COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE

Reconstruction d'une communauté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La Cité de Pierre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: La Cité de Pierre   Dim 2 Mai - 22:53

Village perdu au milieu des Monts Argkents, la Cité de Pierre est connue pour sa coutume qui est de construire tous ses bâtiments en pierre, et tout particulièrement celle des montagnes. Cela exit la moquette dans les intérieurs, bien entendu.

Après une laborieuse journée de voyage, n'hésitez pas à vous détendre à l'hôtel du village, manger un bon repas montagnard au restaurant local, passer voir les spécialités du coin dans le quartier marchand ... Ou alors, si vous avez du cran, vous entraîner au grand Temple Hakuma, à l'extérieur de la cité ? Rien ne manque, ici.

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Dim 2 Mai - 23:02

Citation :
Falcon, Luke et Dart, suite à leur fuite d'Electric City, se sont retrouvés au cœur des Monts Argkents, région hostile où sévissent de nombreux monstres. L'entraînement devenant la priorité de chacun, ils décident de se rendre à la cité de pierre, là où se trouverait un temple idéal pour l'exercice, selon le jeune homme.

CINQUIÈME CHAPITRE : LUKESKYWALKER62, DONFEUXVIDEO, YOULIT


Il faut peu de temps pour que le groupe descende le sentier et arrive à la muraille protégeant la cité. Après un rapide examen des gardes postés à l'entrée, ils entrent enfin dans le village de montagne.
Le crépuscule approchant, de nombreuses torches sont disposées sur les murs de pierre des rues de la cité. Quelques passants circulent ça et là, mais la ville reste relativement calme.

"On devrait s'arrêter un peu ici, déclare Luke. Partez donc explorer la cité de votre côté ! Y'a des tonnes de trucs intéressants dans le coin, et puis je dois changer mes fringues ... On se retrouve ici à la tombée de la nuit pour aller au temple, OK ?
- Moi, j'ai un truc à faire à la joaillerie... Je cherche un truc particulier et... je pense trouver peut-être des renseignements !
-Ah... et quel genre de renseignement ?
- Le genre qui te regarde pas !

Les trois aventuriers se séparent.

----------------------------------------------------------

Partie de Dart :

Dart marche tranquillement à travers les rues en cherchant la joaillerie, il met un quart d'heure pour la trouver. Rien qu'à voir les murs en marbre, cette bâtisse respire le luxe. Il entre dans le bâtiment. Une désagréable odeur de parfum de luxe en trop grosse quantité flotte dans l'air, les pierres précieuses à des prix exorbitants sont alignées dans les vitrines, parfaitement taillées. Le voyageur entend un raclement de gorge derrière lui et se retourne, il se retrouve face à une femme de carrure imposante, empestant le xérès et sur-maquillée, qui lui adresse la parole d'une voix rauque :

"Que voulez-vous jeune homme ?"

C'est de toute évidence la propriétaire du magasin.

- Avez-vous des pierres précieuses... particulières ?
"Comment ça particulières ?"
- Du genre... tombées du ciel l'année dernière ?
"Quoi? Il existe des gens qui veulent ces rebuts là ? Si ces pierres n'étaient pas incassables, je les aurais jetées à la poubelle la plus proche ! Et moi qui croyait au début que le fait qu'elle soient tombées du ciel ferait monter leur valeur... 10 pièces d'or chacune !"
- Vous en avez plusieurs ? Mais c'est génial !
"Si vous le dites... Elles n'ont aucune valeur..."
- Montrez-les moi !

La vieille femme va dans la pièce derrière un comptoir d'ébène, puis on entend un raclement de tiroir. Elle revient avec une petite sacoche dont elle déverse le contenu sur le comptoir : il y a 5 petits morceaux de pierres précieuses de couleurs différentes, longues de 5 centimètres, larges d'un centimètre et toutes semblent appartenir à un joyau plus gros...

"Ha... à votre tête vous vous être rendu compte que ce ne sont que des fragments... si les pierres étaient complètes, là elle seraient inestimables !"

Dart en est sûr, ces pierres sont celles qu'il cherche.

- Je m'en fiche, je les veux !
"Ha... payez moi 50 pièces d'or et débarrassez moi de ces pierres invendables !"

Dart prend sa bourse et dépose les pièces sur le comptoir, puis il remet les pierres dans leur sacoche et sort du magasin, sur le point d'étouffer à cause du xérès. Le voyageur se demande ensuite s'il rejoint les autres maintenant ou s'il continue ...

- Bah ! Le soleil est encore haut, j'ai le temps de le faire et de revenir incognito ! Pense-t-il.

Et le guerrier sort de la cité en courant.
Après un quart d'heure de course dans les montagnes malgré sa jambe endolorie, Dart estime que la distance est suffisante. Il bifurque sur une route secondaire pour qu'on ne le voie pas. Il sort les différentes pierres de la sacoche et les examine. Il laisse la violette, la verte, la bleue et la marron de côté, puis prend la rouge. C'est celle là qui va lui servir, les autres seraient pour ses amis qui sont restés au continent ... Il sort d'une poche cachée dans son armure un autre fragment rouge, plus gros.

- Et voila, le moment de vérité !

Il assemble les deux fragments ... puis une grande lumière rouge en jaillit et l'enveloppe. Elle brille pendant un petit temps, et quand elle décroit, les deux fragments n'en forment qu'un seul. Mais à la place de Dart se trouve une étrange créature ailée...
Un autre flash de lumière rouge, et la chose disparaît, le voyageur réapparaissant à sa place. Le grand fragment luit d'une faible lueur rougeâtre.

- Elle s'est remise à briller, faiblement, mais elle brille, c'est bon signe... Pense-t-il.

Il remet le fragment dans la poche secrète, et les autres dans la sacoche. Il regagne la cité en marchant, sa jambe lui faisant atrocement mal. Lorsqu'il arrive à l'entrée de la ville, le soleil commence à décliner.

- Ouf, je suis arrivé à temps ! Souffle-t-il.

-------------------------------------------------------

Partie de Falcon :

Falcon marche dans les rues de la citée à la recherche d'un forgeron. Sa première préoccupation est son épée de grande valeur à ses yeux. Il questionne donc les personnes du coin pour s'informer. En peu de temps, et grâce à eux, ils parvient à trouver rapidement la forge. Le chevalier entre, et regarde les lieux : un bâtiment de pierre, assez sombre. L'endroit est décoré de sabres, d'épées ainsi que de lames et d'armes en tout genre, dans des tonneaux, accrochées aux mur... Devant lui se trouve le forgeron. D'une carrure assez imposante, il transpire la force. Il travaille en ce moment sur une longue lame, d'au moins plus d'un mètre a vue d'œil. Le fait que le chevalier est entré ne l'empêche pas de rester concentré sur son travail de dure labeur.
Falcon prend son temps : il regarde toutes sortes de lames, et les juge entre eux. Mais il n'est pas venu pour faire des emplettes. Il va donc discuter avec le forgeron.

-Bonjour, j'aimerais réparer une épée.
"Faites-moi voir votre arme... dit le forgeron, qui s'interrompt de son travail."

Falcon sort son épée de chevalier de son fourreau. L'homme prend la lame, et la regarde attentivement, de tous les côtés.

"Je vois... Elle ne sera pas facile à réparer. De quoi elle est composée ?"
-D'un alliage avec du fer et de l'argent. Pour la rendre plus dure, on lui a ajouté de l'acier.
"Merci de l'information. Cette épée sera réparée en moins de deux ! Par contre, il me sera plus utile d'avoir l'autre bout de la lame, est-ce que vous l'avez ?"
-Bien sûr. Te...

Falcon essaie de sortir de son fourreau la deuxième partie de l'épée, en vain. Elle n'y est pas. Le chevalier, inquiet, cherche un peu partout.

"Ce n'est pas ça ?"

Un homme s'approche du chevalier, tenant une lame... sa lame. Cette personne ne venait pas de cette contrée, sa peau, ses yeux bridés... Il était bien différent des autres personnes du coin. Il est torse nu, porte un pantalon de couleur rouge vive, avec le symbole du Yin et du Yang. Il est chauve, mais drôlement musclé. Le forgeron réagit assez rapidement lors de sa vue.

"Tiens, un moine dans une forge, on aura tout vu !
-Tiens, ta lame. Ne la perd plus, dit-il en ignorant le forgeron"
-M... merci.

La personne, à la surprise du chevalier, disparait aussitôt. Falcon n'en revient pas les yeux : comment quelqu'un peut faire une telle chose, au beau milieu de la forge ? L'affûteur de lames lui répond sans qu'il ne pose la question.

"C'est un moine. Ce sont des personnes avec un corps pur, et un esprit pur, enfin, le second point, il n'est pas toujours respecté. Il sont donc très puissants physiquement. Il a sûrement dû t'impressionner en courant le plus rapidement possible..."
-... Je vois. Sinon, combien ça va me coûter ?
"-38 pièces d'or."

Le chevalier paye de sa poche. Il reviendra plus tard récupérer son épée. En se tournant, le forgeron remarque sa sublime Cimeterre. Il ne peut s'empêcher de rappeler le possesseur pour qu'il puisse examiner la merveille. Falcon accepte, et l'homme commence à l'examiner. A la fin, il n'en croit pas ses yeux : cette épée d'une rareté exceptionnelle ne peut pas être gardée par un simple "soldat".

"Je vous la rachète ! 500 pièces d'or !"
-Elle n'est pas à vendre...
"Quoi ? Ce n'est pas assez élevé ? Allez, 2000 pièces d'or !"
-Je vous ai dit qu'elle n'est pas à vendre.
"-Mon dieu... Mais pourquoi garder ce sabre ?"

Falcon lui explique, discrètement, ses raisons. L'affûteur de lames est sous le choc. Il le fait éloigner d'un coup de main, mais garde quand même son calme.

"Je ne sais pas si on vous l'a dit, mais vous êtes malade. Renoncez, vous ne ferez que mettre en danger le monde."
-Je vois. J'espère que vous répareriez mon arme.
"J'espère que vous n'allez pas commettre l'irréparable."
-Ne vous inquiétez pas.

Le chevalier sort de la forge, qui lui reprend son travail, avec des sueurs froides. Le temps passe, il est temps de rejoindre les autres.

----------------------------------------------

Partie de Luke :

Luke marche vaguement dans les rues éclairées par les torches, toujours avec sa tenue de malade. Il sent que les quelques passants le regardent du coin de l’œil, mais il s’en fiche pas mal. Il doit changer de vêtements en vitesse, cet uniforme blême n’est vraiment pas de son goût. Cependant, sur sa route, son regard croise une vieille enseigne. Il s’arrête quelques instants devant la petite bâtisse qu’il a remarquée, puis entre à l’intérieur. Il y fait plutôt sombre, pour la bonne raison qu’aucune autre source de lumière que celle de l’extérieur éclaire l’endroit. Il devine malgré tout un comptoir au fond de la petite salle, ainsi qu’un vieil homme assis derrière le meuble.

"Bienvenue à la taverne de pierre … résonne une voix rauque. Qu’est-ce que je vous sers ?
- Des nouvelles bien fraîches, ce serait pas de refus ! s’exclame le jeune homme avec bonne humeur. "

Le vieil homme relève la tête, et fixe rêveusement la silhouette à contre-jour du jeune homme dans la lumière de la porte.

"Tiens donc, regardez moi-ça … Le porc-épic nous rend visite ?
- Tu te souviens de moi, vieillard ?! T’as une sacrée mémoire pour un vieux croulant.
- Je puis être vieux, la sénilité ne me rattrapera pas de sitôt. Je me demande plutôt comment oublier un type aussi ambigu que toi.
- Ha ! Je ne suis pourtant venu qu’une fois ici …"

L’épéiste s’assit sur un tabouret, tout près du comptoir. Ses yeux habitués à l’obscurité de la taverne, il arrive maintenant à distinguer le visage de l’homme aux longs cheveux blancs.
Cela faisait presque dix mois qu’il n’était pas venu ici, c'est-à-dire deux mois après sa fuite de l’ordre des doubles lames.

"Y’a des potins à raconter, j’espère ?! J’adore les histoires !
- Bah, pas vraiment … répond le barman en essuyant le comptoir avec son torchon. C’est plutôt calme par ici, les barrières protègent la cité.
- Et le temple Hakuma, alors ? Toujours en état ?
- … Si tu veux des potins, je veux bien t’en servir gratuitement : on rapporte que des personnes louches ont été aperçues rôdant du côté du temple ces derniers temps … mais ce ne sont que des rumeurs.
- Gnéhéhé, cool ! Tu penses que ce sont des pillards, vieillard ?
- Ce ne sont que des bruits de rue. Dis-moi plutôt, qu’est-ce que c’est que ces vêtements ?
- Oh, ça … rien, laisse tomber."

Le vieil homme claque quelques pièces d’or sur la table et les fait glisser vers Luke.

"Tu vas faire fuir le peu de clientèle que j’ai. Fais-moi plaisir, va te payer quelque chose de décent et ne reviens plus ici.
- Génial ! s’enthousiasme le jeune homme. Au moins, pour une fois, j’aurai pas à voler les riches !
- Pardon ? Tu avais l’intention de me voler ?
- Euh … ben, pas toi vu que t’es sympa, mais y’a toujours des cousus d’or dans les tav…
- Allez, déguerpis ! Hors de ma vue, sale vaurien !
- Merci !!"

L’épéiste s’empare vivement des pièces et s’enfuit en vitesse, un grand sourire aux lèvres.

"Vraiment, les jeunes d’aujourd’hui … soupire le vieux barman. Tous des délinquants."

Luke, argent en poche, se trouve rapidement un magasin où dégoter de nouveaux habits, après une petite course à pied à travers le village. Il entre dans le bâtiment, assez petit et ne possédant qu’une petite vitrine dans sa façade de pierre, où sont exposés quelques vêtements.
Cinq minutes plus tard, il en ressort, pleinement satisfait. Il avait abandonné ses habits d’hôpital pour une autre bure, noire cette fois, ainsi qu’un pantalon de même couleur. Il avait même déjà fait sa modification personnelle dessus, à savoir raccourcir les manches du vêtement afin d’avoir une meilleure liberté de mouvement lors de ses futurs combats. Il avait également noué sa ceinture, bloqué son livre, et suspendu ses katanas. Une chance que ce vieillard lui avait gentiment avancé de l’argent … D’ailleurs, la vendeuse l’avait trouvé « plutôt pressé ». A présent, il est fin prêt pour la suite, même si ses poches sont vides. Le ciel s’assombrit.

"J’devrais rejoindre les autres … Bah, de toute façon, ils mettent toujours trois plombes à se remettre en forme ! Pas la peine de se presser …"

Ca ne l’empêche pas de se remettre à courir en direction du point de rendez-vous, bien impatient de commencer l’entraînement.

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.


Dernière édition par Lukeskywalker62 le Sam 5 Mar - 23:48, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
donfeuxvideo
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Age : 22
Localisation : Perdu dans les abysses de Blobzone...

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Dim 9 Mai - 21:15

Luke est arrivé le premier à l’entrée de la cité. Le crépuscule est clairement visible maintenant, et ses compagnons ne devraient plus tarder. En effet, quelques minutes plus tard, Falcon arrive au point de rendez-vous et le rejoint. Il remarque aussitôt que le jeune homme a changé de vêtements, et tant mieux.

"Hé, j’ai failli m’endormir ! Faudrait faire de la course à pied plus souvent, grand-père !
-Hey, je ne suis pas vieux, et il n'y a rien qui m'empêche de prendre mon temps.

Peu de temps après, c’est au tour de Dart de rejoindre le groupe. Le chevalier remarque que malgré sa blessure, qui commence à peine à cicatriser, le voyageur a l’air particulièrement enthousiaste. Les questions viendraient plus tard.

-Bon, si tu nous parlais un peu de ce temple, Luke ? suggère Falcon.
"Bah … il se trouve un peu plus loin, entre deux des montagnes qui entourent le village. Y’a pas mal de rumeurs qui courent dessus … On ne sait même pas quand il a été construit, ni par qui. En tout cas, l’architecte devait avoir l’esprit vachement tordu."
- Comment ça ? questionne Dart.
"Hé bien ce temple, appelé Hakuma, grouille de pièges dans ses souterrains. Je sais pas trop à quoi ils servent, mais c’est pratique pour travailler les réflexes. Ce dont j’ai bien besoin …"
- Effectivement, ça a l’air intéressant …
"Au juste, d’après les locaux, Hakuma serait une variante du mot Akuma, qui signifierait « démon » dans l’ancienne langue de la région. Ca en dit long sur le temple, gnéhéhé ! "
- Et depuis quand tu t’intéresses aux cultures locales ?
"Depuis que j’aime les histoires, pardi !"

( ♫ ) L’équipe se met rapidement en route vers le temple Hakuma, guidée par le jeune homme. Les aventuriers quittent la cité sous le ciel de la nuit tombée, et se retrouvent vite hors des murailles. Ils se dirigent vers la montagne à gauche de celle qu’ils ont descendue auparavant, et au bout d’une dizaine de minutes, commencent la montée. Les nombreux chemins serpentant sur les pentes ont le mérite d’être tortueux, mais l’escalade est rapide. Quand ils arrivent à une hauteur suffisante, on peut voir la cité de pierre en contrebas, brillant dans la nuit avec toutes ces torches accrochées sur ses murs. Le groupe continue sa progression, et arrive bientôt à un endroit où les deux montagnes se rejoignent. Ils sont au moins à cinq cents mètres au-dessus du village, à présent. Soudain, Dart aperçoit quelque chose dans la pénombre. Une lueur, un peu plus loin. Sur un plateau un peu plus haut, une grande bâtisse éclairée par quatre torches ressort du paysage. Un petit chemin passant par une autre pente escarpée permet d’y accéder. Les compagnons se dépêchent de se rendre là-bas, et arrivent finalement devant le bâtiment après une rapide montée. C’est un grand édifice de pierre blanche, de sûrement cinq mètres de haut et autant de large, pourvu d’une très grande double-porte en bois prenant la moitié de la superficie de sa façade. Le toit a des formes orientales, et quelques fenêtres en bois et tissu sont visibles en haut de l’énorme mur. Les trois aventuriers s’approchent de l’édifice, et remarquent que la porte est entrouverte …


_______________________________________

Suite du chapitre au temple Hakuma !
Revenir en haut Aller en bas
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Lun 28 Juin - 0:00

Citation :
Les trois aventuriers se sont rendus au temple Hakuma, où de multiples surprises les attendaient. Tandis que Dart s'est expliqué "à sa manière" avec Haschel et Kongol, anciens compagnons du voyageur, Falcon et Luke se sont aventurés dans les souterrains mortels de l'édifice. Ils y ont fait la rencontre de Chang, un moine intéressé par le chevalier, et celle d'un pillard qui finit par être vaincu par le jeune homme. Leurs affaires réglées, les héros accompagnés de Chang, Haschel et Kongol retournent à la cité.

SIXIEME CHAPITRE : LUKESKYWALKER62, YOULIT, DONFEUXVIDEO


Le groupe des six personnes est à présent autour d'une table, dans la sombre taverne de pierre, une demi-heure après leur dernière discussion à l'entrée du temple. Seul Kongol, qui d'ailleurs a eu un peu de mal à passer la porte, est assis par terre à proximité. Maintenant, Haschel fait des siennes en essayant de convaincre Dart qu'il faut se remplir l'estomac avant de procéder aux explications, mais celui-ci ne démord pas de ses convictions. Falcon et Chang se contentent d'assister à la scène, sans dire un mot. Luke, quant à lui, est pour l'instant trop absorbé par ses pensées pour accorder de l'attention aux autres ...

"Non ... J'ai beau retourner le problème dans tous les sens, je n'arrive pas à l'imaginer tuer une personne sans défense ... ce n'était pas son genre ... Même si l'ordre le lui avait ordonné ... Qu'est-ce qui a bien pu se passer quand je n'étais pas là ? ... "



~ Un an et sept mois plus tôt. ~


Ca a encore été une dure journée d’entrainement, aujourd’hui. Les maîtres escrimeurs ne nous ont pas ménagés. Et tant mieux …

La nuit est tombée depuis longtemps. Enfin je crois, ça fait presque cinq mois que je n’ai pas vu la lumière du jour après tout. On perd facilement la notion du temps dans ces souterrains, encore heureux qu’on ait des sabliers un peu partout.
En tout cas, une chose est sûre : je suis adossé dans mon lit, mes katanas posés contre le mur derrière, et une bougie allumée sur le côté. Tout autour de moi, mes compagnons d’enseignement sont plongés dans un sommeil qui doit être bien réparateur, profondément endormis dans leur lit. Le dortoir est comme un long couloir curviligne où tous les membres de mon groupe passent leurs nuits. Et … je crois bien que je suis le seul à encore avoir les yeux ouverts à une heure pareille. Pourtant, ce n’est pas la fatigue qui me manque. Quelque chose m’empêche de trouver le sommeil. Je ne sais pas trop quoi … alors je reste comme ça, avec ma bougie. Une légère couverture marron couvre mes jambes, et en guise de tenue de nuit, j’ai gardé mon bas de bure. Mon torse est nu.

Je suis comme ça depuis quelques heures déjà, à cause de cette insomnie, quand j’entends soudain du mouvement dans le couloir extérieur. En fait, mon lit n’est qu’à quelques pas de la porte qui donne de nos quartiers sur les galeries de l’ordre des doubles-lames, à l’opposé. L’issue est à quelques mètres à droite et devant moi. Ce sont des bruits de pas que j’entends.
Qui peut bien être debout à une telle heure de la nuit ?!
J’attends que les sons s’éloignent. Cependant, il n’en est rien : au contraire, les pas s’arrêtent juste devant la porte. J’entends un léger grincement, comme si quelqu’un poussait le battant … mais celui-ci ne s’ouvre pas. On dirait une espèce de signal … puis la porte arrête de grincer. Ca y est, j’ai compris. Encore un maître escrimeur … mais qu’est-ce qu’il veut, au beau milieu de la nuit ?
J’aperçois un rai de lumière sous la porte. Je me lève, me saisis de ma ceinture au sol, la passe autour de ma taille et y accroche mes deux sabres, l’un à gauche et l’autre à droite. J’éteins ma bougie, et me dirige sans bruit vers l’issue. Après tout, je ne sais pas encore ce que le maître veut, mais si on a besoin des autres, je me ferai une joie de les tirer de leur torpeur sans y aller avec le dos de la cuillère. J’atteins la porte, et la pousse.
Je manque de faire un bond quand je constate que ce n’est pas un maître escrimeur qui m’attend de l’autre côté. Un visage que j’ai n’ai vu qu’une fois, mais que je ne pourrais sans doute jamais oublier.

« Hé bien ? déclare la personne à mon silence. Tu n’espérais tout de même pas qu’on en reste là ! »

Youmu Konpaku. Ca lui va bien de débarquer en plein milieu de la nuit sans prévenir. Encore plus quand elle n’a qu’un simple décolleté et un pantacourt de tissu en guise de vêtements. Bon d’accord, il y a aussi la ceinture et la bande blanche avec les katanas, mais je sais pas si ça compte. Elle tient une torche flamboyante à la main, ça doit être ça la source de la lumière que j’ai vue tout à l’heure. Enfin bref, il vaut mieux ne pas rester muet trop longtemps.

"Tu n’as pas pu récupérer ton Roukanken …? Je suis dans de sales draps, je suppose."
« Tu crois que j’aurais attendu autant de temps, espèce d’idiot ? Cette histoire remonte à deux mois. A moins que tu n’aies déjà oublié ? »

Oublié ? Impossible d’oublier quelqu’un qui fait 3 cibles de plus que vous en évaluation. Surtout quand ce quelqu’un est de la gente féminine.

"Ne pense pas que j’ai digéré ça, bien au contraire, déclare-je."
« Et ce n’est pas toi qui parlait de revanche ? »
"A deux heures du matin ? T’es sûre que tu tiendras le coup ?"

Je crois qu’elle vient de se retenir pour ne pas me gifler.

« Il vaut mieux que les maîtres … ne soient pas au courant de ce genre de pratique, précise-t-elle avec un irritation contrôlée. »
"Quand même. Tu aurais pu venir plus tôt."
« Il n’y a plus un seul maître dans les parages, au moins. Tout va bien. »

… Absolument génial. Je suis à moitié nu, dans un couloir au beau milieu de la nuit avec une fille en petite tenue que je connais à peine, mais à part ça, tout va bien. En tout cas, si c’est une revanche qu’elle veut, je me ferai un plaisir de la lui donner. N’empêche, c’est plutôt moi qui devrait lui en réclamer une, au fond … Toujours est-il qu’elle m’ordonne de la suivre à travers les galeries. Je me demande où elle veut m’emmener. Nous traversons le grand couloir menant normalement aux quartiers des garçons, là d’où nous venons, sa torche de feu éclairant le chemin. Sans cette source de lumière, nous serions plongés dans l’obscurité. Je crois que je commence à avoir une petite idée de notre destination. De toute manière, il n’y a pas trente-six pièces dans ces installations souterraines. Cela se résume aux deux quartiers des membres, des deux salles d’entrainement pour chaque sexe, et de la fameuse salle d’entrainement spécial. Il y en a peut-être d’autres, mais je n’y ai jamais vraiment fait attention.

… C’est bien ce que pensais. Nous arrivons à l’intersection, là où un certain maître escrimeur nous avait laissé tombé par terre deux mois plus tôt. Tout droit, c’est la galerie qui mène au dortoir des filles, et à gauche, c’est le couloir qui donne sur la double-porte de la grande salle spéciale. C’est là-bas qu’elle se dirige … et bien évidemment, je la suis. Nous marchons pendant un petit temps avant d’atteindre l’issue. Le temps semble quand même beaucoup plus long avec un tel silence, à peine troublé par les bruits de nos pieds nus.
Une minute plus tard, nous sommes à l’intérieur de la zone d’entrainement. Je m’avance à l’intérieur de la grande salle sombre, beaucoup plus obscure que la dernière fois que je m’y suis rendu. Pendant ce temps, l’autre est partie allumer quelques torches fixées sur les murs de l’endroit. Je me tourne vers elle ; apparemment, elle avait bel et bien récupéré ses katanas. Le long accroché à sa ceinture, et le plus court coincé dans son dos. La salle est à présent un peu plus éclairée avec ces bâtons enflammés, mais elle n’en reste pas moins plongée dans une pénombre. Quand elle en a fini, Youmu accroche sa torche dans un emplacement prévu à cet effet, puis vient me rejoindre.

"Tu veux qu’on s’affronte ici ? demande-je. Tu as de drôles de goûts."
« Parce que tu t’imagines que nous allons nous affronter comme ça ? répond-elle d’un air agacé. Je n’aimerais pas qu’on retrouve un corps sanguinolent dans ton lit, demain matin. »
"Bon, qu’est-ce que tu suggères alors ?"
« … Te donner une autre occasion de montrer ce dont tu es capable en élimination de cibles. »

Sérieusement ? Bah … Je préfèrerais un bon combat, mais après tout, elle a raison. Si jamais on se blesse, les maîtres découvriront le pot-aux-roses.
Ma nouvelle rivale se dirige vers le fond de la salle, près de la porte. A l’endroit où, le jour de l’évaluation, un parterre de tatamis avait été posé. Je me pose soudain une question.

"Tu sais comment activer la mise en place des cibles ?"
« Le jour de l’examen, l’entraineur appuyait sur un bouton au sol pour redresser les bâtons. Même un imbécile aurait remarqué ça. »

… Je ne sais pas ce qui me retient de lui flanquer un coup de katana, à cette fille.
En tout cas, elle se place à l’endroit où était placé notre instructeur à ce moment-là. Elle claque du pied par terre, et aussitôt, des dizaines de cibles surgissent du sol tout autour de moi. Les terrains couverts d’acier sont prêts à servir de nouveau. Nous discutons un peu de la marche à suivre ; ici, il n’y a pas de maître pour nous départager, alors il va falloir se la jouer à la loyale. Nous décidons donc de faire simple : on compte jusqu’à quinze en esprit en détruisant le maximum de cibles. Ca devrait le faire. Je me positionne au début de ma moitié de terrain, la gauche, et Youmu en fait de même pour la droite.

« Montre-moi donc si tu as progressé depuis le temps, lance-t-elle sur un ton de défi. »
"Compte sur moi, héhé !"

Elle me regarde bizarrement, mais je m’en moque. Je souris, aussi bien intérieurement que physiquement : c’est comme si toute ma fatigue s’était envolée. Je me sens soudain en pleine forme, et c’est pas pour me déplaire ! Je me tiens prêt : c’est elle qui va donner le signal.
A son top, je me précipite illico vers les premières cibles, mes sabres dégainés à une vitesse démesurée. Je n’ai même pas à réfléchir : j’explose littéralement tous ces frêles bâtons de bois sur mon passage, sans même m’arrêter ni ralentir pour viser. C’est tellement simple ! Je n’en rate presque aucun au fil de ma progression, à une vitesse que je préfère ignorer. Mes bras sont en mouvements constants, tranchant les cibles à foison. Bigre, c’est carrément jouissif ! Enfin, il ne me reste que cinq secondes. Pourtant, je suis déjà presque à la fin des cent mètres. Je me dépêche d’en finir avec les bâtons restants à proximité, puis me retourne. Ca y est, je suis au bout, mais j’en ai raté une petite dizaine en cours de route. Raah, j’ai pas le temps pour ça ! Les quinze secondes sont déjà écoulées. Dommage …
Je me retourne du côté de ma collègue, et constate avec surprise qu’elle n’est pas arrivée tout à fait au bout. J’ai cinq ou six mètres d’avance sur elle … et je crois qu’elle en a raté plus que moi.
… Ca veut dire que j’ai gagné ? Elle me fixe d’un drôle de regard, à la fois surprise et dégoutée de ma performance.

« J’en ai tranché 51 … souffle-t-elle. Et toi … 64. »
"Yahou ! Je savais que je pouvais le faire !

Alors là, j’en reviens pas. Entre 40 et 64, c’est vrai qu’il y a de l’amélioration. Je suis plutôt enthousiaste de cette grande progression, mais ça n’a pas l’air d’être le cas de Youmu. J’ai même l’impression qu’elle est complètement dépitée par mon score.

« Pendant combien de temps t’es-tu entraîné pour arriver à un tel niveau ? me questionne-t-elle. Quel genre d’enseignement reçois-tu donc …? »
"J’en sais rien, moi ! Le même que le tien, à ce que je sache …"
« Tu n’as absolument aucune retenue dans tes gestes … La différence serait-elle au niveau de la mentalité …? »
"… J’y comprends rien du tout. Je me bats en étant moi-même, rien de plus ! Gnéhéhé !"

Elle me regarde de plus en plus bizarrement … Quoi ? J’ai une tâche sur le nez ?
Ca doit pas être ça. Son regard est plutôt un mélange de fascination et d’incompréhension.

« Tu m’as l’air … différent de tout à l’heure … Qu’est-ce qu’il t’arrive ? »

Hé, mais c’est dingue ! Elle aussi, elle s’y met ?! Tout le monde me dit ça, ici ! Qu’est-ce que j’ai encore fait ? Je deviens fou, ou quoi ?
… Bon, passons. C’est bien beau d’être en forme, mais je ne suis pas non plus parti pour rester debout le reste de la nuit. En guise de réponse à sa précédente question, je me contente d’un bête haussement d’épaule. Son attitude envers moi change rapidement.

« Ne pense pas que tout s’arrête là, fait-elle sur un ton menaçant. Après une telle humiliation, crois-moi bien que je vais sérieusement m’entraîner pour te rattraper ! »
"Ghahaha ! J’espère bien !"

… Encore. Le même regard que la dernière fois. Cette espèce de dignité présente dans ses yeux … C’est de l’admiration ? De l’intérêt ? Je commence à me sentir vraiment mal à l’aise … Par l’enfer, c’est quoi cette fille !?

« Tu es la personne la plus étrange que je n’ai jamais rencontrée, finit-elle par déclarer. »
"Je pourrais dire la même chose de toi, répond-je."

J’éclate d’un bon gros rire bien fourni, comme j’en ai le secret. Youmu se contente de détourner les yeux. Elle ne sait pas sourire, ou quoi ? Elle s’éloigne, puis commence à ramasser les bouts de bois gisant sur le sol de sa moitié de terrain. J’en fais de même avec la mienne. Nous stockons les débris de cibles à l’endroit prévu à cet effet, dans un coin de la salle. Elle s’en retourne ensuite vers les torches fixées aux murs. C’est vrai, j’allais oublier. Je me dirige vers celles qui sont plus proches de moi, afin d’aller les éteindre. Quand la salle est de nouveau presque plongée dans l’obscurité, ma rivale se saisit du flambeau qu’elle avait emmené pour nous guider dans les souterrains, et nous sortons de la zone d’entrainement. Pfiou, ça faisait longtemps que je ne m’étais pas autant défoulé !

« Il faudra qu’on se retrouve, déclare-t-elle dans le couloir. Et pas dans deux mois, de préférence … »
"Ca me plait ! N’empêche … la prochaine fois, couvre-toi un peu plus, tu vas attraper froid !"

Parce que le coup du décolleté, c’est pas le summum de la décence.
… Enfin je peux parler, avec mon torse nu. De toute manière, qu’importe, je n’aurai pas regretté cette insomnie passagère. Il faut croire que le destin aime bien jouer avec moi. Nous nous retrouvons bientôt à l’intersection, et l’heure des aux revoirs approche. Elle me jette un regard narquois, une once de malice dans les yeux, sa torche toujours à la main.

« Tu veux que j’aille te reconduire …? »
"Pas la peine, je connais le chemin. Toujours tout droit."
« … Des fois, je me demande si tu es vraiment idiot. »

Elle n’a pas tout à fait tort … Je viens tout juste de me rendre compte que le fameux chemin est plongé dans le noir et que je n’ai aucune source de lumière pour me diriger là-dedans. Bah, tant pis, je ferai avec ! De toute façon, je finirai bien par retrouver la porte de mon dortoir, j’y suis allé tellement de fois. Pas d’inquiétude à avoir.

« Bon, et bien, bonne nuit … Luke. »

… Quoi ? Elle se souvient encore de mon nom ? Les boules, quand j’y pense, je ne l’ai jamais appelée par le sien …

"Bonne nuit toi aussi … répond-je. Au fait, euh, Youmu …"

Et merde, je dis quoi maintenant ? Elle me regarde avec attention … faut que je trouve quelque chose, n’importe quoi ! Bordel, y-a-t-il seulement une chose au monde qu’on puisse dire à une fille avec qui on a décapité une petite centaine de bâtons de bois, en tenue de chambre ??? La prochaine fois, réfléchir avant de parler !

"… Entraine-toi du mieux que tu peux. Je veux un minimum de challenge la prochaine fois qu’on s’affrontera."

Alors là, bravo. Il n’y avait rien de plus pourri à dire dans ce genre de situation. Enfin … vraiment ? Elle me rend ce défi du regard. Quand on y pense, cette fille parle beaucoup avec les yeux. Là, elle est en train de me dire que j’ai tout intérêt à bosser moi aussi de mon côté, sans quoi je me ferai lamentablement laminer à notre prochaine rencontre. Et vu son sale caractère, je crois que je ferais mieux de suivre ce conseil. Nous nous séparons, elle se dirigeant vers ses quartiers avec sa torche, moi suivant le couloir plongé dans l’ombre. Ca alors … Quelle drôle de sensation.

Avoir une véritable rivale avec qui comparer ses capacités … Je ne savais pas que ce serait aussi cool !

~--------------------------------------------------------------------------~

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.


Dernière édition par Lukeskywalker62 le Sam 11 Sep - 20:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
youlit
Admin
Admin
avatar

Messages : 322
Age : 22

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Sam 11 Sep - 20:21

-...Oui, et c'est comme ça que j'ai décidé de...

Falcon se retourne, entendant un bruit, et aperçoit Luke qui sort de sa torpeur.

-Luke ! Enfin tu te réveilles ! Et au bon moment...

Luke secoue la tête et se rend compte que l'animation de la table a cessé. Dart semble anxieux, mais se reprend vite. Il se racle la gorge.

- Je vous dois des explications. J'espère que vous avez de quoi tenir, car mon récit va prendre un bon bout de temps. Pour comprendre mon histoire, ainsi que celle de Haschel et Kongol, il va falloir d'abord que je vous fasse un cours d'histoire du continent d'Ultimesse...
- Tu crois vraiment que c'est nécessaire ?
- HASCHEL!!!

- ...Reprenons.
( ♫ ) Pour tout comprendre, il va falloir remonter aux débuts du monde, quand il n'y avait rien... le monde était stérile, rien ne vivait, à part un dieu, que nous vénérons à Ultimesse : Soa, le créateur. Il planta une graine, qui germa en un arbre gigantesque. Cet arbre avait des fruits, 108, exactement. De ces 108 fruits sont nées les premières espèces qui ont peuplé, et peuplent toujours notre monde.

"Tu es sûr que c'est de l'histoire et non des légendes, ce que tu nous racontes ? demande le jeune homme."
- Et non... c'est loin d'être des légendes... cet arbre, l'Arbre Divin, je l'ai vu, j'ai même marché dessus.
- Et moi je me suis tordu la cheville dessus ! s'exclame le vieil homme.
- Ha vraiment... arrête de faire en sorte qu'on s'apitoie sur ton sort, la dernière fois Méru a fini KO pendant 3 heures !
On continue... Sur les 108 espèces il y a la 103ème, les Gigantos...

-Mais comment de telles espèces peuvent sortir d'un fruit ? interroge le chevalier. De plus, un giganto...
- ...Oui, bon, vous pouvez éviter les commentaires à tout va ? Je peux rien dire sinon ! Continuons... dans le 105ème, il y avait les dragons. Dans le 106ème, c'était l'humain. Dans le 107ème, les voliens, des êtres ressemblant aux humains, mais disposant d'une magie que nous ne pouvons maîtriser. Dans le 108ème et dernier... je vous le dirais plus tard.
Le second évènement dont je vais parler s'est déroulé il y a plus de 11000 ans. Les voliens, dont j'ai parlé tout à l'heure, dominaient de manière tyrannique toutes les autres espèces, ou presque. Les humains, eux, étaient esclaves. Cependant un jour, un humain particulier apparut. C'était un homme libre que l'on connait sous le nom d'Empereur Diaz. Il commanda une armée de dragons pour lever la tyrannie. La guerre éclata, on la baptisa la Campagne des Dragons. Ce fut un massacre à double sens. Au fur et à mesure de la guerre, d'autres humains particuliers sont apparus, ils disposaient des pouvoirs des dragons et pouvaient les chevaucher. Ils étaient les chevaliers dragons, les dragoons.


-Attends, si je comprends bien ce que tu veux dire, c'est que...
- Ouaip, on est bien des dragoons, mais t'en fais pas, on est quand même pas vieux de 11000 ans, je te dis pas l'arthrite sinon ! rigole le maître d'arts martiaux.
- Hashel, tu deviens vraiment lourd là...
"Bref, ça s'est terminé comment cette guerre ? demande l'épéiste."
- La campagne des dragons s'est soldée par la déchéance des Voliens, l'essor des humains et deux apparitions.
"De quoi, deux apparitions ?"
- La première apparition, c'est la lune perpétuelle. Pourquoi l'a-t-on nommée comme ça ? C'est parce qu'elle ne se couche jamais, de jour comme de nuit, elle reste au même endroit, comme si elle était intemporelle...
-Hum... La lune perpétuelle...dit Falcon à faible voix, de façon à ne pas couper Dart. Après quelques secondes de réflexions, il rehausse la voix.
-Mais, comment cela se fait qu'il y a une telle lune alors que l'on ne peut pas la contempler d'ici ? C'est vraiment étrange...
"Ouais ..."
- Un de nos monarques, un érudit, à proposé sa théorie : il pense que notre monde est une sphère qui tourne, et que la lune perpétuelle tourne autour à la même vitesse et dans le même sens que notre monde, ce qui donne une impression d'immobilité. Il a aussi dit qu'a cause de ça, la lune perpétuelle ne pouvais pas être vu des autres continents, à l'opposé de la sphère...
Je sais, cela peut être assez farfelu, mais pourtant, il a eu raison.
Toujours est t-il que la seconde apparition, est la plus terrible. Il existe une prophétie à Ultimesse, selon laquelle, tout les 108 ans, la lune perpétuelle deviens rouge sang, et qu'un enfant béni nait, cet enfant est baptisé l'enfant lunaire, et conduira notre peuple au paradis, selon la prophétie. Mais... Il existe une créature qui veut détruire cet enfant, et tout les 108 ans, ce monstre tue cet enfant et tout ceux qui ont assisté à sa naissance. Ce monstre, c'est le Monstre du Mal. Sa dernière intervention date d'il y a 19 ans, et a eu lieu au village de Nihit, mon village natal.

"Et l'enfant lunaire a été tué aussi il y a 19 ans ? prend Chang la parole. Tout de même, vos histoires sur Ultimesse me passionnent. Si vous pouviez me donner un livre pour que je puisse me renseigner par la suite, ou je ne sais quoi..."
- Pour l'enfant lunaire, c'est tellement ambigu qu'il faudrait une semaine d'explications pour tout comprendre... Et pour les livres, je pense que la prochaine fois que je passe à Deningrad, je prendrai un peu de documentation pour toi dans la bibliothèque le plus grande de tout le continent.
...Je n'ai pas fini mes explications, car après ces morceaux d'histoires, il me faut raconter comment on est devenus des dragoons, Haschel, mes amis et moi. Car nous étions humains au départ.

-Je comprends ... Mais ça commence à faire beaucoup à intégrer d'un coup, tout ça.
- Je ne te le fais pas dire ... Bref, ça a commencé lors de l'attaque de Nihit par le Monstre du Mal, il y 19 ans. J'avais 5 ans à l'époque. Mes parents et moi avions réussi à nous échapper, le village était en train de brûler. On aurait pu partir tous les trois, mais mon père avait décidé de repartir pour secourir d'éventuels survivants. Ma mère s'est ensuite décidé d'aller l'aider, et moi je suis resté dans la forêt, seul. Ils ne sont jamais revenus. Quand le feu s'est apaisé, je suis revenu dans le village, il ne restait plus rien. Je n'entendait rien, juste la pluie tomber, et les corbeaux se repaître de la chair brûlée. C'est quand j'allais partir que j'ai découvert dans les décombres une pierre. Cette pierre, mon père l'avait toujours sur lui.

Dart sort de la poche secrète de son armure la pierre en question, qui se met à luire légèrement.

- A l'époque, elle était complète. Je n'ai découvert sa véritable fonction que 18 ans plus tard. Après avoir récupéré cette pierre, je me suis enfui, j'ai voyagé le plus loin possible. Finalement, je suis arrivé dans un petit village nommé Célesse. Les habitants m'ont recueilli, et désormais je le considère comme mon second village.
Puis, à mes 18 ans, je suis parti du village car j'avais un objectif à remplir : traquer le Monstre du Mal pour me venger. J'ai voyagé sur tout le continent pendant 5 ans, sans résultat. Quand je suis revenu à Célesse l'année dernière, j'ai failli perdre mon village pour la seconde fois. La veille de mon retour, le Sandor, une des factions qui se disputaient Serdio a attaqué sauvagement Célesse, qui a quasiment été détruit. Quand je suis arrivé, j'ai aidé les survivants, et il m'ont dit que toute cette folie a été causée pour capturer une personne : elle s'appelle Shana, c'était une amie d'enfance.
Je suis allé la délivrer dans la prison d'Héléna, ou j'ai fait la connaissance de Lavitz, un chevalier du Basil, l'autre faction de Serdio. Avec son aide, on s'est échappé, puis nous sommes partis dans la capitale du Basil, ou Lavitz à reçu de nouveaux ordres. Shana et moi avons choisis de l'aider, donc nous sommes allés dans la ville d'Hoaxe, que nous avons dû défendre d'un assaut Sandor ...
C'est cette nuit là que j'ai découvert la fonction de cette pierre.
Les sandors ont attaqué. Les soldats ennemis, Lavitz et moi s'en sommes débarrassés sans trop de difficulté, seul un guerrier d'élite nous a corsé la bataille, mais nous l'avons vaincu malgrès ses techniques.


-Cela ne devait pas être aussi simple...
- C'est pas rien de le dire ... Et quand on l'a battu, on pensait être aux bouts de nos peines, mais non, on a direct été attaqués par un Giganto aux ordres du Sandor : Kongol.
-Kongol ? Il n'était pas à tes côtés avant ? interrogea son ami, assez surpris de l'apprendre.
- Avant ce combat à Hoaxe, on ne se connaissait pas, et il est devenu ami avec nous qu'au bout d'une longue histoire, très longue histoire...
Toujours est-il qu'on s'est fait battre par lui, et que j'ai été littéralement propulsé à 10 mètres.
Lavitz ne pouvait plus réagir, et Kongol était sur le point de me hacher menu, quand dans la nuit, une lueur est apparue. Quand cette lueur c'est rapproché, j'ai vu que c'était en réalité une femme avec une armure bleu nuit... et des ailes.

"Et c'était ..." commence le moine.
- Oui, confirme Dart. Cette femme s'est jetée sur Kongol et l'a repoussé, puis m'a demandé de me réveiller, lorsqu'elle a ajouté : "Dragoon du dragon aux yeux rouges". A ses simples mots, la pierre s'est mise à briller de mille éclats, et j'ai eu l'impression que des flammes avaient envahi tout mon corps. Ensuite... je n'ai que des souvenirs confus de cette métamorphose... en plus j'ai perdu connaissance... Mais Lavitz, à mon réveil, m'a tout raconté. D'après lui, j'étais devenu une véritable tornade de feu qui a volé quelques instants en l'air, puis s'est jetée sur Kongol avec une force telle que c'est lui qui a fait un vol plané.
- Kongol s'en souvient encore. Kongol s'était senti humilié et voulait se venger.
- On se demande parfois comment ils sont devenus amis ses deux là ! S'amuse le vieillard.
- Héhé ... Je ne vais pas raconter la suite, cela prendrait trop de temps. Sachez juste que Haschel est devenu Dragoon à la mort d'un tyran, et Kongol a dû se battre contre ses souvenirs pour obtenir son âme de dragoon.
Et aussi, je voudrais que vous réfléchissiez à ce que je vais dire : Pourquoi le Monstre du Mal a pour but de tuer l'enfant lunaire ? Par peur ? Ou pour une autre raison...?


Haschel s'approche de Dart et se met à lui chuchoter.

( - Pourquoi poses-tu cette question? On ne se l'est même pas posée avant le dernier Vyrage de notre quête !
- Pense à notre réaction quand on a découvert la réponse...
- Ha ouais... mais attends, tu vas leur raconter la suite ?
- Oui. Mais ce sera pour plus tard. Je veux les laisser réfléchir d'abord. )

Les deux compagnons mettent fin à leurs messes basses.

-Serait-ce en rapport avec cette "lune perpétuelle" ? propose Falcon.
"Il est vrai que le terme lunaire tend à rapprocher cet enfant de l'astre en question ... ajoute Chang."

Dart se met à regarder au plafond, d'un air pensif, puis répond :

- Je vous laisse réfléchir. Je ne vous donnerai la réponse que plus tard.
-Comme tu voudras.

Les réflexions de chacun sur la question sont interrompues par un soudain grincement. Les compagnons assis à la table se retournent vers la chaise de Luke ; le jeune homme vient de se relever. Il garde la tête baissée quelques instants, fixant le vide comme pour réfléchir, puis la redresse avant de prendre la parole.

"Je vais prendre l'air ... Ne m'attendez pas pour le repas."

Il dégage alors sa chaise de son chemin, tourne les talons et s'éclipse sans demander son reste par la porte d'entrée, laissant ses frères d'armes perplexes derrière lui. Quelques secondes s'écoulent, puis Haschel se gratte le menton.

- Bah, qu'est-ce qu'il a ? Je le trouve bien taciturne pour un jeunot affamé...
- ...Quelque chose a sûrement dû se passer dans le souterrain.
- Ou c'est juste qu'il a jamais rencontré Méru.
- ...Depuis quand tu me fais de la concurrence en blagues ?


Dernière édition par youlit le Lun 13 Sep - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://les-dragoons.forums-actifs.com/forum.htm
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Dim 12 Sep - 23:06

Le vent souffle légèrement dans les rues de la cité, faisant osciller les flammes des torches. Même si la nuit est là depuis un moment, la lumière du feu reste très suffisante pour éclairer la ville et ses habitants. C’est au milieu d’une rue assez large que le jeune homme marche, le regard baissé et l’esprit rempli de questions qui se bousculent. Il a beau essayer de faire le tri, trouver des conclusions, rien n’y fait : les derniers événements de la soirée l’ont définitivement plongé dans le doute. Plus il fouille dans sa mémoire, plus tout devient obscur. La question qui revient tout le temps est surtout … Pourquoi ? Pourquoi Youmu est-elle devenue si agressive, et pourquoi veut-elle le tuer ? Pourquoi elle ? Bien sûr, elle lui en veut certainement pour avoir trahi l’ordre des doubles-lames, mais en arriver à de telles extrémités, même sous la contrainte … Ca ne lui ressemble pas. Alors, pourquoi …? Tant de questions sans réponse. Il n’aurait jamais dû déserter sans prévenir personne ce jour-là …
Alors que ses pas le mènent aveuglément vers une destination qui lui importe peu, son regard se relève. Puis soudain, il fait volte-face, mains sur ses poignées de katanas, prêt à dégainer. Il jette des regards de tous côtés. Personne … Même pas un chat. Pourtant, il avait été sûr que … Non, il a dû rêver. Enfin, il l’espère … Tout ce qui lui est arrivé ces derniers temps a complètement chamboulé sa vie de cavale et de fuite. Il avait su qu’il ne pourrait éternellement échapper à son destin, et maintenant, celui-ci refait surface et le hante. Si seulement Youmu avait également fuit l’ordre des doubles-lames …

Son regard croise quelque chose. Un petit stand, qui s’élève dans un coin de la rue. Luke ne s’est jamais réellement intéressé à ce genre de chose … Mais aujourd’hui, il a quelque chose à vérifier. Il se précipite vers le petit kiosque, fermé à cette heure-là. Personne en vue nulle part … Il décide alors de dérober un des rares journaux qui reste de la journée d’aujourd’hui. Une fois en possession de l’objet, il s’éloigne, préférant jeter un œil à son contenu en sécurité. Après avoir bifurqué dans une petite ruelle, il s’assit sur le sol et s’adosse au mur avant d’ouvrir les pages. Les gros titres n’ont guère de quoi l’intéresser, aussi continue-t-il de chercher à travers le journal. Non, rien … Toujours rien … Encore rien …
Au fur et à mesure de son parcours à travers les articles, son inquiétude première s’apaise légèrement. Oui, si c’est le cas, alors les journaux doivent forcément en parler … Mais là, rien. Au final, il se faisait peut-être de la bile pour rien …?

"Je le savais … murmure-t-il. Youmu n’a jamais tué personne …"

Et là, au moment où il croit enfin s’être débarrassé de ses craintes, quelque chose vient lui briser ses fous espoirs. Ses pupilles se dilatent à la vue d’un titre impitoyable.

« Meurtres et agressions sanglantes aux quatre coins du continent ! De hauts-représentants de la société et de gouvernement mutilés !

Depuis un an, on constate une alarmante recrudescence des attentats contre les personnes de la haute-société. Membres des gouvernements comme simples hommes riches en passant par les dirigeants de divers royaumes sont victimes d’assassinats d’une violence presque jamais vue. La caractéristique la plus frappante de toutes ces agressions est le nombre considérable de coups d’épée ou de sabre portés aux victimes, qui généralement décèdent suite à ces blessures ou restent hospitalisés pendant de très longues périodes. Il ne fait plus aucun doute que ces attaques mortelles sont organisées par un organisme qui échappe encore et toujours aux forces de l’ordre des différentes patries. Aucun agresseur n’a encore été retrouvé. Comme si les victimes étaient punies par un châtiment céleste … »

Luke n’a pas besoin d’en lire plus, anéanti par ce qu’il vient d’apprendre.
Les meurtres commandités par l’ordre des doubles-lames. Ils se pratiquent vraiment …
Tous ses camarades de jadis … et même Youmu … depuis tout ce temps, l’Ordre les force à commettre tous ces crimes …
Une haine dévorante commence à se développer à l’intérieur du jeune homme. La haine de ses anciens maîtres et de ce qu’ils font subir à ses anciens compagnons d’arme et sa rivale. Au juste, quelle est la sanction en cas de désobéissance ? L’enfermement ? La torture ? Ou pourquoi pas carrément la mort, tant qu’on y est ?! Ils font d’eux des marionnettes à leur service, et les brûlent quand elles se rebellent. L’ordre des doubles-lames n’a aucune pitié. Et il a envoyé Youmu pour se débarrasser du jeune homme qui a trahi … C’est donc comme ça.

Déprimé par la réalité des choses, il jette le journal à terre puis se relève.

"C’est ainsi que va le monde ? Youmu, si seulement tu peux m’entendre … Sache que si je dois te tuer pour vivre, je n’aurai aucune hésitation. Mais pourquoi … aurais-tu donc oublié le peu de temps que nous avons passé ensemble, à comparer nos capacités ? Ce temps semble si loin derrière, maintenant …"

Malgré la colère qui le ronge, sa tristesse est toujours le sentiment qui domine le tout. Il n’est pas plus avancé, maintenant. Il n’a qu’une seule chose à faire : se remettre sur la route de la taverne …

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
donfeuxvideo
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Age : 22
Localisation : Perdu dans les abysses de Blobzone...

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Lun 13 Sep - 23:28

Falcon se trouve maintenant debout, juste devant l'entrée de la taverne. Il porte sur lui la Cimeterre, ainsi que l'épée dont il avait passé à un forgeron de la ville. La lame s'est retrouvé un tantinet moins solide, mais c'est le prix à payer pour casser une arme. Et maintenant, il reste là, sans bouger, à attendre Luke. Après tout, ce jeune homme est en piteux état, avec tous les combats plus délicats que jamais qu'il ont menés. Mais il ne l'attend pas juste que pour ça. Le chevalier n'a en fait pas été le seul à se proposer pour l'attendre : tout le reste du groupe voulait patienter, mais l'homme en armure a insisté pour que lui seul soit de garde. Le groupe a aussitôt compris que le chevalier voulait s'entretenir avec Luke, et qu'ils risquaient de le déranger. Les autres sont donc restés, essayant de reprendre la bonne soirée qu'ont commencée ce groupe d'aventuriers.

Falcon réagit enfin à la vue de son ami marchant dans sa direction. Le chevalier se rapproche de l'épéiste, plus désorienté que jamais.

-Alors, ce petit bol d'air t'a fait du bien ?
"M'ouais ..."
-... Ca va ? Tu n'as pas l'air très bien...
"Ça va, ça va... C'est juste la fatigue."

A ces mots, le jeune rentre dans le bâtiment. Son comportement paraît un peu suspect aux yeux de Falcon, mais il ne se pose pas plus de questions, la fatigue commençant à le tirailler. Il revient donc auprès de ses collègues, afin de participer un peu plus à la fête improvisée. Le groupe est de nouveau au complet autour de la table, et Haschel en profite pour briser le petit silence après l'installation de l'épéiste et du chevalier.

- Hé ben, j'espère qu'ils en servent de la bonne, la bière par ici ! Ça tente quelqu'un, un p'tit duel de boisson ??
- Sacré toi, tout ça pour t'enivrer jusqu'au coma éthylique ! rigole le voyageur.
- Kongol connait Haschel. Lui finir les culs de bouteille dans les tavernes après tournées générales !

Ils éclatent tous trois de rire, bientôt rejoints par le moine et le chevalier. Ils s'efforcent tous de détendre l'atmosphère, devenue un peu nerveuse après le départ soudain du jeune homme ... qui malgré son infortune, trouve le courage de relever la tête et effacer un peu de son expression décomposée. Il n'a cependant pas la volonté de sourire et encore moins de se joindre aux joies de ses compagnons.

"Bon alors, où partons-nous demain ? demande-t-il."
- Je sens que ce que je cherche se trouve quelque part au nord d'ici ... se concentre Dart.

Luke fait mine de fouiller dans ses souvenirs. La fameuse destination qui lui a annoncé Dart lui rappelle encore des souvenirs ... Il est déjà passé par le nord, avant. C'est de là qu'il est venu l'année dernière à la Cité de Pierre. Et s'ils continuent encore dans cette direction ...

"Si nous allons vers le nord, nous tomberons sur une grande forêt millénaire, la Sylve d'Eniarel. Si ce que tu cherches est là-bas, on va en avoir pour un moment."
- T'en fais pas, ce sera rapide au contraire ...
- Ouais, une petite affaire de mois minimum, quoi ...
- HASCHEL !!! Rah, t'es vraiment pas possible, toi ...

Nouveaux éclats de rire ...

"Quand on sera là-bas, le village le plus proche sera celui de Faromis, toujours au nord. Y'a une petite plaine entre la forêt et ce village, mais elle n'est pas trop étendue. J'aimerais y faire une étape ..."

Tout le monde se met d'accord, et la fête reprend de plus belle. Haschel s'est tellement saoulé que maintenant, il se met à danser sur les tables ... avant de se faire sevrer à grand renfort de claques de giganto. Il a la gueule de bois en avance maintenant... Quand le vieillard redescend des tables, un serveur vient enfin servir le repas : un plat chaud des montagnes à base de fromage et de pommes de terre, avec comme accompagnement une viande particulièrement juteuse.
Un ange passe.
Haschel, sans gueule de bois et plus en forme que jamais, est prêt à sauter sur le plat pour tout engloutir.
Dart et Kongol doivent s'y mettre à deux pour qu'il ne fasse pas tout disparaître dans son estomac, et ce repas devient du grand n'importe-quoi. Falcon boit tranquillement en matant le spectacle avec plaisir. Il discute aussi avec Chang sur tout et n'importe quoi. Luke quant à lui se contente d'observer la scène avec incrédulité, tête posée contre son poing et yeux semi-clos, n'ayant pas la tête à partager l'ambiance générale.

A la fin de la soirée, tout le monde part dans une chambre de la taverne, Haschel dégoulinant de fromage, Dart lui en ayant mis une pleine assiette dans la figure, Chang et Falcon entrent dans leurs chambres respectives, se retenant de pouffer de rire à chaque fois que leur regards croisent le maitre d'art martiaux. Luke entre lui aussi dans la sienne, l'air toujours aussi absent, et Kongol est le seul à rester dans la salle, le tavernier a insisté quand il a entendu l'horrible craquement que font les marches de l'escalier menant aux chambres quand le giganto a mis le pied dessus.


Plus tard ... la nuit est déjà bien avancée, et alors que tout le monde est endormi, deux portes de chambres s'ouvrent discrètement.
Dans le couloir sombre de la taverne, Falcon et Chang, les deux personnes étant sorties de leur dortoir respectif, se regardent face à face.

"Tu es vraiment sûr de faire comme ça ?"
-Oui, ça me va.
"Bien, alors partons."

Déjà prêts, les deux combattants sortent de la taverne. Dehors, le vent souffle anormalement fort, et le ciel nuageux gronde faiblement. La citée ne montre que son vide : rien ne perturbe le silence pesant dont son atmosphère en est envahi de par les ténèbres de la nuit. Le temps n'étant pas à leur avantage, ils pressent le pas. Mais quelques marches après, Falcon reçoit une feuille sur le visage, celle-ci propulsée par le souffle de l'air. Instinctivement, le chevalier prend la feuille scotchée contre son visage, puis la regarde attentivement. Une feuille de journal ? Il commence à regarder les alentours : le coin était parsemé de quelques feuilles trainant au vent. Pourtant, rien ne perturbe la tranquillité de la citée à cette heure pareille...
Falcon commence à récupérer les pages volantes, à la surprise du moine. Il ne réagit pas, mais regarde de temps en temps le compagnon d'arme récolter le papier. Le chevalier, à la fin, en a pris plusieurs, mais pas toutes. Il commence à lire rapidement, puis tombe sur un article plutôt intriguant. Après une rapide lecture en diagonale, il s'agissait de meurtres commis par une organisation. Mais un détail lui pousse un frisson : les victimes sont recouverts de blessures au sabre et/ou à l'épée. Il repense ensuite à l'étrange réaction de Luke, ainsi que... sa sortie de la taverne.

-Il l'a donc lu... pense Falcon des plus choqués.

Chang, qui remarque l'étrange réaction de son conjoint, revient lui parler.

"Qu'est-ce qu'il y a ?"
-... je pense que tout compte fait, je vais leur laisser un mot.
"Je comprends. Par contre, pour y aller plus vite, je peux utiliser ce journal et l'écrire moi-même ?"
-J'aurais préféré faire autrement, mais je pense que l'on a plus le temps.

Le moine prend le journal, et tend la main vers la feuille, en écoutant attentivement le discours du chevalier. Les lettres dans le papier commencent à se déplacer dans la feuille... Jusqu'à la fin de l'écriture. Chang utilise aussi sa vitesse pour ramener rapidement cette feuille dans la taverne. Cela ne leur a pris que quelques minutes seulement. Enfin, ils reprennent leur route vers le nord-ouest.


Dernière édition par donfeuxvideo le Mer 8 Déc - 20:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   Lun 18 Oct - 22:20

A cause de la hauteur des montagnes encerclant la cité, le soleil a mis un peu plus de temps que d'habitude à se lever et éclairer le grand village de pierre. Une faible agitation reprends dans les rues à cette heure du matin, et les torches nocturnes sont progressivement retirées par les gardes-murailles de nuit, sur le point de terminer leur travail et d'aller se coucher à leur tour, relayés par leurs confrères du jour. Une nouvelle journée commence à la cité de pierre ...

De retour à la taverne de pierre, l'obscurité du rez-de-chaussée ne manque pas à l'appel, même si l'on peut toujours distinguer une silhouette de giganto dans un coin de la pièce. Matinal, Haschel descend les escaliers, paré pour un nouveau voyage. Kongol a bien évidemment passé la nuit assis en bas, mais cela ne l'a pas réellement dérangé ... D'ailleurs, les rares clients matinaux ont une étrange tendance à s'éloigner au maximum du colosse.

Dart commence à ouvrir les yeux. Il prend son temps, après tout, rien ne l'empêche de rester encore un peu au lit. Mais quelques minutes après, il décide de se lever. Le voyageur se rhabille tranquillement, met son armure. "La journée s'annonce bonne" pense-t-il. Il se dirige vers la porte et met la main sur la poignée... quand il remarque un petit bruit.

- J'ai marché sur quelque chose ?

Il recule, et remarque... une feuille de papier journal. On distribue le journal devant la porte des gens ? Dart prend la feuille en ses mains. Rien que le titre le fait réagir instantanément. Il le lit attentivement...
A la fin de sa lecture, il sort rapidement de la chambre et vérifie dans celles de Falcon et Chang : personne. Sans perdre de temps, il descend les escaliers en toute hâte, retournant au rez de chaussée. Haschel et Kongol sont présents, mais toujours pas le chevalier ni le moine...

Luke de son côté s'extirpe difficilement de son matelas. Son sommeil a été agité cette nuit ... Il n'a pas arrêté de se réveiller suite aux mêmes rêves qui se répétaient inlassablement : des coups de sabre, des éclaboussures sanglantes, des cris de désespoir ... Les mêmes scènes, encore et encore. Encrées dans son esprit ... Se donnant une baffe, il se lève promptement et boucle sa ceinture, puis arrime solidement ses deux katanas d'un côté et son livre de l'autre.

"Faut que je m'entraine, putain ... Si je veux avoir une chance de voir ce qu'il s'est vraiment passé derrière tout ça ..."

Il ouvre rapidement la porte et se dirige vers les escalier. En descendant les marches, il remarque le groupe assis sur la même table que hier soir, tous l'air pensif. Le jeune homme fronce les sourcils.

"Y'a une embrouille ?"
- Tiens, Luke. Tu tombes bien. Assis-toi, j'ai quelque chose à dire.

L'épéiste trouve l'attitude de Dart étrange, mais s'exécute. Ils sont maintenant à trois autour de la table, quatre si on compte Kongol assis contre le mur.

- Bien. Vous remarquerez qu'aujourd'hui, Falcon et Chang sont plutôt en retard.
- Hum, oui, ces deux jeunots manquent à l'appel !
- Ils sont partis pendant notre sommeil.

Les mots de Dart ont eu l'effet d'une bombe. Haschel et Kongol en restent scotchés, et Luke se redresse sur sa chaise, passablement surpris. Dart continue de parler.

- Mais ils ne sont pas partis sans nous laisser un mot que je vous montre.

Le voyageur pose le papier journal sur la table.

- Je me propose pour le lire à haute voix ...

Personne ne répond. Il commence la lecture.

"-Disparition de Falcon : les révélations !"

Le titre a eut le don de faire sourire le lecteur.

"-Chers compagnons,

Si vous lisez ce journal, c'est que Dart a fait preuve d'observation et de curiosité, ce qui m'arrange sur ce point.

Vous aurez donc aussi, dans le même cas, remarqué mon absence, ainsi que celle de Chang. J'ai essayé de vous parler de "ma fugue" hier soir, mais je n'ai pas pu : j'ai jugé que le moment n'était vraiment pas le bon. D'où la venue de cette lettre.

J'en viens à ma raison. Je suis devenu en quelque sorte l'élève de Chang. Il connait la maitrise du combat et de la magie. Et vu que je veux devenir fort pour certaines raisons, je préfère partir avec lui. Mon entrainement peut durer entre 2 jours et une semaine, j'essaierai d'être assez rapide pour maitriser les bases. Bien sûr, je ne vous oublie pas. Après tout, on a encore des choses à faire ensemble, non ?

Je termine cette lettre, le chemin est assez long. On se retrouve à Faromis !

Le chevalier Falcon d'Opale."


Dart arrête sa lecture. Il faut dire que les "révélations" sont pour le moins surprenantes. Ne connaissant le chevalier que depuis très récemment, Haschel et Kongol ne peuvent que difficilement avoir un avis sur la situation, mais ce n'est pas le cas du jeune homme aux katanas. L'épéiste est très sceptique quant à ce départ prématuré de leur compagnon, et de la confiance qu'il accorde au moine. Après tout, ils n'ont rencontré cet homme que depuis moins de 12 heures. Et la magie ... Depuis quand Falcon est intéressé par la magie ? La lettre du roi d'Opale, la Cimeterre, l'épée brisée ... Tout cela a toujours été du ressort de la chevalerie, rien qui ne pourrait avoir rapport avec les éléments mystiques. Dart, quand à lui, n'est pas si surpris que ça, il a déjà vu les plus puissants guerriers user de magie en cas de coup dur.... il en est le parfait exemple, même si il n'est plus puissant du tout...
Passé le moment des cogitations, le voyageur s'avance vers Luke avec la feuille de journal.

- Il y a un mot spécial de Falcon pour toi...
"... Hein ?"
- Oui, à la fin. J'ai préféré ne pas le lire, même si l'envie n'y manque pas.

Dart tends le journal à son compagnon, qu'il prend aussitôt. Une remarque pour lui se trouvait effectivement là, au bas de la feuille, séparé du texte principal par un trait. Il commence à lire...

"-PS (Pour Luke) :

Je ne sais pas si tu l'as remarqué, mais tu dois reconnaître ce bout de journal, non ? Celui avec les affaires de meurtres et d'agressions... J'ai lu l'information qui y était... Et j'espère que ce n'est pas ce que je crois. Il faudra que tu me racontes plus en détail, car je m'inquiète un peu pour toi. Déjà que tu es spécial avec tes changements soudains, je me pose de plus en plus de questions.
Bon courage. Tu en auras forcément besoin.
"

Il n'en faut pas plus à Luke pour froisser brusquement la feuille de journal, la rouler en boule, puis la fourrer dans une de ses poches sans mot dire. Devant les regards pantois de ses compagnons, il s'empresse de déclarer avec une irritation à peine masquée :

"J'garde ça pour moi. Grouillons-nous, Faromis nous attend.

Puis c'est d'un regard très expressif qu'il fait comprendre à ses compagnons qu'il ne souhaite pas déblatérer du contenu de ce post scriptum. Dart et les autres haussent les épaules.

Ils sortent donc de la taverne tous les quatre, en discutant du départ soudain de Falcon. Haschel et Kongol imaginent des théories selon lesquelles, le chevalier n'est pas parti pour apprendre la magie, mais pour des raisons diverses et variées. Dart donne un grand coup de pied dans le torse du maitre d'arts-martiaux quand il se met à parler d'extra-terrestres. Au bout d'une dizaine de minutes, les portes de la ville sont franchies. Viens le temps des séparations.

- Bon, ben je crois qu'il est temps qu'on aille voir ces gigantos... la vache, déjà qu'un Kongol c'est chaud, plusieurs centaines je vais pas m'en sortir !

- Ouais, moi aussi tu vas me manquer Haschel. Et toi Kongol, évite de trop lui prendre la tête, dans tous les sens du terme !
- Humf.
"Génial. Tirons-nous en vitesse, Eniarel ne se fera pas en une journée."
- OK, j'arrive...
- Attends Dart. J'ai quelque chose à te dire. En privé.
- Bon, fais vite...

Les deux anciens compagnons se mettent à l'écart pendant une demi-heure, durant laquelle Luke ronge son frein dans son coin. Quand Dart reviens, il arbore un teint paradoxal entre le rouge de colère et le blême de peur. D'un regard similaire à celui de Luke dans la taverne, il intime à son compagnon de ne pas poser de question.
Et c'est ainsi qu'ils partent vers le nord, s'enfonçant à nouveau dans les montagnes sauvages.



FIN DU CHAPITRE VI

_______________________________________

Prochain chapitre aux Monts Argkents !

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Cité de Pierre   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Cité de Pierre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La cité des Voleurs
» La mythique cité d'Avalon
» Cité état de Talabheim
» gsm de Pierre Delandsheere
» La pierre de foyer votre avis !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE :: L'Épopée -- Zone Roleplay ! :: L'Épopée-
Sauter vers: