COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE

Reconstruction d'une communauté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Electric City

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
donfeuxvideo
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Age : 22
Localisation : Perdu dans les abysses de Blobzone...

MessageSujet: Electric City   Ven 16 Avr - 0:29

Bienvenue à Electric City, une ville très moderne ! Vous pourrez admirer la toute dernière technologie inventé ici-même !

Tout ce que tu désires est à toi mon ami, si tu as assez de ru*PAF* Vous pouvez vous reposer, faire les boutiques, ou alors profiter du parc d'attraction "Futurascope" ! Ne frôlez pas la crise cardiaque lorsque vous verrez passer un robot, c'est normal.
Revenir en haut Aller en bas
donfeuxvideo
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Age : 22
Localisation : Perdu dans les abysses de Blobzone...

MessageSujet: Re: Electric City   Ven 16 Avr - 2:19

Citation :
Falcon, Luke et Dart sont trois aventuriers rencontrés sur les routes du destin. Après une longue et épuisante traversée du désert de Burned Souls, ils arrivent enfin à la ville d'Electric City, où le chevalier doit transmettre un message de la plus haute importance à son président.

TROISIEME CHAPITRE : DONFEUXVIDEO, LUKESKYWALKER62 & YOULIT


Les aventuriers sont arrivés à destination. Falcon se remémore de sa mission, et sors sa lettre d'une de ses poches. Le chevalier prend soin de la ranger après ce court regard, et appelle à l'attention de son équipe.

-On est en ville, il ne nous arrivera rien de grave. Je propose de nous séparer. Je vais accomplir ma mission ; Dart et Luke, vous pouvez visiter les lieux, faire quelques emplettes, ou même aller au parc. Retrouvons-nous à l'hôtel "Rechargement de batteries". Ne restez pas trop tard, demain sera une dure journée.
- OK ! Moi j'ai vu à l'entrée de la ville un magasin d'armes que je ne connais pas ! Je vais voir s'il est intéressant.
"Gnéhéhé, à tout à l'heure les mecs !"

Les trois personnes se séparent.

----------------------------------------------------------

Partie de Falcon :

Falcon se dirige vers la tour la plus haute des lieux. Elle est située entre le parc d'attraction et une centrale d'énergie électrique, où la ville réceptionne toute l'électricité gagnée avec leurs multiples inventions, pour ensuite le distribuer équitablement à toute la population. Le chevalier, à l'accueil de l'immeuble, regarde les environs : rien de bien anormal, mis à par le design plutôt high tech. Il se rend directement vers la comtesse :

-J'aimerais voir le président de cette ville.
Désolé, nous ne pouvons pas vous laisser rencontrer le président en personne.
-Je dois lui remettre une lettre des plus urgentes.
Si vous pouvez me passer cette lettre, je pourrais le lui remettre directement.
-Je préfère le lui remettre en mains propres.
Alors, pouvez-vous me dire qui est l'expéditeur de cette lettre ?
-Je suis le chevalier Falcon d'Opale, et cette a été écrite par la main du roi d'opale.
Je vois ... Allez dans l'ascenseur, je vous rejoins dans un instant.

Le chevalier écoute la dame et va en direction de l'ascenseur. Cependant, Falcon se méfie : il trouve louche les dernières réactions de la personne. Le chevalier reste prudent.
Comme convenu, la comtesse rejoint Falcon dans l'ascenseur, pianote sur les boutons de la machine. Instantanément, l'élévateur monte jusqu'à l'étage du président. Falcon regarde les environs : l'endroit ressemble plus à un laboratoire qu'à un bureau de président. Les étagères sont remplies de documentaires sur la science, la technologie, et l'invention. Des personnes vêtues d'une chemise blanche marchent dans tous les sens, bloc notes à la main. La comtesse demande au chevalier de la suivre, ce qu'il fait. Plus au loin, on peut apercevoir un grand bureau de métal. D'après la dame, c'est ici que le président se trouve. En effet, on pouvait deviner qu'une aussi grande chaise tournante, dos en avant, pouvait cacher un être. La chaise tourne, laissant place à l'homme : la personne assise est d'âge mûr. Ses cheveux et sa fine barbe grise laissent penser que son hygiène est à désirer. Il porte des lunettes, une chemise blanche et une cravate. Il est de petite taille, assez mince, il sent la caféine et sue de son crâne. Il doit être épuisé avec tout son travail.
La comtesse laisse Falcon, retournant à son poste. Le chevalier appelle alors la personne épuisée à ses heures de travail, et s'incline devant lui. La personne, trop occupée à travailler pour regarder le chevalier, commence la conversation.

- Que me veux-tu ?
-Bonjour, je suis Falcon d'Opale, chevalier du...
- Allez, arrête ton charabia et dis-moi ce que tu me veux ! s'impatienta le président.
-Je vous remets une lettre du roi d'opale.

Falcon remet la lettre au président.

- Merci, tu n'as rien d'autre à proposer ? Va-t-en !

Le chevalier, étonné par la réaction, se retire quand même.
Il repart. La salle du président redevient très calme. Le vieux président déchire l'enveloppe et jette un coup d'oeil.

- Nom de Zeus... Ils osent m'apporter une telle lettre ?! Ils sont quand même très culottés... s'exclame-t-il.

Celui-ci appelle deux de ses hommes.

- Surtout, je veux que vous surveillez cet homme de très près. Il ne doit en aucun cas sortir d'Electric City !

----------------------------------------------------------

Partie de Dart :

Dart repart à l'entrée de la ville, là où il a vu le magasin d'armes. Il était à côté du bâtiment des gardes, nécessaires, vu le contenu du désert à côté. Il entre dans la boutique, mais à sa grande surprise, ce ne sont pas des épées, des lances, ou des haches, mais uniquement des armes qu'il ne connait pas, soit courtes et recourbées, soit longues et quasiment droites, ayant soit des sortes de réservoirs bien visibles, soit une partie qui s'emboitait sous le manche, de manière quasi-invisible, les seul point commun entre toutes ses armes, c'est qu'elles n'ont pas de lames et qu'elles ont un trou au bout.

Dart va voir le vendeur :

- Bonjour je voudrais me renseigner, c'est quoi ses armes ?
-Ha, un étranger ! Ces armes sont des flingues ! Cette arme *la courte et recourbée* c'est un pistolet, celle-ci *longue* c'est ...
- C'est bon, c'est bon, ralentissez un peu, j'ai du mal à tout ingurgiter là !
-Ha un client qui veux prendre son temps ! Bon, je vais vous passer de la documentation, attendez moi un instant !
- Heu ...

Le marchand se met à fouiller dans ses tiroirs, puis en sort un livre fin, assez grand et étonnamment léger. Dart ne sait que dire.

-Tenez, ici, il y a tout ce qu'il faut savoir sur les flingues !
- Dans ce mouchoir de poche ? Je pensais que ce serait un gros ...
-Grimoire ? Désolé mais les grimoires et parchemins, c'est dépassé ! Maintenant c'est les magazines en papier plastifié !

Le marchand se met à éclater de rire, Dart se sent gêné mais se jure intérieurement de ne pas demander ce qu'est du papier plastifié.
- Bon, ben... Merci !

Dart se met à lire le livre et y apprend le fonctionnement, le maniement, l'entretien et les différentes catégories de "flingues".
Séduit par les principes, il revient voir le vendeur :
- Puis-je essayer quelques armes ?
-On dit s'il-vous-plait, m'sieur ! Le raille le vendeur. C'est la salle au fond !

Dart va au fond du magasin, il entre dans une pièce abondamment éclairée, puis voit des sortes de barrières, un espace de 100 mètres puis au fond des cibles en forme de buste d'homme. Le mur de derrière est tapissé d'armes, un écriteau placardé dans le seul espace libre : "Cela ne sert à rien de voler ces armes, elles fondent quand on sort de cette pièce (antivol)"
Il prend un petit pistolet, puis essaye, mais même s'il atteint le mille, cette arme lui plait beaucoup moins que sur le papier. Il essaye chaque arme du mur, pendant une bonne demi-heure, mais aucune ne lui plait.
Il est sur le point de renoncer quand il voit, posée sur le mur du fond de la salle, à l'opposé de l'entrée, une arme pas comme les autres de la salle : une épée.

- Qu'est-ce qu'une épée fais là ?

Il va voir cette épée, puis s'aperçoit que la poignée est une crosse, et possède un barillet ...
Mais quand il la touche, il remarque que cette arme n'est pas comme les autres, qu'elle a un plus qui la rend plus redoutable que toute autre arme ... Dart ne sait pas comment expliquer comment il ressent ça, il sait et ça lui suffit. A l'endroit où est l'arme, une étiquette indique : Gunblade.
Au poids cette arme semble être légère comme une plume, et elle n'est pas un simple instrument, elle est une extension du bras, elle se fond dans le bras de Dart.
Il tend l'arme, mais il ne fait plus confiance en sa maitrise de l'épée, il fait maintenant confiance en cette arme, il fait confiance en la Gunblade.
Le stand du mur est ouvert, on peut s'approcher de la cible sans obstacle. Soudain, il s'élance. Il court plus vite qu'il n'a jamais couru, puis à mi-distance, sans s'arrêter, il tire. Le bois qui retient la cible explose au niveau de la tête du buste, mais il ne s'arrête pas, cela fait partit de la technique. Quelle technique, il ne sait pas, il se laisse juste guider par la lame, qui en un seul coup tranche en deux parties nettes le reste de la cible et, à la grande surprise de l'escrimeur, cause une grande entaille dans le mur.
Il tombe à la renverse, épuisé par sa course et la puissance du coup. Il se relève tout de suite, sur ses garde, quand il entend un bruit derrière lui : c'est le marchand qui applaudit. Il applaudit, mais a perdu son sourire et son goût des plaisanteries, il montre au contraire un air grave, un air sérieux.

- Sais-tu à qui appartenait cette arme et cette technique dont tu as usé ?
- Heu... Non ?
-Elles appartenaient au fondateur de cette ville, et depuis 150 ans qu'il est mort, personne n'a pu user ni de l'arme ni de ce coup.
- Mais... comment ça ce fait ?
-Avant de mourir, cet homme a émis un sort, qui a donné un morceau de son âme à cette arme pour qu'elle ne choisisse comme maitre que quelqu'un qui la mérite, et que quiconque d'autre la touchant ressente des brûlures.

Le marchand lui montre des cicatrices sur ses mains.

-Voici les traces de quand j'ai placé cette arme sur le mur.
- Vous avez du avoir mal...
-Oui, mais pas toi, ce qui indique que l'arme t'a choisi.
- Et heu... pour cette drôle de technique que j'ai faite, je la connaissais même pas, comment j'ai pu l'exécuter ?
-Je te l'ai dit, un morceau de l'âme de cet homme est dans la Gunblade, donc ce qui est le plus probable, c'est qu'il ait voulu te montrer de quoi elle était capable !
- Ha bon ? Mais c'est surpuissant !
-Et encore ! Tu ne peux pas encore déployer toute sa puissance, tu n'en es qu'à un pour cent ! On dit qu'avant de fonder cette ville, il aurait tué un dieu !
- QUOI ???? En effet j'en suis loin... Bon, je vais ranger cette arme...
-Non.
- Quoi ?
-Tu la gardes.
- Mais... Non, mais... Elle est à votre magasin !
-Non, elle est à toi. Elle t'a choisi, tu la gardes.
- Heu... bon, d'accord... Mais j'ai une dernière petite question !
-Oui ?
- C'est quoi le nom du fondateur de cette ville ?
-Squall Leonhearth. Regarde ta lame.

Dart n'a pas remarqué au départ, mais il voit que sur la lame est gravé un lion.

- Un nom puissant...

Le guerrier salut le vendeur puis sort de la boutique. Il regarde la porte de la ville, puis se retourne pour aller à l'hôtel, enfin faillit se retourner : un homme habillé en noir entre dans le bâtiment de la garde. Curieux et trouvant cet homme louche, Dart décide d'écouter aux fenêtres, voici ce qu'il entend alors :

"... Vous êtes sûr de ce que vous dites ?
Sûr ! Il ne doit pas sortir !
Vous dites qu'il s'appelle Falcon d'Opale ?
Oui, il a transporté une lettre à notre président, et elle n'a pas dû lui plaire pour l'empêcher de sortir et le faire suivre comme ça !"

Dart n'en demande pas tant sur la situation, il part tellement vite que les deux hommes croient avoir vu un chat. Il part direction l'hôtel.

- 'Tain t'as foutu quoi Falcon ?

Ses yeux se brident et brillent d'une lueur sauvage.

----------------------------------------------------------

Partie de Luke :

"LE PARC D'ATTRACTION !!! OU EST LE PARC D'ATTRACTION ???"

Le jeune homme s'était mis à courir tout droit vers le Futurascope, capuche retirée. Cela faisait longtemps qu’il n’était pas passé prendre quelques sensations fortes.
Il parvient rapidement à l’entrée du parc … avant de se rappeler qu’il n’a plus un sou en poche. Il se frotte la nuque d’un air distrait, regardant autour de lui.

"Qu’est-ce que je fous là, moi …? Non mais sérieux, j’ai pas de temps à perdre avec ça."

Il remet sa capuche de manière à cacher son visage, et fouille les poches de sa bure. Un flacon d’encre, une plume … et quelques misérables centimes. L’épéiste sent la faim lui tenailler l’estomac.

"Faut que je trouve à bouffer … Ou alors …"

Il se met à courir de nouveau, bousculant de nombreux passants en « oubliant » de s’excuser. Cette ville est remplie d’immeuble dans tous les coins, tous plus grands les uns que les autres. Il décide d’en profiter, et se place face à bâtiment d’appartements. Il dégaine ses deux katanas, et dans l’obscurité de la nuit, saute sur la façade. Il plante alors un de ses sabres dedans, puis l’autre un peu plus haut. Il commence ainsi à escalader l’immeuble, se servant de ses armes comme points d’appui amovibles, entre deux colonnes de fenêtres. Une chance qu’il porte sa sombre cape, sinon tout le monde le remarquerait.
Maintenant arrivé sur le toit, il observe les environs. La ville, assez étendue à côté du désert de Burned-Souls, est parsemée d’illuminations. Cependant, un endroit reste plus flamboyant que tous les autres : une grande tour s’élevant au centre de la cité. Le sang ne fait qu’un tour dans la tête du jeune homme.

"Fête de riches."

Il se précipite vers le lieu ciblé et y parvient en une dizaine de minutes, après avoir sauté de toits en toits. Il est maintenant juste face à une baie vitrée de l’immeuble géant, où l’ambiance semble effectivement à la fête. L’encapuchonné est positionné sur un toit voisin.

"C’est parti …"

Quelques minutes plus tard …

“AU VOLEUR ! ARRETEZ-LE !!!”
"Fais chier …"

Luke était poursuivi par la horde de nantis qu’il venait de détrousser. Il avait les poches remplies de gros bijoux et de lourdes pièces d’or, mais ça ne lui plaisait pas trop de devoir courir les rues pour échapper à ses propres victimes.
Il est maintenant dans l’avenue qui descend directement de l’immeuble des riches, coursé par ces derniers.

"J’peux quand même pas les attaquer ! Mais bordel, je pensais pas que ces aristos seraient aussi furax !"

Il tourne rapidement dans une petite ruelle, et utilise la même technique d’escalade de toute à l’heure pour échapper à ses poursuivants. Quand il arrive sur le toit, il s’assoit et jette un œil en bas. La bande de cousus d’or s’arrêtent dans la ruelle, ne voyant plus leur détrousseur. L’encapuchonné expire un grand coup, rassuré d’avoir pu s’en sortir sans blesser personne.

"Bon, me reste plus qu’à trouver un bon resto. Il doit bien y en avoir un d’ouvert la nuit dans cette foutue ville …"

Il se relève et repart vers d’autres horizons. Cependant, il ne sait pas qu’en cet instant présent, quelqu’un le guette dans l’ombre …

« Te voilà donc enfin, Luke … résonne une voix féminine. Tu nous auras causé bien des soucis, mais tu sais parfaitement qu’il est impossible de fuir. Tu vas regretter de nous avoir trahis … »

La silhouette s’avance sur le toit où elle est dissimulée. Avec une telle obscurité, hors d’atteinte des lampadaires, il est difficile de voir à quoi elle ressemble, mais on peut néanmoins distinguer une chevelure très claire, retombant aux épaules de la personne. Il s’agit apparemment d’une jeune fille, à en juger sa voix et sa taille. Elle s’élance soudainement de l’endroit où elle était cachée, avec une agilité étonnante, et se lance à la poursuite de sa cible.

Une demi-heure plus tard …

"Sacré resto … J’espère que le chef plaisantait en disant que j’avais englouti la moitié du garde-manger. Sérieux, c’est pas si énorme que ça, trop poulets, un bœuf et deux veaux …"

Le jeune homme se frotte la bedaine, à présent bien remplie mais pas gonflée pour autant. Rien ne vaut un bon repas, comme on dit. Même si au final, tout l’argent volé y est passé. Le gérant n’était pas un adepte du troc, donc l’encapuchonné avait dû être un peu trop généreux. A présent, tout ce dont il a besoin, c’est une bonne nuit de sommeil. Il baille à s’en décrocher la mâchoire, puis marche un peu dans les rues. Il en arrive à une autre petite ruelle, et en profite pour monter de nouveau sur les toits, grâce à sa technique d’escalade au sabre.
Là-haut, il s’assoit de nouveau pour admirer la ville. Elle est vraiment superbe, avec toutes ces illuminations. Cela doit être une cité très moderne, il n’en a jamais vue de telle auparavant. Il aperçoit, au loin, l’enseigne de l’hôtel indiqué par Falcon. Retardement des latrines … ou rembarquement des bateaux, peut-être ? Il est trop loin pour bien distinguer les lettres … En tout cas, la ville a de quoi impressionner. Cette vision, bien qu’elle soit très lumineuse, est plutôt reposante.

« Ca ne te ressemble pas de baisser ainsi ta garde. »

( ♫ ) L’épéiste a tout juste le temps de bondir et rouler de côté qu’un puissant coup d’épée transperce l’air pour se planter brutalement à l’endroit où il était assis quelques fractions de seconde auparavant. Il se relève rapidement, la panique l’envahissant de tout son être : il ne connaissait que trop bien cette voix. Ses deux katanas sortent instantanément de leur fourreau, emportés par ses mains qui les placent aussitôt dans une position défensive. Il fixe la silhouette qui a essayé de l’embrocher. C’est une forme gracile, vêtue d’une robe turquoise sombre aux épaules blanches, ceinturée par une bande blanche en-dessous de la poitrine. Ses cheveux, argentés comme la lune, sont lisses, retombent tout autour de son visage et sont coupés aux épaules. Une sorte de ruban noir dépasse de la droite de cette chevelure. Il fait sombre, mais Luke devine également une autre forme, beaucoup plus foncée, longue et effilée que la jeune fille porte à la main. Le grand fourreau d’un sabre de taille supérieure à la moyenne ; un lys rose y est accroché tout en bas.

"C’est pas vrai … Je ne m’attendais pas du tout à te voir ici … Youmu !"

La jeune fille relève la tête et dévisage son adversaire. Elle retire lentement son arme de son fourreau, laissant apparaître une longue lame d’au moins un mètre et demi de long.

« Toujours aussi peu prévoyant, à ce que je vois. On ne déserte pas impunément l’ordre des double-lames, je pensais que tu t’en rendrais compte. »
"Tu sais aussi bien que moi pourquoi je suis parti, Youmu. L’ordre n’est plus ce qu’il était. C’est plutôt moi qui devrait être étonné de te voir toujours parmi eux."
« La ferme ! Comment oses-tu renier tes anciens maîtres ? … On aurait vraiment dû se méfier de toi dès le début. Qui aurait pensé que l’enseignement des double-lames aurait fait naître une seconde personnalité chez toi …?
"Hein ? De quoi tu parles ?"
« Ca n’a plus aucune importance. Cela fait longtemps que je rêve de croiser le fer avec toi ! Prépare-toi à périr, je vais te pourfendre ! »
"Merde …"

( Youmu )

Youmu se rue sans plus attendre sur son adversaire, katana levé. Luke exécute aussitôt une parade avec ses deux sabres, et bloque avec peine l’attaque verticale lancée par la jeune escrimeuse. Elle a énormément de force, malgré son apparence svelte. Il la repousse sans plus attendre, et envoie une double attaque de taille qu’elle pare aussi efficacement qu’elle en a l’habitude. C’est de la pure rigolade pour elle, et l’épéiste en est conscient. Il n’a strictement aucune chance contre elle. Elle se remet à attaquer, lançant des offensives de tous côtés et d’une vitesse hors du commun que l’encapuchonné peine toujours à contrer, alors que lui utilise déjà ses deux sabres.

« Hé bien, c’est tout ce dont tu es capable ? raille-t-elle. Montre-moi ton visage plutôt que de combattre à couvert ! »

Avec une rapidité incroyable, elle flanque un coup en diagonale que l’encapuchonné ne peut esquiver à temps. Il recule de plusieurs pas en arrière, avant que sa cape ne se déchire sur toute la longueur, puis tombe en lambeaux sur le sol, découvrant son porteur. Luke relève doucement la tête, une expression assassine sur le visage. La dernière attaque de son adversaire lui a ouvert une longue blessure qui court depuis la droite de son front jusqu’au milieu de sa poitrine. Sa bure est déchirée à cet endroit.

"C’est du combat que tu veux …? Hé bien je vais t’en donner ! pense-t-il avec rage."

Abandonnant sa cape derrière lui, il se précipite vers la jeune fille, katanas armés. Il engage les hostilités avec de multiples coups qu’elle bloque avec toujours autant d’aisance, un sourire diabolique sur le visage. L’énorme sabre repousse soudain les deux autres, et manque de porter un nouveau coup au jeune homme. Celui-ci a esquivé au dernier moment. Mais vainement : avant qu’il ne puisse se redresser pour repartir au combat, il reçoit un nouvel assaut sur le flanc droit … juste à l’endroit où il a essuyé un coup de griffe de coyote des sables. Il pousse un cri de douleur, la douleur lui brûlant la hanche. Il s’empresse de s’éloigner de l’escrimeuse, pour éviter de recevoir un nouveau coup. Il relève la tête, et constate que Youmu a sorti sa deuxième arme, son deuxième sabre, cette fois plus court que la moyenne, et sans doute plus maniable. C’est avec celui-ci qu’elle l’a frappé, d’un coup d’estoc. Le sang coule en abondance de la plaie. Luke sent qu’il ne va pas pouvoir tenir le rythme bien longtemps. Il faut en finir tout de suite.

« Tu faiblis déjà ? Je suis vraiment déçue. »
"Tais-toi ! J’ai encore un tour dans mon sac !"

L’épéiste apprête ses deux sabres et se met dans une position étrange, comme s’il était sur le point de bondir. Il dévisage l’escrimeuse avec haine, le sang coulant des plaies faites auparavant. Celle-ci prépare également ses armes, les rangeant sur le côté, lames vers le ciel. Les deux opposants se regardent un court instant, puis se ruent l’un vers l’autre avec une rapidité inouïe. Tous deux exécutent leur technique respective. Luke disparaît l’espace d’un instant, tandis que Youmu envoie avec force un puissant coup vertical vers le bas avec ses deux katanas, laissant apparaître une trainée verte l'espace de quelques secondes. Le jeune homme réapparaît derrière la jeune fille, et tout est terminé. L’épéiste range ses deux sabres dans leur fourreau.

"Ruée double tranchant."

A son grand effroi, rien ne se produit. Il reste de marbre, mais de nombreuses gouttes de sueur commencent à couler sur son visage alors que l’escrimeuse s’éloigne à son tour de lui. Elle range son sabre court, avant de placer le katana long et son fourreau devant elle. Elle emboîte alors son arme dedans, et commence à le faire glisser à l’intérieur, avant de le mettre complètement d’un coup sec.

« Balafre du passé. »

Luke se sent soudainement soulevé du sol. Le terrible coup balancé par Youmu fait effet. Il se fait trancher en diagonale le buste, à partir de l’épaule gauche jusqu’à la hanche droite, avec une violence incomparable. Du sang gicle de cette gigantesque blessure, tandis que l’épéiste retombe lourdement au sol, en crachant encore plus de fluide pourpre. Il est définitivement vaincu.

« Je ne pensais pas que tu étais devenu aussi pathétique, soupire l’escrimeuse sans se retourner. Je refuse d’achever un faible comme toi. Retrouve-moi quand tu seras devenu digne d’intérêt. »

Elle s’éloigne lentement, avant d’exécuter un gigantesque saut en hauteur, et disparaître dans la nuit. L’épéiste frappe du poing sur le sol.

"Fais chier … Qu’est-ce qui ne va pas chez elle …? Je n’ai jamais été aussi humilié …"

Il se relève péniblement, du sang dégoulinant de partout. Sa bure en est assombrie. Il se tourne dans la direction où Youmu est partie.

"JE T’AURAI !!! J’AURAI TA PEAU, TU M’ENTENDS !?!?? UN JOUR, JE TE VAINCRAIS !!!!!"

Il retombe à genoux au sol, paume contre terre. Grâce à dieu, sa ceinture et son livre n’ont rien. Mais sa cape est inutilisable, à présent. Il fait un dernier effort pour se relever, et va la ramasser. Elle a beau être tranchée en deux, s’il se balade en sang dans les rues … Il fera avec. Il se recouvre le corps des restes de tissu, et se dirige d’un pas lent vers le bord du toit, avant de se laissait retomber dans la ruelle, et partir en direction de l’hôtel … des pensées meurtrières lui tenaillant cœur et esprit.

------------------------------
Revenir en haut Aller en bas
youlit
Admin
Admin
avatar

Messages : 322
Age : 22

MessageSujet: Re: Electric City   Sam 17 Avr - 23:49

Falcon arrive à l'hôtel, et attend ses compagnons. Dart arrive après un petit temps d'attente, prêt à s'expliquer en ce qui concerne les gardes.

- 'Tain ! Qu'est-ce que t'as foutu, Falcon ? Les gardes ont ordre de ne pas te laisser sortir de la ville !
-... Qu'est-ce que tu racontes ? demande Falcon, ne comprenant pas bien de quoi il parle.
- J'ai entendu une discussion entre un garde et un homme en noir qui disait que tu ne devais en aucun cas sortir de la ville ! Et en plus tu es filé par des hommes de mains du président ... Il y avait quoi dans cette lettre ? Ça n'a pas du plaire au président !

Le chevalier a un frisson lui parcourant tout le corps. Il regarde sur le côté.

-Je... je n'ai pas pu vérifier. Le roi m'a dit que c'était une lettre d'alliance entre les deux contrées. Je ne comprends pas...

Le chevalier prend le temps de réfléchir. Dart donne un coup de pied rageur dans un tonneau.

- A mon avis, il y avait un vers dans la pomme !
-C'est ce que je pense...

C'est sous cette discussion que Luke profite de les rejoindre, caché par sa cape sombre accumulant les trous et autres déchirures que la très mystérieuse Youmu lui a fait. Ses blessures sont tellement grandes qu'il en tremble. Elles auraient dû l'empêcher de se relever, mais il arrive à marcher normalement. Il peine à marcher normalement. Il ne doit pas réveiller les soupçons de ses camarades, sa fierté en dépend.
Il arrive auprès de ses compagnons qui l'attendent. Falcon remarque qu'il est encapuchonné, pourquoi ? Il ne cherche pas longtemps et en déduit que c'est encore à cause de son changement brutal de personnalité.

-Reposons-nous dans l'hôtel, mais restons prudent.
"Bonne idée, j'ai bien besoin de repos."

Plus tard, dans la fin de soirée, on peut voir Falcon et Luke se reposer sur leurs lits - Luke tant bien que mal -, tandis que Dart joue le rôle de garde de nuit, de son propre gré. La chambre de l'hôtel se situe au 1er étage, qui est aussi le dernier. Elle contient 4 lits, une fenêtre, ainsi que de la décoration banale, comme des lampes, un tapis, et un tableau "de petite valeur" a estimé Luke. Il y a juste assez de place pour circuler correctement à 4 personnes. Il n'y avait pas de douche, ni de cuisine, comme c'est une chambre pour une seule nuit.
Le sommeil tiraille le voyageur, mais il ne lâche pas prise. Il est prêt à surveiller jusqu'au matin. Sur sa chaise empruntée, Dart surveille, patiemment. Pour ne pas s'ennuyer, il sort sa nouvelle arme, le Gunblade. Avoir une telle arme lui fait sourire. Sa joie ne va pas durer.
Dart sent une... non, plusieurs présences derrière les murs, au dessus du plafond, en dessous du sol. Il ne tarde pas à réveiller ses compagnons :

- Luke, Falcon ! Réveillez-vous !

A peine les endormis ouvrent leurs yeux qu'un nombre important d'hommes encerclent l'équipe, certains passant par la porte, d'autres par la fenêtre, même quelques-uns ont perforés le plafond, s'infiltrant par le toit. Pendant que Falcon et Luke se préparent à attaquer, Dart repousse les ennemis avec sa nouvelle arme, qu'il manie avec dextérité. Falcon ne tarde pas à aider son compagnon, mais Luke souffre et a du mal à tenir le rythme. Deux hommes profitent de la situation pour le prendre à revers. Avant qu'il ne puisse réagir, les deux ennemis le prennent dans un filet des plus étranges avec une matière de "métal élastique". Ils embarquent le jeune, qui tombe lourdement au sol avant de se faire traîner par terre, se débattant comme un fou, et sortent de la chambre par la fenêtre. Dart a vu ce moment :

- Falcon, Luke est piégé, il faut le libérer !
-Comment ?! Ce n'est pas possible... Putain ! Sortons d'ici, et libérons Luke !

Les deux hommes foncent vers la fenêtre, repoussant tous les ennemis qui les empêchent d'avancer, et sortent de la chambre, ne faisant pas attention à la hauteur du bâtiment. Falcon, pour se réceptionner, fait une roulade avant à son atterrissage, tandis que Dart glisse sur le mur de l'hôtel, puis fais un bond à une hauteur convenable. Ils regardent les environs, et écarquillent les yeux : une armée a encerclé le bâtiment lui-même pour stopper l'équipe. L'armée, constituée uniquement d'hommes, est bien mieux armée que ceux de l'infiltration, n'ayant prévu qu'un couteau pour assassiner à leur sommeil. Un soldat, muni d'un porte-voix, ordonne aux deux hommes :

Vous êtes encerclés ! Rendez-vous ! Sinon, nous tirons !
-Et merde...
- J'aurais pas dit mieux...

Ils lâchent leurs armes. Falcon et Dart se rendent, et se font donc capturer par le même filet que Luke.




Le chevalier se réveille en sursaut. Il regarde les environs : trois murs de pierre, et des barreaux. Il est en prison. Cette cellule est de très grande taille, plus de 5 mètres de hauteur. Il voit deux personnes, dormant toujours par terre, Dart et Luke. Le chevalier remarque aussi qu'ils sont désarmés, ainsi que déshabillés de leurs équipements. Falcon se lève, il remarque une fenêtre avec des barreaux, ainsi que quelqu'un qui sifflote. Sûrement le gardien, il doit avoir les clés. Mais le chevalier s'inquiète plus pour ses compagnons. Luke n'a plus sa cape, il regarde son corps, meurtri par les coups que cette fille lui a portés ... mais ce dernier détail, l'homme l'ignore. Il ne le réveille pas maintenant, regarde ses blessures, et met sa main sur le front du pauvre jeune homme. Ses plaies ne mettront pas la vie en danger de celui-ci, mais le risque d'infection peut changer du tout au tout. Il faut impérativement qu'il aille voir un médecin. Il le secoue, histoire de le réveiller. L'épéiste ouvre les yeux et balaye les mains de son compagnon, avant de regarder un peu autour de lui. Cependant, le chevalier ne l'en lui laisse pas le temps.

-Bordel, mais c'est quoi toutes ces blessures ?! D'où viennent ces plaies ?

Luke se rend soudain compte que sa cape a disparu, laissant apparaître les nombreuses déchirures de sa bure ainsi que les énormes contusions de son précédent combat. Ces salopards ont également volé sa ceinture ... et bien évidemment, le livre qu'il y a avec. Il relève la tête.

"Rien du tout, répond-il maladroitement. Ne te mêle pas de mes affaires, tout ça ne concerne que moi !"
-Écoute, j'ai regardé tes plaies avant ton réveil. Même moi, je ne pense pas pouvoir te faire autant de blessures avec Dart à mes côtés. Et puis cela s'est produit récemment. Dis-moi Luke, qui t'as fait ça ? Et pourquoi ?

Le jeune homme reste silencieux. La colère suscitée par son précédent combat est toujours présente en lui, et il n'a pas réellement envie d'en parler. Mais maintenant que Falcon a vu le résultat de ce qui s'est passé sur les toits d'Electric City, il sera difficile de lui cacher la vérité.

"Ca remonte à trop longtemps ... Cette histoire ne peut pas t'intéresser. Fiche-moi la paix.

Falcon commence à s'énerver. Après tant d'aventures, ce jeune homme ne lui fait toujours pas confiance. Il ne comprend pas comment cette personne s'obstine à ne pas parler. La fierté ? La peur ? La tristesse ? Ce genre de choses doit être dite, et le chevalier ne le sait que trop bien.

-Je ne comprends pas... Pourquoi tu t'empêches de nous le révéler ? Falcon hausse le ton. Nous sommes tes amis je te rappelle, nous croyons en toi ! Partage ce fardeau trop lourd pour toi ! Fais-nous confiance ! Le chevalier baisse le ton. Raconte-moi ton passé, Luke.

Le jeune homme ferme les yeux pour réfléchir quelques instants, avant de les rouvrir.

"... C'était il y a deux ans ..."

Il s'est enfin décidé à parler. Falcon commence à écouter avec attention.

"Mes souvenirs d'avant cette date sont flous, mais ce jour-là, j'ai rejoint une organisation connue sous le nom d'"Ordre des Doubles-Lames". Au départ, c'était un cercle des plus respectables, composé des maîtres escrimeurs les plus talentueux que cette planète ait porté. C'est là-bas que j'ai reçu l'enseignement du style à deux sabres. J'y suis resté près d'un an ..."

Son ton s'assombrit légèrement.

"Je n'ai pas trop compris ce qui s'est passé ensuite, mais ... J'ai commencé à recevoir des ordres de l'organisation. Les membres comme moi avaient pour instruction d'assassiner des gens de la haute-société. Alors, j'ai refusé d'obéir. J'ai quitté l'ordre avant qu'il ne se serve de moi, après une année d'enseignement."

Ses yeux commencent à briller d'une drôle de lueur. Le chevalier peine à le croire, mais c'est bel et bien de la tristesse qu'il décèle dans le regard de Luke, fixant le sol.

"Parmi les membres dont je viens de te parler ... Une jeune fille se nommait Youmu Konpaku. A l'époque, on était de grands rivaux, même si on ne s'était jamais réellement affrontés. On était perpétuellement en compétition l'un envers l'autre ... Après ma désertion, je n'avais aucune idée de ce qu'elle avait pu devenir, et je n'en avais plus jamais entendu parler. Mais apparemment, l'ordre n'avait pas l'intention de laisser fuir ceux qui n'avaient pas suivi le mouvement meurtrier. Quand je suis parti de mon côté lors de notre arrivée à Electric City ... nous nous sommes rencontrés de nouveau sur les toits. Les blessures que tu vois là sont le résultat de notre tout premier combat.

Le jeune homme croise les bras et continue son récit.

L'ordre a certainement dû l'envoyer pour m'éliminer. Je n'arrive pas à croire qu'elle leur est restée fidèle ... Elle n'aurait pas fait de sentiments si nous ne nous connaissions pas auparavant. Je devrais déjà être mort à l'heure qu'il est.

Une voix érayée interrompt leur discussion : un garde arrive pour leur donner à manger.

"Ça va les déchets ?"

Il ouvre la grille.

"Je me demande comment des trou duc's comme vous ont le droit à de la nour...?!"

En effet, le garde n'a pas eu le temps de finir sa phrase : Dart, à la surprise générale, surgit du plafond et l'assomme. Falcon et Luke sont abasourdis.

-Dart ? T'es réveillé ? Mais... comment as-tu...?
- Oui je suis réveillé ... et j'ai entendu ton histoire, Luke. Pas le temps de discuter, on se casse !

Dart, discret, s'était réveillé à peu près après que le jeune homme se réveille. Vu que le chevalier s'occupait de Luke, Dart avait cherché un moyen de sortir d'ici, ce qui avait abouti à ceci.

-Mais, comment tu as fait pour monter à une telle hauteur ?
- Je suis simplement le roi de la montée ! plaisante Dart. Allez, on devrait se dépêcher avant que des renforts arrivent.

Falcon remarque alors quelque chose d'étrange, les yeux de Dart brillent dans la pénombre de la geôle et sont bridés, mais il n'y fait pas attention. Il sait qu'il est proche de son but premier.

-Tu peux marcher, Luke ?
"Ca va aller. J'en ai vu d'autres."

L'épéiste se relève assez facilement malgré ses blessures. Normalement tout devrait bien se passer par la suite, sauf dans le cas d'un combat.
Dart fouille le corps du gardien et trouve un pistolet. Ce n'est pas ce qu'il aime le plus, mais il s'en contentera. Falcon a alors une idée.

-Dart, déguise-toi avec les habits de cet homme. Tu pourras te renseigner avec les autres gardes pour l'emplacement des armes et armures.
- Hein ? Et pourquoi moi ? s'étonne le voyageur.
-Tu as l'air de t'être habitué avec ces drôleries. Je suis désolé de te faire prendre ce rôle...
- Ne t'inquiète pas ! Je pense que je suis le seul à réussir cette tâche, non ?

Dart se déguise avec la tenue du gardien. L'uniforme marron, bottes noires, lunettes de soleil incluses lui va comme un gant. Tandis que Falcon et Luke restent à la cellule, le voyageur s'infiltre dans la prison.
Le faux gardien trouve un ascenseur. Il l'utilise et monte d'un étage, ne pouvant pas descendre. Bizarre, une prison avec un ascenseur et des étages ? Dart ne cherche pas à comprendre, ne pensant qu'à sa Gunblade. L'ascenseur s'arrête, le voyage regarde les lieux : l'endroit est plus éclairé que la lugubre prison. La salle est bien grande, avec des couloirs menant à d'autres salles aussi grandes qu'elles. Chaque salle contient des portes numérotées. Pas mal de personnes en tenue marron passent aux environs, il en profite pour demander à une personne.

- Dis-moi, tu peux me dire où se trouvent les armes et armures confisquées des prisonniers ?
"Pourquoi cette demande ?"

Dart hésite à répondre. Il emploie la ruse.

- Il parait que la personne ayant transporté une certaine arme s'est brûlé les mains jusqu'à l'os. J'aimerais bien voir cet arme.
"Ha, tu parles de ça ? Et bien continue tout droit, puis tourne à gauche au dernier embranchement. C'est la 2è porte à droite, la 6497."

Dart remercie la personne, pensant que c'était réellement trop facile. Il se dirige à l'endroit convenu. Il ouvre la porte, et découvre tout un tas d'arme entreposés ici. En très peu de temps, il trouve les équipements de l'équipe, et se rhabille. Maintenant, comment faire à partir de maintenant ? Dart ne cherche pas longtemps : armé de la Gunblade, ainsi que des armes de son équipe, il sort. Le voyageur se fait rapidement remarquer. Il dégaine sa lame, et tranche le corps du premier venu, non mortellement. Son but n'est pas de tuer. Les gardiens rapidement alertés, ils se jettent sur Dart un par un, qui les repousse avec grâce. Le carnage ne dure pas, le voyageur doit prévenir ses compagnons. Il rentre dans l'ascenseur rapidement, qui le fait descendre à la prison. Revenu, il revoit ses compagnons.

- Désolé, je n'ai pu prendre que les armes. Pour le reste, il faudra que vous venez avec moi.
-Les armes nous suffisent, bon boulot Dart.
"Désolé mais pas pour moi. Mon livre et ma ceinture sont toujours là-haut, j'y vais."
- On y va, justement, la plume ambulante !

L'équipe remonte au même étage. Comme prévu, une foule de gardiens les attend de pied ferme. Dart fonce dégager le chemin, tandis que Falcon protège Luke des attaques ennemies. Le voyageur, ayant rapidement dégagé le passage, appelle ses compagnons. Falcon et Luke rejoignent Dart. Mais à cause d'une trop grande précipitation, Luke trébuche. Les gardiens profitent de ce moment pour sauter sur le jeune homme blessé.

-Merde !

Falcon ne laisse pas Luke se faire prendre lâchement par ces hommes. Après un freinage, il saute vers les ennemis, tournoyant sur lui-même à l'horizontale. Il dégaine son épée, puis se repose au sol.

-Taillade !

Les gardiens reçoivent tous un coup d'épée sur le torse ; ils tombent à terre. Le chevalier relève le jeune, et poursuivent le chemin, jusqu'à la salle de stockage.

"Je te revaudrai ça, vieux ..."

Les aventuriers, dans la salle préférée des serials killers, reprennent leurs biens : équipement, objets, ainsi que livre et encre pour le jeune de l'équipe. Ils ne restent plus qu'à l'équipe de partir d'ici. Par contre, où est-elle ? Ils vont devoir chercher la sortie, étage par étage.
A chaque montée de niveau, ils rencontrèrent des soldats, gardiens, et autres ennemis leur barrant la route. Nos guerriers font face à toutes les rencontres sans trop de problèmes. Mais à force de refaire les mêmes gestes, le groupe s'épuise.
Après 7 étages de montée, L'équipe arrive enfin à son but, la sortie. Luke et Dart courent vers elle, tandis que Falcon reste dedans, ce qui surprend ses compagnons.

- Bon, tu te grouilles ? Je sais que c'est cool les nouvelles technologies, mais bon, ceux qui les maîtrisent le sont moins !
-...

Falcon ne sort pas un mot de la bouche. Après un petit temps de réflexion, il se met à pianoter sur l'ascenseur.

-J'ai encore quelque chose à faire. Emmène Luke aux soins.

L'ascenseur ferme ses portes, et disparait en une fraction de seconde.

- Bon, s'il veut se refaire capturer puis tuer... c'est son choix... Toi tu viens avec moi, t'as besoins de soins !
"Ne me parle pas non plus comme à un infirme ..."

L'ascenseur monte, de plus en plus vite. Falcon prend son temps pour respirer, et se préparer à ce qu'il attend. Après quelques minutes d'attente, la machine s'arrête brusquement et ouvre ses portes. Comme il espérait, il est à l'étage du président. Bizarrement, aucun scientifique n'est là. Qu'est-ce que ça veut dire ? Mais le plus important reste son but. Il se dirige à une bibliothèque vers la gauche, puis cherche un livre.

"Peux-tu me dire ce que tu viens faire ici, jeune chevalier ?"
-... J'aime bien lire des livres, ironise Falcon

Derrière le grand fauteuil, le président se montre.

"Ce n'est pas bien d'entrer dans ces salles sans toquer à la porte, malpoli."
-Les manières attendront. Dites-moi où se trouve la Cimeterre, et rapidement. Je n'ai pas que ça à faire d'attendre...

Le président se lève de son siège. Il est de grande taille, mais assez fin. Il porte une chemise blanche avec une cravate, comme dit précédemment, mais aussi des gants, un jean couleur neige, ainsi que des chaussures de cuir. Cette fois, au lieu de ses binocles, il change de style pour des lunettes sombres. Le scientifique s'avance vers le chevalier, jusqu'à être en face à face avec lui. Il pointe du doigt vers le toit.

"Là-haut."
-Tu penses que je vais te croire aussi vite ?
"Non, sombre idiot."

L'homme profite de cet instant pour lui mettre un crochet du gauche. L'épéiste est envoyé de l'autre côté de la salle, à la bibliothèque de droite. Le chevalier aurait très bien pu esquiver cette attaque, mais il s’est laissé prendre le coup de son plein gré.

-Je ne te veux pas de mal. Dis-moi juste où est la Cimeterre, sinon...
"Sinon quoi ? Tu veux me taper ? Ne me fais pas rire !" se moque le président.
-Je te tue. Je vais te faire mordre la poussière.

Une faible aura pourpre commence à parcourir le corps de Falcon. Il se relève lentement, regardant l'homme des yeux. Rien ne peut plus arrêter le chevalier. Cependant, le scientifique regarde le chevalier d'un bel oeil.

"Tu m'intéresses de plus en plus, crois-moi... Tu seras une belle expérience pour ma part."

Falcon ne fait pas attention à cette remarque. Il avance lentement vers le président, toujours le regard aussi vif. Le scientifique ne se décourage pas. Il arrache ses vêtements, et montre un corps assez surprenant : ses jambes, ses bras, son corps tout entier est fait d'acier trempé.

"Tu comptes vraiment me tuer ? Avec cette épée ridicule ?

Falcon se retrouve nez à nez avec le scientifique. Celui-ci perd patience et refait un crochet. Le chevalier se le prend de plein fouet, mais ne bouge pas d'un pouce. Le scientifique devient fou, il le parsème de poings, en vain. L'épéiste dégaine son épée, puis d'un coup sec, tranche. Il marche quelques pas.

-Transe : Défragmentation.

Le scientifique commence à disparaitre, sous le coup de Falcon. Peu à peu, ses membres métalliques, mais aussi organiques, se font balayer par le vent. Le président lui dit alors ses dernières paroles.

"Je n'ai jamais menti au sujet de cette épée..."

Il disparait, ainsi que l'aura qui recouvrait le guerrier. Il s'effondre au sol, crachant du sang. Cette attaque a des conséquences sur son organisme, il ne faut pas qu'il l'utilise trop souvent. Mais bon, il sait au moins une chose, La Cimeterre est caché "en haut". Il s’apprête à retourner vers la bibliothèque, mais quelque chose attire son attention sur le bureau. Une feuille de papier, un peu froissée. Falcon se dirige vers la fiche, et constate avec surprise qu’il s’agit de la lettre du roi d’Opale. Il la range, histoire d’y jeter un œil plus tard …
Il repart ensuite à la bibliothèque chercher dans les livres, un par un, devant la centaine qui se trouve sur les étagères. Il met du temps avant de trouver le livre, contenant un bouton qui ouvre un passage à côté de la bibliothèque. Falcon entre dans l’issue dévoilée, monte les escaliers, puis se retrouve devant un "sanctuaire" : un terrain naturel, avec des piliers, faisant un chemin vers un autel, où la Cimeterre se trouve. Le chevalier marche, et se retrouve devant l'épée mythique. La Cimeterre, de couleur bronze, est une arme quasiment légendaire. Les légendes racontent qu’Héphaïstos, le dieu gréco-romain de la forge, l'a lui-même créée pour qu'Hercule arrive à stopper le titan, géant de pierre. Cette épée, couleur bronze claire, resplendit encore aujourd'hui. Falcon la prend : très légère et maniable, cette épée de taille moyenne a tout pour plaire. Il n'a pas le temps de détailler que l'immeuble tremble. Ce fou a tout prévu : dès que la Cimeterre est retirée, l'immeuble s'effondre, effaçant toute trace. Il faut qu'il sorte d'ici au plus vite, s'il ne veut pas finir broyé par les décombres. C'est le meilleur moment d'utiliser cette lame. Le chevalier utilise sa nouvelle arme pour faire un trou dans la paroi rocheuse, et saute de l'immeuble. Mais à cette hauteur, cela ne ferait qu'accélérer sa mort. Une idée lui passe à l'esprit, ainsi qu'un très bon moyen de tester l'arme. Il glisse sur le mur, avec la Cimeterre plantée dedans, ce qui lui permet une bonne stabilité ainsi que de retourner rapidement au sol. L'épée est tellement bien aiguisée que la planter dans un mur et glisser tout au long revient à couper du beurre. Le chevalier retombe sans problème au sol, et cours très loin. L'immeuble est détruit derrière lui.

Au même moment …

- Vous voulez qu’il crève dans mes mains ou quoi !? Allez, soignez-le et que ça saute, bordel !
"Pas la peine d’en faire autant ..."

Dart vient d’arriver au premier hôpital de la ville. Trainer un mourant en pleine rue n’a pas été spécialement plaisant, surtout avec tous les badauds au regard inquisiteur, mais au moins, Luke peut recevoir des soins, à présent. L’infirmière qu’il consulte dans le hall d’entrée est particulièrement choquée par la taille des blessures de l’épéiste, aussi il monte le ton pour la faire réagir. Elle sursaute, puis informe rapidement ses collègues de la situation. Ceux-ci se ramènent avec un lit à roulettes, typique des situations urgentes, et embarquent le jeune homme dessus. Le voyageur regarde son compagnon s’éloigner, à présent entre de bonnes mains. Enfin, il l’espère …



Le matin se lève et nos trois héros sont à l'hôpital. Luke a été mis dans les priorités, vu ses dégâts et son risque d'infection. Il est presque tiré d'affaire comme on dit. Dart et Falcon attendent la fin des soins de leur compagnon. Ils se parlent de leurs nouvelles armes, car Dart ne lui a jamais vraiment montré la Gunblade à son ami épéiste, qui lui s'est dégoté la Cimeterre. Pendant ce temps ...
Revenir en haut Aller en bas
http://les-dragoons.forums-actifs.com/forum.htm
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: Electric City   Mar 20 Avr - 1:41

Luke est allongé sur son lit d'hopital, les yeux fermés, en voie de rétablissement. Cependant, d'étranges pensées vagabondent dans son esprit ...

"Ce combat ... s'il s'était produit un an plus tôt ... ne se serait pas terminé comme ça. Que m'est-il arrivé ...? Comment ai-je pu devenir aussi misérable ... Et qu'est-ce que l'ordre veut vraiment, à la fin ?"

Beaucoup de questions sans réponse, et s'interroger ne sert à rien. Il s'endort profondément, le sommeil lui tiraillant muscles et esprit ...



~ Un an et neuf mois plus tôt. ~


Cela fait trois mois que je me suis fait une place à l’ordre des doubles-lames. L’entraînement y est sévère et intense, mais au moins, j’ai l’impression de progresser de jour en jour. Les maîtres escrimeurs sont les personnes les plus talentueuses que je n’ai jamais rencontrées. J’aspire à atteindre leur niveau, un jour …

Je me dirige vers la salle d’entraînement spéciale. Je marche actuellement dans un long couloir sous-terrain ayant les murs, le plafond et le sol de la même couleur : un marron sombre, découpé par les ombres et les éclats des torches éclairant le chemin. La porte menant à ma destination est un peu plus loin, au bout de la galerie. Mes katanas sont armés à ma ceinture, l’un à gauche et l’autre à droite, selon le code de l’ordre. Tous les apprentis rangent leurs sabres comme ça, ici. Je n’ai que ma bure comme habit, et encore, j’ai viré les manches. Mes bras sont nus, pour une meilleure liberté de mouvement.

J’arrive donc à la large double-porte menant vers la zone d’entraînement, et l’ouvre. Le regard froncé, j’entre dans la gigantesque salle, illuminée par d’énormes lustres au plafond, et étonnamment bien éclairée par rapport aux couloirs. Le sol sur lequel je me trouve est composé de tatamis verts, sur une petite partie de la salle. Je retire mes souliers et les balance sur le côté avant de rejoindre les autres. Tous les membres de l’ordre, ou du moins une bonne partie, sont réunis ici. D’habitude, on sépare les filles des garçons pour l’entraînement, mais c’est différent aujourd’hui : les maîtres vont tester nos capacités. C’est la première fois.
La première fois que je viens dans cette salle, la première fois que je vais me faire évaluer … et la première fois que je vois à quoi ressemblent les membres du groupe des filles. Ca fait un peu bizarre de savoir qu’elles étaient là depuis le début, sans qu’on ne les voie jamais. Mais bon, peu importe. Tous les apprentis, qu’ils soient garçons ou filles, ont à peu près le même âge … En fait, je suis dans les plus jeunes, avec mes treize ans. Les plus vieux d’entre nous n’ont même pas la vingtaine …

Il y a un seul maître escrimeur dans la salle. Un peu étonnant, avec autant de monde … Enfin, les autres maîtres doivent bien nous observer, d’un endroit où nous ne pouvons pas les voir. L’instructeur chargé des tests est sûrement le plus jeune d’entre eux, il fait dans la trentaine. C’est un type assez musclé, mais n’ayant pas une trop grosse carrure pour autant. Deux sabres, un peu plus long que des katanas normaux, sont également suspendus à sa ceinture.
Deux files, ou plutôt deux groupes se sont formés sur les tatamis. L’un est composé des filles, à droite, et l’autre des garçons, à gauche. L’entraîneur est à la limite de la partie recouverte de tapis, entre les deux groupes, et il fait passer un élève de chaque en même temps. Peut-être pour comparer les différences de performance entre les deux sexes ?
Le reste de la salle, à la suite des tatamis verts, est une vaste étendue de rails creusés d’où jaillissent des bâtons de bois, que les apprentis détruisent les uns après les autres en un temps limité. Le temps passe. L’instructeur continue de faire passer les binômes, les uns après les autres. Certains membres réalisent des scores de 17, 20, 22 … puis repartent dans leurs quartiers après leur performance. Après une assez longue attente, mon tour vient enfin.

« Je veux un minimum de vingt cibles en quinze secondes, déclare le maître. Luke Agkathi et Youmu Konpaku, préparez-vous au signal. »

Agkathi, c’est un nom que je me suis inventé, par obligation.
Je jette un œil à mon adversaire. Une fille de mon âge, apparemment. Elle a les cheveux gris clairs et porte une espèce de robe turquoise sombre … et contrairement à ses camarades, ses sabres ne sont pas rangés de la même manière. Elle porte certes l’un d’eux à la taille, mais l’autre est coincé en diagonale dans son dos par une bande blanche en-dessous de la poitrine. D’ailleurs, ces katanas n’ont pas vraiment l’air normaux … L’un est plus grand, et l’autre au contraire plus petit.
Elle tourne soudain la tête dans ma direction, et me lance un regard froid de ses yeux d’un bleu sombre et profond. C’est bizarre, mais j’ai comme l’impression que quelque chose cloche chez elle … Bah, ça n’a aucune importance. J’examine la scène devant moi. Cent mètres de terrain couvert d’acier, et pas mal de cibles rabattues dans les fines tranchées. Je me concentre au maximum. C’est aujourd’hui qu’il faut briller.

« Maintenant ! »

Je m’élance aussitôt à une vitesse vertigineuse vers les premiers bâtons, à peine redressés. Mes mains effectuent un mouvement rapide, succin, et dégainent mes sabres avec une aisance insoupçonnée. J’ai l’impression de vivre tout ça au ralenti. Je tranche déjà les cibles à ma portée avec violence, tourne sur-moi-même et profite de la vitesse pour en raccourcir d’autres. Dès qu’il n’y en a plus aucune autour de moi, je me rue sur un nouveau groupe de bâtons et les abat comme des brins d’herbe. J’effectue des bonds à ras de sol pour me déplacer plus rapidement, tranchant tout sur mon passage avec promptitude et efficacité, de tous côtés grâce à une coordination excellente de mes deux lames. Des éclats de bois volent dans tous les sens sur ma route. Je sens déjà que le temps imparti est presque écoulé, alors je mise tout sur une ultime technique. Je plie les jambes légèrement, rassemble mon énergie dans celles-ci, et m’aligne rapidement dans un angle où je pourrais atteindre le plus de cibles possibles. Je lance enfin mon dernier assaut, me précipitant à une vitesse incroyable dans la direction choisie. Quand je m’arrête, deux choses se produisent en même temps alors que je range mes sabres. Tous les bâtons de mon passage éclatent en deux et l’entraîneur nous arrête.

« Stop ! »

Je constate avec surprise que je suis presque arrivé au bout du terrain. Quatre-vingt dix mètres en quinze secondes, ouais, pas mal. Derrière-moi, c’est la désolation. Des cadavres de bâtons jonchent le sol de partout. Je me rends soudain compte que les autres apprentis regardent la scène avec une expression bluffée sur leur visage. J’avoue m’être vraiment donné à fond, sur ce coup-là. Le maître lui-même en est bouche-bée.

« Bon sang … Nous avons donc un score de 40 cibles abattues pour Luke Agkathi … »

Mes compagnons masculins m’acclament avec admiration. Je me sens étrangement fier de moi, tout d’un coup. J’espère que c’est pas le début de l’orgueil.

« … Ainsi qu’un total de 43 cibles pour Youmu Konpaku ! Félicitations, vous deux ! »

Hein ? Qu’est-ce qu’il vient de dire ?!
Je me tourne vers la partie réservée à mon adversaire, tandis qu’un tonnerre d’applaudissement et de cris d’extase retentit à l’autre bout de la salle, cette fois de la part de la gente féminine. Cette fille avait parcouru la même distance que moi, si ce n’était plus. L’état de la scène est aussi délabré que la mienne, mais étrangement, les bâtons semblent avoir été encore plus torturés que les miens. Je n’en reviens pas …
La dénommée Youmu, malgré les encouragements de son groupe, n’esquisse pas l’ombre d’un sourire. Je la fixe d’un regard étrange, que je ne comprends pas moi-même. A son tour, elle tourne la tête vers moi, en rangeant son sabre long, le court étant déjà retourné dans son dos. Elle me dévisage avec une expression hautaine.

« Il faut croire que je suis meilleure que toi. »

Je comprends maintenant quel est le regard que je lui adresse. C’est un regard empli de haine, de jalousie et de colère.

"J’ai peine à croire qu’une fillette comme toi ait réussi à faire autant de dégâts."

Je ne sais pas trop pourquoi je lui ai balancé ça, mais la réaction est immédiate.

« QU’EST-CE QUE TU VIENS DE DIRE ??? OSE-LE REPETER DEVANT MOI !!! »

Elle flanque la main sur son katana long, qu’elle avait rangé quelques secondes auparavant, et me lance un regard encore plus haineux que le mien. Je n’hésite pas et lui rend moi aussi cette expression de provocation.
Si tu penses m’impressionner comme ça, tu te trompes lourdement.
A mon tour, je pose une main sur une de mes armes, la hargne ne quittant pas mon visage. L’agressivité circule entre nos deux esprits, alors que nos yeux, plongés dans ceux de l’autre, ne se quittent pas un instant.

« Hé ho, calmez-vous, les jeunes ! intervient l’instructeur. Revenez ici, immédiatement ! »

Trop tard. Youmu et moi nous jetons l’un sur l’autre avant que quiconque ne puisse nous en empêcher. Un choc retentit avec force dans la salle d’entraînement spéciale. Son grand katana vient de percuter la lame du sabre sur lequel j’ai posé la main quelques secondes plus tôt. Aussitôt, elle saisit la courte arme coincée dans son dos, et tandis que nos deux précédentes lames sont toujours en contact l’une contre l’autre, elle m’envoie un coup d’estoc, espérant m’atteindre au visage. Mais j’ai déjà anticipé, et également sorti mon deuxième sabre afin de parer son assaut au dernier moment.
Bordel, elle est forte … et drôlement rapide !
Nous nous repoussons mutuellement, avant de nous précipiter l’un sur l’autre une nouvelle fois. Un formidable tonnerre d’entrechocs s’ensuit, les lames s’affrontant dans tous les sens, mais parant également les attaques ennemies, à une vitesse hallucinante. Laissant ma frustration parler, j’essaie de l’atteindre tout en évitant de me prendre un coup, mais elle est vraiment très douée, et bloque chacun de mes assauts. Ce que je fais également pour les siens …

Je ressens soudain une violente douleur dans l’arrière du cou, et avant de comprendre quoi que ce soit, je m’effondre lamentablement au sol, tout engourdi et agité de faibles spasmes musculaires. Je remarque que Youmu en fait exactement de même … avant de m’apercevoir que l’entraîneur est juste devant nous, nous fixant d’un air indigné. Il vient de nous mettre tous les deux presque KO d’un atémi dans la nuque !

« Je vous trouve bien dissipés, vous deux ! gronde-t-il avec sévérité. Il est vraiment regrettable que deux petits génies de votre trempe soient de telles têtes brûlées ! Trêve d’amusement, vous êtes renvoyés dans vos quartiers ! »

Et avant que nous ne puissions réagir, il nous attrape tous les deux, nous soulève du sol et nous cale sous ses aisselles comme de simples fétus de paille.
Je n’ai beau avoir que treize ans, je ne suis pas si léger que ça ! Quelle force …
La jeune fille se débat comme elle peut pour se libérer de l’étreinte du maître, mais c’est peine perdue. Même moi, je sais qu’il est inutile d’essayer. Je me laisse porter, soupirant de désarroi. Il nous entraine hors de la salle, laissant les autres élèves du groupe seuls à l’intérieur. A présent dans le couloir, il avance dans la galerie éclairée par les torches, jusqu’à arriver à une intersection. Il s’arrête au milieu, et nous laisse retomber au sol. Je m’éclate par terre, et me relève promptement pour lui faire face. Youmu en fait autant, la seconde suivante. Nos armes sont restées à l’intérieur …
L’entraîneur prend la parole d’un ton à la fois hautain et bienveillant.

« Vous savez, j’en ai rarement vu, des débutants aussi doués et têtus que vous. Vous avez du talent, c’est incontestable. Ne l’abandonnez pas à ce genre de caprice. »

Ni l’autre ni moi ne répond. Le maître soupire de notre arrogance.

« Vous allez devoir apprendre à gérer vos émotions, en toutes circonstances. Un bon maître escrimeur ne peut permettre à ses pulsions de décider à sa place. Pour la peine, je ne vous rendrais vos sabres que quand je l’aurai décidé. »

Je m’en doutais. De toute façon, c’est pas la première fois que ça m’arrive, ce genre de chose, à force j’en ai un peu l’habitude. Par contre, ça n’a pas l’air d’être le cas pour ma petite collègue. C’est limite si elle ne vient pas de frapper le sol du pied, par rage.

« Inutile de vous rappeler la direction, vous connaissez le chemin, n’est-ce pas ? Les garçons à gauche, les filles à droite. Je peux me permettre de partir sans que vous ne vous entretuiez dans mon dos ? »

Encore un moment de silence. Il est pris d’un léger rire, puis s’en retourne à la salle d’entraînement. Je le regarde partir, jusqu’à ce qu’il disparaisse derrière la porte. Les maîtres escrimeurs ont toujours été aussi étranges. Je suis soudain tiré de mes songes par la jeune fille. Elle m’a attrapé par la bure, près de mon épaule droite, et me regarde d’un air menaçant.

« Si jamais je ne peux pas récupérer mon Roukanken … Je reviendrais pour te faire la peau ! »
"Tant mieux ! Comme ça, ça nous fera une revanche !"

Elle me fixe d’un air étrange, différent tout d’un coup … C’était pas la bonne réponse ?
En tout cas, elle se retourne vivement et se dirige d’un pas rapide vers les quartiers des filles. Je la regarde s’éloigner, ne comprenant toujours pas trop le dernier regard qu’elle m’a lancé … Cette fille est sans doute la plus étrange que je n’ai jamais rencontrée.
Ce regard … j’ai l’impression qu’il y avait une once de dignité dedans …
Je tourne les talons à mon tour, m’en retournant toujours pieds nus vers mes propres quartiers. Quelle drôle de journée …

~--------------------------------------------------------------------------~


Depuis son sommeil, Luke entends une voix :

- E...lle....toi.....

Luke tente en vain de sortir des brumes de son esprit quand soudain :

- RÉVEILLE-TOI, LA BELLE AUX BOIS DORMANTS !

Le jeune homme se redresse d'un seul coup dans son lit, affolé par ce qui se révèle être le cri de Dart.

"Qu'est-ce qui se passe, ici ? Y'a une fête ?"
- Mais nooooon ! Mais c'est que tu es pire qu'une marmotte ! Il est deux heures de l'après-midi !
"Déjà ? Eh bah bon sang, ça en fait du temps de perdu ça ... Qu'est-ce que je fout là, déjà ...?"

Luke se relève, et regarde son corps. Il est vêtu d'un habit d'hôpital, sûrement réservé aux patients. Sous ce vêtement, il sent un épais bandage lui entourer le buste. Il se rappelle maintenant de la veille. Un combat, une capture ... Et une évasion improvisée. Le souvenir est flou, mais il s'en rappelle. Et quel étrange rêve il vient de faire ... Il sait que tout ceci s'est bel et bien passé il y a longtemps, mais ... Etrangement, il a du mal à se reconnaître en celui qu'il était dans ce songe. Enfin, il ne sert à rien de s'attarder là-dessus, il a bien mieux à faire.

"Le parc d'attractions est pas fermé j'espère !?"
- Luke, c'est pas le moment !
"Bah, t'as raison. Le grand-père a été donné sa lettre au président ? J'ai pas vraiment suivi cette histoire, avec l'emprisonnement et tout ça ! La guigne ...
- C'est justement à cause de cette lettre qu'on s'est fait emprisonner ! Le contenu a pas dû plaire au président qui nous a capturés, et je crois qu'il a buté le président pendant que je t'emmenais à l'hosto ! En tout cas il a dû récupérer la lettre, j'ai vu un bout de papier dépasser de sa poche !

Le jeune homme n'écoute pas vraiment ce que son compagnon lui raconte, l'esprit occupé par sa rencontre de la veille.

"Youmu ... pense-t-il. "Ça fait si longtemps ... tu es vraiment devenue forte, depuis le temps. Si je veux te rattraper, il va falloir m'entraîner dur, très dur ! On se reverra ... je vais prendre un nouveau départ."

Il se dirige vers un coin de la chambre où étaient posés sa ceinture, ses katanas, ainsi que son livre et le flacon d'encre. Sa bure est hors d'état, avec toutes ces déchirures, même si ce n'est rien comparé à la cape. Il se fera un autre habit, à l'occasion ... en attendant, il resterait avec cette tenue de patient. Ça ne change rien après tout ...
Il boucle rapidement sa ceinture, re-coince son livre et suspend ses katanas. Néanmoins, il les dispose différemment que d'habitude : cette fois, ce n'est pas un sabre de chaque côté ... mais les deux sabres du côté droit. Tout près de l'endroit où il avait essuyé un coup d'estoc de sa rivale, la veille. Il ne sait pas exactement ce qui l'a poussé à changer ainsi de position, mais une partie de lui-même est résolue à le faire ... Il n'a tout simplement pas cherché à comprendre, et s'est exécuté.

Falcon entre dans la salle du blessé, lettre en main. Il vient justement de la lire, et ce qui était dedans le surprend... un peu. En fermant soigneusement la porte, le chevalier annonce à son équipe :

-Il faut partir au plus vite d'ici, toute la ville parle de "ça".

Il jette d'une de ses poches un journal, avec comme titre : Immeuble du président détruit ! Qu'est-il devenu ? A la recherche des coupables. Dart et Luke n'ont pas réellement besoin d'en savoir plus pour comprendre qu'ils sont, avec le guerrier, en danger dans cette ville. Falcon sort peu après une carte.

- Dis-moi, Falcon, comment tu fais pour pour apporter autant de choses sans sac ni rien ? plaisante Dart.
-Je te l'expliquerai un jour, mon ami. Bref, vous savez tous les deux que Electric City se compose d'une grande muraille entourant la ville pour se protéger des montres. Nous sommes passés par la porte du Nord. Malheureusement, suite à l'incident d'hier soir, les portes se sont fermées pour ne pas laisser échapper les coupables. Quelqu'un a une idée pour sortir ?

Le jeune homme prend la parole.

"On n'a qu'à passer par l'Ouest, vers les Monts Argkents ! En plus, je suis déjà passé par là ... Croyez-moi, personne ne pourra jamais nous poursuivre si on passe par les montagnes !"
-Bien, Dart, cela te convient ?
- C'est parfait.
-Alors, nous partons à l'Ouest.

Le chevalier reprend la carte. L'équipe sort de l'hôpital, et va à l'Ouest de la ville, discrètement. Comme prévu, une grande muraille fait face à nos trois héros. Falcon décide d'intervenir : armé de la Cimeterre, il fait deux entailles dans le métal du mur. Puis il enchaine quelques coups d'épées. Le bout de métal qu'il tranchait n'est désormais plus qu'un tas de ferraille. Arès avoir dégagé tous ces petits bouts, ils sortent par le trou, et partent désormais pour les Monts Argkents !



FIN DU CHAPITRE III

_______________________________________

Prochain chapitre aux monts Argkents !

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Electric City   

Revenir en haut Aller en bas
 
Electric City
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panel 6 boutons Astro City
» Converter Sega Naomi V2 et écran Astro City?
» City Life sur Macbook ?
» Génération City passe à la taille XL !
» [Vends] Versus City, Systeme Taito Ty X2, kof xiii et ssfae

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE :: L'Épopée -- Zone Roleplay ! :: L'Épopée-
Sauter vers: