pas vraiment de l'implication de Yuyuko dans ce qui avait amené Reimu ici...



--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
1. Signifie "Quelle est ton intention, Hakurei Reimu?". A noter, un signe est mal prononcé. Sachant que "temee" est une manière insultante de dire "toi", c'est une preuve de mépris vulgaire de la part de Nouwa.
2. Bulblight Waltz, une Spell Card de Nouwa.
3. Phrase japonaise toute faite pour dire "Meurs."
4. "Destruction du Sceau de la Haine", une technique de Nouwa consistant à utiliser la force de sa haine, tout bêtement.
5. Une exclamation de joie.


Dernière édition par Musou le Mar 31 Juil - 2:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mer 30 Mai - 21:27

Chapitre 5: Un rideau de balles et le noir total:
A quelques salles d'une sorte d'étonnement général, Youmu était en train de tourner en rond. Et cela signifie qu'elle courait à la vitesse du son autour de Musou. Quant à lui, il était assis en tailleur, yeux fermés, mains sur les genoux, essayant désespérément de se concentrer et d'enfin espérer balancer des danmaku. Le vent créé par les passages de Youmu autour de lui le dérangeait un peu, et il avait du mal à en faire abstraction. Les étincelles se manifestaient encore parfois, mais ce n'était que du visuel, jamais rien d'audible ou autre. Ça faisait déjà une dizaine de minutes et toujours aucun progrès. Mais c'était prévisible: un humain qui n'avait jamais été capable de faire des danmaku n'allait pas soudainement en être capable en moins de 10 minutes. L'entraînement n'irait nulle part pour les premières minutes... quand soudainement il se dressa sur ses jambes l'air de rien. Il semblait toujours assoupi car il avait la tête vers le bas, les bras pendant bien que la main gauche tienne toujours le sabre, dans lequel apparemment quelques étincelles étaient canalisées. Youmu était intriguée et avait étrangement un peu d'espoir pour que ça marche. Il leva la main gauche avec le sabre d'une manière assez gauche et l’abattit rapidement sur le sol. Après quoi quelques étincelles avancèrent sur le sol mais rien ne se passa. Pas de danmaku, juste quelques petites étincelles minables. Youmu s'arrêta et soupira... jusqu'à ce qu'un bruit d'électrocution retentit et Musou s'effondra sur le sol. Comment ça a bien pu arriver?, se reprochait Youmu. Il ne connaît peut-être pas ses pouvoirs ni sa nature ou quoi que ce soit... Que puis-je y faire? Youmu fit ce qu'elle pouvait: c'est à dire allonger simplement Musou sur un futon dans un coin où personne ne le verrait, préférant se soucier du bien de Yuyuko et des autres.

Elle courut donc vers la cour, laissant Musou à sa sieste et revenant vers Rémilia et Yuyuko. Apparemment, Marisa avait quitté les lieux, et deux des hôtes s'étaient endormis. Eh bien, il y en a qui ne manquent pas de toupet... Youmu s'immisça dans la conversation entre Yuyuko et Remilia.
"Qu'y a-t-il?
- Mademoiselle se soucie d'ici.
- Vous laissez traîner trop de problèmes... Les rageuses naissent de l'esprit d'êtres humains qui aient assez de colère en eux pour générer des esprits. Celle-ci était faible, donc je peux juger qu'elle est 'née' récemment, et si elle m'a attaquée, c'est que l'humain qui l'a créée m'en veut. Et un humain qui m'en veut, je pense qu'il y en a un par ici qui remplit ces critères... Il faut que vous vous en débarrassiez avant qu'il en ponde d'autres, sinon on part dans un cercle vicieux.
- Des rageuses? C'est quoi?
- Des esprits enragés nés de la frustration d'un être humain et qui existent pour faire ce que leur créateur voudrait... En soi ce n'est pas si mauvais, mais mademoiselle s'est avouée dérangée par une telle créature alors que je pensais que je n'en trouverais plus...
- Jamais entendu parler.
- Je suis déçue, mais bon... J'imagine que Miss Enma va avoir beaucoup de travail dans les temps à venir... Bon, au moins je suis sur qu'elle ne me dérangera pas pendant que je parlerai de tout ça à Yukari..."
Flandre va avoir du mal à se contrôler à ce rythme-là. Si Yukari n'arrive pas ce soir, je n'ose pas imaginer ce qui va arriver...
Ses mots dits, Remilia quitta la discussion, le soleil du midi l'affaiblissait, alors elle se rendit à l'intérieur du "palais".
Yuyuko et Youmu étant les seules présentes désormais, les discussions pouvaient tourner autour de l'important: "Bon, maintenant... Youmu, est-ce que tu as...", dit Yuyuko avec un clin d’œil et son éternelle voix taquine.
"Non non non non non non non non, rien de ce genre-là.", lui répondit Youmu. Yuyuko avait toujours le don de dire les choses un peu de travers qui faisaient toujours paniquer Youmu.
"Bon, alors au moins tu as fait connaissance avec lui, non?
- Biiin... Je sais pas franchement grand-chose. Il a une existence assez faible, on ne peut presque pas le remarquer sans avoir les yeux dessus. Et il est faible au point que j'ai presque peur de le blesser dès que je le touche. Son pouvoir est relié à l'électricité d'une certaine façon, mais il s'est électrocuté tout seul. Donc il ne le maîtrise pas. Et aussi, il va rester ici pendant quelque temps, peut-être vivre ici. Je pense que je vais l'entraîner parce que si il repart aussi faible qu'il l'est, il sera fini en moins de temps que je mets à couper le jardin.
- Tu vas t'occuper de lui? C'est chou!"
, dit Yuyuko en cachant sa bouche derrière son éventail et en prenant une expression bien trop joyeuse. Youmu soupira devant ce semblant d'innocence. "Non non, c'est juste pour faire en sorte qu'il puisse se défendre... D'ailleurs, vous pourriez m'aider à lui apprendre des choses. Il ne vient pas de Gensokyo, alors il doit être perdu...
- Tu pourrais me le présenter?
- Bien sûr, Yuyuko-sama."

Ainsi, les deux habitantes de Hakugyokurou se rendirent en son intérieur, à la recherche de celui que Youmu avait reposé dans une salle... mais laquelle? En avançant dans les couloirs, Youmu n'arrivait juste pas à se rappeler de laquelle était la chambre où elle avait laissé Musou. Après un temps de marche en vain et quelques ouvertures de portes dans des salles presque vides (ou remplies de fantômes qui n'avaient rien à faire de celui qu'elle recherchait), Youmu se posa, réfléchissant méthodiquement au chemin qu'elle avait parcouru depuis la chambre jusqu'aux jardins. Après avoir remis ses idées en place, la jardinière qui n'en avait pas l'air avait mené la maîtresse du domaine là où elle le désirait, dans la chambre où reposait leur hôte. Youmu ouvrit calmement la porte: Musou était toujours assoupi, ayant enfin trouvé une sorte de calme là où il était.
"On ne sent presque pas sa présence. C'est assez anormal.
- Le pauvre, il doit avoir mal...
- Qu'est-ce que vous voulez dire?
- Tu ne vois peut-être pas ça, mais je vois la patte de Yukari là où elle est.
- Vous voulez dire que Yukari-sama lui a fait quelque chose? Vous croyez que c'est elle qui l'a rendu quasiment imperceptible?
- Il nous faudra comprendre ça ce soir, quand elle sera là. Les choses nous seront évidentes quand elle apparaîtra. En attendant, nous devrons apprendre des choses de la manière la plus simple... En discutant!"
Cette dernière phrase avait été dite de la même voix tellement-joyeuse-que-c'était-faux que Youmu trouvait absurdement étrange. Pourquoi tous ces sous-entendus inconfortables, Yuyuko-sama?
Les deux fermèrent la porte, et restèrent là à scruter le spectre, le sondant de leurs regards respectifs dans l'objectif commun de trouver des vérités à son propos, objectif que Yuyuko avait beaucoup plus d'aise à suivre que sa servante...

Pendant ce temps-là, trois silhouettes arrivèrent au temple. C'était en fait Shingyoku qui maintenait le sceau en forme de bulle dans lequel Nouwa était enfermée... Posant les pieds sur le sol du temple, le gardien (ou était-ce la gardienne) du temple Hakurei révoqua ses formes humaines, qui disparurent, laissant l'orbe rouge et transparente aux motifs craquelés comme sa seule forme présente sur les lieux. L'orbe flottait dans les airs, se déplaçant vers une sorte de toute petite maison ressemblant au temple qui était juste à côté... Des arbres juste à côté, trois petites présences épiaient le mouvement.
"Dites, vous croyez pas qu'on vient de choper un gros truc les filles?"
"On dirait que si..."
"Je vous avais dit que c'était une bonne idée."

Les Trois Fées Malicieuses pouffaient de rire dans leur coin, non-entendues de tous. Comme Star l'avait dit, c'était une bonne idée de venir ici. Après tout, se glisser tranquillement dans ce petit bâtiment et défaire un ou deux sceaux histoire de forcer Reimu à travailler, ce serait une super farce! Même Cirno serait jamais arrivée à trouver une idée aussi brillante! Le problème c'était la chose qui gardait l'endroit, mais tant qu'il n'y avait personne qui se mettait en plein dans sa vue il n'y aurait pas de souci. Ceci en tête, les petites fées se dispersèrent et jetèrent des petits morceaux de terre pour voir si elle réagirait, mais il n'y eut aucune réaction. Bizarre. Comment elles pouvaient alors savoir si oui ou non les cailloux avaient étés vus? Un seul moyen se présentait à leurs esprits: recommencer, avec plus de cailloux... Pour faire cette super-farce, elles devaient ne pas être vues, mais aussi et surtout ne pas être entendues. Problème, il était midi, et donc Luna n'était pas au top de son pouvoir, contrairement à Sunny.
Après réflexion, Star Sapphire réunit ses deux amies et leur énonça son plan. "Il suffit de voler alors que Sunny nous cache! Dans ce cas, il nous suffira de ne pas faire de bruit et tout sera impeccable."
"Super! On va pouvoir rentrer maintenant!"
, Sunny était folle de joie mais plaqua ses mains sur sa bouche car il ne fallait pas qu'elles soient remarquées.
"Psst! Sunny, quelqu'un arrive!" Comme Star Sapphire l'avait fait remarquer, un être s'approchait du sanctuaire. Qu'était-ce? Excellente question, car la seule chose que les fées pouvaient voir était une ombre presque circulaire qui glisse entre les arbres, se rapprochant peu à peu des fées qui commençaient à avoir peur...
"On se cache! Viiiiite!", couinait Luna. Ceci dit, les trois fées remirent leur "super plan maléfique" à plus tard et se cachèrent dans un arbre alors que le temps passe et que l'ombre envahit l'endroit...

Loin de tout cela, dans une rivière proche de la sortie de l'Ancien Enfer Souterrain, Orin venait de faire une trouvaille. "Eeeh bien, voilà qui était facile." C'était sans doute le corps que Kanako recherchait. Aucun doute qu'il vérifiait tout ce que Satori lui avait dit: c'était bien celui d'un garçon, il avait l'air plutôt jeune, il avait même la trace de morsure au cou, les vestes attachées au torse et le pull noué à une épaule. C'était définitivement le bon. Un peu trop facile pour être vrai, il y a probablement anguille sous roche...
En effet, alors que la kasha s'emparait du corps et le mettait sur sa brouette, elle s'aperçut qu'un bateau s'approchait d'elle. Enfin, dire que c'était un radeau serait peut-être pertinent. au vu de la petite taille de l'embarcation, qu'on remarquait surtout parce qu'il y avait quelqu'un dessus: c'était la shinigami, Komachi. Encore une fois, elle prenait une pause dans son travail, mais la présence d'Orin était une preuve que c'était pour la bonne cause. Mais tout ça était du passé: il n'y avait plus trop de risque.
"Eh bien eh bien... Voilà qui est étrange. D'ordinaire j'aurais pensé à m'occuper de ça moi-même maintenant que j'ai fini, mais j'ignorais que l'Ancien Enfer s'en mêlerait, surtout aussi vite...", dit-elle alors qu'elle descendait juste de son bateau. Rin, mit le corps dans sa brouette et se mit devant, prenant un air farouche. "Pourquoi tu es descendue de ton bateau alors?
- Bin je tente d'imaginer ce que Shiki-sama va en penser."
Même si en fait, Komachi cherchait juste à savoir l'effet que juste mentionner sa patronne aurait sur Orin, qui prit sa brouette, et ses jambes à son cou. Komachi lui cria d'un ton enfantin et amusé: "Et n'aie pas peur du spectre, hein!" Bien que la phrase était légitime, Komachi essayait plus de faire paniquer Orin, et s'amusait de la réaction de cette dernière avant de reprendre le large, et le travail...
Cependant, alors qu'elle courait, Orin remarqua une chose particulière: une petite boîte transparente attachée par une petite ficelle à la hanche du cadavre.
"Des Spell Cards?"
Examinant les cartes, Orin remarqua qu'elles était plutôt simples... "On croirait ces cartes qu'Okuu utilise pour le combat au corps-à-corps. Les Skill Cards... Même les Spell Cards ont l'air faibles... Eeeh bin, je crois que je vais suivre Okuu. Y a pas à avoir peur du spectre d'un homme dont la Spell Card la plus forte est un simple coup de poing.", se dit la kasha en tentant de rattraper son amie au double de son allure habituelle, gardant le corps dans sa brouette...



Très loin d'ici, à Mayohiga... Seule devant une demeure isolée à côté de la ville, Suika frappait à la porte du bâtiment. Bien sûr, elle faisait trembler les murs sans le savoir, et c'est ce qui poussa Ran à ouvrir la porte assez vite. La kitsune semblait un peu ennuyée de la présence de l'oni, mais elle gardait son calme: il en fallait toujours pour garder la demeure et les environs les plus calmes possible.
"Salut! Tu peux me dire où trouver Yukari?
- C'est pour ça que tu es venue? Bien sûr... Mais je regrette, Yukari-sama a quitté les lieux vers ce matin. Et elle n'a rien annoncé quant à sa destination, désolée. Tu vas devoir chercher toute seule."
A peine Ran eut prononcé ses mots qu'une faille s'était ouverte derrière elle, laissant apparaître Yukari qui tapota l'épaule de Ran, lui arrachant un cri de surprise. "Yukari-sama, vous étiez là?
- Oui. Oh tiens, bonjour Suika!"

Suika se tournait légèrement les pouces en attendant que Yukari et Ran finissent leur salut, c'est-à-dire une paire de secondes. "Salut Yukari! Je te voyais plus ces derniers temps alors je suis venue te rendre une visite! Allez, on boit un verre!
-J'ai des choses à te dire, rentre donc. Ran, je te demande de rester ici pendant que Suika et moi allons parler saké, d'accord?
- D'accord, Yukari-sama."

Ran s'inclina et laissa Yukari et Suika "discuter saké" alors qu'elle ferma la porte et s'assit sur le perron. C'était une de ces périodes sérieuses aisément distinguables par l'extension de l'activité de Yukari à la matinée, peut-être même la journée... Quelque chose devait les agiter, mais si Yukari ne poussait pas Ran à agir, elle ne le ferait pas.

A l'intérieur, Yukari et Suika s'agenouillèrent devant leur table où la coupe de saké de Yukari était posée. Suika la remplit d'un geste simple, rapide et efficace, celui d'une personne qui l'avait déjà fait un bon million de fois. Yukari porta la coupe à sa bouche, la vidant de son saké d'un trait. "Il y a quelque chose dont je voudrais te parler.
- Je t'écoute, mais reprends un verre.
- Ça fait longtemps que je cache aux gens quelque chose... Sais-tu ce qu'est ceci?"
, dit la youkai des frontières en sortant d'une faille un étrange bocal scellant une sorte de flamme blanche avec quelques volutes d'un violet sombre ressemblant à celui qu'on voyait dans les failles que Yukari créait, le tout comme coincé dans le temps... En effet, la question était bonne: qu'est cette espèce d'esprit perforé en divers endroits?
"C'est un gros charabia. Voilà ce que c'est.", dit la petite oni en reprenant une gorgée de saké. C'était pas dans les habitudes de Yukari de faire ce genre de choses.
"Tu es en forme, aujourd'hui, dis donc... Tu penses être assez en forme pour faire un peu de rangement?
- Je comprends mal. Tu veux que je t'aide à récupérer ça?"

Suika se retenait de rire. On croirait un canular dont Yukari aurait eu l'idée un jour de mauvaise forme. "Tu n'es pas sérieuse?
- Oh que si..."
, répondit calmement Yukari avant que Suika éclate de rire. "Yukari, tu ne sais plus quoi inventer... Bref, tu veux que je rassemble les restes de ce truc? Ils sont où?
- Comme tout ce que tu vois là-dedans.
- Euh... J'ai fait beaucoup de choses, mais alors là c'est la première fois que je dois faire un truc pareil. Parole d'oni.
- Oh, j'oublie de te prévenir. Si tu pouvais m'en sortir une partie de taille respectable, je dois offrir un cadeau ce soir, quand j'irai voir Yuyuko.
- Si tu veux que je ramène quoi que ce soit, il va falloir que tu m'aides. Pour l'instant, je peux pas l'atteindre.
- D'accord."

Assister Suika, voilà une chose que Yukari n'avait pas attendue, mais tout peut arriver. Après tout, c'est la première fois qu'elle avait devant elle une chose telle que le contenu de ce bocal...



Pendant ce temps là, au Royaume des Morts, Musou se réveilla sur une vue étrange, celle de Youmu et Yuyuko en train de le regarder fixement, comme s'il avait été une bête de foire. Eh bin, si c'est comme ça je peux me rendormir de suite, moi.
Mais in n'eut pas le temps de se blottir dans le sommeil de nouveau que Yuyuko avait déjà pris la parole: "Bonjour~."
C'est quoi son problème? Je l'ai déjà vue aujourd'hui et réciproquement..., pensait le spectre à peine réveillé. "Mouais, bonjour..." Chose étrange, il n'était franchement pas en forme, 100% relâché, et ne sentait presque rien, sauf une douleur à l'épaule gauche, bien qu'autant qu'il se souvienne il n'avait rien fait pour avoir mal là... Il s'assit dos au mur en se traînant au sol assez lentement, la lenteur et l'hésitation dans le mouvement étaient presque une marque de la douleur, Youmu avait au moins pu deviner ceci.
"Maintenant que tu es réveillé, tu peux me dire ce que tu as fait avec Youmu maintenant~?" Yuyuko commençait encore par user de ce ton de voix qui la faisait passer en quelque sorte pour une idiote. Youmu était comme d'habitude légèrement sidérée par cette façon d'aborder les conversations avec un inconnu.
"Rien."
Youmu pencha la tête vers le sol. La réponse était presque aussi déprimante. Certes, l'entraînement n'avait pas eu d'aboutissement, mais de là à dire que rien ne s'était passé... C'était un peu beaucoup. Mais bon, il prenait peut-être Yuyuko au sérieux, alors elle décida de rentrer dans le jeu. "C'est exact. Nous n'avons... rien fait du tout.
- Eeeh bin, Youmu. Ta méthode d'entraînement n'a pas reçu beaucoup d'enthousiasme...
- J'ai eu ma dose pour avoir le droit de venir. J'ai mal, moi!
- Vu le bruit que ça a fait, c'est normal que la douleur soit encore là...
- Le bruit que ça a fait~ comme le bruit d'une épée qui rentre dans la chair? Youmu, quelle indélicatesse~~...
- Mais non, Yuyuko-sama... C'était le bruit d'un petit éclair.
- Hein?
- Tu t'es électrocuté tout seul.
- Je suis pas stupide- enfin, je suis assez stupide pour m'endormir en plein entraînement alors...
- Un somnambule maso~-
- Yuyuko-sama, ne dites pas des choses comme ça!!!
, coupa une Youmu légèrement outrée. "Ça devait être... une sorte de transe. Je ne sais pas comment dire ça... Il a failli vraiment faire des danmaku!
- C'est un peu con que ça arrive pendant que je dorme, quoi... - uh?"

Musou s'était tu en entendant des pas s'approcher. Youmu laissa échapper un petit "Oh oh..." et Yuyuko, bien plus sereine que les deux autres, s'était précipitée dehors à la rencontre des deux personnes qui passaient par là.
"Coucou les tourtereaux~~!"
Aucun de Musou ou Youmu ne bougea d'un pouce. Yuyuko faisait la conversation, mais Youmu maintenait son calme et Musou se faisait petit. Apparemment, la diversion de Yuyuko si c'en était une avait définitivement marché. Les sons de voix devenaient de moins en moins présents et finirent même par ne plus être audibles à aucun des deux. La demi-fantôme poussa un soupir de soulagement. Nous l'aurons échappé belle. Merci Yuyuko-sama...



Apparemment, l'ombre mouvante qui passait au sanctuaire Hakurei était juste de passage. Les trois fées remirent donc leur plan à exécution, et usèrent de Sunny afin de passer Shingyoku pendant le jour, se planquant dans le petit bâtiment que l'orbe rouge gardait. Sans aucune indiscrétion audible, les petites fées se glissèrent à l'intérieur, dans le noir du petit bâtiment juste à côté du sanctuaire. Tout avait marché comme sur des roulettes, et les fées se cachaient à l'insu de tous à l'intérieur du petit bâtiment au bord de l'enceinte du sanctuaire Hakurei. Elles attendaient la nuit avec impatience pour faire leur coup, et s'enfuir sans être vues. Malheureusement, il était encore 13h, alors les fées décidèrent de s'assoupir pour les heures qui restaient.



La nuit, à Hakugyokurou, Yuyuko avait organisé un beau diner, les flammes des lanternes illuminant le jardin et donnant une sorte de charme au palais qui y donnait une expression extrêmement vivante comme pour contraster avec son emplacement.
"L'endroit est toujours aussi joli. Ça détend beaucoup.", soupirait Reimu. La revoir souriante rendait son comportement aisé à Luke, qui s'était fait un peu de souci quant à la récente poussée d'excitation belliqueuse qu'elle avait eu. "C'est vrai que cet endroit ne vieillit jamais."
Sur la table se trouvait un repas incroyablement fourni. Il y avait énormément de nourriture sur la table, au point que même pour un festin de quinze personnes, ce n'était pas assez. Et pourtant il n'y avait que cinq personnes présentes: Reimu, Luke, Remilia, Youmu et Yuyuko! C'était vraiment une fête pour tous, mais l'attente de Yukari serait sûrement bien meublée par le festin. Seule Youmu était absente, légèrement retardataire pour une raison inconnue des deux "tourtereaux" assis côte-à-côte; mais que faisait-elle?
Elle portait une petite attention à Musou, ayant réservé une petite partie du repas en aparté pour l'hôte secret, occupé à rester dissimulé dans une chambre normale en attendant que le temps passe.
"J'espère que ça te suffira.
- Pas de souci."
, dit le fantôme d'un de ses rares sourires. Aussi rares que courts car il reprit une face solennelle en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. "Je te remercie."
Le visage de Youmu s'éclaira légèrement, mais s'apercevant qu'elle rêvassait, la jardinière aux deux sabres s'enfuit rapidement pour arriver dehors, avec les autres... Mais pas le temps d'ouvrir la bouche pour manger qu'une faille apparut dans la salle, laissant apparaître nulle autre que Yukari, cette fois vêtue de trois robes , deux violettes, une blanche, chacune couvrant des espaces différents, ce qui donnait une impression assez étrange...
"Alors, qu'en penses-tu?
- Yukari!
- Oh, tu retiens mon nom? Je me sens flattée.
- Je ne me souviens pas t'avoir rencontrée par contre. Qu'est-ce que tu me veux?
- Un petit cadeau, de ma part à moi et une amie."

Voyant Yukari sortir un bocal étrange de son dos, Musou était extrêmement dubitatif quant au mot "cadeau". Jusque là c'était un bocal avec une flamme blanche et violette, pas très propice à un cadeau. Et jusque là, c'était vrai. La youkai des barrières claqua des doigts et le spectre se sentit soudainement incapable de bouger. C'est quoi ce délire? Même la péritonite c'était mieux que ça point de vue mobilité!, pensait celui qui ne pouvait plus bouger. Yukari s'avança lentement, perdant son sourire en posant le bocal sur la tête de Musou, faisant un signe de la main et se concentrant légèrement.
Le spectre sentit soudainement une arrivée de choses indescriptibles en lui, causant une souffrance indescriptible dans tout son corps. Il hurlait, mais ne pouvait même pas ouvrir la bouche pour ce faire, et même dans ce cas, seul lui semblait entendre ses propres cris étouffés. Yukari ressentait un soupçon de regret, mais c'était pour son bien... Soudainement, elle observa que la flamme dans le bocal s'était encore divisée, alors elle cessa ses sorts et laissa le spectre reprendre son souffle. Il s'était écroulé au sol et se tenait la tête, s'agitant comme convulsé par ses douleurs qui le frappaient jusqu'au plus profond de lui-même.
"Désolée de te laisser dans cet état, mais certaines personnes désirent me voir... Sur ce, à la prochaine fois." La youkai des frontières s'éclipsa, quittant la "cachette" pour le jardin central de Hakugyokurou...
Là-bas, elle arriva alors que les entrées étaient terminées. Luke et Reimu étaient toujours aussi étonnées de l'ampleur de la consommation de Yuyuko, qui avait encore une fois mangé pour une douzaine de personnes. Rémilia semblait impatiente et elle aussi avait mangé pour deux. Mais aussi repus les invités soient-ils, ils l'attendaient sûrement et c'est pour ça que Yukari était présente avant tout. Elle s'avança discrètement et prit place au bout de la table sans être remarquée. Jusqu'à ce qu'elle prenne sa place nonchalamment. "Salut tout le monde~♥"
La réaction fut celle qui était prévue: la tension envahit l'atmosphère, frappant tous sauf Yuyuko - qui ne se sentait pas franchement concernée - et Luke - qui maintenait son sang-froid ou plutôt son incrédulité devant un éventuel antagonisme entre Reimu et Yukari.
"Yukari, je te demande d'amener du sang à mon manoir. Et je ne plaisante pas.
- Je suis désolée, mais je crois que tu t'es servie dans d'anciennes fournitures qui m'appartenaient, si je ne me trompe pas?
- A ton avis, j'ai fait ça pourquoi? Nous sommes à court! Remédie à ça, et vite!
- Ahh, travail~travail... Je m'occuperais de ça quand je pourrai. Bon, maintenant, les ondes négatives viennent de Reimu~ Oh, ma petite Reimu~ qu'est-ce que je t'ai fait?
- Tu m'as amené quelqu'un. Je veux savoir exactement ce que tu lui as fait.
- Je ne vois pas du tout de qui tu veux parler.
- Yukari, on parle d'un homme. Enfin, il est mort, mais tu me comprends."
Luke avait posé les faits plats sur la table afin d'éviter que les sarcasmes n'accumulent une sorte d'animosité. Parler de telle manière n'était pas commun venant de lui, mais il parlait en toute honnêteté afin de finir ça vite, par souci pour Reimu.
"Je ne peux pas tout vous dire, mais j'espère que vous vous satisferez de ceci: il n'est pas exactement lui-même. Si vous le cherchez lui, vous trouverez sûrement d'autres choses... Mais ne soyez pas trop concernés avec lui: maintenant qu'il est du côté youkai des choses, c'est à moi que revient le fardeau de m'occuper de lui.
- ... Tu l'as fait exprès. Tu voulais une marionnette dont tu pourrais tirer les ficelles? Et pourquoi ça?
- Tu comprendras un peu plus tard que certains outils ne peuvent pas rester aussi vides de certitude, Reimu~. Sur ce, je crois que je viens de prendre la température ambiante plutôt mal."
Yukari se tourna ensuite vers Yuyuko: "Désolée de ne pas pouvoir rester, mais je te laisse un petit cadeau en consolation." Elle tendit le petit bocal contenant la scène d'une âme aspirée par le vide. "Je sais que tu sauras quoi faire de ce cadeau. Sur ce, je dois vous abandonner, sinon je crains de ne pas pouvoir m'occuper de vos problèmes. Au revoir~"
Et la youkai si omniprésente pendant ces dernières minutes disparut plus vite qu'elle était arrivée, en tombant dans une faille qui s'était faite juste en dessous d'elle. Aussi soudainement, Rémilia sauta de son siège. "Maintenant que mon problème est potentiellement résolu, j'ai des choses à faire à mon manoir. Ce n'est pas très maniéré, mais je dois m'en aller. Au revoir." Et la reine des vampires de Gensokyo prit son envol à son tour, quittant l'enceinte du palais des fantômes afin de disparaître vers une autre nuit.
"Vous n'allez pas nous quitter vous aussi?", demanda Yuyuko d'une voix faussement inquiète, bien qu'elle serait vexée si Luke et Reimu aussi venaient à partir, mais visiblement ils restaient, comme Reimu l'affirma.
Le festin continua à quatre personnes seulement, mais les nuits de Hakugyokurou commencent vite, et le festin fut rapide, et après le repas, les hôtes comme les invités rejoignirent des chambres, pour une longue nuit...
(Fin du chapitre 5)


Dernière édition par Musou le Mar 31 Juil - 3:19, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mer 4 Juil - 17:42

Chapitre 6: Interludes
Interlude 1: Noir et blanc
Alors que la nuit tombait, les trois fées commencèrent à se réjouir.
"Super! Maintenant c'est OK, Luna!", Sunny commençait déjà à parler un peu fort, mais avec Luna dans son élément, le son n'était pas un souci.
"Bon... Lesquels sont les plus fragiles...", Star Sapphire commençait déjà à observer les sceaux de diverses formes, cherchant lequel serait le plus facile à briser.
"Regardez!" Luna avait remarqué une lumière dans la salle. Elle venait d'un sceau mal complété, une sorte d'étrange bille de fer contenant une image, mais curieusement la lumière blanche fusait du dessus du sceau. "Okay, celui-là a l'air déjà entamé, si on s'occupait de celui-là en premier?
-Oui oui oui oui!"
, dit Luna alors que les trois fées se réunirent autour du sceau, le brisant à la force brute des danmaku. En sortit une forme blanche d'une fantôme en costume de samouraï, tout aussi blanc. "Enfin libre, j'ai mis le temps!", fit-elle en se redressant, ignorant au passage les trois fées qui l'avaient libérée. Elles étaient stupéfaites de ne pas être remarquées, mais s'attaquèrent à un autre sceau alors que Nouwa chargeait sa force. Je sens beaucoup plus de force, mais pourquoi -pourquoi? - je n'ai plus d'étincelles?, se demandait-elle. Mais peu lui importait, apparemment elle remarquait les trois fées tentant vainement de faire quelque chose. Retenant sa force dans l'aura rouge autour de sa main droite, elle écarta les fées d'un revers de main et regarda ce qu'elles tentaient de détruire... Un autre sceau, bien plus élaboré que le sien. Une sorte de bocal entouré de trois énormes cordes en nœud circulaire avec plusieurs talismans pendant de chacune. Un triple himorogi? Qu'est-ce qui peut requérir un sceau pareil au sanctuaire Hakurei? Je ne connais qu'une réponse potentielle à cette question.
C'est à ce moment que les fées semblaient s'être remises au travail, mais attaquer aussi faiblement ne ferait rien pour elles. "Dégagez!" La rageuse balaya les fées d'un coup de main jusqu'au mur et, ignorant qu'en mettant Luna Child KO elle devenait audible, elle dégagea toute sa force accumulée sur le sceau, le détruisant en un coup dans un fracas titanesque. Shingyoku, à la porte inflexiblement depuis le milieu d'après-midi, réinvoqua toutes ses formes afin de gérer le problème, mais... c'était trop tard: non seulement une Nouwa renée se trouvait en face, mais derrière elle... une autre forme, celle d'une fille aux cheveux verts, coiffée d'une longue robe bleue avec un gilet de même couleur, avec une cape assortie avec une ligne jaune près des bords, attachée au niveau de son cou par un nœud doré. Son chapeau bleu couvrait le haut de son visage malicieux, entouré de quelques mèches, le reste de ses cheveux verts tombant très bas sur sa cape. Deux ailes noires apparurent derrière la cape, chacune aussi large que l'âme elle-même, dès lors que le croissant de lune ornant le sceptre qu'elle tenait de ses deux mains se mit à briller.
"Oh non... Mima...", la forme mâle de Shingyoku avait laissé ces mots audibles alors que l'être aux trois formes restait sur place comme terrifié par son échec et par l'expression triomphante de Nouwa qui ne tarda pas à envoyer les trois formes de Shingyoku bouler jusqu'à l'arbre voisin d'une seule pulsation d'énergie très puissante. Les trois fées qui venaient de se réveiller étaient apeurées, même horrifiées de leur propre acte... De ce temps, Nouwa se tourna vers celle qu'elle venait de libérer...
"Ça fait du bien de se retrouver chez soi, mais..."
Mima, jusque là marchant tranquillement vers le temple, se retourna vers Nouwa, qui l'avait suivie jusque là. "... mais qui es-tu?
- Celle qui vous a libérée, rien de plus."

Bien que Nouwa ait répondu, Mima n'en avait à priori rien à faire, elle se contentait de sonder celle qui disait l'avoir délivrée.
"Bon, est-ce que ça te dit de déranger un petit peu Reimu pour lui dire bonjour de ma part?
- Déranger... comment?"

Et la lune commençait à descendre alors que Mima discutait de son plan à celle qui venait de se faire son bras gauche...
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Ven 13 Juil - 1:58

Interlude 2: Oreries Three Stars?

Dans la nuit de la Forêt de la Magie, une vieille maison, de style européen et très bien entretenue était un des rares lieux de sécurité dans un tel milieu, rempli de youkais à l'heure présente.
Je sens des énergies démoniaques ici... C'est anormal. Je sais qu'Alice ne se livre pas à ce genre de magie habituellement... Marisa, devant la porte de cette maison, s'était arrêtée devant ses pressentiments. Elle aurait reçu de la visite venue de Makai? Ça fait combien, une dizaine d'années?
Mais pas question d'être nostalgique. Marisa frappa à la porte avant d'être accueillie par Shanghai, la poupée la plus reconnaissable d'Alice. "Bienvenue!! Veuillez entrer.
-Elle ne m'a pas vue, ze?"
, demandait Marisa. L'évidence était dans l'attitude mécanique de Shanghai, qui aurait sans doute été un peu plus expressive si elle l'avait vue. Ouais, expressive... "Veuillez attendre ici, s'il vous plaît.", dit Shanghai, mais de toute évidence elle ne voyait rien vu qu'elle ne réagit même pas au fait que Marisa s'était enfoncée dans la maison.
"Eeeeh bin, elle s'est pas foulée sur l'accueil, ze.", laissa échapper Marisa sarcastiquement alors qu'elle entrait dans le séjour, là où Alice était assise à la table, au côté d'une autre personne. Ouep, gagné! Y a bien une démone dans le coin~!
(♪MS: Romantic Children♪)C'était une fille aux cheveux violets habillés d'un serre-tête noir et coiffés en deux queues de cheval qui partaient des côtés de l'arrière de sa tête. Elle portait des petites lunettes de soleil qui cachaient ses yeux: elle était habillée d'un gilet blanc avec une chemise noire et une cravate violette. Elle ne pouvait pas voir autre chose: elle était de l'autre côté d'une table.
"M-Marisa? Qu'est ce que tu es venue faire ici?", demandait une Alice surprise par la présence de celle qui venait pourtant d'entrer.
"Marisa? Tu veux dire la Marisa qui...?
- Oui. Cette Marisa."
, répondit Alice d'un ton bien plus sérieux. "Ouaip, c'est moi qui suis venue faire une descente à Makai, mais y a prescription depuis le temps: ça fait une bonne paye, non?
- Shinki-sama ne vous a pas oublié. Makai ne vous a jamais oublié. Vous êtes la plus dangereuse des magiciennes ordinaires, si j'en crois ce que je sais.
- C'est cool de savoir qu'on laisse des traces quelque part, hein Alice?
- Je ne vois pas du tout de quoi tu parles.
- Bon, c'est pas tout ça, mais je crois que je vais m'amuser ailleurs, allez, à plus!"
, Marisa faisait un grand geste de main et s'apprêtait à partir, mais trois coups forts retentirent sur la porte. "Finalement, je vais m'occuper de la visiteuse, ze!" Marisa courut vers la porte, écartant Shanghai - et évitant à celle qui venait d'arriver l'embarras d'avoir affaire à une poupée - pour voir une silhouette blanchâtre: une qui ressemblait à un fantôme, mais ayant une forme plus humaine: vêtue apparemment d'une tunique orientale blanche et d'un hakama rouge. Ses cheveux étaient longs et blancs, mais désormais teintés de mèches rouges. Elle tenait également un katana qui s'accrochait à gauche de sa ceinture. Marisa sifflota: c'est qu'elle avait progressé si elle ne l'attaquait pas à vue. Même si elle avait toujours une expression aussi sinistrement haineuse gravée sur son visage. C'était triste à voir une telle chose à Gensokyo.
(♫~~♫) "Marisa...
- Eh, qu'est-ce qu'il y a?"
Sentant que la partie en face s'efforçait de ne pas s'énerver, Marisa reprit son sourire: "Hè, la vie va être dure si tu nous fais une tête d'enterrement! Dis-moi ce que tu as, et avec le sourire, OK?"
En face, Nouwa sourit, pour la première fois. Certes, c'était un sourire malicieux et malintentionné, mais peut-on attendre d'une rageuse qu'elle sourie de bonheur? "Quelqu'un t'attend au sanctuaire Hakurei.
- De qui tu parles?
- Indice n°1: Son nom commence par la même lettre que le tien.
- Nitori? Chiyuri? Konngara? Satori, peut-être? Ou Patchy?"

Nouwa lui avait déjà tourné le dos, se préparant à prendre son envol en direction du sanctuaire Hakurei, ignorant la série de noms que Marisa venait de débiter avant de s'élever au-dessus du sol. La sorcière décida de voler à son côté afin de jauger son allure de vol: elles volaient à grande vitesse en direction du sanctuaire, mais déjà quelque chose commençait à changer...
Alors cette fois je suis de ce côté-là des choses? Bon à savoir...


Dernière édition par Musou le Mar 17 Juil - 0:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mar 17 Juil - 0:54

Interlude 3: Une bien mauvaise matinée...
A Hakugyokurou, Luke et Reimu se réveillèrent très tôt. Presque aussi tôt que les plus connues des résidentes locales, qui s'étonnaient d'ailleurs de ce réveil matinal des deux tourtereaux.
"Qu'est-ce qui vous fait lever aussi tôt?
- Bin j'ai juste envie de rentrer à la maison en fait. On a quelque chose à voir, pas vrai Luke?"
, demandait une Reimu un peu plus souriante et détendue à Luke qui ne put répondre que par un bâillement; ça le fatiguait de se lever à l'orée après une nuit courte. "Désolé. Mais je dois avouer qu'on doit rentrer maintenant. Vous savez pourquoi.
- Eh bien, je ne vous retiendrai pas plus. A la revoyure~~"
, annonçait Yuyuko d'un signe de main en au revoir, alors que Reimu et Luke prirent leur envol en dehors du palais des morts.

Même si le vol jusqu'à la porte entre le Royaume des Morts et Gensokyo fut court et sans embûche, la sortie fut un peu plus désagréable: Reimu eut immédiatement aperçu sur une structure étrange: une place entièrement plate, en pierres d'un bleu sombre contrastant avec la pleine verte locale, et ornée de colonnes alignées qui brillaient d'une lumière turquoise qui ornait le haut des cercles. Une structure bien étrange, qui n'appartenait sûrement pas à quoi que ce soit dans les souvenirs de Reimu.
"Luke, regarde ça. Tu serais capable de me dire ce que c'est?
- Je ne sais pas, mais il y a du fer là-dedans. Beaucoup de fer; ça cache quelque chose. Tu crois qu'on va devoir jeter un œil ici?
- Plus tard. Pour l'instant, j'ai juste envie de rentrer à la maison, qu'on aie un bon thé bien chaud et une journée tranquille. Demain seulement, on ira voir par ici, d'accord?
- D'accord, ma petite chérie."

La question de ces colonnes allait rester sur le tas jusqu'à demain, mais ce ne fut pas la seule surprise. Alors que Reimu s'approchait du Sanctuaire, elle sentait des forces hostiles venant du Sanctuaire même!
"Qu'est-ce qui a bien pu se passer?
- Je l'ignore, mais si on laisse ça perdurer, le Sanctuaire aura une mauvaise réputation, et je ne resterai pas bras croisés. On a bien fait de ne pas perdre de temps avec des petites colonnes quand le Sanctuaire est - hein?"

(♪SoEW: Hakurei Shrine Grounds♪) La menace s'était apparemment vaporisée dès que la miko était retournée à son sanctuaire. Étrange, tout de même, d'autant plus qu'une ombre circulaire géante approchait de nouveau du sanctuaire. Mais à l'approche de Reimu, l'ombre se rétrécit à une demi-sphère de deux mètres de diamètre, posée sur le sol.
"Mais qu'est-ce que Rumia fait par ici?
- Aussi improbable que ça puisse paraître, je crois qu'elle a un mot à dire; ou elle cherche quelque chose. Mais...?"

Reimu était entre l'étonnement et la déception: elle avait remarqué les trois formes de Shingyoku terrassées, même l'orbe n'émettait que peu de force de vie. mais comment l'être qui gardait la porte du sanctuaire avait pu revenir ici dans un état pareil si il avait été vaincu, et comment aurait-il pu aussi mal finir si il avait été vainqueur? Ça ne tenait pas debout, mais Rumia était peut-être impliquée.
"Hè, ne bouge pas!"
Reimu et Luke atterrirent autour de Rumia. "Est-ce que tu sais quelque chose à propos de ce qui se passe ici?"
Bien que Reimu n'en attendait pas énormément, la petite voix claire de Rumia sortit de l'ombre. "Eh biiin... Quelques petites choses. Hier j'ai vu trois fées dans le coin, et elles ont eu peur de moi~ Alors quand je suis partie, elles ont du faire quelque chose qui a fait du bruit, alors je suis revenue voir. Mais je me suis fait heurter par ce ballon et j'ai eu très peur et très mal. Je suis restée ici en espérant pouvoir demander des excuses, mais je retrouve plus celles qui étaient là hier soir alors j'attends~. C'est quand même deux malapprises pour me faire attendre?
- Bon, je te laisserai courir pour cette fois. File donc, je m'occupe de ça."
, fit une Reimu étrangement indulgente. Rumia partit malgré elle: "Vous les laissez pas filer, hein?"

Et voilà, tout était reparti: Gensokyo était de nouveau agité, et c'était le devoir de Reimu que d'apporter une fin à cet incident comme tous les autres. Il fallait maintenant comprendre qui avait pu agresser Shingyoku, et le lieu le plus probable de l'agression était le plus probablement la petite chapelle devant le sanctuaire, qui servait plus d'entrepôt de sceaux à Reimu. Et c'est en entrant qu'elle vit la catastrophe: c'était un bazar, avec un énorme vrac de bocaux brisés et de trois fées évanouies. Quand Reimu chercha un sceau particulier, elle trouva un amas de cordes brûlées.
"Oh non... Quelque chose me dit que ce ne sera pas vite terminé..."
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Dim 22 Juil - 0:44

Interlude 4: Enfin ressembler aux autres, partie 1
Lorsque Musou ouvrit les yeux après sa première nuit en secret au palais des morts, il semblait déjà faire soleil. Dans une certaine mesure, bien sûr, mais la lumière fade du Monde Éthéré n'était que pour lui plaire: il n'avait jamais aimé la lumière trop forte de toute façon. Curieusement, personne ne l'avait réveillé; et du coup, il s'était réveillé à une heure habituelle pour lui: sûrement vers onze heures du matin, ou peut-être même midi, qui savait?
Malgré tout, la souffrance de la veille au soir était passée après avoir bien mangé et dormi, et - chose étrange - le spectre se sentait beaucoup mieux: plus capable de se concentrer ou de penser, même si au fond c'était toujours pas assez pour qu'on puisse dire qu'il était sain. Il se sentait toujours un peu fou, pas dans ses pompes et tout. Ça lui éviterait peut-être d'être désagréable...
"Bonjour. Tu te lèves tard, dis-moi...", une Youmu étonnée le saluait alors qu'elle le croisait dans le couloir. "C'est à cause de ce qui t'es arrivé hier?
- Tu sais ce qui m'est arrivé hier?
- Je l'ignore, mais tu étais dans un état... affreux. J'ai tenté plusieurs choses, mais rien n'y a fait.
- C'était Yukari.
- Tu connais Yukari-sama?"
L'étonnement avait de nouveau gagné Youmu. Il faut dire qu'il est facile d'étonner une personne comme Youmu en parlant de sujets qu'elle ne connaît pas. "Que t'a-t-elle fait?
- S'il te plaît, pas de fioritures. Quant à ce qu'elle m'a fait, elle m'a posé un bocal bizarre sur la tête et j'ai passé le reste de la soirée à être torturé, donc je ne crois pas que ce sera possible de t'expliquer.
- J'espère que tu es prêt, parce que tu ne vas pas rester ici aux frais de la princesse sans vivre comme un résident normal. Je vais t'entraîner cet après-midi, alors tiens-toi prêt.
- Je serai prêt."

En sortant, Musou décida - n'ayant rien à faire de son temps en attendant l'entraînement par Youmu - de se préparer seul à l'entraînement. Il sortit du palais et décida de travailler ses mouvements au hasard, faisant n'importe quels mouvements qui lui venaient à l'esprit. Ses gestes avaient gagné en adresse par rapport à son essai précédent la veille, semblant bien plus normaux et moins saccadés.
Poursuivant sa série de mouvements complètement au hasard en avançant dans les couloirs avoisinant, il fut surpris par une voix alors qu'après un mouvement du bras il reprenait son épée à deux mains.
"Coucou, on danse?"
Le spectre s'arrêta.
"Pourquoi tu t'arrêtes? C'était joli~
- Je me sens ridicule maintenant..."
, répondit celui qui avait été un homme en fermant les yeux. "Oh well..." Après ces mots en anglais, le spectre se détendit d'un geste du bras vers le sol, geste qui sembla laisser des étincelles avec des bruits de friction. Regardant sa main et serrant le poing, Musou lâcha un sourire: il semblait avoir compris qu'il venait de faire un pas vers les jours où il tirerait des danmaku comme un habitant de Gensokyo.
"Tu ne pourrais pas danser pour moi en attendant le déjeuner?
- Ce n'est pas censé être de la danse, j'étais en train de m'entraîner... Vous me donnez honte.
- Il n'y a pas de honte à avoir~ Danmaku où mains nues, ça doit être joli~"
, Yuyuko rit doucement en croisant le spectre, le clouant sur place: Elle a dit que j'étais sur la bonne voie, si je ne me trompe pas?
Fini l'entraînement, il remit ses mains dans les poches de sa veste et marcha les yeux fermés avec un sourire satisfait...
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mar 24 Juil - 22:32

Interlude 5: Danse en trois sens:

Cela faisait maintenant une semaine. Une semaine qu'Orin était remontée à la surface et elle n'avait toujours aucune trace d'importance. C'est vraiment incompréhensible. Pourquoi elle se permet de garder Okuu alors qu'elle n'a trouvé aucune information concernant ce qu'elle cherche... Alors que la kasha était perdue dans ses pensées, elle vit une trace dans le ciel. Réagissant immédiatement, elle se cacha entre des rochers et scruta le ciel afin de voir ce que c'était. Ce n'était nulle autre que la reporter tengu Aya Shameimaru, qui apparemment se dirigeait de l'horizon vers le sanctuaire Moriya. (MoF: Fall of Fall~Autumnal Waterfall) Bien quelqu'un qui ne doit pas me voir, mais qu'est-ce qu'elle vient faire ici? Elle serait allée aussi loin que de tenter de mobiliser le monde souterrain et les tengu pour sa petite affaire? Tout ça parce que quelqu'un est apparu dans son temple... Elle n'a pas le sens de la mesure.
Mais elle ne tenta pas de mettre son nez à un endroit où elle pouvait être vue aussi facilement. Il y avait bien les trois déesses sur place, si on ajoutait à cela Okuu, Aya et d'autres éventuelles présences, il y avait beaucoup trop de possibilités qu'elle soit prise sur le fait. Et ce malgré la discrétion que nous chats avons...
Mais il ne fallait pas être trop pressée ou avide de savoir, et cela, Rin le savait. S'éloignant du temple de quelques pas, elle fut surprise par une autre personne imprévue: une grande youkai-oiseau aux cheveux blancs, vêtue d'une chemise blanche avec des lignes violettes au niveau de ses mains, d'un gilet et d'une jupe tous deux bleus sombres. Elle portait également un chapeau tengu rouge foncé sur la tête, ainsi que des lunettes. Ses quatre ailes blanches lui donnaient une étrange sorte de prestance, même alors qu'elle avait pris une pose "assise dans les airs" et les bras croisés.
"Je crois que je tiens une intruse...
- Et qui êtes vous?
- Je suis Maki Aoyou, une garde tengu.
- Les tengu corbeaux ont les ailes noires, et les autres n'ont pas d'ailes...
- Touché, mais... Tu dois quand même partir d'ici~"

Orin s'attendait à ce genre d'affirmations. Les tengus - même si elle n'en est pas une - sont très territoriaux. Elle soupirait devant son manque de capacité à discerner celle qui se tenait maintenant devant elle. "Seulement si tu gagnes. Si tu perds, tu fermeras les yeux sur ma présence ici et tu n'en parleras à personne. Ça te va?
- J'aurais préféré ne pas en venir là, mais il n'y a rien à faire...
- Un peu plus de courage! Si tu n'as pas le cœur au duel, tu ne pourras jamais passer mes épreuves!"

Orin jaugea son adversaire dans les yeux avant de sortir une Spell Card: "Signe Félin: Le Pas Erratique du Chat Vengeur!" Elle fit un tour complet autour de son adversaire, qui commença à tirer sur Orin alors que la kasha semblait avoir posée six petites balles d'énergie qui explosèrent en des centaines de projectiles disposés en anneaux. Mais l'oiseau blanc trouva aisément des failles dans ce schéma, passant entre les danmaku alors que les anneaux devenaient moins denses. Orin avait été touchée, laissant un point à son adversaire. Si elle me touche, je devrai partir, et décevoir Satori-sama. C'est hors de question!
"Lumière: Rayon solaire!"
Orin attendit sur place; apparemment, son adversaire avait tiré des rayons tout droit vers elle, mais pas seulement cela: des lignes sortaient de nombreuses petites balles lumineuses. Jusque là, c'était simple, et la kasha passait agilement à travers les balles blanches émises au hasard, jusqu'à remarquer que les environs semblaient être plus lumineux. Réalisant vite que c'était le fameux rayon solaire duquel la Spell Card tirait son nom, elle avança très vite entre les balles avant qu'un massif rayon de lumière descendit du ciel et lui frôla les jambes. Elle n'y va pas de main morte! Si cette carte continue, on va être remarquées à coup sûr mais c'est sur ça qu'elle mise, peut-être! Profitant d'un temps durant lequel les lignes s'étaient dissipées, Orin revient juste devant son adversaire, et leva sa main, appelant une fée zombie qui émit des flammes violacées autour d'elle, finissant la Spell Card.
"Ça suffit. Tu peux rester.", fit l'adversaire avec un sourire. "Tu as gagné, je vais m'en aller.
- Habituellement, les tengu sont un peu plus persistants...
- Je ne suis qu'un oiseau voyageur qui erre à la recherche d'une maison. Mais je ne suis pas à ma place chez les tengu. Sur ce, je te donne mes adieux."

L'oiseau à quatre ailes se retira, et Orin se contenta de soupirer. Tout ça pour rester inaperçue, et ce à cause d'un oiseau... Qu'est ce qu'il ne faut pas faire...?
Orin se recacha, voyant le sanctuaire Moriya s'agiter: qu'avaient-ils trouvé là-haut? Elle ne le savait pas, mais il faudrait bientôt se déplacer.
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Lun 30 Juil - 3:01

Interlude 6: "Enfin ressembler aux autres" partie 2
Après un petit repas dans les jardins du Palais des Morts, deux morts et demi venaient de terminer un splendide repas. Hakugyokurou devait sûrement voir des repas des plus magnifiques de toute l'existence. Stupéfait et repu, celui qui ne répondait plus à aucun nom restait accoudé à la table, poussant un soupir satisfait. Mais même si la princesse s'en allait, le repos n'irait pas dans le cas de Musou et Youmu: en effet, cette dernière décida de faire commencer l'entraînement. "Avant que tu ne te sentes lourd.
- Mais je ne me sens pas lourd.
- Déjà? Tu ne devais pas être très humain pour commencer... Bref, c'est le moment de t'entraîner un peu. On va commencer par faire le tour du jardin.
- Comment!?"

Le spectre regarda le jardin, incrédule. C'est comme si le palais avait assez de surfaces pour être long d'un horizon. Il me faudrait au moins un jour pour faire toute cette distance!!
"C'est une blague? Je pourrai jamais faire tout ça en moins d'un jour!
- Tu crois franchement être incapable de faire ça en moins d'un jour?
- Le tour complet? Bien sûr, y a pas d'homme qui puisse faire ça."

Devant cette pseudo-plainte de Musou, la demi-fantôme décida de donner un coup de mordant verbal: il avait été si prolifique en sarcasmes qu'il lui avait donné des idées. "Quelle chance, tu n'es plus un homme. Ici au Monde Éthéré, seuls les spectres, fantômes et autres esprits existent. Tant que tu ne seras pas vidé de cette volonté que tu as de ne pas croire que tu es mort... Tu ne seras qu'un homme." Ses mots dits, Youmu dégaina son Roukanken, le prit de ses deux mains en l'étendant au-dessus de sa tête et le tendant. Musou, lui ne réagit pas, regardant Youmu droit dans les yeux, et ne bougeant pas, comme si il essayait de la perturber. Elle abattit l'épée qui pouvait tout couper... et le spectre n'eut qu'un léger mouvement de sourcil, comme si il avait su qu'elle arrêterait son mouvement avant de le trancher en deux. "Maintenant, tu peux courir?" Renouvelant sa concentration, Youmu releva son Roukanken et serra les mains avant de rabattre l'épée qui faillit toucher le parquet. Mais Musou avait déjà pris ses jambes à son cou et dépassé Youmu, courant aussi vite qu'il le pouvait.
Il faut le forcer un peu, mais il a ce qu'il faut. Ça valait bel et bien le coup. Mais je ne dois pas lésiner sur mon propre entraînement, alors c'est parti!
Youmu décida de courir également, fonçant dans le même sens que celui qu'elle venait d'envoyer faire un tour complet du palais. Elle ne mit pas plus d'une minute à lui passer devant, manquant de le bousculer, mais apparemment, lui ne s'était pas perturbé, courant à sa vitesse comme une flèche électrique. Il ne se rend même pas compte qu'il a gagné un pouvoir, et il le laisse se manifester derrière lui sans s'en rendre compte... Tant qu'il sera incapable de comprendre ou maîtriser sa propre force, je devrai le garder ici. Je crois que je viens de nous mettre Yuyuko-sama et moi dans de beaux draps...
Lorsque Musou se retrouva là d'où il était parti, le ciel avait pris une teinte légèrement grisâtre, et Youmu l'avait dépassé 10 fois. Il avait certes mis moins d'un jour complet pour finir ça - bien que ne pensant plus, il n'y avait jamais vraiment fait attention - mais... "Quelle heure il est d'ailleurs?
- Ce n'est pas important. Il est l'heure de passer à la pratique directe maintenant que tu es bien en jambes. Allez, suis-moi."

Youmu mena celui qu'elle venait de faire son disciple vers une salle d'entraînement.
"Maintenant, essaie de m'attaquer de toutes tes forces. Sors une Spell Card si besoin est, mais je veux voir tes capacités à leur maximum. Engage!"
J'ai qu'une seule Spell Card alors l'heure est venue de faire dans la dérivation... Musou pensa de toutes ses forces jusqu'à se remémorer d'une technique qui voudrait forcément dire qu'il puiserait dans toutes ses forces pour l’exécuter. Après tout, je n'ai pas nommé une variation "Atomic Overdrive Full Force" pour rien. Youmu, surprise qu'il lui faille tant de temps pour trouver un schéma d'attaque, ne comprit pas quand à la sortie de sa réflexion il brandit la carte "Reibaku". Mais c'est une carte de défense, à quoi il pense?
Jetant la carte dans les airs, il se concentra et se prépara à expulser ses forces. "Akuten Ni-shiki: Reibaku!"1, s'écria le spectre en écartant ses bras et en piétinant le sol, sa puissance grimpant. Il fonça vers Youmu sans se rendre compte qu'il l'avait touchée par surprise, mais cette dernière avait récupéré afin de se préparer à la suite de ses attaques. En effet, elle dut bloquer un uppercut, un coup d'épée horizontal alors qu'il tenait son épée en prise inversée, un autre similaire à un batto2 alors qu'il avait changé sa prise d'épée pour une prise normale, un coup d'épée ascendant similaire à son Crescent Moon Slash, un coup de pied rotatif vers le bas alors qu'il descendait, puis un coup d'épée vers le bas alors qu'il posait pied à terre, puis un uppercut vers le ventre, et enfin, un coup d'épée donné tel un coup de poing alors qu'il avait repris une prise inversée. A cause des élans successifs des attaques qu'elle avait parée, Youmu venait de se faire plaquer dos au mur, et elle se rendit compte qu'il venait de saisir son épée à deux mains, chargeant bien plus de force qu'il ne l'avait fait jusque là: c'était son plein potentiel.
"Doo natte ma shiron zo!"3, s'exclamait-il alors que d'un mouvement d'épée vers le haut il relâchait une énorme vague électrique vers Youmu, mais cette dernière avait déjà réagi. "Signe Humain: Lame du Présent!", elle avait disparu et, en un rien de temps, contourné l'attaque d'énergie et balayé les jambes de celui qui l'avait mise dos au mur, lui gagnant un vol plané et une chute au sol.
"Pas trop mal. Tu as pas mal de potentiel, par rapport à ce que je pensais.
- Ouais ouais, pas mal de potentiel électrique, hein?"

Youmu ne comprit pas franchement le jeu de mots, mais c'était elle qui entraînait; et elle sentait bien les temps qui allaient suivre.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------
    Notes:
  1. "Akuten Ni-shiki: Reibaku": Signifie "Bad Atmoshpery Type 2: Reibaku". C'est pour indiquer que la Spell Card n'est juste pas utilisée de la même façon que la fois précédente.
  2. Batto (ou battou) signifie un coup d'épée fait en dégainant, comme si on devait donner un coup du dos de la main.
  3. Mauvaise prononciation de "Dou natte mo shiran zo." qui signifie "Peu importe ce qui se passe, ce n'est pas ma faute!"
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mar 31 Juil - 1:52

Interlude 7: Au-delà du normal
Un endroit contraire au mysticisme des sanctuaires de Gensokyo et à la mort du Monde Éthéré, le Village des Humains. L'atmosphère régnant dans ce lieu habituellement calme bien que vivant était cette fois-ci bien plus tendue, ceci étant dû bien sûr à la présence d'une vampire dans les rues; une vampire bien particulière vêtue tout de rose, décorée de rubans rouges et armée d'un parasol rose qui répondait au nom de Rémilia Scarlet.
Cette dernière marchait dans les rues avec un port fier, ignorant tous les humains qui s'écartaient sur son passage avec un dédain qui suggérait qu'elle n'avait pas volé son surnom de "Démon Écarlate". Mais que venait-elle faire au milieu des humains dont elle n'avait visiblement rien à faire, étant même leur ennemie par nature? Elle observait dans les rues, cherchant visiblement quelque chose. Bon sang... Mais à quoi peut bien ressembler un restaurant? "Un endroit où les humains se rassemblent pour manger.", m'avait-elle dit, mais c'est bien trop vague. J'ai déjà rassemblé des gens au manoir pour manger, alors ça pourrait très bien être très grand...
Marchant à travers les rues, et de plus en plus insatisfaite, la reine de la nuit continua de marcher, jusqu'à croiser une certaine personne.
"Dame Rémilia!? Que pouvez-vous bien faire là?
- Sakuya?"

En effet, la personne qui se tenait en face d'elle était une humaine habillé en servante, aux cheveux blancs coiffés devant en deux nattes tressées, et le reste tenu en arrière par une coiffe.
"Vous cherchez quelque chose?"
Rémilia était étonnée que ce respect exagérément humble fasse partie du caractère de Sakuya, mais peut-être que d'innombrables années passées à son service ne s'évaporent pas en 5 ans. N'y payant pas plus d'attention, elle répondit à son ex-servante. "Ce 'restaurant' dont tu m'as parlé. Pourrais-tu m'y amener, s'il te plaît? J'ai à te parler.
- Vous n'avez pas bien choisi votre heure pour venir. Nous sommes à une heure de pointe... Il va falloir que je vous amène à l'arrière, si ça ne vous dérange pas.
- Soit. Ça ne me dérange pas."

En ce qui ne sembla rien être, Sakuya et Rémilia atteignirent le restaurant, un bâtiment de taille modeste par rapport aux attentes de Rémilia. Il semblait étonnamment simple, avec une architecture simple, construite plus pour durer qu'autre chose. Une rangée de poutres carrées et alignées servait de façade, assurant aux gens de la lumière et un bol d'air jusqu'à l'intérieur du restaurant. Assez approprié vu que le restaurant s'appelait "le Bol d'Air" comme l'annonçait une enseigne placés judicieusement sur le toit. Des gens étaient assis aux tables sur la terrasse, signe de la belle journée, et comme Sakuya l'avait indiqué, c'était une heure de pointe. Il y avait tellement d'humains assis à la terrasse qu'en y réfléchissant, l'intérieur ne servait à rien. Le soleil aurait tapé très fort, mais la vampire tenait fermement son parasol.
"Entrons."
Nullement remarquées par les hommes en raison du temps qui était à présent statique, Sakuya et Rémilia marchèrent jusqu'à un couloir derrière le restaurant, prenant les escaliers afin d'aller à l'étage avant de redonner au temps son cours habituel.
"Donc, de quoi vouliez-vous me parler?
- Tu sais qu'il y a un autre homme récemment arrivé à Gensokyo?
- Je l'ignore. Enfin, je l'ignorais, jusqu'à maintenant.
- Il est arrivé il y a environ un mois. A couse de la situation d'il y a deux semaines, j'ai été contrainte à le mordre. Il est mort dans mon manoir et j'en porte la responsabilité, mais Yukari a eu un rôle là-dedans.
- Oh, vraiment? Désolée, mais ma situation actuelle ne me laisse que peu de désir de connaître les actualités de Gensokyo, et le Bunbunmaru ne paraît pas ici comme vous pouvez le deviner...
- Le Bunbunmaru ne vaut pas grand chose. Cette tengu, Aya, raconte surtout des mensonges, des semblants, des contrefaçons; et seulement quand il ne reste rien d'autre il raconte la vérité... Bref, il te faut également regarder dehors, en direction du sanctuaire.
- Oh, vraiment? Qu'y a-t-il du côté de Reimu? Oh!"

Quand elle regarda en direction du lieu le plus sacré de Gensokyo, une vision la choqua: celle d'une partie du ciel, qui nul ne savait comment était devenu soudainement nocturne. Par ailleurs, tout ce qui était en-dessous de cette zone sombre semblait également être la nuit.
"J'imagine que ce n'est pas vous qui avez décidé de ça, ai-je raison?
- Exact, Sakuya. J'aimerais que tu m'offres ton aide pour résoudre cet incident. Qu'en dis-tu?
- Il me faudra en parler à-
- Bien sûr, vas-y. Amène-le ici, s'il te plaît."

Zéro milliseconde plus tard, elle amenait une autre personne dans la salle. Un homme vêtu d'habits traditionnels japonais mêlant les couleurs vertes, rouge et or; ce qui étrangement n'allait pas si mal.
(♪Team Fullmoon Theme: In Cold Blood♪)"Que se passe-t-il?
- Bien le bonjour, Dondéo Izayoi."
Bien qu'elle ne se veuille bienveillante, il y avait une sorte d'acidité dans son appui verbal des deux derniers mots qui laissait suggérer qu'elle trouvait toujours une certaine amertume à évoquer le départ de Sakuya. "Je suggère que vous regardiez dehors, en direction du sanctuaire."
Dondéo gardait un port fier en face de Rémilia. Après tout, ne pas garder son sang-froid et son attitude en face d'elle était lui prouver son infériorité, et en soi lui donner une raison de désapprouver du départ de Sakuya. Il regarda dehors d'un œil fin, et trouva immédiatement un problème. "Il fait nuit, là-bas; et seulement là-bas... Ce n'est pas vous, j'espère?
- Si il devait toujours faire nuit quelque part, j'aurais plus judicieusement choisi ma cible. Je pense qu'il y a quelque chose derrière tout ça, et que Reimu profitera de la nuit pour se reposer jusqu'à plus sommeil. J'ai donc l'intention que nous gérions cet incident nous-mêmes. Qu'en dites-vous?
- L'idée de fermer me dérange, mais si les gens moyens voient ceci, ils risquent de prendre peur... Mieux vaut nous occuper de cela, en effet; mais je ne partirai pas avant que les clients du moment ne soient partis, comme vous vous en doutez.
- Quelques heures importent peu. Le soutien est tout ce qui compte.
- Si vous permettez, j'ai des gens à satisfaire avant de fermer boutique.
- Je n'ai plus rien à dire, faites donc."

Rémilia était satisfaite. Elle aurait sans doute la première main dans la résolution de l'étrange incident qui frappait les environs du sanctuaire, et ce qui la satisfaisait encore plus était qu'elle retrouvait enfin Sakuya. Certes, il lui manquait toujours une personne à mettre à la tête de ses servantes; mais celle qu'on appelait "Démon Écarlate" avait une relation très fusionnelle avec celle qui avait été sa "Parfaite Servante A La Montre De Sang" pendant si longtemps. Regardant la perturbation céleste d'un air défiant, elle se sentait revivre; elle serait prête à faire parler la force.
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Jeu 2 Aoû - 2:38

Interlude 8: Déjà une solution?
Depuis plusieurs jours, le ciel perpétuellement nocturne au-dessus du sanctuaire Hakurei rendait les environs sombres et les teintait d'un camaïeu de bleus proche du noir. Une petite oni habillée d'une chemise en loques et d'une robe violette avec un motif de flammes blanches adornée d'une ruban rose volait en-dehors de la zone, se dirigeant vers la Montagne Youkai, à une hauteur déjà incroyable. Que pouvait-elle bien chercher en haut de la montagne? Nul ne le savait, mais là où elle était, même les tengu ne semblaient pas prendre la peine d'aller la chercher. Même le sanctuaire Moriya était loin en-dessous de ses pieds, pas qu'elle en ait grand-chose à faire vu qu'elle ne prenait même pas avantage de la hauteur pour admirer le paysage magnifique qu'offraient la contrée de Gensokyo.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Note de Musou n°4:
Oui, j'ai la flemme de décrire le paysage de Gensokyo... Désolé, mais c'pas mon trip de décrire la vue du monde.
"Eh mais qu'est-ce que cette note fait ici? Remets-toi à écrire et fissa!"
Ahlàlà...
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Et Suika continua de s'élever jusqu'à hauteur des nuages, pour atteindre la mer de nuages qui se trouvait en-dessous de Bhava-Agra, le domaine des Célestes.
"Eeeh bin, voilà qui était court et sans embûches..."
Alors que Suika disait ça, une autre personne sortit des nuages: une personne visiblement plus âgée, aux cheveux indigo lui allant jusqu'aux épaules qui étaient adornées d'une longue et magnifique écharpe rosâtre adornée de lignes ondulées et rouges. Elle portait également un chapeau noir avec un ruban rouge, et le reste de sa tenue consistait d'une longue robe noire. C'était la Messagère du Palais des Dragons, Iku Nagae.
"Que viens-tu faire ici?", demanda-t-elle platement. Étant en un certain sens la gardienne du paradis, cette question était une question habituelle à poser à quiconque osait mettre les pieds ici.
"Bin je suis venu profiter de ma place offerte au paradis, quelle question!"
Suika avait répondu de sa voix enjouée qui sentait l'alcool au point qu'elle n'avait sûrement pas pensé sa réponse. "Je m'ennuie chez Reimu, et j'ai envie de discuter avec ta petite protégée... Bon, qu'est-ce qu'il y a?"
Si Iku - aussi sage qu'elle était - était toujours présente, c'est qu'il y avait quelque chose.
"Il y a une perturbation au-dessus du temple Hakurei. Tu le sais, et je le sais. Je te demande ce que tu comptes faire avec la fille aînée du clan Hininawi.
- Juste qu'on s'amuse un peu. Pas de souci!
- Ne fais pas n'importe quoi. Tu sais qu'elle n'est encore qu'une enfant.
- Les oni aiment les enfants parce qu'ils parlent la vérité. Où est le problème dans le fait d'amuser une enfant?
- Tu sais ce qui est arrivé la dernière fois qu'elle s'est amusée... Fais attention qu'aucune mégarde n'arrive. Je compte sur toi.
- A la prochaine~"

Alors qu'Iku, assez peu confiante, retourna dans les nuages, la petite oni à deux cornes escalada le peu de distance qui restait. Par rapport au gris de la rocaille qu'elle foulait auparavant, celle sur laquelle elle mit le pied au-dessus des nuages était claire, presque blanc marbre, et il y avait des petites fleurs blanches sur tout ce qu'on appelait ici le sol. Il y avait quelques arbres plantés par-ci-par-là, et le ciel clair laissait apparaître les plus clairs des nuages blancs, ceux qu'on ne pouvait voir depuis le sol de Gensokyo. La vue était magnifique, divine, paradisiaque. C'était Bhava-Agra, le paradis dont on interdisait l'accès au commun des mortels et des morts.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Note de Suika:
Tu vois quand tu veux! Tu peux faire des descriptions... Fais-en plus souvent :3
"Mais qu'est-ce que tu fais, là?"
Bin je profite de ce que tu as fait avant!
"Ouais bin demi-tour à gauche! Ou tu vas avoir droit à un goût de la toute-puissance de l'auteur!!"
Bah, tu t'en es déjà pas mal servi, mais bon, je passe. T'es pas capable de t'en servir sur moi de toute façon. :3
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Courant à travers les la prairie géante, Suika avançait pendant ce qui lui parut une éternité - c'est à dire plus de trente secondes - sans trouver de bâtiment. Les Célestes ne jugeaient pas les structures utiles apparemment, vivant de bonheur et d'eau fraîche. Bah, ils vivent plutôt d'arrogance et de pêches, mais bon... Suika s'allongea et prit une gorgée de saké. Comme elle se sentait mieux, elle en reprit une autre. "Nyaaaaaaa, ça fait du bien..."
Mais apparemment, on savait déjà qu'elle était arrivée: au-dessus d'elle se tenait un visage familier affublé d'un chapeau avec trois pêches, et la main de cette même personne, secouée en salutation.
"Coucou!
- Qu'est-ce qu'il se passe en bas? Dis-moi! Je veux savoir!"

Tenshi semblait déjà toute excitée. Pour d'autres personnes, ça aurait été une très mauvaise nouvelle. Mais pour une oni qui était là pour cette personne précise, ce n'était rien d'autre que ce qu'elle voulait.
"Je t'emmène.
- Hein? Tu... tu plaisantes?
- Nan. Tu veux voir ce qui se passe? Je te propose de venir avec moi profiter que des choses se passent. En gros, on va s'amuser!
- Super! Je t'accompagne!"

Comme anticipé, Tenshi était remplie de joie à l'idée de descendre au niveau du sol. Suika n'en attendait pas moins, mais elle avait hâte de s'amuser. Tenshi aussi, bien sûr. Aussi surprenant que ce fût, les deux retournèrent au centre de Bhava-Agra, et descendirent la montagne Youkai assises sur une énorme pierre créée par Tenshi, qui ressemblait à une météorite dans sa descente effrénée vers l'endroit que Suika pointait du doigt, apparemment une caverne qui se trouvait en plein milieu d'une des rares plaines de la contrée des fantaisies, qui s'étendait de la bordure du lac brumeux jusqu'à une des nombreuses aires couvertes par la Forêt Magique.
"Qu'est-ce qu'on vient faire ici?
- Plus on est de folles, plus on rit! On va chercher une... amie. Elle devrait arriver bientôt.
- Mais personne ne vient!
- Ne t'en fais pas. Elle m'a dit qu'elle viendrait.
- Elle pourrait t'avoir laissé tomber.
- Elle viendra. Nous oni pouvons fuir et nous cacher, mais nous ne mentons jamais!"

Apparemment cette parole avait attiré une autre oni qui était sortie de la cave avant de faire un saut périlleux et d'atterrir sur le sol en un terrible fracas qui secoua la Céleste au point qu'elle tomba par terre, impressionnée. Cette nouvelle arrivante était vêtue d'une chemise blanche avec quelques traits rouges peu proéminents, ainsi que d'une jupe outremer avec des éclairs rouges et roses dessinés aléatoirement. C'était la plus grande camarade de Suika à ce jour: Yuugi Hoshiguma.
(♫Team Tenki Theme: Commoner's Scourge♫)"Suika, c'est elle que tu considères comme un combat viable?
- Naaah, Yuugi, t'as rien compris. On va faire un peu de boucan, et ça va attirer plein de monde! Et on pourra faire la fête ou se battre avec tout ce qui nous passe par la tête!
- Suika, tu es dégoûtante."
, lança Yuugi en retenant un rire.
"Tout pour s'amuser! Allez, on va pas rester les pouces croisés, sinon on ne se battra contre personne!
- Et comment tu crois qu'on va attirer les gens?
- Tenshi est là pour ça! Y a une fuite de fantômes chez Reimu! En s'occupant du surplus, elle va changer le temps. Et y a plus qu'à faire taire les pleurnichards!"
, Suika sourit.
"Bah, tout ça pour ça... Bah, si c'est une chance d'avérer ma supériorité, tout me va.
- Peu importe comment vous faites, je veux un combat!"

Et c'est de pas fermes que le groupe de trois filles s'approcha du sanctuaire où tout allait se passer.


Dernière édition par Musou le Ven 24 Mai - 2:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Sam 4 Aoû - 2:57

(♫Opening 3: Dark Clouds♫)
Interlude 9: Destruction à grande échelle!!!
Aux alentours du Sanctuaire Hakurei, un bâtiment bien étrange s'était récemment dressé aux environs du sanctuaire Hakurei, exactement en-dessous du centre de la zone éternellement en période de pleine lune. C'était une tour d'architecture manifestement orientale, avec des murs rendus violets par l'absence de lumière et des sortes de toits tous les quelques étages, culminant ainsi à d'immenses hauteurs qu'un humain normal n'imaginerait jamais.
Mais une des "habitantes" de ce lieu récemment créé n'était pas une humaine comme les autres... Vêtue d'une longue robe d'un violet au fond assez bleuâtre, et d'un gilet noir comme la nuit assorti à son chapeau de même couleur. Elle tenait de la main gauche un balai qui l'accompagnait depuis si longtemps que même Yukari ne le savait pas, et de sa main droite une sorte d'étrange engin en forme de prisme droit assez peu volumineux vu qu'il tenait dans la main de la sorcière. Il y avait huit signes imprimés en cercle sur la face visible, entourant une sorte d'orbe.
"Meeeh, les tours géantes, ça n'a jamais été mon trip...", se disait Marisa à voix haute alors qu'elle était restée au pied de la tour. Mima et Nouwa, elles, étaient sûrement tout en haut; chacune des deux ayant probablement ses raisons. C'est définitivement pas moi d'avoir une telle folie des grandeurs. Entre l'autre coincée qui cherche à se protéger de tout et Mima-sama qui veut aborder Gensokyo sur ses grands chevaux, je suis vraiment la seule à avoir les pieds sur terre. Bah, il est l'heure d'aller se distraire, je vais peut-être aller voir Rinnosuke. Ah non, c'est vrai, je suis supposée être une fauteuse de troubles! Oui, mais qu'est-ce qui m'empêche d'aller voir Rinnosuke? Il ne saura rien de ça de toute façon...
Pendant ce questionnement d'elle-même, Marisa ne se rendait pas compte qu'une poupée était descendue sur son épaule et lui tapotait le visage. "Si c'est pas la petite Shanghai. Allez, où est Alice?"
Comme pour répondre, la marionnette pointa un de ses bras vers le haut, montrant Alice assise sur une des toitures du bâtiment. "Oi, Alice! T'es dehors pour t'amuser toi aussi?
- Non, je viens de remarquer une silhouette dans le ciel. Un énorme engin qui ne ressemble à rien de ce que je connaisse, viens voir!
- Attends, tu déconnes?"
, s'étonna Marisa qui avec ces mots gagna un regard fâché de la marionnettiste alors que d'un fort coup de pied elle décollait à balai pour s'arrêter à hauteur d'Alice. "Tu crois pouvoir m'expliquer ça?
- Eh, attends une seconde... Les kappas ne peuvent pas être capables de construire des engins pareils..."

Tentant avec un maximum d'attention d'identifier la forme de l'appareil, Marisa parvint à discerner diverses formes: l'engin massif était maintenu en hauteur par aucune forme de sa connaissance. On ne voyait que trois sortes de hublot géants contenant un fourneau et une tour partant du point le plus élevé, mais n'atteignait pas de grande hauteurs. Il y avait également quelques traits de lumière tournant autour, apparemment des engins de surveillance.
"Je reconnais ce genre de traits, mais j'arrive pas à m'expliquer... C'est probablement de la surveillance pour un truc aussi gros... Ces trucs font un peu comme Mimi-chan derrière eux~~!"
Devant cette réflexion solitaire, Alice restait étonnée. "Et bien? Qu'est-ce qu'il y a?
- C'est pas de la surveillance. C'est des armes! Ils me défient!
- Marisa, tu ne penses pas-
- Oooh, si..."

Marisa marqua une pause en plein milieu de son discours.
(♪Team Magic Theme: Flight of the Stars♪)"Si ce truc nous remarque, on est cuites; il faut foncer dans le tas!"
Marisa s'agrippa à son balai et partit d'un grand coup de verniers, gagnant instantanément une grande vitesse qui aurait menacé de faire décoller le chapeau de la sorcière alors que la marionnettiste la suivait aussi vite qu'elle le pouvait, s'approchant de l'engin au potentiel de destruction supposé immense...

Loin de là, dans une salle de contrôle remplie d'écrans brillants, mais pas d'autres lumières, deux silhouettes, dont les signes distinctifs étaient respectivement une cape et des cheveux en deux queues de cheval sur le côté observaient les divers écrans.
"La plateforme d'observation AA-01 repère quatre objets volants non-identifiés à quatre heures.
- Y a-t-il des êtres vivants parmi ces objets?
- Deux. Les deux autres sont probablement mécaniques.
- Ouvre le feu aux lasers: ce serait dommage de les blesser trop gravement...
- Bien!"

La silhouette aux deux queues de cheval s'assit avant de brancher un ordinateur et de pianoter sur les touches.
En simple conséquence, dehors, des traits d'énergie lumineuse jaunâtres éclairèrent la nuit au-dessus de la forêt de la Magie. Mais la sorcière persistait à s'approcher de l'OVNI géant, bien que les tirs ennemis la forcèrent à dévier sa trajectoire au point qu'Alice parvint à l'épauler, posant Shanghai devant sa rivale en tant que bouclier.
"Idiote, arrête de foncer comme ça! Il faut toujours que je te protège après, grosse maline! Oh non!" La marionnettiste youkai avait passé tellement de temps à sermonner sa rivale sorcière que l'ennemi avait pris le temps de sortir un tir chargé en spirale qui, en touchant le bouclier d'énergie de Shanghai, entraîna un recul qui fit chuter Alice et Marisa vers le bas très lentement.
"Alors cette fois, c'en est trop! On ne va pas se laisser avoir aussi facilement! Parée, Marisa?
- Toujours, ze!"

Marisa se retourna avant de pointer son Mini-Hakkero droit sur le satellite, mais à peine eut-elle le temps de commencer à prononcer Master Spark qu'Alice, elle, avait créé 8 marionnettes, attachant chacune à un côté latéral du Mini-Hakkero, qu'elle tenait aussi fermement que Marisa à présent. Marisa ricana intérieurement, se demandant ce qui passait par la tête d'Alice. Mais bon, on ne crache pas sur du soutien, surtout de sa part.
"Nuit des Poupées Démoniaques: Malice Spark!"
Le rayon qui sortit à ce moment là du Mini-Hakkero était un concentré de couleurs, oscillant entre chaque couleur de l'arc-en-ciel - quoi de plus approprié à la Marionnettiste aux Sept Couleurs? - à un rythme fixe. Le rayon se concentra, devenant bien plus étroit et contournant les missiles de surveillance sur le chemin pour toucher la cible en plein dans le cœur, c'est-à-dire la zone qu'on pourrait assimiler au moteur qui avait l'apparence d'un fourneau géant. Dès ce moment, les lasers défensifs ne tiraient plus, et des rayons arc-en-ciel s'échappaient déjà du grand appareil volant. Diverses explosions retentirent, la première rasant la tour, une autre faisant exploser des missiles. La force accumulée était telle que l'explosion du vaisseau fit une colonne de feu coloré assez lumineuse pour faire croire qu'il faisait jour, et assez large pour engloutir une Marisa et une Alice même pas affectées par une telle force de destruction.
"Waouh... C'est juste...", Marisa était impressionnée de la puissance accumulée par Alice dans son Master Spark... On pouvait donc gagner une puissance pareille en devenant youkai? Voilà qui me rassure... Si Alice me détestait, elle se serait fait un Hakkero et m'aurait envoyé ça dans la face y a longtemps! Elle m'aime bien, ze~
"Alors? Qui c'est la plus forte?"
Marisa était restée clouée là, admettant par son silence qu'Alice l'avait vraiment impressionnée.

Les deux personnes qui observaient depuis derrière leur salle de contrôle, cependant, étaient bien moins contentes: la vue du rayon destructeur arc-en-ciel avait choqué physiquement et moralement les yeux de l'observatrice aux deux queues de cheval.
"C'est impossible!! Le satellite d'exploration AA-01 a été détruit!
- Comment? C'est impossible!
- Les données recueillies sont ahurissantes! D'après les calculs, la puissance de l'explosion est assez puissante pour endommager la superficie d'une région entière! Même si on inclut nos 27 missiles balistiques d'interception... Cette force de frappe est largement supérieure aux prévisions quant à la puissance magique d'un individu standard!
- Les personnes qui ont attaqué notre satellite ne sont certainement pas des individus standard... On devra récupérer les fuites de l'Académie Mubana plus tard et se focaliser sur l'observation de tout le terrain dans la direction de l'attaque sur AA-01. Je te fais confiance pour diriger l'opération.
- Compris!"

Et c'est ainsi que la plus jeune des deux observatrices quitta le statut d'observateur, pour devenir un acteur des évènements à venir...
Revenir en haut Aller en bas
Musou
Admin
Admin


Messages : 48
Age : 27
Localisation : Mon Q

MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   Mar 7 Aoû - 1:55

Interlude 10: Le mystère dans la peau:

Un lieu en aparté de tout. Une parcelle de territoire de petite surface entourée d'une sorte de vide géant qui l'enveloppait et menait partout et nulle part, différente d'un lieu vide de vie par seulement un attribut: une demeure en plein milieu du néant. Telle était la demeure d'une youkai des plus puissantes de Gensokyo: Yukari Yakumo. Qui d'autre pourrait avoir la capacité de vivre dans un lieu entouré d'un vide rempli d'yeux, regardant continuellement la seule chose qui pourrait passer par là?
Je me demande si ces deux-là n'en deviendraient pas fous sur-le-champ..., se dit la paresseuse maîtresse des barrières. Mais bon, j'imagine qu'il est l'heure de donner des leçons de vie à deux personnes bien trop jeunes...
Et soudainement, puisqu'elle en avait décidé ainsi, un portail s'ouvrit sous ses pieds, causant un saut vers Gensokyo pour celle qui pouvait choisir de presque tout.



Elle foula la terre d'un Gensokyo étrangement assombri par la nuit. La nuit étant l'environnement préféré de cette dernière, la youkai ne se préoccupa pas des teintes de bleu et de violet sombres étant les seules du spectre à atteindre ses yeux. Mais elle n'était pas là pour se baigner dans son élément, puisqu'elle aurait tout aussi bien pu le faire dans sa retraite. Ainsi, s'étant revêtue de sa robe violette des grands jours (ou des grandes nuits?), Yukari rendait à son nom toute sa signification et était toute proportion gardée un élément du décor. S'apercevant que quelque chose avait changé en regardant le ciel au-dessus de lieux plus éloignés, elle eut un léger rire intérieur. Intéressant... Voyons ce qui se passe par ici... Tournant ses yeux vers sa droite, elle s'aperçut qu'une immensément haute bâtisse se dressait en face du sanctuaire... et reçut un gros coup de vent: quelqu'un venait de quitter la zone à toute vitesse, et de manière très peu discrète vu qu'un trait de lumière restait tracé derrière l'objet. Mais pourquoi se distraire avec ceux qui s'en vont? N'ayant pas de réponse, la dame en violet réfléchit un instant et ouvrit une faille devant elle, entrant dedans pour se retrouver là où elle le voulait, à l'étage tout en haut de la tour. Ce faisant, elle s'attira l'attention d'une autre personne déjà présente: une existence sombre aux cheveux verts, habillée de robes et capes colorées de bleu sombre et de motifs dorés. C'était Mima. Légitimement prise au dépourvu par cette invitée imprévue, elle eut un moment de surprise, mais reprit son expression usuelle: celle d'une démone arrogante, sûre, et condescendante avec quiconque s'opposait à elle. "Qui ai-je en face de moi~?
- Oh, je ne suis pas de celles dont vous devriez vous soucier.
- Ah, vraiment?"

Mima n'avait pas l'habitude de recevoir une réponse qui ne soit pas hostile. Mais Yukari n'avait que faire d'une âme perdue: elle devait déjà s'occuper de deux en des manières qui la distrairaient. "Pas de chance, je ne suis pas ici pour vous~. A la prochaine fois!" Ainsi, la youkai réputée passa à travers le sol, laissant pantoise une Mima sidérée de ne pas affronter une ennemie.

Mais à l'étage inférieur, il y avait plus intéressant.
(♪~Decadence~♪)"Mima-san, c'est inutile de faire des bruits de pas, tout le monde sait que vous n'avez pas de pieds...", la voix d'alto d'une Nouwa assise en une étrange méditation avait résonné dans la salle qui était curieusement un labyrinthe de livres. "Qu'est-ce qu'il y a?", demandait Nouwa. Cependant, elle n'avait pas prévu que Yukari arriverait instantanément en face de l'esprit et la força à ouvrir les yeux en lui écartant quelques cheveux de sa main!
"Bin ça va, on se gêne pas!", débita une Nouwa mécontente de ce geste provocateur à son égard en se levant d'un bon en arrière. S'apercevant que ce geste venait non de Mima mais de Yukari, elle était encore plus froissée et acerbe. "En plus c'est toi... Well, isn't that just great..."
Yukari pouffa de rire: même en un an elle était toujours aussi farouche et immature. Sauf que depuis que Yukari avait ramené Musou à la réalité, elle était enragée, prête à tout pour l'exterminer. C'était en soi un imprévu; mais après tout Yukari l'avait trouvée en train de détruire un fantôme, probablement la pièce manquante du puzzle. "Pas la peine de te froisser comme ça. Je ne fais que passer pour te donner un conseil ou deux.
Et pourquoi donc n'amènes-tu pas ta shikigami qui est censée faire - et qui fait - taaant de boulot à ta place?
- Tu te fais du souci pour Ran? Je lui dirai, sois-en sûre~
- C'est pas du tout ce que je t'ai dit!
- J'ai envoyé Ran s'occuper de quelqu'un d'autre tout-
- Laisse-moi deviner: c'est lui?
- On ne peut rien te cacher~
- C'est une perte de temps de s'occuper d'un homme à Gensokyo, d'autant plus si il est fait de la faiblesse et des souhaits inassouvis qui m'ont créée. Et encore plus vu que je vais le détruire avant tout le reste.
- Je dois m'avouer surprise au fait qu'un être dévoué à sa perte ait vu le jour dans son esprit, mais il a survécu jusque là, tu ne crois pas en avoir fait assez?
- J'existe pour l'exterminer maintenant. J'ai déjà tué tout le reste...
- Tu réalises que tu m'as causé beaucoup de désagréments à ce-moment-là?
- R.A.F.!
- Rien à faire, bien sûr... Bref, je suppose que pas mal de gens vont venir. Je vais attendre un peu avant de m'amuser.
- Toujours à t'amuser? t'es pas censée avoir mieux à faire?
- Je ne suis pas l'héroïne de l'histoire. Bref, je dois y aller. Enjoy the ninja~
- Enjoy this, bitch!"

Alors que Yukari sautait en arrière dans une faille, Nouwa envoya une boule d'énergie rouge embrasée qui pénétra la faille. Soudainement, elle sentit un feu sombre brûler en elle. C'était étrange vu que le feu ne la blessait pas, mais il était là. Il était là depuis longtemps, et elle le ressentait comme une flamme noire dans son cœur qui tentait de l'envahir en la remplissant d'une chaleur dont elle ne voulait pas. Qu'est-ce que c'est que ce truc...? Hors de question que je me fasse bouffer par ça! Pas avant que j'aie fini ce que j'ai à faire!!! Luttant contre ce qu'elle assimilait à un cœur né en elle, Nouwa reprit sa méditation, focalisée sur sa rage et sur ses douleurs...



Pendant ce temps-là, dans la nuit de Hakugyokurou, le palais eut une étrange visite à l'heure du coucher. Enfin, il en avait eu une seconde: deux personnes se croisaient à la sortie. Celle qui entrait était la shikigami de la youkai des barrières, des frontières, des limites, et mot pour mot celle qui était capable de tout. Mais la shikigami elle-même était une kitsune à neuf queues, vêtue d'une longue robe blanche couverte par un autre habit qui couvrait l'avant et l'arrière de la robe, teinté de bleu avec divers motifs étranges dessus. L'autre était visiblement plus petite, brune aux cheveux courts et habillée d'une écharpe orange avec des motifs de feuilles automnales, d'une chemise blanche et d'une jupe noire qui allait au niveau de ses genoux, couverts par ses hautes chaussettes noires. Ses pieds étaient protégés du sol par des geta avec étrangement un seul appui sur le sol: c'était un signe évident qu'elle avait affaire à nulle autre qu'Aya Shameimaru. A en voir son regard, la kitsune devina également qu'elle venait de voir quelque chose qui lui ferait un scoop. Elle a dû le voir... Yukari-sama m'avait prévenu que peu de gens l'avaient trouvé, mais de là à en faire un scoop...
Après un non-regard, Aya et Ran prirent chacune son chemin, Aya s'envolant au loin et Ran entrant dans le palais accompagnée de Youmu à la garde.
"Je n'en verrai jamais le bout...", soupirait la jardinière déjà épuisée par la visite de la tengu hyperactive.
"Ne vous en faites pas, je ne resterai pas longtemps. Je vous demanderai par contre de me mener à ce spectre récemment arrivé chez vous.
- Il est déjà épuisé...
- Je ne suis ici que pour apporter un message de Yukari-sama. Un message qui ne demande même pas à celui qui l'a reçu de répondre.
- Soit. Je vais vous mener à lui..."

(♫~Thème 1: Lost Tracks~♫) Traversant les larges couloirs de Hakugyokurou peu éclairés par les fantômes endormis, Youmu et Ran marchèrent - ou plutôt volèrent - discrètement à travers les couloirs, en direction de la salle qui servait de chambre à l'hôte du palais des esprits.
"Tu as de la visite.", annonça Youmu calmement en entrant dans la salle.
"Si c'est Yukari, Marisa ou Reimu, ou encore Aya tu peux les rembarrer de suite. Je ne veux pas les voir.", répondit le spectre fatigué et ennuyé par ces visites alors qu'il allait dormir et regagner des forces. Youmu eut un léger sourire réprimé et ouvrit la porte, dévoilant Ran. Curieusement, la réaction de Musou ne fut pas si hostile que prévu, c'est-à-dire bien moins hostile que vis-à-vis de Yukari. Youmu et Yuyuko savaient depuis quelques jours que Yukari n'était pas une personne appréciée de lui. Mais Ran, apparemment, s'en sortait bien mieux dans ses yeux. "Ran-san, je vous laisse délivrer votre message. Soyez rapide, s'il vous plaît.", dit Youmu avant de quitter la salle, laissant un auto-proclamé ennemi de Yukari discuter avec sa shikigami.
"Qu'est-ce que Yukari peut me vouloir cette fois?
- Yukari-sama m'a envoyée pour vérifier votre état. Je pense qu'elle sera satisfaite que vous soyez rétabli.
- Déconnez pas, les deux dernières fois que je l'ai vu, c'est quand je me suis pris un mur alors que je réfléchissais, et quand elle m'a siphonné je-ne-sais-quoi dans le crâne. Alors sa satisfaction, qu'elle la garde pour les moments où ce sera une bonne raison parce que j'ai pas besoin de son hypocrisie; merci.
- Elle ne vous entend pas, et je crains qu'il soit injuste de votre part de verser votre colère sur moi. De ce point de vue, je pense que Yukari-sama sera insatisfaite...
- Je n'ai pas envie d'être en colère. Si elle m'explique en quoi ce qu'elle m'a fait m'a aidé jusque là, peut-être que je la pardonnerai. Mais sinon, je crains de devoir désobéir au serment de ne plus haïr que j'ai fait devant Shiki-sama.
- Il s'agissait de choses très graves, comme elle m'en a instruit. Si elle vous avait laissé dans l'état où vous étiez à votre mort, en peu de temps vous auriez fini par être dissous dans le monde. Vous et quelqu'un d'autre.
- En gros, vous dites qu'elle m'a sauvé la face...
- En redéfinissant votre personne. Oui.
- ..."

Musou était resté coi, mais ne voulait pas réfléchir à quoi que ce soit. Il ne pouvait toujours pas pardonner Yukari, mais il y avait exactement zéro argument à poursuivre. Musou était forfait dans cette discussion sur les motifs de Yukari. Il ne la connaissait pas de toute façon; ce n'était pas à lui de juger des actes d'une personne qui de toute façon ne l'écouterait probablement jamais.
"Mon message est délivré. Si il y a une chose que je puisse dire à Yukari-sama de votre part, parlez m'en maintenant.
- Dites-lui... Dites-lui de ne plus se présenter devant moi. Pour notre bien mutuel.
- Je lui ferai passer le mot. Sur ce, je dois m'en aller. Au revoir."

La kitsune s'éleva quelques centimètres au-dessus du sol, sortant de la chambre du spectre afin de le laisser réfléchir à ce qu'il penserait de Yukari. Après tout, maintenant qu'il était une personne et non plus un mélange entre un quart d'une personne et tout ce qui pouvait passer par là, il pouvait exercer un jugement posé lui-même. C'est avec ses pensées que Ran quitta le monde des morts pour retourner auprès de sa maîtresse...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Fiction] Touhou Musohen ~ Les Mésaventures d'un Unique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [fanfic] Touhou Project : Unable Foreign Desire
» [Projet] Touhou MTG (MTGT Project) version 4.1 (SUSPENDU !)
» [Fan-Fiction] Dener, héros jusqu'au bout ! Chapitre 3
» [Fan-Fiction] Vous devez inventer avec votre imagination !
» Touhou sur Mac... Si si, ça existe !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE :: Autres :: Activités-
Sauter vers: