COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE

Reconstruction d'une communauté
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Village de Faromis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Le Village de Faromis   Mar 30 Aoû - 1:32

Bourgade perdue au milieu de la plaine, Faromis souffre du climat tyrannique de la région : les récoltes y sont médiocres dans les alentours, et le commerce est rendu difficile par la distance aux autres civilisations. Pourtant, il survit.

Une partie du village, plus de la majorité, est bâtie sur pilotis sur la rivière qui traverse la région. Et croyez-moi, il existe une excellente raison à cela. Laquelle me demanderiez-vous ? Hé bien, posez la question aux locaux ! Mais prenez garde : l'isolement de Faromis en fait une cible facile. Le village subit depuis quelques temps les attaques de brigands à répétition. La sécurité des lieux laisse un peu à désirer.
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Mar 30 Aoû - 1:39

Citation :
A peine sortis de la forêt, Dart et Luke sont de nouveau confrontés au Vyrage des montagnes. Le combat contre le monstre infatigable est rude, mais l'intervention inespérée de Falcon leur permet d'en sortir victorieux. La perte de connaissance du dragoon impose aux deux autres de rejoindre rapidement Faromis, afin d'y trouver un refuge ...

NEUVIÈME CHAPITRE ( suite )


Une longue muraille entoure Faromis, entièrement faite de bois taillé aux extrémités supérieures. Muraille en plutôt mauvais état. De nombreux troncs de bois, dans la structure, sont défoncés ou semblent corrompus par une érosion ravageuse ... La protection tient encore debout, mais de nombreuses brèches sont visibles dans la structure et laissent voir une légère activité ralentie derrière les murs.
Luke, en tête de groupe, tourne un regard aigu vers l'entrée principale dans la muraille. Deux gardes, habillés de côtes de maille en lambeaux, sont en position et montrent leur intention de barrer le passage. Le jeune homme n'a pas besoin de se retourner pour savoir que Falcon est à la traine, encore à une vingtaine de mètres en arrière. Il arrive à proximité des gardiens, qui croisent alors deux hallebardes en croix, en symbole d'arrestation.

"Halte ! ordonne l'un d'entre eux. Qui êtes vous ? Les bandits dans votre genre ne sont pas tolérés par ici !!"

Luke ne s'arrête pas tout de suite, et avance encore un peu d'une démarche menaçante à deux mètres des gardes. Ils n'ont pas une dégaine bien fière : leur peur est perceptible, et c'est compréhensible. Par ailleurs, celui qui l'a apostrophé n'excède pas la vingtaine. Un soldat jeune pour son âge, mais malgré tout plus vieux que l'épéiste.

"... Écoute, fiston. T'as bien vu le colosse à qui on a forcé à bouffer les pissenlits par la racine ? Ne me prends pas pour un con. A-t-on sérieusement l'air de misérables bandits ?"

Le jeune soldat est pris d'un claquement de dents, mais reste muet. Les yeux de l'épéiste se froncent brutalement, et son ton atteint une teinte aussi glaciale que de l'azote liquide.

"Répond-moi. Maintenant.
- Ha, non, pas du tout ! panique le concerné. Qu'est-ce que t'en dis, toi ?
- ... Soit, réplique son collègue plus adulte. Je pense que nous pouvons les laisser passer. Mais toi tu restes là, moi je vais prévenir le chef de faire surveiller ces gus-là. Et faire ouvrir une enquête sur cette bon dieu de saloperie qui a déboulé de la forêt.
- Ni l'un ni l'autre ne sera nécessaire, mon gars. On n'a pas l'intention de causer des ennuis, et vous pouvez attendre encore un siècle avant qu'un autre de ces trucs ne se pointe par chez vous. C'était après nous qu'il en voulait, mais il a eu son compte. Je me suis bien fait comprendre ?"

Le senior tente de soutenir le regard tendant vers le zéro absolu de Luke, mais abandonne au bout de quelques secondes. Après quoi, il acquiesce, et Falcon arrive à proximité du jeune homme. Sur ce, les deux gardes laissent le passage ouvert, et accordent le droit d'entrée aux deux aventuriers ainsi qu'à l'inconscient sur le dos du chevalier.

----------------------------------------------------------

Falcon, portant toujours Dart sur le dos, observe un peu le paysage alentour. Plus le temps passe, et plus les conditions de vie du village lui semblent mauvaises : déjà, rien que le chemin sur lequel il progresse l'échine courbée est couvert de flaques de boue éparpillées entre des craquelures de sécheresse. Les maisons tout autour, dans les rues couvertes de poussière, ont des murs de pierre fendillée et des toits de tuile maculés de débris en tout genre. Quant aux gens vivant ici ... Si la plupart semblent dégager une aura de tension et de stress, l'ambiance générale reste plutôt bonne comparée au reste. Même si, le lendemain, tout le monde sera sans doute au courant de leurs exploits vu le vacarme généré par le combat.

C'est Luke qui mène la marche, depuis tout à l'heure : le jeune homme, si les souvenirs du chevalier ne lui font pas défaut, est celui qui a proposé l'étape à Faromis lors de la réunion à la taverne de pierre. Peut-être connait-il l'endroit.
En tout cas, le cheminement à travers le village ne dure pas très longtemps. Sur leur passage, les gens se sont souvent retournés à la vue du guerrier blessé, mais à part ça ... Le jeune homme s'arrête soudainement au niveau de la porte d'un bâtiment plus haut que les autres, mais en tout aussi "bon état". Des fenêtres sont visibles sur la façade haute de plusieurs étages ... Puis il pousse l'issue, et entre à l'intérieur. Le chevalier, sur ses talons, le suit dans l'endroit.
Luke se rend directement à l'autre bout de la petite salle, qui semble faire office d'accueil. Un petit homme derrière un bureau, dans la force de l'âge, redresse son visage orné d'une paire de lunettes en s'arrachant à la contemplation de son livre de compte. Il fixe les nouveaux arrivants d'un air intéressé, puis s'arrête sur le jeune épéiste qui se dirige vers lui.

"Oh, mais ça alors ! On dirait bien que le porc-épic est de retour ? Que puis-je faire pour toi, mon garçon ?"

Le jeune homme semble ignorer royalement l'apostrophe familière de l'hôte, et le fixe simplement des yeux en pointant son pouce vers l'arrière. Il désigne clairement Falcon, et plus précisément le boulet qu'il trimballe sur le dos. A cette vue, l'homme reprend son sérieux et commence tout de suite à feuilleter son livre vers de nouvelles pages vierges.

"... La 17 conviendra-t-elle ?
- Je m'en fous, mais arrange-toi pour lui donner la moins confortable possible."

----------------------------------------------------------

Le temps passe. Avec l'aide de l'hôte de l'auberge à laquelle ils se sont arrêtés, Falcon a réussi à reposer Dart inconscient dans le lit de la chambre dix-sept, au premier étage. A présent, le guerrier repose dans un matelas qui lui conférera sans doute un sommeil réparateur. La chambre est petite et rude, mais bien entretenue comparée à l'extérieur. Comme tout le bâtiment, qui est d'une propreté parfaitement correcte.
Précédé par l'aubergiste qui retourne à son bureau, le chevalier retourne dans le hall d'accueil. La pièce ressemble manifestement beaucoup à la taverne de pierre, même si certains détails changent de l'un à autre : l'éclairage, assuré par des lampes à huile disséminées un peu partout dans la pièce, est déjà bien plus prononcé. Le sol reste couvert de plancher, même si son état semble se dégrader avec le temps et les aléas, et le mobilier est tout aussi délabré. Même si, heureusement, il tient encore debout. A part le bureau, il y a quelques tables dans les coins de la salle, légèrement bancales pour la plupart et peu sont occupées par des clients de passage. A l'une d'entre elles, Falcon peut apercevoir Luke installé sur une chaise grinçante.

Maintenant que le dragoon est hors de danger, Falcon peut souffler un peu. Il se rend à la table ronde de Luke ... Et remarque que celui-ci en a choisi une particulièrement éloignée des oreilles indiscrètes. Fatigué, le chevalier tire une chaise à lui s'y laisse retomber en poussant un soupir. Le meuble laisse échapper un gémissement de mécontentement. Il s'est installé à l'opposé de son compagnon, qui le fixe avec un visage qui ne trahit, pour le moment, aucune émotion.

Puis, le jeune homme baisse la tête vers les poches de sa bure et fait mine d'y fouiller quelques secondes. Il ressort alors de sa tenue une boule de papier extrêmement chiffonné, qui a séjourné là plusieurs journées durant. Sous les yeux de Falcon, il la défroisse rapidement, en la posant sur la table et l'y étalant. Quand le résultat est à peu près plat mais toujours fripé, il déchire vivement une bande de la lettre du chevalier ... Ne laissant dessus que le post-scriptum qui lui est destiné. Il ne lui faut pas plus de temps pour montrer très clairement le message à son destinateur, et fixer celui-ci avec un regard arctique.

"... Ca veut dire quoi, ça ?"

Le chevalier reste silencieux un bon moment, le temps qu'il se prépare à cette "confrontation" face au jeune homme. Il se remémore aussi de l'article lue à la Citée de Pierre, un scandale parlant de meurtres à coups d'épées... Il croise les bras, affrontant le regard du petit escrimeur.

- ... Tu connais donc ce journal. Je ne me suis pas trompé. Tu dois donc savoir ce qui était écrit dessus, donc.
"J'en ai rien à foutre de ce que tu penses de ça. Ce que je te demande, c'est ce qu'il y a à la fin. T'entends quoi par "changements soudains" ?"

Le jeune homme est sérieux, mais bizarrement, on ne peut pas déceler que de la colère dans son ton. Il y a autre chose. Une octave qui ressemble à de la peur ... Ou de la confusion. Comme s'il était confronté à une situation qu'il ne pourrait pas gérer, ou qu'il serait incapable de comprendre.

-Hum ? Ah oui, j'avais bien écrit ça...

L'homme de loyauté ne pensait pas que cette "petite" remarque l'aurait autant contrarié. C'est d'ailleurs étrange, tout de même, pense-t-il. Néanmoins, il s'attendait quand même à une telle remarque, vu son caractère... Mais le chevalier se trouve tout de même gêné : comment lui expliquer ça alors qu'il l'avait remarqué depuis un bon moment, si ce n'est dire depuis le début de ses aventures avec lui ? Il n'a pas lâché son combat du regard avant sa réponse.

-Ce que je vais te dire est ce que j'ai remarqué depuis le début de nos voyages. Je n'ai jamais voulu te le cacher, mais d'un côté, je me doutais de comment tu allais réagir.
"Quoi ? Qu'est-ce que tu racontes ?"
-Laisse-moi te le dire, et écoute-moi bien dans ce cas.

Le jeune homme reste silencieux, ne manifestant aucune intention répréhensible. Il reste même tout simplement de marbre. Falcon continue.

-Tu sais, depuis que je t'ai rencontré, je connais... on va dire, deux facettes de toi. D'un côté, je te connais comme tu es, pas besoin de te l'expliquer je présume. D'un autre... je connais un "toi" bien plus énergique dans ses mouvements. Il est plutôt joyeux, ou du moins, il sourit beaucoup. Il a la rigolade facile et se trouve être plutôt moqueur au sens gentil du terme. ... Est-ce que tu en sais quelque chose, personnellement ?

Luke reste silencieux, même à cette dernière question. Son expression ne semble même pas varier. Un moment passe sans qu'il ne réponde, puis il se contente de baisser la tête sombrement, plantant son regard sur la table. Puis, il prononce d'une voix monocorde.

"... C'est une variante ?"

Falcon ne peut que soupirer face à une telle remarque.

-Je ne peux pas le deviner pour toi. Je ne peux pas te dire si c'est une sorte de schizophrénie, si tu joues le double-jeu, ou ...
"Non, tu ne comprends PAS !!!"

Un grand fracas retentit en même temps que le dernier mot. Luke vient de frapper avec une violence inouïe du poing sur la table, violence égale à celle de sa voix l'espace d'une seconde, durant un éclair de rage. Le bruit a attiré l'attention des présents dans la salle, qui tournent la tête dans leur direction ... Heureusement l'aubergiste est absent à ce moment-là, monté aux étages supérieurs, ce qui leur évite peut-être une expulsion prématurée. En se rendant compte de son geste, le jeune homme semble se calmer doucement, puis respire un grand coup. Il ne doit surtout pas s'énerver. Il se reprend, d'un ton moins agité, une fois que le trouble est retombé.

"... Ils me racontaient tous la même histoire, explique-t-il. Pas avec les mêmes termes, mais c'est du pareil au même. Comme quoi je suis "différent" à un moment ou à un autre ... Mais le coup du deuxième "moi", c'est la première fois qu'on me la fait. Bravo. Je dois avouer que c'est une jolie variante aux fadaises que j'ai l'habitude de me prendre.

L'intonation de l'épéiste est devenue de plus en plus sarcastique, pour devenir presque méprisante à ses dernières paroles. Mais il s'arrête là, et soupire de lassitude.
Falcon le rejoint dans son soupir, mais plutôt par déception. Il met quasiment sa main sur son visage à ce moment.

-Et voilà, je l'aurai parié gros comme cette chose à la plaine.

Luke semble ignorer totalement cette dernière remarque, si bien qu'on dirait qu'il ne l'a même pas entendue.

"Bon, changeons de sujet, on ne va nulle part. Je crois que tu avais quelque chose à dire à propos de ça ? demande-t-il en tapotant le reste de la lettre, anciennement journal.

Falcon failli esquisser un sourire avec sa réponse à sa remarque. Mais il tente de rester de marbre au mieux. Le chevalier semble ignorer totalement cette dernière remarque, si bien qu'on dirait qu'il ne l'a même pas entendue.

-Franchement, je ne t'imaginais pas aussi immature pour que tu réagisses exactement comme je l'aurai pensé en te le disant.
"... Qu'est-ce que ça peut bien te faire ? Tant pis pour moi, dans ce cas."

Luke essaie de jouer les durs, mais ça se voit très clairement qu'il n'en mène pas large. La remarque de Falcon l'a visiblement piqué à vif, à un endroit où ça fait très mal. Son compagnon l'a distingué fortement, mais commence à pencher ses yeux sur le centre de la table ronde, le teint plus décontracté, mais assez mélancolique...

- ... Franchement, comment peux-tu me ressembler autant ?
"... Pardon ?"
-Il est bien trop tôt pour que je vous en parle, sachant que vous ne m'avez jamais vu dans cet état. Mais sache une chose Luke : ne fais pas les mêmes erreurs que moi dans le passé. Tu pourrais fortement le regretter. Car j'en ai bien ba...

Le visage de Falcon s'assombrit brusquement. Le jeune épéiste ne comprend pas du tout ce qu'il se passe avec le chevalier : celui-ci... tremble. Comme si le fait d'en parler le tétanisait. La douleur silencieuse de Falcon se passe par un combat intense avec le corps contre ce traumatisme...
Le chevalier s'allonge sur la table, soufflant de grands coups, reprenant sa respiration. Puis, discrètement, il pointe du doigt, toujours affalé sur la table, le papier chiffonné. Il semble que le chevalier veuille finalement arrêter cette discussion... Ce que Luke, malgré sa profonde perplexité, ne peut qu'approuver dans un accord tacite. Mais il est loin d'oublier les paroles de son compagnon, qu'il garde enregistrées dans un recoin de sa mémoire. Pourvu qu'elle ne lui refasse pas défaut à nouveau, dans le futur.

"... Je suppose que tu en es arrivé à la même conclusion que moi, à propos de ce journal, commence-t-il calmement.
- ... Et bien, je me le demande, figure-toi, dit-il en se relevant en sueur. Je me pose tout de même une question quand je l'avais lu... Plus par sureté qu'autre chose.
"C'est à dire ?"
-Ce n'est pas toi l'auteur de cette boucherie ?
"... J'ai vraiment l'air d'avoir du sang sur les mains ?"

Répondre à une question par une autre n'est pas une réponse en soi, mais la manière de parler du jeune épéiste suffit à interpréter la réponse négative.

-On ne sait jamais... Donc, sinon, cela veut dire que tu connais cette personne, non ?
"... Ah ..."

Luke secoue brusquement la tête. Une vision d'horreur vient de lui traverser l'esprit. Une vision qu'il a balayé difficilement, mais dont il s'est bien débarrassé.
Pour le moment.

"... Il faudrait plutôt parler de ... plusieurs personnes. Et si c'est bien ce que je pense ... Alors oui, j'en connais au moins la moitié."
- ... "L'Ordre des Doubles-Lames", je présume. Je vois. D'ailleurs, tu ne m'avais pas parlé d'une certa-Ah, non, rien.

Les souvenirs de Falcon se ravivent. Ce qu'il s'était passé à Electric City l'avait surement bien rabattu. Autant ne pas rouvrir les plaies. Mais, tout de même, cette personne se trouvait assez puissante pour blesser gravement le jeune homme. Elle aurait très bien pu s'occuper de ces cas toute seule... Youmu Konpaku...

-Bon, je pense n'avoir plus de question à te poser là dessus.
"... Je sais très bien à quoi tu penses, et j'aimerais bien mettre les points sur les i. Alors s'il te plait, crois-moi juste pour ça. D'accord, peut-être qu'il y en a pas mal de là-bas qui se sont pliés aux règles et ont exécuté les ordres ... Mais pas elle. C'est pas son genre. Enfin ... C'était ce que je croyais jusqu'à cette nuit-là ..."

Luke effleure d'un air vague le début de cicatrice qui court sur toute sa joue droite, depuis le front.

"... Je veux savoir ce qu'il s'est réellement passé. Je me fais peut-être des idées, mais je m'en fous. Je refuse simplement d'admettre qu'elle soit une meurtrière, du moins tant qu'elle ne me l'aura pas dit de sa propre bouche. Ou qu'elle me tue."

Il laisse un temps de silence, pour s'assurer que Falcon a bien compris le message. Ce qu'il approuve en souriant devant son compagnon.

-Tu sais, je ne juge pas les personnes avant de les avoir rencontrées. Je me suis juste dit qu'elle est plutôt forte. Le reste n'est que vagues suppositions qui sont venues dans ma tête, mais puisque tu insistes que non...

Le chevalier se lève de table, puis s'étire un petit moment.

-Bon, on bouge ? Je pense qu'on a eu notre dose pour aujourd'hui.
"Ouaip'. Je connais l'aubergiste, il peut nous faire crédit pour cette nuit. Et l'autre endormi est plein aux as, alors on devrait ne pas avoir trop de problème avec ça."

Sur ce, Luke se lève à son tour, puis se dirige vers le bureau. L'hôte est toujours absent, aussi donne-t-il un coup sur la petite cloche d'étain présente sur le meuble. Quelques minutes après le son cristallin, l'aubergiste redescend des étages supérieurs ... Et le jeune homme s'occupe avec lui de la réservation pour la nuit, qui en est déjà au-delà du crépuscule. Ainsi, Falcon obtient la clé de la chambre 27, et Luke celle de la 14. Le tout pour ... 30 pièces d'or. Ce qui est, à la connaissance du jeune homme, "Relativement bon marché". Après avoir réglé les détails, l'épéiste grimpe au premier étage, et s'installe dans sa chambre petite mais dotée d'un lit confortable. Le chevalier quant à lui doit se rendre au second, pour trouver sa porte et se coucher à son tour dans la petite pièce à peine meublée.

Par les fenêtres fermées de volets-stores de bois, la nuit noire a envahi le ciel et le village de Faromis. C'est la première nuit qu'y passent les aventuriers ... Et tous ignorent encore le mal qui règne entre les murailles de ce village en déchéance.
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
youlit
Admin
Admin
avatar

Messages : 322
Age : 22

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Mer 31 Aoû - 15:36

Le ciel commence à peine à passer couleur gris-bleu, quand Dart commence à se réveiller. D'abord, une certaine panique s'empare de lui, il ne sait pas ou il est. Mais bientôt, ses sensations reviennent, et il sent la présence rassurante d'une paillasse sous lui. Il est en lieu sur. Enfin, il pense.
Rapidement, il ouvre les yeux, et observe le contenu de sa chambre.
Une simple table en bois avec une chaise branlante au fond de la salle, la paillasse, une grande fenêtre sur la droite, dans ce cas là, un grand panneau en bois qu'il faut soulever. Sur sa gauche, une porte en bois ayant vu le temps. Rien n'a l'air verrouillé ou calfeutré. Tout indique que le guerrier rouge est dans une auberge très pauvre.
Il se lève doucement, se souvenant de ce qui s'est passé lors de sa perte de conscience. Il fait un rapide diagnostique de ses courbatures en tout genre. A part des élancements à quelques endroits, ça va.
Il soulève le panneau de sa fenêtre, pour observer le village. Des pontons divers et variés vont dans toutes les directions sur la vaste rivière, dont le flux commence à dix mètres de l'auberge. Chaque pontons est relié par des maisons en bois, montées sur pilotis à un ou deux mètres de la surface de l'eau. D'apparence pauvres, les traces sur ces maisons prouvent à quel point le temps a été rude avec elles. Des bateaux de pêche sont accrochés un peu partout, dépassant à peine la taille d'une simple chaloupe à deux places. Sur la rive se trouvent deux douzaines de bâtiments, la plupart en pierre en mauvais état, dont un en particulier qui semble encore plus délabré que le reste. Enfin, une grande muraille en bois et en pierre grossièrement taillées, créant une parabole empêchant l'accès au village et aux pontons à ceux venus de l'extérieur. Sur cette muraille, deux hommes semblent postés sur une sorte de chemin de ronde, surveillant l'horizon. Deux autres sont derrière la grande porte en bois toute proche, attendant sans doute l'heure de retirer la grande poutre transversale bloquant celle-ci.

- Alors c'est ça Faromis...

Le jeune homme, bien matinal, décide de sortir de sa chambre, pour explorer un peu le village. Il ne sait pas où sont les autres, il n'a pas envie de les rechercher pour l'instant, et vu la teinte du ciel, ils doivent dormir à poings fermés. Au moment où il prends la poignée de la porte pour l'ouvrir, un bruit l'interpelle.
Il se retourne, mais ne voit que l'extrémité d'un tissu élimé se détacher du rebord de la fenêtre.

- C'était quoi ça ?

Dart fonce vers le rebord de la fenêtre, et ne voit rien d'autre que l'allée principale, pas la moindre trace de tissu.

- Étrange...

Dart sort finalement de sa chambre, désorienté. Il aurait juré qu'il y avait quelqu'un dans sa chambre.

Arrivé au rez de chaussée, le guerrier sort discrètement pour ne pas réveiller le tavernier, endormi sur la choppe qu'il semblait nettoyer, et qui est maintenant remplie aux trois quarts de bave. Dehors, un calme relatif règne sur le village. Les premiers pêcheurs sortent à peine de les maisons, quelques gardes s'activent aux préparatifs de l'ouverture du portail, en mettant une place une poulie artisanale pour soulever la poutre gigantesque bloquant le seul accès en dehors de la rivière à ses murailles.
Dart s’approche du portail, salue les soldats, et remarque à leurs postures et à leur armement, généralement des faux qui servent pour le blé, que ce ne sont pas des soldats entrainés. Ce sont juste des paysans qui ont peur et qui veulent juste protéger leurs demeures. Seul deux soldats disposent d'hallebardes et un troisième d'une rapière ébréchée.
La tension est palpable, et la porte n'est même pas ouverte.

Le guerrier rouge, après cela, retourne vers l'auberge, mais s'arrête devant une bâtisse particulière. Cette demeure en pierre, particulièrement délabrée, est recouverte à sa base de limon jusqu'à mi-hateur, indiquant la hauteur générale des crues, ainsi que cette maison n'a pas été entretenue depuis un bon moment. Du lierre et autres plantes grimpantes passent à travers les pierres, pour plonger dans la boue fertile. Devant la porte délabrée, et malgré tout barricadée, se tient une enseigne, qui devait être avant sur le montant de la porte, ou il y est noté, quelque peu effacé : "Garrick, Forgeron." avec le symbole quelque peu délavé d'une enclume en dessous.

- Je crois que c'est raté pour mon armure.

Dart tente de regarder à travers une des vitres brisées, et curieusement, pas la moindre trace de limon à l'intérieur, comme si quelqu'un vivait toujours à l'intérieur. C'est la seule chose qu'il peut voir, avant d'entendre le sifflement discret d'une lame qu'il évite in-extremis.
Le guerrier dégaine sa lame, et voit devant lui une silhouette faisant un peu plus de la moité de sa taille, cachée par une ample cape de tissus sale et en lambeaux, d'où dépasse une dague contrastant totalement avec la pauvreté apparente de son porteur. La lame est composée d'un métal bleuté luisant légèrement, et le pommeau est simple, mais extrêmement bien ouvragé et serti d'un unique saphir.
C'est une lame qui à vue de nez, vaut une bonne fortune, dans les mains de cet inconnu, qui commence à parler, avec une voix sourde.

- Part d'ici, l'étranger.

La voix qui sort de cette cape est une voix autoritaire, dure, la voix de quelqu'un qui a enduré de nombreuses épreuves et qui veut intimer le respect, pour se protéger des autres. Le plus effrayant, c'est que cette voix, c'est celle d'un enfant.

Aussitôt ses paroles lancées, l'enfant disparait entre deux bâtisses à une vitesse contredisant totalement son âge.
L'un des soldats en hallebarde va en courant vers le lieu de l'évènement. Il observe d'abords Dart, puis la gunblade, puis enfin la maison en ruine.
Le guerrier rengaine son arme, tandis que le soldat pousse un soupir. Une vibration semble soudain se ressentir au niveau de la poche où l'âme de Dragoon de Dart est cachée. Il tente de ne pas réagir pendant que le soldat souffle quelque chose pour lui même.

"C'est pas vrai, encore lui..."

Sa curiosité piquée au vif, Dart interroge.

- Et qui c'est "lui" ?

Le soldat prends soudain peur, comme si il avait un couteau au ras de la gorge.

"P-p-p-personne ! Il n'a jamais existé, compris ?"

- Hein ?

Dart n'a pas le temps de parler plus quand le soldat retourne à son poste l'air tranquille, même si son pas pressé prouve le contraire.
Après cet interlude, le guerrier décide regarder son âme de dragoon, qui vibre de plus en plus violemment. Au moment, où il ouvre la poche, il se retrouve baigné d'une lumière aveuglante. Il referme la poche de peur qu'il se fasse remarquer.

*- Nom d'un chien... les rares fois où elle réagis comme ça, c'est quand... Non ? C'est impossible, ici ?*

Le guerrier se dirige alors d'un pas pressé vers la taverne.

*- Il faut que je parle aux autres, vite, et tant pis si ils dorment.*
Revenir en haut Aller en bas
http://les-dragoons.forums-actifs.com/forum.htm
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Dim 4 Sep - 1:43

Dart se dirige d'un pas pressé vers l'auberge, dans l'air du matin, l'esprit toujours occupé par son étrange rencontre de tout à l'heure. Il est encore tôt le matin, alors ses compagnons doivent encore être en train de sommeiller dans leurs lits ... L'idée de les réveiller de lui-même pour leur parler au plus vite lui effleure l'esprit, cependant premier hic : dans quelle chambre sont-ils ? Il était inconscient la veille, il n'a pas moyen de savoir. Deuxième hic : c'est l'aubergiste, qui dort aussi. Il va donc forcément devoir passer par-là ...

Mais au final, rien de tout cela ne semble s'avérer nécessaire. Parce que quand le dragoon entre en vue du petit bâtiment de pierre abîmée, il lui est impossible de passer à côté de la vision d'un jeune homme en train de faire des étirements juste devant la façade du bâtiment. Le guerrier se retient de rouler des yeux face à tant d'extravagance, et se contente de retourner auprès de son compagnon tiré du lit avant qu'il ne puisse s'offrir la joie de le faire soi-même. Luke remarque très rapidement l'arrivée de son camarade, et se fait craquer les articulations de l'épaule tout en adressant un signe et un grand sourire enfantin vers lui.

"Salut, Dare-dare ! T'es tombé du lit ou quoi ?"
- Et toi ? T'es tombé par la fenêtre ?
"Même pas, j'ai laissé les volets fermés, gnéhéhé !"
- En tout cas, on a à parler. Viens, on va réveiller le "preux chevalier", j'ai des choses à dire, à vous deux.

L'épéiste surexcité fait des roulements avec ses épaules, tandis que le dragoon entre dans l'auberge sans rien ajouter. L'air hébété, le jeune homme va à sa poursuite, le suivant à l'intérieur où l'aubergiste ... s'est fait réveiller quelques minutes plus tôt par son manque de discrétion. Dart est déjà proche de l'escalier quand Luke le rejoint, dans la pièce d'accueil encore dans la légère pénombre matinale.

"Pour tout te dire, c'est pas ce qui me préoccupe le plus sur l'instant ! signale-t-il en rigolant. Moi, c'que j'veux savoir, c'est c'que le grand-père a bien pu faire pendant qu'on se baladait dans Eniarel ! J'suis certain qu'il a une magnifique histoire à nous raconter, pas toi ?"

Dart, qui déjà a gravi quelques marches, se retourne, pour faire face à son "compagnon" d'armes.

- C'est vrai que ce serait une histoire passionnante. Mais on verra quand on serra plus tranquilles... les murs ont des oreilles ici.
"En tout cas j'suis bien content qu'il soit revenu, je commençais à m'ennuyer, moi ! Au fait, tu t'es remis de tes fractures ?"
- Mouais, ça peut aller, même si j'ai l'impression que le Vyrage m'est tombé sur la gueule...
"Par ailleurs, faut aussi que j'vous parle à propos de Faromis, enchérit le jeune homme. J'ai remarqué deux ou trois trucs hier et ce matin. Et pour une fois, c'est pas super marrant ..."
- Je suis pas aveugle, il y a un truc bizarre dans le village. Je dois en parler justement avec vous.

Luke acquiesce à cette remarque, puis les deux se remettent à monter vers le deuxième étage. Le jeune épéiste indique au guerrier le numéro de la chambre de Falcon, puis ils se mettent en route pour celle-ci, dans l'auberge, Dart ayant la ferme intention d'extirper de force le chevalier des bras de Morphée.

----------------------------------------------------------

"-Le sommeil ne semblait pas au rendez-vous". Falcon repense à la discussion entreprise avec Luke... Sur le coup, il n'a pas pu s'empêcher de parler du passé. Même si ce n'était qu'une simple pierre de lancée, et qu'ils ne savent encore rien... Le chevalier commence à regretter ses paroles. Encore il apprécie la compagnie de ses compagnons d'aventure, dont il est impossible de s'ennuyer... Autant il ne veut pas les mêler à cette histoire. Ça ne le concerne qu'à lui seulement. C'est son fardeau...
Le sommeil s'estompant entièrement, le chevalier se lève de son lit. Il s'étire au niveau des bras, avant de soupirer un grand coup. Il prend son temps pour remettre ses habits et son équipement. Après tout, la matinée s'affiche déjà par delà sa fenêtre. Matin que Falcon décide d'admirer... Même si sa tête, ses pensées le bousculent plus qu'autre chose.

- ... Il ne faut pas que j'oublie mon but. Il me faut ces épées...

Il tourne dos à la fenêtre, puis attrape la poignée de la porte. Il tente de l'ouvrir... Avant de sentir une pression venant de l'autre côté de la porte, qui s'ouvre brutalement avec un grand "Bam" comme pour la défoncer.
Derrière l'ouverture se trouvent un Dart qui semble remis de ses blessures d'hier, visiblement pressé, et Luke, qui le suit, sifflotant de façon à dire : "c'est pas moi c'est lui" ... car en voulant faire le malin, la porte n'a pas résisté à un modeste coup de pied du combattant rouge ... Enfin, si elle a résisté, mais pas son gond supérieur.
Il s’apprête à dire une bonne réplique de réveil, mais en voyant le chevalier devant lui, sa tête à trois millimètres de la porte qui a failli s’abattre sur lui, Dart s'abstient. Sur ce point, celui-ci, au contraire, se met plutôt à lancer un petit rire au voyageur.

-Je vois que tu es en forme aujourd'hui, c'est déjà bien !

L'ambiance se détend d'un coup, puis après un accord tacite de "flemme d'aller en bas pour discuter", tout le monde s'assoit sur le lit, après que Luke ait aussi vite fait que tant bien que mal replacé la porte bien amochée, et que Dart, à l'étonnement de ses camarades, ait entièrement verrouillé la fenêtre.

Dart se justifie :

- Y'a des chimpanzés dans le coin, et ceux là écoutent aux fenêtres.
"Wahou ! J'sais pas ce que t'as mangé, mais j'veux la même chose ! rigole le jeune homme à gorge semi-déployée.

Le guerrier ignore la remarque, puis prend un air sérieux.

- Bon, on a tous des choses à se dire. Je commence, ensuite c'est Falcon, Luke, tu termines.

Le chevalier tente d'intervenir, mais le voyageur ne laisse à personne le temps de riposter :

- Je vais pas y aller par quatre chemins... avec le peu d'observation que j'ai fait ce matin, une chose est sûre : il y a un autre dragoon dans ce village.
- ... Comment ? Qu'est-ce que tu veux nous dire par là ?
"..."

La seule réaction de Luke à ces propos est un visage neutre, paupières ouvertes, sans aucune expression particulière. En d'autres termes, l'expression de l'ahuri qui ne comprend pas où est le problème. Le jeune homme se contente d'écouter les paroles du guerrier plutôt que d'intervenir, en panne d'idées.

- Il y a dans ce village quelqu'un de potentiellement apte à devenir un dragoon. Avant qu'un ne me pose la question "comment je sais ça", un exemple vaut mieux que mille vaines paroles.

Le guerrier rouge sort de sa poche sa âme de dragoon, qui se remet à luire avec une violence inouïe. Les deux autres détournent leurs regards pour éviter d'être aveuglés, le temps que Dart remette son artefact dans sa poche.

- Quand elle brille comme ça, c'est qu'un élu est proche, qu'il ait déjà une âme de dragoon ou non.
"Ah ... fait semblant de comprendre Luke."

Le guerrier dragoon marque une pause.

- Mon objectif, en plus de récupérer les fragments d'âme de dragoon éparpillés un peu partout, est de trouver le septième dragoon. L'héritier du dragoon de ténèbres, mort il y a un an. Quand un dragoon meurt, un nouvel élu est choisi. Seulement, il peut apparaitre partout dans le monde. Mon but est de le trouver et le former, le plus vite possible. On n'est plus que six, et ce ne sera pas suffisant.

Plus bas, presque inaudible :

- Ce ne sera pas suffisant pour les sauver...

Un long silence se passe, suite aux déclarations non-interrompues ni commentées du voyageur à l'âme de dragoon. Puis, après ce vide, Luke intervient sur le ton de celui qui n'a écouté qu'à moitié.

"N'empêche, j'adore comment tu nous déballes tout sur le coin de la figure, du jour au lendemain ! J'y comprendrais jamais rien à cette histoire, gnéhéhé !"
-Hum... Et qu'est-ce que tu feras dès que tu l'auras trouvé ? Enfin, je veux dire, tu te sépareras de nous pour l'entrainer tout seul ?

Le guerrier rouge se lève, puis lance un petit rire.

- Nan, je ne me séparerait pas de vous juste parce que je dois former quelqu'un. Au contraire, voyager avec vous deux est bénéfique pour moi, et le sera sans doute pour l'élu. Et puis, je ne peux tout simplement pas te laisser seul avec l'aut' gosse, il risquerait de se faire mal tout seul, héhé !
"Hé, il parle de qui, là ...? demande le jeune homme, incrédule."

Dart ignore cette question et se rassoit.

- Ha, et sinon, il y aussi un gosse bizarre qui m'a attaqué, les gardes semblent avoir peur de lui, et cela m'intrigue. Je vais enquêter sur lui, ça me permettra sans doute de repérer le dragoon du village !
-Bizarre, effectivement...

Petit soupir du guerrier. Aucune réaction du jeune homme jusque là, si ce n'est qu'un désintéressement des plus totaux. Ce qui ne saura tarder à changer.

- Voila, j'avais presque oublié ça, maintenant, Falcon, c'est à ton tour. Le sort que t'as lancé hier était d'un plutôt haut niveau, je me demande comment en deux ou trois jours tu as pu apprendre déjà à t'en servir en combat...
"Ouais, c'est pas con ! surenchérit immédiatement Luke. Grand-père, t'as fait quoi durant tout ce temps ? Allez, raconte, raconte !"
-Ce n'était pas si puissant que ça, mais... tu as deviné que j'avais utilisé de la magie ?

Dart répond au quart de tour, ignorant les propos de Luke royalement.

- Ben quoi ? Je sais reconnaitre de la magie quand j'en vois ! Je suis juste super surpris, vu le court laps de temps que t'es parti !
-Je vois. Je veux bien vous conter ma petite aventure, vu que vous avez l'air d'être intéressés. Mais je vous donne une condition.
"Vas-y, c'est quoi ? demande le jeune homme, frétillant d'impatience."
-Vu que l'histoire est longue, et que je veux raconter ce que j'ai vécu en détaillant au maximum mes faits, afin que vous compreniez au mieux ce que j'ai vécu... Je vous impose seulement l'importance. Si on n'a rien d'autre de plus important à faire, comme, si tu le juges Dart, chercher le dragoon que tu as localisé, je suis d'accord. Sinon... je vous explique rapidement ce que j'ai appris.
"Moi j'veux écouter l'histoire, répond catégoriquement l'épéiste."

Dart hoche la tête.

- On a tout notre temps, tu peux raconter avec autant de détails que tu veux, cela va être passionnant. La recherche du dragoon peut passer au second plan, vu qu'il n'a pas son âme de dragoon, il risque pas de s'envoler ! Hé hé !
-Bien. Dans ce cas, voilà ce que j'ai fait durant tout ce temps...

Le chevalier commence à élever sa voix, de façon à ce que les "spectateurs" entendent bien. Il se remémore de sa petite aventure, puis sors les premières paroles.

-Comme vous le savez déjà, moi et Chang sommes parti de la Cité de Pierre la nuit, d'ici là, nous...
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
donfeuxvideo
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Age : 22
Localisation : Perdu dans les abysses de Blobzone...

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Dim 16 Oct - 0:33

Enfin sortis de la Cité de Pierre. On peut apercevoir les filaments des rayons du soleil qui commencent à peine à se montrer. Je suis accompagné de Chang, mon nouveau maître. Nous sommes en chemin vers son dojo qui se situe au Nord-Ouest. Vu qu'on est sur une chaîne de montagnes partant dans le même sens, cela veut dire que je vais rester en haute altitude un moment...

"Hum, nous sommes un peu en retard..."
-Ah ? Pourtant nous n'avons pas arrêté de marcher.
"Je pense que nous avons pris notre temps. Les enfants vont s'impatienter..."
-Ils n'ont pas d'autres maitres qui ont pu les garder pendant ce temps ?
"Bien sûr que si. C'est juste que je déteste rompre mes promesses, surtout auprès de mes élèves. Je me dois de revenir aujourd'hui dans les temps."
-Donc, on se dépêche un peu ?
"Mieux, on va tracer directement. Prends ma main..."

Je lui prends sa main en serrant plutôt fort, je m'attends à ce qu'il sprinte comme il me l'avait montré hier. C'est d'ailleurs ce qu'il fait. Quelle vitesse ! Comment fait-il pour s'orienter aussi vite ? J'ai moi-même du mal à distinguer devant nous. Je pense que je me prendrais une montagne si j'avais une telle force magique...
Le chemin se fait alors rapidement. Peu à peu, l'endroit devient plus hostile et même plutôt sombre. Cela pourrait en effrayer plus d'un. Chang s'arrête de courir rapidement, et je peux enfin toucher pied à terre.

"A partir de maintenant, il faut faire attention, cet endroit grouille de monstres..."

L'avertissement donné, nous continuons à la marche. Cet endroit donne vraiment la chair de poule. D'ici, les grandes pentes cachent la vue du soleil. On peut apercevoir des sortes d'oiseaux au plumage sombre voler dans les alentours, ainsi que des reptiles serpentant dans les environs. On se serait fait remarquer en un clin d'œil en continuant à haute vitesse.
J'espère qu'ils vont pas trop bouger en tout cas. Je n'aurais pas envie de perdre mon temps contre des monstres assoiffés de sang.

"...Merde, prépare-toi Falcon."
-Hein ?

Un petit oisillon se dresse devant nous. Il commence à crier. Bon sang !
Les oiseaux sombres commencent à chuter, et se dirigent droit vers nous. Ils étaient de taille d'un humain, les yeux injectés de sang. Chang n'attend pas leur arrivée pour jeter une boule de feu. Deux tombent, une dizaine arrive. Ils n'ont pas l'air solide, autant voir l'état de mon épée.
Je dégaine aussitôt mon épée simple, et me rapproche vers les oiseaux toujours en vol. Parfait. Je saute, et je donne un grand coup dans le vide. Le temps qu'un oiseau se rapproche à lui, il se prend la lame et s'y brise le crâne. Je me fais éjecter aussitôt par les autres oiseaux. Le temps de me remettre sur pied, je compte... ils sont sept. Les oiseaux se posent devant moi à environ 5 mètres, et commencent à gueuler. Ces choses ne piaillent même pas, le son qui en sort est horrible.
Je change d'arme. Mon épée est bel et bien en état, mais je n'ai pas de temps à perdre. La Cimeterre sortie, je me prépare à attaquer.
Pendant ce temps, Chang se trouvait de l'autre côté des oiseaux. J'avais bien attiré leur attention, et il pouvait maintenant préparer sa technique. Il pose les mains à terre. En une fraction de seconde, 5 des monstres volants se font prendre dans son piège, les derniers ayant eu le temps d'éviter de peu. Il refait un mouvement de ses mains : le piège se compacte. On entend d'ici les os broyés par la force de la terre. Il n'en reste plus que 2.
L'un de ces êtres sombres s'approche dangereusement de moi en volant, les serres prêtes à me prendre et m'étouffer. Je tente de m'écarter, mais trop tard. Il arrive à me prendre par le bras, les griffes plantées dans la peau faisant dégouliner des gouttes de sang. Armé de la Cimeterre, je lui coupe la patte inférieure, puis d'un élan, me tiens par l'embout restant. Le monstre vacille, souffre, puis tombe sur terre violemment, juste après un saut pour ne pas finir comme lui. J'en profite pour l'achever avant qu'il ne se relève. Le dernier... où il est ? Je me retourne... il est juste devant moi et s'apprête à planter son bec à l'intérieur de moi... Merde, je vais me prendre le coup !
L'oiseau s'arrête net, et s'écroule. Chang l'a arrêté juste à temps.

"Surveille tes arrières, tu as bien failli y rester."
-Merci...
"Ne perdons pas de temps, les reptiles sont bien plus dangereux que ces abrutis de piafs."

Je reprends sa main, et il refait un sprint.

Le dojo n'est plus très loin désormais. Non, mieux, on y est carrément. Enfin arrivé !
Je me trouve devant le dojo de mon maitre. Il est composé d'un plutôt grand bâtiment, qui est entouré par une muraille de bois à l'écorce sombre. Dans le dojo se trouvait un très grand espace plane, constitué d'un chemin en dalle, et les terrains en pierres afin de former des jeunes personnes pour qu'ils puissent se défendre plus tard dans le monde, d'après mon maitre. Certains rêvent de partir à l'aventure, d'autres seulement se défendre contre des voyous, ainsi que tous ce qui pourrait les gêner au cours de leurs vies. D'ailleurs, ces élèves se trouvent exactement devant l'entrée en 2 groupes, séparés par le chemin de pierre que nous profitons. Les petits saluèrent avec respect leur maitre. Dis donc, ce n'est pas du tout comme Luke, ces enfants !
Nous entrons dans le bâtiment de pierre lisse, tenu par des poutres de bois blanc. Enfin, nous n'y entrons pas vraiment. Des couloirs de bois se trouvaient à l'extérieur de l'énorme bâtisse, juste en dessous du toit qui nous recouvre en cas de mauvais temps. J'avoue que ce concept ne m'est pas familier, je dirai même qu'il est pas mal en soi. La pierre semblait être l'élément principal du bâtiment, surement par sécurité, mais vu l'état de celui-ci, il n'a eu que peu d'attaque au sein du dojo.

"Tu veux une tasse de thé ?"
-Je ne suis pas censé m'entrainer ?
"Oh, nous avons le temps maintenant. Je te conseille de reprendre ton souffle avant de commencer."

Chang se met à se pivoter vers l'intérieur, puis ouvre la porte coulissante – ça non plus, ce n'est pas commun. Les salles, à ma grande surprise, se ressemblaient quasiment toutes. Le sol sur tatamis, les portes coulissantes avec une fine couche de toile, … L'intérieur décrivait seulement le contenu de la salle, il ne s'y intéressait pas trop des affaires à l'intérieur même. De plus, la roche, vu d'intérieur, semblait plus lisse, plus... joli. Comme si c'était taillé soigneusement de l'intérieur.
Par contre, la hiérarchie du bâtiment n'était pas si difficile à comprendre. Il comprenait deux couloirs, dont un extérieur. Entre ceux-ci, les salles du dojo. Enfin, la salle en plein centre dépassait les autres salles de taille, surement avait-il une importance plus grande. Il est difficile de se perdre, donc.
Enfin, nous entrons dans une salle assez... spéciale ? Celle-ci ne contenant qu'une table, avec une vase contenant une fleur de couleur azur, ainsi que des coussins, trainant en dessous de la petite table. Cette salle se démarque des autres... L'impression du silence régnait. Le vide, le calme... la tranquillité.
Je m'assois sur l'un des coussins disponibles, tandis que le moine apporte les tasses ainsi que le thé. Il revient, pose les tasses, et sert doucement le thé contenu dans la théière bouillante. Le thé se refroidissant, je prends ma tasse, et je bois une gorgée.

-C'est chaud !
"Tu n'as pas assez attendu."

Je repose ma tasse. Il en faut du temps ! J'ai pourtant attendu une bonne dizaine de minutes...
Chang se lève à ma surprise, et ouvre des portes coulissantes, qui offre une vue de l'extérieur. L'endroit... était verdoyant. De la verdure, fleurs, poussaient, des nénuphars se déplaçaient lentement dans un petit étang à l'eau transparente, venant d'une coulée d'eau venant dans un trou dans la roche un peu plus haut, on pouvait aussi apercevoir des moineaux s'installer dans leurs nids de fortune. L'endroit respirait la tranquillité. Le moine revient à sa place.

"Bien, parlons un peu de ton entrainement..."

Il prend une gorgée de thé.

"... délicieux."
-...
"Ton entrainement sera bien spécial."
-Ah ?

Je me concentre sur ses futures paroles en prenant une gorgée de thé... un peu tiède.

"Oui. Tu vas mourir."

La tasse tombe de mes mains qui se renverse sur le tatamis. Qu'est-ce qu'il vient de dire à l'instant... ? Je... Je vais mourir ?!

-... Comment ça, mourir ?! Je n'ai pas vraiment envie de mourir en ce moment !
"Ce n'est pas vraiment ce que je voulais dire par "mourir". Détends-toi..."

Je respire un bon coup. Je ne suis pas venu pour passer l'arme à gauche de toute façon, et Chang le sait très bien. Caaaalme...

"Il va bientôt être l'heure. Partons, je t'expliquerai en chemin."
-Ça ne me rassure pas vraiment...
"Tu n'as aucune raison de stresser. Allez, suis-moi."

Le maitre passe par l'extérieur verdoyant. Je le suis aussitôt. En effet, je n'avais pas remarqué qu'à l'extrémité droite se trouvait un petit chemin de pierre qui conduit dans un endroit peu illuminé. Il ne m'a pas amené dans cette salle juste pour boire un thé...

Nous passons dans ce chemin sombre. Il s'agissait d'une sorte de passage souterrain de la montagne. La roche brillait faiblement, l'endroit se trouvait assez joli à voir. Pendant ce temps, le moine m'explique les propos de ses paroles.

"Quand j'ai utilisé le terme de "mourir", ce n'est pas son sens que je voulais utiliser. Mais plutôt une renaissance."
-Une renaissance ? De quoi ?
"De l'âme."
-Désolé, mes vos paroles sont bien trop confus pour ma part...
"Laisse ta patience dominer ta fougue, petit chevalier. Je ne vais pas te laisser dans le brouillard bien sur."

Je le trouve bien poétique, de temps en temps... En chemin, on commence à entendre des voix... Non, ce ne sont pas des voix. Le passage souterrain passe près d'une cascade d'eau, qui fait retentir cet écho qui ressemble à la voix humaine. Il y a de l'eau ici ? Moi qui croyait que les monts Argkents ne contenait que de la roche pure et dure...

"A notre naissance, nos capacités sont déjà programmés à ce moment : la force, la taille, le poids, le comportement... On peut modeler nos capacités, mais il est normalement impossible de les changer. Mais le monde nous a offert un moyen de renaitre. Ce sera ton entrainement d'aujourd'hui."
-Mais à quoi ça va me servir de renaitre ?
-J'en viens là. Quand je parlais du fait que nos capacités sont programmés, la magie est aussi pris en compte. Je te l'ai déjà dit hier, j'ai perçu en toi une dose de magie suffisante pour l'utiliser. Mais elle est encore trop faible... non, trop renfermé pour en faire usage au combat. A moins de modeler ta magie pendant plusieurs années... Ce qui prend énormément de temps, ce que nous n'avons pas.

Le passage souterrain laisse place à un plus grand espace. On retrouve le terrain de base des monts, la roche. Mais ce qu'il y avait devant me laissait bien plus perplexe. Un grand trou. Comment expliquer ce qui se trouvait devant moi ?

"Nous y voilà. Ce passage existe depuis l'ancien temps. Il te permettra de renaitre."
-Je ne vois pas comment je peux renaitre dans une grotte...
"Je t'explique. Ce passage laisse à un chemin obscur. Tu te perdras dans les ténèbres. Tu perdras un à un tes sens : l'ouïe, le goût, la vue, l'odorat, le toucher. Tu ne pourras faire confiance qu'à ton sixième sens. Le parcours dure environ un jour et une nuit. Beaucoup ont tenté de passer..."
-Je ne pensais pas que ce serait aussi difficile...
"C'est plus une épreuve qu'autre chose, apprenti. Mais je sais que tu peux y arriver. Si je peux te donner un conseil, sois juste patient... et ne renonce jamais."
-...Je saurai faire un bon usage de ses conseils.
"Ah, et dernière chose. Il serait plus sage de traverser ce chemin avec moins de choses sur ton dos."
-Bien.

J'enlève mon armure, mon sac, ainsi que mes lames. Je me sentais bien plus léger, c'était agréable.

"Je te souhaite bon courage."

Je commence à marcher dans ce passage, jusqu'à m'enfoncer dans les ténèbres.


Le chemin était indescriptible. Tout simplement car je ne pouvais pas voir. Chang me l'avait bien dit, je m'enfonce dans les ténèbres. Ma vue ne sert donc à rien... Et bien. Rien que perdre la vue me semble une grande épreuve. Je ne savais pas si je devais tourner à gauche, ou à droite, si un mur m'attendait devant moi. Je ferme donc mes yeux... Quoique, les fermer ou les laisser ouvert, peu importe. Je viens juste de commencer, ce n'est pas pour rien. Bref, continuons de marcher.
Ne rien entendre, ça me fait... bizarre. Normalement, on a toujours un petit bruit qui vient de je ne sais où, et qui perturbe l'oreille. Ne rien entendre... ça commence à me stresser. Je peux pas produire un petit bruit ? Rien à faire. Même en sautant, ou en essayant de taper quelques chose, je n'entends plus rien. D'ailleurs... Je n'ai rien senti lorsque j'ai tapé le sol. Bordel, qu'est-ce qui m'arrive ? Je suis vraiment en train de mourir ?! Ou alors, je suis déjà mort ? Je ne suis qu'un fantôme ? Il faut que je me calme... Respire un bon coup... Hein ? Pourquoi je ne sens rien ? Normalement, tu as une petite odeur, ou alors l'odeur du vent, de l'air qui entre dans tes poumons... Rien. Mon poumon se remplit avec du vide. J'ai l'impression que je ne suis qu'un fantôme qui erre dans ce passage, cherchant la sortie. D'ailleurs, elle est où la sortie ? Putain, pourquoi je me suis lancé dans cette galère ?! Je vais devenir fou, je le sens...
Je transpire. Je ne pouvais pas le prouver, mais je suis sur que je transpire à ce moment. Je me lèche d'ailleurs les lèvres, en tentant de lécher ma transpiration. Je ne sentais rien de toute façon, je tente au hasard, partout, pendant un petit moment. Évidemment pas de goût. Ni de transpiration, pas même le goût de la peau sur mon visage. Bien sur. De toute façon, fallait s'y attendre. Je deviens fou. Je deviens un fantôme. Je deviens quoi, putain ?! Je ne peux même pas me toucher, je ne me sens pas, je ne peux pas me voir non plus, ni m'entendre, ni me sentir, ni me goûter. Je vais mourir ? Je suis déjà mort ? Ou alors, je deviens un malade ? Tout ce que je peux faire, c'est marcher dans la souffrance ! J'ai mal, je commence à avoir faim, je faiblis, je marche encore... Je ne vais pas résister si ça continue. Je vais errer ici pour toujours, je le sens loin d'un kilomètre. Je pense que j'ai perdu tout courage. Saloperie d'épreuve. Il faut vraiment que je sorte d'ici. Putain, elle est où la sortie ? Quand je pourrai voir la lumière ?! Je commence à avoir de plus en plus mal, c'est atroce. Quand ce mal va-t-il s'arrêter ?! Je ne peux pas marcher dans ces conditions ! Je veux manger, dormir... J'ai besoin d'aide, je crois. Putain, je suis faible. Je suis vraiment trop faible. Je ne peux compter que sur les autres...

-...Huuuuuummmmmmmmm....

...C'est quoi ce que j'entends ? J'ai entendu quelques chose ?
-Tu n'entends rien, misérable. Utilise ta cervelle un peu... Ou ne l'utilise plus.

Hein ? Qui est cette voix ? Hé ! Réponds-moi ! Allez, putain ! Qu'est-ce que tu veux dire ? Reviens !
...Bordel. J'espère que ces paroles vont m'aider. Elle m'a au moins fait retrouver un peu de raison dans ce passage de fou. Utilise ta cervelle... Il faut que je me souvienne de ce que m'a dit Chang. … Bon courage... Conseil... Aïe... Sois juste patient et n'abandonne jamais. Je vois que je fais parfaitement l'inverse. Je me suis fait avoir comme un bleu. J'ai pris l'entrainement à la légère, car je croyais que ce n'était qu'un entrainement aux premiers abords. C'est un défi. Une épreuve donné pour les humains afin de renaitre meilleur. Je me suis lancé dedans, ce n'est pas pour pleurnicher sur mon sort. Mon esprit combatif remonte, je reprends espoir. Mais bon, avoir du courage, tout ça, ça va juste ralentir l'inévitable. Où est la sortie ? Si je ne peux pas la trouver, je suis foutu. Et pas la peine d'essayer de me remémorer le chemin que j'ai parcouru, ça fait longtemps que je marche. Peut-être plus, peut-être moins. De toute façon, je n'arrêterai pas de marcher. Ma survie en dépend. Je joue ma vie pour une renaissance. Mais je ne peux pas m'empêcher de me poser des questions, et ça me fait mal... Hein ?
Pourquoi me poser des questions, réfléchir, ça me fait mal ? C'est une bien bonne question... C'est vrai, tant que j'y repense, je n'ai pas arrêté de penser. Je n'ai pas arrêté de souffrir durant ce voyage. Je n'avais pas mal à cause de la faim et du sommeil ? Ah, si, quand même. Mais ce n'est qu'un plus. D'ailleurs, je suis sensé ne rien sentir... Je suis toujours vivant, où je suis en enfer. Mais j'opte pour la premier choix, il est plus consistant. Et si j'arrêtais de penser ? D'ailleurs, la voix de tout à l'heure avait fait une remarque sur ma cervelle... Bon. Je vais l'écouter. Je vais juste marcher, et ne rien penser, avoir la tête libre de toutes pensés inutiles. Après tout, Il suffit juste de marcher pour sortir, non ?
Allez, je ne perds pas espoir. La sortie est toute proche, je le sens !

...Je vois enfin la lumière, enfin ! Après toute cette marche, je l'ai enfin trouvé ! … Je n'arrive même plus à courir, je suis à bout. Bon, allons-y tranquillement, la lumière ne va pas s'échapper.
La lumière s'agrandit, de plus en plus, jusqu'à m'envahir, me chauffant la peau. Mes yeux brûlent sous la lumière, je les laisse fermés, le temps de me réhabituer. Je respire un bon coup, je n'ai jamais connu un aussi grand bonheur en me remplissant les poumons. L'air frais de la montagne...

"Et bien, tu as été rapide. Je ne m'attendais pas à te voir de si tôt."
-Chang ?
-BON RETOUR PARMI NOUS !!

Des tas de voix s'élèvent sous mon arrivé. C'était tout simplement les élèves les plus jeunes et adorables du dojo. D'ailleurs, je commence à m'habituer à la lueur du soleil... C'est encore un peu flou. Je regarde mes mains, ainsi que le reste de mon corps : je suis couvert de traces de poussières. Puis tout d'un coup, le choc. Mon corps ne me réponds plus, mon cerveau s'arrête de fonctionner correctement. Je m'écroule d'épuisement, à la surprise du monde devant moi.

-----------------------------------------------------------------------------

Hum, où suis-je cette fois ? J'ai l'impression de me perdre à chaque fois dans le néant... Ici aussi d'ailleurs, mais au moins, j'ai mes sens. Bon, ben marchons. Tiens ? L'environnement prend forme. Je suis... Et mais tiens, ça fait longtemps que je n'y suis pas retourné ! Le château d'Opale brillera toujours de fierté. Ça me rappelle mes débuts plutôt originalement catastrophique. De très bons souvenirs. Ah ? Une épée du Royaume m'est venue à la main... Ainsi que mon ancienne tenue. Je vais revivre mes moments passés ? Drôle de rêve. Ah ! Cette fameuse bibliothèque, qui m'aura fait travailler bien des fois ! Je ne compte pas l'incalculable nombre de textes anciens rangés en ordre. Ça change rapidement maintenant, je passe à un étang... Mon premier monstre, gros monstre tué, avec ma première technique. Ce devait être ma seconde mission, si je me souvenais bien. Je me sentais bien à l'époque... Mais... Merde, il faut que je sorte de ce rêve ! Je n'ai plus envie d'aller plus loin. Allez, faites, que je me réveille... Bon, je suis retourné à la salle sombre, c'est déjà pas mal. Tant que je ne vais pas plus loin que ces souvenirs là...

Tiens tiens, te voilà donc...
-... Que fais-tu ici ?!
Oh ! Sois quand même plus gentil avec moi ! Du moins, si tu veux vivre encore...
- Dégage ! Sors de mon rêve !
Très bien, dans ce cas...


Il commence à grandir, de plus en plus, ce... ce diable ! Putain, faut que je me réveille, c'est pas encore le bon moment ! Il m'a choppé, je peux plus rien faire. Il serre fort... Qu'est-ce qu'il fait ? Oh non... AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !!!!!!

"Mais enfin, reprend-toi, chevalier !"
-...Où suis-je ?
"A l'infirmerie du dojo, répond la dame - surement l'infirmière. Ce n'était qu'un mauvais rêve, tu n'as rien à craindre."

Enfin... c'était bien un rêve. Mais les sensations sont bien là. Je perle de sueurs, le stress m'envahit. Je respire un bon coup. Dommage, ça a commencé si bien, il a fallu qu'il se ramène... Je regarde, après m'être un peu rafraichit la tête, les environs. Je suis dans une salle close, avec plusieurs lit, un bureau, quelques armoires. L'endroit n'était pas réellement grand, mais il restait de la place pour voyager entre les meubles. Vu que je suis à l'infirmerie, je suppose qu'on m'a emmené ici.

-Que s'est-il passé au fait ? J'avais vu une lumière dans la grotte, puis je ne me rappelle plus très bien...
"Vous en êtes sorti vivant, ce qui n'est pas très commun, ajoute la doctoresse. Puis vous vous êtes effondré. Il faut dire que vous avez réussi à en ressortir en un temps record. Prenez votre temps, vous vous êtes bien ménagé à traverser ce tunnel..."
-Merci bien, mais ça ira. Je me sens bien mieux à présent.
"Soit. Si vous sentez une rechute, revenez me voir, vous savez où je me trouve désormais."

Je me lève du lit, puis je sors de la salle. Je me trouve maintenant dans un couloir. Je pense qu'il est temps de visiter un peu l'endroit, et puis, même si je me perds, il y aura surement quelqu'un pour m'aider. Je commence à marcher donc, et je me retrouve devant la grande place d'entrainement des jeunes apprentis. Donc, l'infirmerie se trouve à gauche du grand bâtiment, vu de face. Je regarde le ciel. Le soleil brillait sous quelques couches de nuages. Ce devait être l'après-midi. Puis je remarque les jeunes apprentis s'amuser sur la place. Surement un moment de pause. Ils me regardent tous à présent... Et ils s'approchent tous de moi dangereusement.

MONSIEUR LE CHEVALIER !!

Ils m'encerclent, me touchent, parlent tous en même temps. Mais pourquoi ils me font ça ? J'ai fait quelques chose de si spécial que ça ? Je ne comprenais rien à ce qu'ils disent, et ils avaient tous un peu de force dans les bras. Rien à faire, je suis pris au piège. Bon, dernière tentative d'échappatoire...

-Là-bas ! Un monstre !

Tous se retournèrent à ma grande surprise. C'est ma chance !
Je fais demi-tour en courant comme je n'ai jamais couru. Évidemment, ils ont aperçu la supercherie, et ils me coursent maintenant. On ne pourrait pas me laisser tranquille ? Je viens juste de me réveiller en plus, je voudrai souffler !
Je passe par la droite du bâtiment, puis par l'arrière. Une porte ouverte ! Je m'y infiltre dedans puis me plaque au mur. Les enfants ne m'ont pas remarqué, et continuèrent de courir dans les couloirs, criant mon nom à haute voix. Je peux me reposer un petit moment.

"Je vois que tu as fait la connaissances de nos petits loups, chevalier."
-Je ne vous avais pas remarqué, Chang.
"Bonjour, très cher élève. Tu t'es bien reposé ?"
-Bien sur. Par contre, je ne me souviens plus trop de ce qui s'est passé vers la sortie.
"Ne t'inquiète pas, je t'expliquerai. J'aimerai que tu me suive."

J'accepte, puis nous sortons de cette salle, que je n'ai même pas pris le temps d'y jeter un œil, tant ces bambins me terrifiaient. En chemin, il me raconte ce qui s'est passé à la sortie : l'accueil chaleureux des jeunes élèves, ainsi que mon évanouissement. Nous étions passés par le même chemin que lors du passage pour le tunnel. Arrivé à ce point nous avons tourné notre direction à droite. Un cul de sac de pierre se trouvait devant nous.

-Pourquoi m'avoir emmené ici ?
"Nous n'avons pas encore terminé la route. Nous allons devoir grimper."

Le moine fait un bond majestueux avant de s'accrocher sur la paroi rocailleuse, et grimpe avec dextérité. Pourtant, ce mur ne contenait que très peu de point d'accroche. Il va m'être difficile de grimper. Il va me falloir une bonne demi-heure avant de réussir à escalader cette pente qui m'a coûté plus d'une chute. La haut m'attendait un spectacle plutôt déroutant.

"Ce sera ta seconde et dernière partie de ton entrainement."

Au dessus se trouvait une source d'eau, avec des pointes de bambous plantés à la verticale. Ça explique l'eau qui coule dans le passage souterrain du chemin. Mais que font ces bambous ici ? Ce n'est pas du tout le meilleur endroit pour ce genre de plantation. D'ailleurs, qu'est-ce qu'on peut bien faire avec une zone d'eau ? Ça m'étonnerais grandement que ma dernière partie de l'entrainement est de nager...

"Ici, tu vas devoir employer ta magie afin de ne pas toucher l'eau de source. Tu as surement remarqué les plants de bambou, dont tu devras tenir en équilibre dessus. Mais ce n'est pas tout."
-Ça me paraît déjà difficile de tenir sur un bambou, qu'y a-t-il d'autre ?
"Je serai ton adversaire, et ce sera un combat."
-On va se battre sur des bambous ?
"Le fait de choisir ce terrain sera une manière pour toi de te concentrer davantage. Une personne quelconque ne maitrise pas la magie au premier coup d'œil."
-Je vois... Mais quand même...
"Tu t'y feras, tu verras. C'est plus facile que ça n'en a l'air."
-...
"Tout se passera bien."
-Bien.

Nous nous approchons du terrain. Mon maitre fait un bond majestueux vers l'une des plantes, s'y accroche, puis grimpe dessus jusqu'à son bout, où il exécute un mouvement avec ses bras, qui le propulse au dessus du bambou, et atterrit en restant en équilibre. J'opte personnellement pour la nage, le bambou étant assez loin. J'atteins un autre bambou à quelques mètre de celui du moins. Je grimpe dessus, puis tente de me mettre en équilibre sur celle-ci. Ce n'était guère chose aisé : le vent souffle fort, et les plantes solides ne restent pas immobile, en comptant en plus la hauteur que je me trouve. Les bambou avaient une taille à vue d'œil d'au moins 5 mètres.
Après quelques minutes de vacillements, je tombe à l'eau. Ce n'est pas simple du tout ! Comment fait Chang pour ne pas bouger d'un cil ? Allez, je recommence ! Non, je recommencerai jusqu'à que j'y arrive. Ce ne doit pas être sorcier, pourtant. Il suffit juste de trouver le bon équilibre.
Les tentatives affluent, et finalement, après une bonne dizaine de minute, j'arrive à me tenir... correctement sur la plante. Chang ouvre enfin la parole.

"Si tu arrives à me mettre à l'eau, tu as gagné. Ah, et sache que je ne t'aiderai pas le moins du monde afin que tu trouves le moyen d'exploiter la magie."
-... Quoi ? Mais comment je p...
"Désolé, te le dire ne servirai à rien de toute façon. Il faut le trouver tout seul..."

Mais... mais comment ? Je ne sais même pas à quoi ressemble la magie. Et je sais encore moins m'y prendre. Ce n'est pas logique...

"Tu es prêt ?"
-Mais... Non !
"Désolé, mais ce n'est pas une question. Tu comprendras en temps voulu. Fais-moi confiance.

Je ne comprends vraiment rien. Il me met dans le doute absolu, il ne me dit rien. Je vais donc devoir faire en sorte de comprendre en combattant. Si c'est ce qu'il veut...

-Je vous attends.

Chang émet un sourire juste avant d'agir. Il commence par se propulser volontairement vers d'autres bambou, accélérant sa vitesse... Si je reste sur le mien, je ne vais pas résister longtemps. Je n'ai pas moyen de le voir. Je n'ai pas moyen de me protéger. Je suis mal barré, le terrain ne me facilite pas la tâche.
J'ai l'impression que le temps ralentit à son fil. J'ai beau regarder de partout, rien à faire, je ne peux pas l'apercevoir. Le bambou commence à tanguer à cause du vent. Puis soudain, son apparition. Sous mes yeux, il donne un coup de genou en plein sur mon torse. Avec sa vitesse, il m'a bien fait mal... Et il m'a propulsé. Il faut que je me rattrape à un bambou. Super, juste un pile à mon sens d'éjection. Je tends mes bras, je le tiens presque...
Il réapparait encore une fois. Mon Dieu ! Mais comment peut-il être aussi rapide au point de se mettre entre moi et le bambou ? Je ressens un autre contact au niveau du ventre, un coup de pied. Il me renvoie vers le haut, et il m'enchaine. Je ne peux rien faire... Il remonte rapidement à mon niveau, me lance un autre coup de pied, directement au visage. Puis enfin, les mains jointes, il me touche au dos, vers l'eau. Je tombe, et... Je me demande à quoi sert ce combat si ce n'est juste pour se faire frapper. Il faut que j'apprenne la magie. Qu'est-ce que je dois faire exactement ?
Pendant ma chute, tête la première, Chang se retrouve encore une fois devant moi à la même position. Il commence à plier les avant-bras... Puis envoie une rafale de vent, et me fait heurter à un bambou.

"Et bien, qu'est-ce que tu fais ? Réfléchis, un peu !"

Je n'écoute pas le moindre son de sa parole... C'était quoi cette lumière ? Je me rattrape au bambou, je remonte, et me tient droit. Qu'est-ce qui avait illuminé à l'instant le maitre ? Il a plié ses membres, puis il y a eu ce sorte de flash. Juste au moment où il repousse ses membres droits. J'ai mal vu ? Non, c'est impossible. Je suis certain de l'avoir vu. Ce flash provenait surtout de son dos. ...Il a fait un truc à ce moment. Puis ensuite, le vent est apparu. J'ai vu finalement ce que je devais faire ? Chang ne bougeait plus, se demandant surement ce que je faisais. Tout simplement de la réflexion. J'ai trouvé le truc, il ne reste plus qu'à faire de même... Et même là, ce n'est pas gagné. Tout ce que j'ai vu, c'est son mouvement. Il semble canaliser quelque chose, qui fait en sorte qu'il lance ce vent sur moi. Je ne sais pas du tout ce que c'est, ce truc scintillant...

"Alors, tu as trouvé ?"
-Pas encore...
"Je vais t'aider alors."

Il se remet dans la même position. Cette position ! Je vois encore les flashs, qui ceux-ci se répètent. Chang lance plusieurs boules de feu d'affilé en ma direction. Pas le choix, je saute vers un autre bambou. Dès que j'en aurai le temps, il faut que je tente cette fameuse position. Mais il faut autre chose en plus, et je le sais bien. Il faut que j'aille chercher ce flash de moi-même. Je ne sais pas du tout comment. Et c'est ça que je dois apprendre.
J'esquive les boules de feu en sautant de bambou en bambou. Pour la dernière boule je saute une dernière fois sur un énième bambou, sans toutefois chercher à me tenir en position. Les pieds sur celui-ci, il commence à se plier, puis m'éjecte en reprenant sa forme initiale. Tout droit vers le moine.

"Approche..."

Chang se tenait prêt depuis l'arrêt de ses attaques. Sa réaction est immédiate : il met une paume en ma direction, puis il charge son autre poing, le bras plié. L'impact est proche, je sors mon poing. Un flash apparaît. Un poing de vent m'atteint, et me repousse sur le bambou que j'ai utilisé. Avec la puissance du coup, celui-ci se casse. Machinalement, je tiens de main sur le bambou, puis je l'installe sur mes pieds tout en me redressant. C'est parfait. Tentons maintenant.
Je prends la position que j'ai retenu. Il faut que je sente ce flash, que je le l'exploite. Je pense savoir ce que c'est. Je ferme les yeux. Je prends une grande inspiration. Le temps semble s'arrêter... Je vois le monde noir dans lequel je suis plongé. Mais pourtant, j'arrive à me distinguer parfaitement : je peux voir mes bras et mes jambes. Le son s'est éteint. Je ne sens presque rien. Aucune odeur vient perturber mes narines. Et ces fameuses boules qui apparaissent. Cette lumière... difficile de les regarder, même avec les yeux fermés. Ils se rapprochent tout doucement de moi, ils en arrivent de plus en plus. Il me touchent, mais je ne sens rien. Il rentrent en moi... ! Qu'est-ce que c'est ? Qu'est-ce que je ressens en moi ? Ce n'est pas la magie, non ? Je n'ai juste que pris ces choses...
J'ouvre mes yeux. Je suis... dans l'eau ? J'ai dû couler avec le bambou... Et où est Chang ? Je le vois, il est toujours en haut, il m'attend. Bon... Et bien, je n'ai plus qu'à expulser. Je tends mes bras, je me retrouve propulsé en arrière. Je sors de l'eau, et j'entends le maitre rire. J'ai réussi ?

"Tu es un rapide dis-donc. Tu es intelligent."

Je tente de manœuvrer mon atterrissage. Ce n'est pas très évident, mais je m'en ressors sans trop de mal. J'ai sorti du vent de mes mains...

"Tu sais maintenant comment manier la magie. Je n'ai plus rien à t'apprendre."
-Merci... Mais, c'est quand même nouveau... Et puis je ne sais pas encore bien l'utiliser.
"Je n'ai jamais dit que le combat était terminé."

Je vois. Maintenant que j'ai mes armes, je pourrais surement égaler Chang. Enfin, pour le moment, les maitriser me sera amplement suffisant. Je me met en position.

-Quand vous voulez.

Le vrai combat ne fait que commencer. Le maitre commence par me lancer une autre vague de boules de feu. Tentons de les éteindre. Je concentre la magie emmagasiné sur une paume, puis je tends le bras vers mes cibles. Je lâche de la magie, tout en retenant la pression de la paume pour ne pas tout gâcher bêtement. Une balle de vent fait surface et se propulse droit vers l'une des boules de flamme qui s'annulent entre eux. -Yes, une chose d'acquise. Je recommence l'opération avec le reste. La vague vient d'être repoussée.
Chang ne s'arrête pas là. Pendant que je me débarrassais de ces projectiles enflammés, il commence à charger une bien plus grande sphère, dont sa taille équivaut à ses bras tendus. Il le lâche un instant avant de lancer son poing sur sa magie de flamme, envoyé en ma direction. Il va bien vite... Il faut que je lâche tout d'un coup. Je charge tout entre mes deux paumes. Une simple petite sphère surgit. Seulement ? J'ai pourtant mis toute ma magie canalisée en moi... Et ça m'a bien pompé niveau énergie.

-...Rah, et puis zut ! Approche, comète de feu !

Je me jette droit sur celle-ci, mon vent en avant. Elle entre en contact, et une petite onde se fait sentir. Ma sphère s'est déclenchée, libérant les vagues de vent emprisonnés jusqu'à maintenant. La sphère de feu s'en retrouve amoindri, puis finit par disparaître... tandis que je vois que Chang a lui aussi sauté et se camouflait derrière sa magie depuis. Une attaque surprise, bien joué.
Ses pieds flambent, et se rapprochent rapidement de mon torse, jusqu'à le toucher. Puis de ses pieds sort une énième boule de feu, qui m'éjecte tout en me brûlant la poitrine. Un bambou stoppe mon rejet, et je plonge directement à l'eau pour arrêter le brasier sur moi. Je remonte à la surface, un peu essoufflé.

-Temps mort... Un peu de repos s'il te plait.
"Bien. On va se reposer un moment."

Cet "échauffement" n'avait duré que 5 minutes environ... Mais en si peu de temps, je comprends déjà le système de magie. Et surtout... C'est très épuisant. Elle a drainé mon énergie à si grande vitesse que j'en ai mal aux paumes...
Autour de la zone d'eau, un petit contour de terre était disponible. Nous en profitons pour nous asseoir dans ces environs.

"Alors ? Comment tu trouves la magie ?"
-Et bien... autant ils nous procurent un bien, autant ce bien se vide très rapidement, et toute mon énergie disparaît... Donc, c'est assez pompant, on va dire.
"C'est normal... Enfin, je pense que tu le savais déjà. Mais l'utilisation de la magie permettra de te familiariser avec elle. Mieux tu sauras maitriser la magie, mieux tu pourras contrôler le dosage, en plus d'augmenter ta réserve... Il n'y a pas de secret, juste de l'entrainement."
-Aussi, je me demande quelque chose depuis tout à l'heure... Pourquoi le vent ?
"... Ce genre de choix n'est pas encore totalement expliqué. Mais d'après ce que je pense, personnellement, tout vient à propos de la personne. Pour ma part, je suis d'éclair, ou du moins, c'est le premier que j'ai eu. Les autres éléments peuvent s'acquérir, tout comme tu peux exceller sur des éléments en particulier."
-On ne peut donc pas maitriser l'élément que l'on souhaite, donc ?
"L'élément que tu souhaites, tu le maitrises déjà. Dans ce cas, il n'y a pas de secret possible. Le premier sera toujours celui que tu veux depuis toujours."

Le maitre semble s'y connaître en tout cas. Je me demande comment il s'est entrainé, dans le passé... Ce ne devait pas être la joie tous les jours. Il m'a déjà montré des éléments qu'il a su contrôler, et en avoir autant, je me demande le nombre d'heures d'entrainement pour arriver jusque là.

-Oh, il y a quoi comme élément ? Je connais le vent, la foudre, la terre, le feu, et l'eau... mais c'est tout ?
"Tu rentres dans les détails... Intéressant. De mon expérience, je vais aussi te dire ce que j'ai su découvrir. On peut dire que nous avons deux catégories de magie : la magie primaire, et la magie "double"."
-Double ?
"La magie primaire est celle que tu connais. Ce sont les 5 éléments que nous connaissons actuellement. Pour la magie double, c'est un peu plus différent... Je vais te citer un exemple : si tu veux faire de la glace, comment vas-tu faire ?"
-... Déjà, j'utiliserai la magie d'eau. Mais pour refroidir l'eau... il faut le mélanger avec le vent ?
"Tu as parfaitement compris. Les magies double, ce sont des magies que tu crées en mélangeant deux énergies primaires. Et encore, certains sont même capable de mélanger une magie double avec une magie primaire. On peut dire que la magie est illimité à partir de ces mélanges. Personnellement, je suis incapable de faire le moindre mélange..."
-Je pense que j'en ai assez appris maintenant. J'aimerai bien m'entrainer, désormais.
"Il me reste encore des choses à te dire... mais ça peut attendre."

Je me relève de mon repos. J'en sais maintenant suffisamment pour maitriser ces pouvoirs. Mais le temps presse, ce ne serait d'aucune utilité d'apprendre tout ça si je ne sais même pas le manier, alors que c'est le but même de mon voyage ! Chang se relève à son tour.

"Cette fois, je te frapperai moins. Ce n'est pas le but de l'entrainement... On se fera un combat magique !"
-Un combat magique ?
"Un combat magique. Nous n'utiliserons que la force de notre énergie pour se battre. Cela te permettra aussi de te familiariser au maximum de tes pouvoirs, ainsi que de le moduler un minimum pour aujourd'hui."

L'entrainement me paraît moins difficile tout d'un coup. Il suffit seulement que je lance mon vent contre lui ? Je m'attendais justement à un combat draconien, en mélangeant le physique à la magie... Pourquoi pas, après tout. … Il doit aussi penser à mon bien. Je ne sais pas si il pense que je ne suis encore épuisé de tout ce que j'ai parcouru jusqu'ici, ce qui est plutôt le cas vu que je me sens plutôt bien.

"Ca te va comme ça ? Des questions ?"
-Non, ça va. On commence ?
"Si tu insistes tant que ça."

(♫)
Nous nous remettions sur les bambous, avant de reprendre le combat. Bizarrement, le chant du vent qui régnait en ces lieux me paraissait bien plus audible qu'à l'habitude. Ce son rendait mes sens plus sensibles. Ils vibraient, même. Je le sentais, mon énergie bouillonnant à l'appel de la brise qui soufflait. Ce sentiment d'être au plus profond de sois excité, tout en restant de marbre, concentré, prêt à donner le maximum... C'était plutôt jouissif, comme sensation. Malheureusement, je ne vais plus pouvoir contenir ce flux très longtemps. Vivement que le combat commence...
Le signal donné par Chang est lancé : Un projectile de terre, tenu dans les mains du moine, est lancé droit vers moi. Preuve que je puisse enfin libérer la magie contenu en moi ! Le combat a officiellement repris.
Mes mains positionné vers l'avant, je réceptionne le rocher lancé en poussant un minimum dans mon pouvoir afin de ralentir celui-ci. Bien amorti au creux de mes paumes, le libère un grand coup de vent, tel un canon, et je renvoie le projectile à son propriétaire. Arrivé à son destinataire, le maitre, d'une seule main, fait glisser ses doigt sur la pierre, du vent contenu dans ses paumes. Il pivote avec le projectile, qu'il ne lâche pas de sa magie, puis ré-envoie encore le morceau avec plus de force. Je ne peux pas réceptionner comme je l'ai fait pour le premier coup... Et je n'ai pas vraiment envie de l'esquiver. Il est temps pour moi de tester encore une fois mes pouvoirs.
A ce moment, j'ai eu l'impression que le temps a ralenti brusquement. Mes yeux fermés, je concentre mon énergie sur la paume droite. Je concentre ma magie en son centre... Et j'obtiens une sphère. Elle fait la taille de la main, voire même un peu plus petit. Je m'attendais à une taille plus grosse, vu la quantité que j'ai mis... Mais ce n'est pas la taille qui compte.
Le rocher, toujours dans les airs, met peu de temps avant d'être dangereusement proche de moi. Ma sphère en main, je balance ma paume en avant. La sphère se détache de ma main, et suit son trajet droit. Il rentre en contact avec la pierre... et explose en morceau ! Les débris se projettent aux alentours... J'ai bien calculé mon coup, mais ça m'a assez épuisé... Non. Il faut que je tienne. C'est le but de mon entrainement ! Je n'ai pas le temps pour une pause, après si peu d'échanges...
Chang, de son côté, semble serein. Ce que je venais de faire le rendait ravi, mais ses paumes me laissaient voir la suite. Les flammes dansaient, puis s'enroulaient afin de devenir des petites boules de chaleur, prêtes à être expulsé. Il tendait les bras, puis, d'un mouvement du membre, balance une boule. Puis une autre, de l'autre bras. Puis encore. Ses bras n'arrêtaient pas d'en lancer à vitesse constante. Comment vais-je me débarrasser de cet assaut ? L'eau m'aurait bien été utile, mais non seulement je ne peux pas en lancer, mais le lac en dessous de moi ne va pas servir à grand-chose. Il m'oblige à me déplacer, ou alors à répliquer en utilisant énormément de magie, l'enflure ! Bien joué, très bien pensé, maitre. Je vais donc devoir étouffer les flammes d'un grand coup de vent, comme je sais si bien faire... Et peut-être en profiter pour le pousser, aussi.
Ici encore, j'avais l'impression... que le temps était sous mon contrôle. A ma vue, les projectiles ralentissaient, le vent sifflait moins de son chant... Un silence assez calme pour que je puisse me préparer à ma future décharge. Je ne sais pas si je vais tenir par contre... Tant mieux d'un côté. Je verrai si je suis aussi résistant que j'espère l'être.
Le monde devint plus sombre, jusqu'à me laisser pour moi seul de mon monde. Je ressens mes sens qui m'abandonnent, et l'arrivée de petites boules lumineuses... Ces sensations ne me quitteront donc pas. Elles se fondent en moi... Je les ressens. J'ai peut-être un peu trop d'énergie, mais j'ai au moins le minimum syndical.
Le monde reprend ses couleurs et ses formes. Le temps semble repartir de plus belle, je me presse donc. Mes paumes en avant symétriquement, je concentre toute mon énergie sur les paumes. Je m'appuie un peu plus sur le bambou pour ne pas me faire projeter... Et je le libère. Toute l'énergie emmagasinée se transforme en un couloir de vent compressé de forme ronde qui étouffe dès son passage les petites flammes.
Je regarde Chang. Son expression semble être plus sérieux... Il doit se sentir dans l'embarras. Je suis suret certain, au plus profond de moi, qu'il veut contrer cette décharge à tout prix. Je le vois, dans son regard. Il veut répondre à mon petit jeu. Je n'ai même plus l'impression de m'entrainer. Je m'amuse. Et comme un dingue. Peut-être parce que je teste quelque chose d'encore inconnu pour moi ? Que je me rends compte que ce que je fais est plutôt incroyable, surréaliste ? Que toutes ses petites pensées font que je m'amuse ? Même si je ne suis pas encore du même cran que Chang, j'espère qu'il ressent la même chose que moi. Et maintenant, que va-t-il faire ?
Pour voir ce qu'il prépare, je me fie à chaque fois de l'élément contenue dans sa main. Et je voyais... de l'eau. Qu'est-ce qu'il va faire ? Il met ses mains en pure symétrie...Un peu comme moi. Puis la décharge d'eau percute ma décharge de vent. Un duel ? Il ne faut pas que je relâche la pression !
Nos deux canons tentent de se pousser l'une l'autre. En clair, pour que l'un atteigne l'autre, il faut puiser encore plus dans son énergie pour repousser l'attaque de l'adversaire. Une épreuve de puissance et d'endurance. Encore bien trouvé, maitre. Seulement, il se trouve être en plus mauvaise posture que moi : mon canon l'avait presque atteint. Pour qu'il puisse gagner ce duel, il doit repousser toute ma décharge vers moi, ce qui est loin d'être gagné... Mais c'est Chang, il pourrait très bien le faire. Il faut que je le termine au plus vite !
Mes muscles du bras commençaient à me faire souffrir, à force de rester tendu à faire passer l'énergie dans mes paumes. Ma tête aussi me faisait mal... Je ne tiendrai plus longtemps. J'en ai encore en réserve. Je mets tout d'un coup ! Ma décharge a pris un peu d'ampleur, devenue un peu plus violente. Sur le coup, j'ai failli lancer un gémissement de douleur. Je pousse à fond... Mais je n'y arrive pas. Son canon tient encore le coup. Il ne veut pas céder. J'y suis si près, pourtant !

Ma tête commença à se vider. D'un seul coup, je ne me trouvais plus sur un bambou, en train de me battre comme un forcené contre le maitre. Je ne me trouvais nul part... Et je détestais ça. J'avais froid. Très froid. J'avais même l'impression que je gelais sur place. L'endroit n'était pas complètement sombre... Mais je n'osais même pas voir l'endroit tellement celui-ci est glauque... Cet endroit est tout simplement horrible. J'ai mis un peu de temps avant de comprendre où j'étais... Et je l'ai tenu très fort. Je retrouvais rapidement mon calme... C'est bon. J'ai retrouvé ma chaleur, et j'avais intensément envie d'un sommeil. Je me laissais bercer par le silence...
J'entendais tout d'un coup une voix. Quelqu'un m'appelait ? Qu'est-ce qui se passe encore... ? Bon, vu que cette voix insiste, ce doit être important. Mes yeux peinaient à s'ouvrir, je voyais flou en plus. Mon ouïe devint plus précis, et je reconnaissait la voix de Chang qui m'appelait, me secouait un peu pour me dégourdir... J'ai ouvert ma bouche, et tenté de dire tant bien que mal quelque chose qui me semblait crever les yeux.

-Je suis... complètement... vanné...
"...t'inquiète pas, ... suffisamment fait ... aujourd'hui, ... progressé. ... rentre ... mainte.."

J'entendais encore à moitié... Mais d'après ce que j'ai compris, l'entrainement est terminé pour aujourd'hui... Dommage. Je pensais tenir plus... Bien plus. Mes forces me quittent... Je pense que je vais dormir. Je ne peux rien faire de toute façon dans mon état...

-----------------------------------------------------------------------------

Je me sentais bien. Pour le moment, je ne savais pas exactement où je me trouvais. Tout ce que je pouvais dire... Je me faisais bercer dans un néant plutôt confortable. Un endroit assez sombre pour ne pas déranger mon repos, et assez chaud et doux pour que j'y prenne plaisir. Mon corps se détendait, reprenait son énergie. Dommage que je ne peux pas y rester indéfiniment, il faudra bien que je me réveille, et que je continue ma vie. Mais, tant que je suis comme ça, autant en profiter un maximum.
Avec le temps, j'ai pu penser. Ma somnolence a dû s'estomper au fil du temps. Je peux donc remettre au clair ce que j'ai fait ces derniers jours, et me rappeler ce que je me devais de faire. Cela fait déjà 2 jours que j'ai suivi l'entrainement de Chang... Je suppose qu'à mon réveil, on en sera au troisième... Le dernier jour, le jour de mon retour... Avec les connaissances et les compétences que j'ai acquises au dojo, j'ai pu me rapprocher de mon but. Mais il me reste un long voyage à faire avant. Oh, en y pensant, je me demande ce que font Luke et Dart en ce moment. J'espère qu'ils ne font pas les imbéciles sans ma présence... Néanmoins, ça ne me choquerai pas de les voir dans une situation bien embarrassante. C'est bien leur style ! Mais bon, ils sont rodés, ils se débrouilleront.
Mon corps manifeste une envie de bouger. Le réveil est tout proche. Le néant qui me berçait se fissure par des apparitions de lumières, qui s’étalent peu à peu dans mon espace, jusqu'à m'éclairer chaudement. Subitement, mes yeux s'ouvrent.

Ma vue embrouillé se précise en peu de temps. Je voyais un plafond, et une vitre qui laissait passer la lumière du soleil sur mon visage. Je relevais mon dos. Je me trouvais dans une salle encore sombre, et assez vide. En tournant la tête, j'aperçois mon équipement : la Cimeterre, mon épée, mon armure, mes vêtements... Peut-être que le maitre les avait laissé ici depuis le début. D'ailleurs, je dormais dans un... Comment ça s'appelle, déjà ? Un futon ? Je n'avais pas l'habitude de ces lits "au sol", mais je dois admettre que pour cette nuit, elle a été plus que confortable. Je bougeais un peu les bras, les mains, les jambes pour savoir si je marchais bien, et les apparitions de courbatures si fit sentir instantanément. Elles ne faisaient pas forcément mal... Mais ça me gênait un minimum. Ça m'étonne d'ailleurs que je ne souffre pas le martyr à l'heure qu'il est. Ma tête a aussi une sensation de libération, ou du moins, ma tête n'est pas engourdie... Un peu comme si j'étais parfaitement serein, reposer. Sans prise de conscience, sans pensée perturbateur, rien.
Je pris mon temps pour me lever totalement. Je remis mes affaires – nettoyés au passage – puis je sortis de la chambre. Je connaissais mieux le bâtiment depuis, mais je ne savais pas trop où aller... Oh, et puis qu'importe. Je peux tout simplement sortir prendre l'air frais. Je me dirigeai donc vers l'entrée, avec les terrains en dalles de pierres. On pouvait voir une trentaine de bambins s'amuser... Ils remarquèrent d'ailleurs ma présence, mais ils ne firent qu'un geste de la main pour me saluer. Ils ont dû s'habituer à ce que je sois ici désormais. Je les regardais... Ca me rappelait un peu mon enfance à Opale. Sur le coup, je me sentis bien vieux, mais c'est vrai que le temps où je me souciais de rien remonte à bien loin.

"Les enfants sont merveilleux, non ?"
-Hum... Chacun ses vues, mais on peut dire ça, oui.

Chang me rejoignit entre temps, pendant ma petite période de réflexion. Ce qui me fait penser que je ne sais pas comment s'est terminé notre combat hier...

-... Comment ça s'est terminé, hier ?
"Tu as été brillant. Tu m'as énormément surpris, tu sais. Tu m'as aussi fait peur."
-Hé hé... désolé. Mais bon, je n'ai pas réussi à vous mettre à l'eau...
"... Tu ne te souviens pas de la fin ?"
-Pas vraiment, non. Qu'est-ce qu'il s'est passé ?

Le maitre mit un temps avant de reprendre la parole, et de se décider à le dire.

"On était en train de réaliser l'attaque finale. Ton canon me touchait presque, mais je résistais avec le mien. Ce moment de résistance dura plusieurs secondes... jusqu'à ton explosion."
-Une explosion ?
"Une explosion de tes pouvoirs. Tu as, en un instant, relâché tout ton potentiel. Ton canon et sa puissance s'en sont retrouvés doublés... Et je n'ai pu le contenir."
-... Comment ? Comment ça se fait ? Vous me dites la vérité ?
"Bien sûr que je te dis la vérité ! S'exclama le moine. Tu as un potentiel énorme, je te l'ai déjà dit. Mais tu as encore du mal à l'exploiter. Avec plus de temps, je t'aurai appris à le maitriser, mais..."
-Oui... Je vais bientôt partir. D'ailleurs, je ne vais plus tarder...
"... As-tu encore assez de temps pour apprendre deux-trois dernières petites choses ?"
-Oui, je ne suis pas si pressé que ça. Et puis, je suis certain que mes compagnons se débrouillent bien.
"Très bien. Dans ce cas, reprenons notre discussion d'hier, veux-tu ?"

Chang me remémorait du cours d'hier, à savoir les natures de la magie, comment elles marchent... Je n'avais pas oublié ces paroles, mais une petite révision ne fait pas de mal. Il termina avec les magies doubles, puis continua sa lancée.

"Maintenant, passons à quelque chose que je ne t'ai pas dit la dernière fois. Il existe, dans cette magie, deux éléments assez particuliers. Il s'agit de la lumière et des ténèbres. Elles sont assez difficiles à expliquer, et certains points restent à découvrir, car très peu de personnes ont pu avoir cette magie... Mais d'après ce que je sais, ce pouvoir peut dépendre de l'âme de la personne."
-Quoi ? Je ne comprends pas trop, là...
"Pour faire simple, on peut dire que si l'âme de la personne est pure, elle est de lumière. A l'inverse, elle est de ténèbres. Aussi, plus l'âme de la personne est accentuée, plus l'aura de lumière ou de ténèbres de la personne devient visible. Mais en ce qui concerne les pouvoirs... Pour moi, cela reste un mystère."
-Il y a si peu de ce genre de pouvoir ?
"Malheureusement... Et heureusement aussi, d'un autre côté. Il existe ensuite des légendes sur les apparitions de ces "élus", mais je n'y crois pas. La lumière ou les ténèbres doivent surement s'obtenir d'une manière ou d'une autre... Mais on ne peut n'en avoir qu'un des deux."
-Vous me jugez de quel côté, aussi ?
"Hum... Tu es plutôt une personne de lumière, je dirai. Mais quelque chose te conduit à être dans les ténèbres... Après tout ce que je sais sur toi, bien entendu."
-Je vois...
"Je suppose que tu en sais presque assez maintenant. Il me reste plus qu'une dernière chose qui pourrait très surement te servir à l'avenir... Tu as ton épée sur toi, non ?"
-Je l'ai, oui.
"Tu peux me le passer un instant ?"

L'air interrogateur, je lui passai mon épée simple. Sur le coup, j'avais compris qu'il voulait me montrer une nouvelle technique, mais avec une arme ? Quel rapport avec la magie ? La lame en main, Chang se tenait droit sur la place. Il plaça la pointe de l'arme en l'air, puis de l'autre main, fit glisser son index et son majeur de la garde au bout de la lame.

"Savais-tu que les objets avaient une âme ? Elle est certes différente de nous qui sommes vivant, mais si on peut communiquer avec l'âme de l'objet, on peut lui transmettre nos pouvoirs en lui afin qu'il puisse nous aider dans toutes les situations."

Dès qu'il avait atteint le bout de l'arme, celle-ci se mit à rougeoyer, jusqu'à devenir de couleur ardente. La lame laissait transparaitre des petits crachas de flammes à travers la lame brûlante. Il avait... il avait insufflé sa magie dans l'épée ?!
Le moine pointa l'arme en l'air. Une flamme sortit ensuite, mais en fine quantité. La flamme continua son allonge, jusqu'à prendre forme d'une spirale... puis le maitre refit un mouvement vers le ciel. Une énorme boule de feu jaillit de la flamme, se faisant prendre par le filet de feu. Le feu finit par s'éteindre rapidement dans les airs.

"Il est assez difficile de communiquer avec son arme, mais je suis sûr que tu y arriveras plutôt facilement. Aussi, faire ceci te permettra de mieux manier la magie. L'objet, si bien entretenu, fera de son mieux pour t'aider à manipuler la magie que tu lui as voulu insuffler."
-... Je peux essayer ?
"Bien sûr. Tiens, ton épée."

Il me tendit mon épée simple, que je repris. Puis je pris place avec mon arme. Sur le coup, je me demandais comment j'allais réussir à lui donner ma magie... Il parlait d'âme, tout à l'heure. Je me demande si c'est la même sensation que j'ai lorsque j'appelle la magie. Je me concentrais alors, à l’appel de la magie. Ces boules sont encore réapparues, et se rapprochèrent vers moi… jusqu’à dévier la trajectoire vers l’arme. Auraient-elles compris ce que je voulais ? Pourtant, je ne crois pas que ce soit moi qui leur en ai donné l’ordre... Puis j’ai vu. Mon arme commençait à luire sous mes yeux, à se modifier corporellement. Il devenait une sorte de feu "matérielle", que l’on était capable de tenir dans ses mains sans se brûler, et qui pourtant pouvait se déverser sans aucune gêne aux endroits qu’il souhaite. Il est assez difficile de décrire ce que j’ai sous les yeux… Mais je suppose que c’est une réponse de l’objet qui vient de recevoir la magie. Est-ce son "âme", comme a dit Chang ?
La réalité me revint en moi. Mon épée reluisait juste un éclat de vent autour de la lame, et ma main droite était posée sur le bout de la lame. J’avais réussi… Je ne sais pas trop comment, mais je l’ai fait. Je pointai mon arme en l’air, avec pour volonté de relâcher toute la magie d’un coup. Ma lame répondit à mon souhait, et expulsa l’air contenu en lui, redevenant une simple lame.

"Tu m’impressionneras toujours autant ! dit le maitre suivi d’un rire. Même si je m’y attendais… hé hé !"
-Et bien, je n’ai pas fait grand-chose, vous savez…
"Tu as quand même réussi. Par contre, je dois te prévenir…"
-Qu’est-ce qu’il y a ?
"N’abuse pas trop de cette capacité, reprit-il d’un ton plus sérieux. Sinon, tu risqueras d’en souffrir. Et si c’est à la tête, et non dans tout le corps, tu devras redoubler de prudence. Il nécessite quand même un minimum d’efforts pour l’employer…"
-Je retiendrai ce conseil.

Un petit silence s’installa dans la cour. Les enfants avaient changé d’endroits depuis un petit moment, et le vent souffla assez fort. Le temps est venu pour moi de partir. Je m’inclinais respectueusement devant le maitre qui m’a logé, nourri – bien que je n’ai pas détaillé ces moments avec tous les élèves et que l’on mangeait autour d’une grande table – et entrainé alors qu’il a deviné mon but…

-Merci pour tout.
"Il m’est été un honneur d’avoir pu t’entrainer, chevalier. Maintenant, va retrouver tes compagnons, réaliser tes rêves. Tu n’es plus mon apprenti désormais."

Il me tendait son bras que je le pris aussitôt avec le mien. Il m’a salué comme un chevalier… Depuis quand… ? Oh, et puis zut, ce n’est pas très important finalement. Je me retournai, puis je quittai les lieux. Au revoir, Chang.


Dernière édition par donfeuxvideo le Mer 11 Avr - 19:28, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
donfeuxvideo
Admin
Admin
avatar

Messages : 289
Age : 22
Localisation : Perdu dans les abysses de Blobzone...

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Dim 25 Déc - 4:22

-----------------------------------------------------------------------------

La descente des Monts Argkents fut un défi que j’ai relevé haut la main, bien que longue et harrassante. Pendant ma traversée, je m’entrainais à voler, comme Chang l’avait fait pendant toute l’allée. Pour le moment, j’arrive à planer, mais j’excelle plus dans l’accélération. Aussi, j’ai rencontré deux-trois monstres des lieux, avec qui j’ai pu me dérouiller de mon maniement à l’épée. Je me retrouvais maintenant dans une plaine énorme, avec à ma droite une forêt pas aussi grand que la plaine, mais qui ne lésine pas non plus concernant sa taille. J’étais bien dans les plaines de Faromis. Le village se trouvait un peu plus loin, mais je suis dans les temps. Le coucher du soleil s'affichait,laissant une très belle image d'un ciel orangé éclairant la plaine jusqu'à l'extrémité de la forêt... Qu’est-ce que ?!
Une vive lumière s’émergea près de la forêt. Et un monstre de taille gigantesque apparut. Je me rapprochai de l’endroit, jusqu’à entrapercevoir deux silhouettes… qui s’affrontaient contre cette abomination ? Ne me dites pas que… Et si, c’était bien Luke et Dart. Bon sang, où ont-ils trouvé une chose pareille ? Je n’ai pas le choix, je vais devoir me presser…
Avec mes pouvoirs de vent nouvellement acquises, je me dirigeai contre cette chose visible à des kilomètres, surtout en surface plane ! Le combat faisait rage au loin, mais il semblait que ses compagnons était plus dans l’embarras qu’autre chose. Misère, pourvu que j’arrive à temps ! Si il refaisait cette "lumière"… L’approche fut très rapide. Alors qu’il atteignait son but, Une épaisse couche de fumée apparut, et Dart tomba. La chose commençait à s’illuminer en un point… Et merde ! Dart n’arrive pas à bouger, Luke est trop loin, je ne peux pas le chercher… Il ne me reste plus qu’à le forcer à lui changer de trajectoire. De mon vent, je me propulse au-dessus de lui. Puis, en l’air, j’emmagasine l’air… énormément d’air. Pour faire basculer le monstre, je ne vais pas y aller par quatre chemins. L’air contenu, je l’expulse d’un coup de mes paumes, droit sur l’abomination. Mon attaque a eu pour effet de le faire basculer à l’avant… Et son rayon se déchargea dans de la terre. J’ai sauvé Dart. J’atterris non loin d’eux. Comme je m’y attendais, une réplique se fit entendre.

- Hé, tu pouvais pas arriver plus tôt, toi ? Ça commençait à sentir le roussi !
-… Comment vous avez fait pour avoir affaire à un truc pareil ?

Cette voix, c’était bel et bien Dart. Toujours empreint d’humour, il va bien. J’étais bel et bien entré dans le combat, et au bon moment. Avec mon aide, on va lui faire sa fête ! Je me relevais et regardais le monstre, quand j’entendis une appellation de technique tout à fait inconnue pour ma part.

"Foret du démon !!!!"

Un claquement se fit entendre jusqu’à mes oreilles et à celles de Dart. Un craquement se suivit avec la chute du panneau en os et de l’épéiste. Ca alors, il n’a pas lésiné depuis que je suis parti ! On s’est bien endurci depuis, et on peut le remarquer rien qu’à sa vue. Dart, à côté de moi, réagit très vite après l’attaque de Luke.

- Falcon, empêche-le de bouger, grouille !

Il me demande une telle chose ?… Très bien, j’accepte ce défi. Je lui répondis d’un mouvement de tête, j’avais besoin d’énormément de concentration. Surtout après ma première offensive qui m’a pas mal fatigué… Il est temps de voir ce que mon entrainement m’a apporté.
Je dégainai la Cimeterre. Ca faisait un petit moment que je ne l’avais pas utilisé, mais je me rappelle de sa force. J’espère qu’il m’aidera dès maintenant… Ma main glissa sur la lame en même temps que je lui donnais de la magie. Arrivé à son bout, ma lame était prête à être utilisé. D’un geste circulaire, j’envoyais mon ondulation de vent en son abdomen, jusqu’à le toucher. Au contact… L’ondulation entailla l’abdomen. Je n’avais pas prévu ça… Mais c’est le moment !
L’ondulation, à ma volonté, se dispersa en plusieurs filaments d’air, qui entoura et serra les membres du monstre par son centre toujours accroché en son centre, au point qu’il semblait simplement vibrer dans les airs. Je me devais de résister à la fougue du monstre, qui avait une force incroyable. Mais j’avais la Cimeterre avec moi, il ne pouvait plus rien faire. Seulement, il faut que je tienne désormais… Dépêche-toi, Dart !

- C’est pas tout à fait ce que j’espérais, mais ça devrait le faire !

Il n’est pas culotté, dis donc… Je doute qu’il puisse faire de même. Je ne vais pas tenir longtemps, alors essaie de comprendre la chose que je viens de faire et qui m’épuise grandement ! Je fermai les yeux. Je n’avais pas besoin de connaître la fin de ce combat. Seulement, retenir un tel mastodonte… Misère. J’en bave. C’est presque terminé, Dart et Luke l’ont quasiment fini, je le sens…
Je le sentis, effectivement. L’odeur de matière organique en combustion. Je suppose qu’ils ont fait de sa tête un bouilli… Je peux le lâcher. Les vents qui le retenaient disparurent, laissant le colosse chuter.
En baissant mon arme, je rouvris les yeux. Mes hypothèses se révélèrent vrai. Par contre, Dart semblait à bout de souffle. Luke par contre se tenait toujours sur ses deux jambes… J’ai pu intervenir à temps. Mais bon, avec ce que j’ai fait…
Ma tête m’a fait mal. Tellement mal que j’en suis tombé. Atroce. Cette douleur, si vive… Je comprends maintenant ce que disait Chang, concernant cette technique. Heureusement, il n’a duré qu’un instant… Tant mieux.

-Bon sang. Je n'y suis pas encore habitué, à ce genre de tours...

Relevé, je rejoignis Luke. Enfin, nous pouvons souffler…
Revenir en haut Aller en bas
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Dim 8 Avr - 22:39

Une heure s'est écoulée.
Falcon vient de terminer son long récit, sans avoir été interrompu une seule fois par son petit auditoire. Dehors, par la fenêtre toujours fermée, le soleil commence à s'élever vers la voûte céleste. Il doit être aux alentours de dix heures du matin, à présent ...

Falcon souffle. Cette longue histoire l'a épuisé verbalement. Mais au moins, ce partage d'histoire lui a donné un petit plaisir qu'il n'avait pas ressenti depuis toujours. Le chevalier regarde désormais ses compagnons, prêt à s'attendre aux commentaires. Dart, sans plus de préambules, hoche la tête et annonce le cours de ses pensées.

- Je confirme ce que ton "maitre" t'as affirmé. Tu es doué. Peu de gens maitrisent la magie en deux ou trois jours, et encore moins les enchantements d'armes, même temporaires.
-Oui, certes. J'en suis le premier surpris, encore maintenant. Je connaissais déjà un minimum le système de magie, via mon éducation au Royaume d'Opale, mais je ne m'attendais pas à le produire ! J'espère que j'en ferai bon escient, ensuite.

Luke quant à lui semble avoir tout écouté avec grande attention, passionné par l'histoire de Falcon. Du moins, c'était le cas jusqu'à dix minutes. Car à ce moment-là, son expression faciale a changé subitement, devenant plus froide. Il a cependant tout écouté jusqu'au bout.

"Ainsi, t'as donc appris à utiliser la magie, résume-t-il. J'avoue que je ne m'y serais pas attendu ..."
- Moi non plus Luke, mais bon, nous avons tous notre lot de surprises, et j'avoue que celle-ci est agréable.

Le guerrier se tourne vers Falcon, et lui tend la main.

- J'aimerais bien te défier, un de ces quatre, ce serais un entrainement bénéfique pour nous deux. Par contre, je m’excuse d'avance, je risque d'être un peu bourrin sur les bords !
-Hé ! J'ai encore des progrès à faire avant ! Mais je ne suis pas contre ! Ahah !

Le guerrier et le chevalier éclatent d'un rire franc, de telle sorte que cette bonne humeur détend l'atmosphère, sous les poignets des deux jeunes hommes qui se serrent mutuellement. Comme d'habitude, Luke s'en fiche pas mal, et se contente de rester silencieux dans un coin de la chambre, dans lequel il s'était déplacé à son changement de comportement. Il attend, les bras croisés, que les événements se passent.


Après ces derniers débats et paroles échangées à propos de l'histoire de Falcon, il est temps pour les trois aventuriers de faire le bilan. Et une fois le silence revenu, voyant que tous les sujets avaient été abordés jusqu'à présent, le jeune épéiste au regard aigu prend la parole.

"Bon, c'est à moi de parler maintenant. Pour résumer, faut donc qu'on trouve un dragoon en puissance dans ce village, et Falcon a appris la magie. C'est bien joli tout ça, mais y'a certaines choses dont je dois aussi vous parler, à propos de Faromis ...

Luke semble réclamer tacitement l'attention de ses compagnons. L'épéiste d'Opale l'écoute avec attention, tandis que Dart hoche silencieusement la tête, montrant qu'il est prêt à écouter.
Enfin, le jeune garçon à la bure noire se décide à parler.

"Vous devez déjà savoir que ce n'est pas mon premier passage ici, d'ailleurs l'aubergiste me connaît bien. Si je nous ai fait passer par ici, c'est pour venir voir une autre personne que je connais peut-être moins, mais dont j'ai beaucoup entendu parler. Et je vous demanderai de ne pas me suivre pour aller la voir, ça vous va ?"
- Te pète rien pendant qu'on a le dos tourné, je me sentirais coupable...

Dart prononce bien sûr ces mots un grand sourire aux lèvres. Un humour qui ne semble pas atteindre démesurément l'épéiste de marbre.

"Bon. Par contre ... Il y a quelque chose qui m'inquiète. Quand nous sommes arrivés dans ce patelin ... Je savais déjà qu'il était pauvre et que c'est pas le meilleur lieu pour voler des aristo', mais en ce qui concerne l'état des locaux, c'est du neuf pour moi. La dernière fois, c'était quand même beaucoup plus tranquille."
- En effet, les habitants sont tendus...
"Les gardes à l'entrée nous auraient laissé passer en temps normal sans faire chier. Là, ça se voyait clairement qu'ils étaient stressés. Et pas seulement à cause de ce gros déchet qu'on a abattu dans la plaine."

Luke semble réfléchir pendant quelques instants, les yeux fermés. Cela se voit clairement que quelque chose le perturbe, un truc qui ne le réjouit pas démesurément.

"Et ajoutez ça à l'état des défenses du village. Elles étaient quand même en bien meilleur état avant, là c'est juste un gros gruyère. C'est pas la crue qui se déroule chaque année qui est responsable d'un truc pareil, même si c'est quelque chose de surpuissant. Et puis, la dernière s'est quand même déroulée il y a onze mois maintenant."
-Il y a onze mois... !

Falcon reçoit un choc. La date lui parait familier, mais pourquoi ? Il y a un an... Quelque chose s'est produit. Ou plutôt, quelque chose se produit depuis un an... Le chevalier farfouille dans ces pensées, et redécouvre... un journal.

-Ça ne peut être qu'eux...
"J'ignore ce qui se cache derrière tout ça, mais je ne pense pas partir d'ici avant de le découvrir, reprend le jeune homme qui n'avait pas entendu les mots marmonnés de son compagnon. L'attitude des locaux et les défenses du village ... Ça a été dégradé par des mains humaines, j'en suis persuadé. Encore faut-il savoir par qui."
- En effet, je suis d'accord avec toi. Si je trouve des infos pendant ma quête pour trouver le Dragoon, je te le ferais savoir. Et toi Falcon ?
- ... Vous aviez parlé de crue tout à l'heure. C'est quoi cette histoire ? J'ai bien vu une rivière sur les plaines de Faromis, mais vu comment vous en avez parlé, on aurait dit un désastre météorologique...
"Ça, c'est ce qu'on appelle le jour du déluge. Ça se produit une fois par an. Pendant trois-cent soixante quatre jours de l'année, c'est la sécheresse totale sur les plaines et sur Faromis, puis, le dernier jour, la pluie torrentielle s'abat sur la région. La rivière Kwai gonfle alors ... Et engloutit toute la plaine. C'est pour ça que le village est en majorité fabriqué sur pilotis : c'est le seul moyen pour que tout ne soit pas détruit chaque année."
-Je vois... C'est tout de même inquiétant. Si je comprends bien, le déluge se fera dans un mois, non ?
"C'est ça. On a de la marge."
-Ne trainons pas dans tous les cas. Il est temps de dégourdir nos jambes !

L'épéiste acquiesce, et se relève, ajustant ses katana à sa ceinture ainsi que son bouquin. Il attend que ses camarades le rejoignent, alors qu'il se dirige vers la sortie de la chambre. Dart se lève à son tour, faisant de grands moulinets avec les bras, à tour de rôle, pour réactiver la circulation sanguine. Le combat contre le vyrage semble avoir laissé quelques traces. Il est directement rejoint du chevalier, toujours enfoui dans ses pensées. Les trois guerriers sont désormais prêts à repartir.

----------------------------------------------------------

Un peu plus tard ...
Luke, Falcon et Dart se rendent au rez-de-chaussée de l'auberge. Il est dorénavant vers dix heures et quart. L'aubergiste est toujours à son comptoir, et les salue au passage, tandis que d'autres clients, rares et parsemés, sont installés à des tables autour. Ils doivent être arrivés lors du récit du chevalier.
Le jeune homme est sur le pas de la porte de l'auberge ancienne quand il se retourne, et s'adresse à ses compagnons encore à l'intérieur.

"Bon, j'y vais. Je préfère ne pas perdre de temps, je suis pressé. Hésitez pas à visiter le village et me dire si vous voyez quelque chose de bizarre, hormis cette histoire de dragoon."
- Je t'ai déjà dis que je rapporterais mes découvertes tout à l'heure ! Au fait... Bonne chance. Et sinon Falcon ? Tu m'accompagnes ou tu traces ta route ?
-Et bien, je n'ai pas grand chose à faire ici, je vais t'accompagner. Et puis, on ne sait jamais, si tu te fais agresser par ce "gosse", ce sera plus simple d'agir à deux et de le coincer.

Sur ce, le jeune homme sort de l'auberge, se dirigeant vers la partie du village bâtie sur pilotis de la rivière Kwai. Puis, à sa suite, Dart et Falcon partent à leur tour, peu de temps après ...

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.


Dernière édition par Lukeskywalker62 le Lun 9 Avr - 22:55, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
Lukeskywalker62
Admin
Admin
avatar

Messages : 239
Age : 23
Localisation : Dans une galaxie lointaine, très lointaine ...

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Lun 9 Avr - 1:02

Luke est sorti de l'auberge depuis quelques minutes maintenant. Ses pas le guident vers la rivière, d'où s'élève une mélopée de sons ruisselants caractéristique de ce village en déchéance. Le soleil monte dans ce ciel de matinée, donnant une certaine clarté aux lieux, mais peu de chaleur.
Les pensées du jeune homme sont perplexes. Ce qui se passe à Faromis l'inquiète réellement, et ça n'aurait pas été le cas s'il n'avait pas cette espèce de drôle de pressentiment depuis un bon moment, maintenant. Un mauvais pressentiment ...
Tout autour de lui, alors qu'il marche, les villageois semblent déprimés. Plus que ça, même, ils ont peur. Comme s'ils vivaient dans une crainte perpétuelle de quelque chose. Au loin, la grande porte de la muraille a été ouverte, et les deux gardes qui les avaient stoppés hier doivent être en poste. Dire que ce sont les deux seuls qui ont des armes respectables ...

Les bâtiments aussi sont abîmés. A l'image de la muraille. Ça se voit qu'ici, plusieurs bâtisses ont été mises à sac. Mais ... Quel en est l'intérêt ? Faromis est un village des plus pauvres qui puisse exister, ses habitants vivent dans des conditions à la limite du correct. Même l'auberge qu'ils ont prise est la plus luxueuse de tout l'endroit. Il n'y a ... aucun intérêt à s'en prendre à ses habitants ... Alors qui ?
Luke a des suspicions, mais elles sont parfaitement infondées, il le sait bien. Il n'y aurait aucun intérêt. Faromis ne présente quasiment aucune richesse ... Si ce n'est que la singularité de son climat tortueux.
A force de réfléchir l'esprit ailleurs, le jeune épéiste arrive enfin au premier ponton qui donne sur la ville sus-aquatique.

C'était une caractéristique de Faromis et ce qui rendait le village si particulier, et peut-être si intéressant. Les pilotis ... Au-delà de la rive, un ensemble très étendu de flotteurs de bois, composés de buches solides dans des aires de près de vingt-cinq mètres carrés chacun avec plusieurs variantes, supportait les habitations et les bâtiments de ce petit coin de vie. Le jeune homme est arrivé sur une plateforme flottante, sur laquelle est construite une petite maison en bois ; et le chemin qui en fait le tour, dans l'espace restant, donne accès à d'autres pontons vers de nouvelles plateformes. C'est comme ça que fonctionnent les rues de Faromis, ce qui fait qu'il est aussi facile de s'y perdre.

"Encore heureux que j'aie mes repères ..."

Ainsi, le jeune homme commence à marcher sur les îlots de bûches enlacées de cordes, navigant de plateforme en plateforme, vers l'endroit qu'il cherche. Il y a quelques passants aussi dans le village sus-aquatique : ils ont le même faciès que les précédents. A mesure qu'il progresse, Luke gagne en inquiétude. Qu'est-ce qu'ils ont, franchement ? Le jeune homme est arrivé sur un pilotis plus grand que les autres, offrant une longue ruelle de bois sur laquelle progresser. Il n'y a personne, là, par contre. Il marche vers la fin de la "rue", longeant un bâtiment de bois à côté, puis ...
Il s'arrête soudainement, brusquement interrompu dans sa marche. Son pied vient claquer contre les bûches attachées, tandis qu'il relève la tête, l'expression tendue. De la sueur a commencé à couler sur son front, il tremble légèrement, incroyablement stressé. Son sang bourdonne désagréablement contre les parois de ses tempes ...

Tout d'un coup, il flanque sa main gauche sur l'un des deux sabres suspendus à droite de sa ceinture, et se retourne magistralement vite. Tout ce qu'il peut voir est alors une grande colonne d'eau jaillir de la rivière à trois mètres de lui, dans un grand son de plongée, répandant des ondes circulaires à la surface de ses eaux calmes. Luke reste apathique pendant plusieurs secondes, les dents serrées et les yeux froncés, inhabituellement nerveux. Il voit alors les remous de l'eau progressivement se calmer, suite à ce phénomène démesurément trop proche pour qu'il soit naturel. A cet endroit-là ... Quelques secondes plus tôt ...
Le garçon, toujours la main sur la poignée de katana, s'approche prudemment de l'endroit où un truc vient de tomber à l'eau. L'expression tendue, il arrive juste devant cet endroit, qui n'est qu'à un mètre de la rive de bois. Il observe les fonds marins ... Il n'y a apparemment rien ... A part une forme étrange qui ondule, plusieurs mètres en-dessous ...

Puis, d'un coup, cette forme remonte vers la surface à toute vitesse. Luke extirpe son katana de son fourreau à célérité mach, et balance illico un coup dans l'eau.
Une ligne se trace dans l'eau de la rivière, qui se déforme sous l'impulsion, et la lame rencontre alors quelque chose ... qu'elle traverse. Un truc vivant. C'est alors qu'un liquide rouge commence, doucement, à se diffuser dans la rivière alors que l'épéiste retire son arme de celle-ci ... Et qu'un gros poisson ne remonte à la surface, tranché en deux, avant de replonger dans les profondeurs de la rivière sans jamais avoir pu rassasier quelqu'un.

"Hé !!"

Luke se retourne vers la voix. Quelqu'un vient d'apparaître de l'autre côté de la rue, là où il se dirigeait avant, et se dirige vers lui. Le garçon a l'expression confuse, où se mélange un sentiment de réassurance et d'incompréhension, tandis que l'homme qui arrive l'interpelle d'un ton légèrement énervé. Il est vêtu d'habits rudimentaires, et porte une canne à pêche sur l'épaule, qui n'est pas davantage qu'une vulgaire canne de bois attachées à un fil et un hameçon.

"Si vous voulez tuer du poisson, allez vous chercher une canne et pêchez plutôt que de le gâcher ! On crève assez de faim comme ça dans le village pour que vous puissiez vous permettre de jouer avec la bouffe, étranger !"

Luke aurait répondu d'un ton effroyablement glacial en temps normal. Mais à la place, il se contente de ranger sa lame rougie de sang et de s'excuser platement, reprenant confiance.

"Je suis désolé, je ne voulais pas faire ça ... Je peux vous chasser un truc pour me faire pardonner ?
- Ca ira, pas la peine d'en faire tant. Mais merci de pas recommencer, sinon vous aurez affaire aux gardes."

Sur ces derniers mots, le pêcheur reprend sa route, partant vers là où Luke est arrivé. Le jeune homme le regarde partir d'un air désintéressé, poussant un soupir de mépris. Ca lui aurait fait une belle jambe d'aller jouer les chasseurs ou les pêcheurs ...
Jetant un dernier coup d’œil à l'endroit où le poisson l'avait perturbé, le jeune homme reprend sa route à son tour.

----------------------------------------------------------

Un peu plus tard ...
Luke a pas mal progressé, revoyant partout un peu la même ambiance, avant d'enfin arriver à sa destination.

Il s'agit d'un nouvel îlot, sur lequel se dresse une petite échoppe. Cet îlot est à la périphérie de la ville sus-aquatique, ce qui fait qu'il n'y a pas d'autre plateforme derrière, rien d'autre que la rivière Kwai qui continue à travers les plaines de Faromis. Cette petite bâtisse de bois semble avoir aussi subi les ravages ... du temps comme d'autres actions vandales. A la vue du bâtiment abîmé, le jeune épéiste s'arrête, n'ayant pas encore franchi le ponton pour y parvenir. Il écarquille les yeux, n'osant pas croire ce qu'il voit.

( ♫ ) La boutique a un toit en ruines, et la pancarte qui était auparavant accrochée au-dessus de la porte dorénavant défoncée est maintenant gisante au sol, détachée de son emplacement originel. Luke s'avance sur l'îlot, alarmé par l'état du bâtiment qu'il a recherché jusqu'ici, étant venu de la cité de pierre pour ça. Les mots "Spécialiste en runes" sont désormais étendus par terre, attestant de l'inactivité de cette boutique ... Le garçon sent un sentiment de frustration l'envahir. Il a donc fait tout ce chemin ... Pour rien ?!
Il regarde à l'intérieur de l'échoppe, la porte n'existant plus que sous une forme de bois délabré à présent. Il n'y a plus rien, à part des meubles défoncés et des bouts de fer par terre. "Il" n'est pas là non plus. Il n'y a rien à voir ...

Déçu, le garçon sort de la boutique vandalisée, et voit une passante qui marche par là. Il ne perd pas de temps et s'empresse d'aller l'apostropher.

"Hé dites, vous ! Qu'est-ce qu'il s'est passé, ici ?
- Hum ?"

La femme s'arrête et le regarde, puis jette un œil à l'échoppe. D'un air vague, elle répond ...

"La boutique du vieil Armand a définitivement fermé après avoir été attaquée. Comme la plupart des autres commerces du village ...
- Rah, c'est pas vrai ... Mais qu'est-ce qu'il se passe, ici ?!
- Hé bien ... Depuis un long moment ... le village se fait mettre à sac par un gang inconnu ..."

Luke relève la tête, les yeux voilés. Ca s'annonce pas bon.
Visiblement, parler de ces événements produit un effet peu agréable pour la femme, qui semble vouloir s'éloigner de là le plus vite possible. Avant qu'elle ne remarque les armes du jeune garçon.

"... Si vous êtes venus pour Armand, c'est que vous êtes un guerrier, n'est-ce pas ?
- Ouais.
- Alors, s'il vous plait ... Faîtes quelque chose à propos de ça ... Nous en avons tous assez de vivre comme ça, c'est insupportable ...
- Tout ce que je veux, moi, c'est parler à cet Armand. Je veux avoir mon compte. J'ai pas envie d'être venu pour rien.
- ... Il ... Il s'est retiré dans les grottes au Nord du village. J'ignore s'il pratique encore son art, mais ... Mais si vous voulez lui parler, vous l'y trouverez là-bas ...
- Bon, merci. Si j'ai ce que je veux, je ferai ce que je peux à propos de votre village, mais ne comptez pas trop là-dessus. Au revoir.

Et sur ces derniers mots secs, le jeune homme s'en retourne vers le Nord du village. La femme le regarde encore un peu, comme s'il s'agissait d'une espèce de créature effrayante ... Avant de partir à toutes jambes, visiblement mal-à-l'aise dans cet endroit.


Il ne faut qu'un quart d'heure supplémentaire à Luke pour atteindre l'extrémité Nord du village, sortant de la zone de pilotis. Sur la nouvelle rive, le schéma est très similaire à celle de l'entrée Sud : des bâtiments de pierre, rêches et fissurés, marqués par les aléas des crues régulières. Il n'y a pas grand-chose de plus à dire, si ce n'est qu'une autre entrée est présente, en opposition à celle par où ils sont arrivés hier. Cette entrée, un portail maintenant grand ouvert, est elle gardée par un seul garde qui a une épée simple, et émoussée. C'est visible d'ici ...
L'épéiste se dirige donc vers l'issue de la muraille, sur laquelle guettent toujours quelques vigiles. Il sort alors du village, ignorant les avertissements du garde, qui le met en garde contre les dangers des plaines au-delà de ce point de passage.

C'est donc avec une marche décidée que Luke, armé de ses deux armes et toujours en possession de son éternel livre à la ceinture, se dirige vers les grottes souterraines de Faromis dans l'objectif de rencontrer le fameux Armand ...


_______________________________________

Suite de cette partie aux Steppes du Nord !

_________________

Mon Blog sur mon Blob
Schizophrène, Psychopathe, Fleur bleue, Ecrivain, Lukeskywalker62.


Dernière édition par Lukeskywalker62 le Lun 30 Avr - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://luke62.over-blog.fr/
youlit
Admin
Admin
avatar

Messages : 322
Age : 22

MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   Lun 23 Avr - 0:04

Dart conduit Falcon vers la maison du forgeron délabrée.
Avant que ce dernier ne puisse poser de questions, le guerrier rouge énonce les faits.

- Pour retrouver ce dragoon, je ne dispose d'aucun indice particulier, mis à part que mon âme de dragoon a commencé à réagir devant cette forge, après ma rencontre avec ce petit garçon. J'ai comme l'intuition qu'il est lié de près ou de loin au dragoon que l'on cherche, mais aussi à cette forge. Donc je pense que ce serais une bonne idée d'enquêter sur ce Garrick, au moins on aurais une base pour nos recherches.
-C'est vrai que le garçon parait suspect... Mais j'espère qu'on ne perdra pas de temps dans la forge. Avec un peu de chance, il trainera encore la-bas.

Le chevalier n'était pas encore convaincu des propos de son ami. La piste semble assez hasardeuse, après tout. Mais il approuva le fait d'enquêter en premier lieu à la forge. Peut-être qu'un indice les attendais patiemment dans le lieu de rencontre...
Les deux compagnons ne mettent que quelques minutes à atteindre le lieu désiré. La bâtisse à moitié ensevelie par le limon n'a pas changée depuis l'incartade de l'aube. Les villageois sont beaucoup plus actif maintenant que la journée a commencé, mais, première chose étrange que remarque le duo, quand un villageois passe devant la forge abandonnée, il s'éloigne le plus possible de l'autre côté de l'allée, comme si il craignait quelque chose.

- Je crois qu'un petit interrogatoire s'impose...
-Tant que tu ne les agresses pas, ça me convient.

C'est sur ses mots que Dart part à la rencontre d'un premier villageois. Il s’arrête devant ce dernier, et engage la discussion. Le guerrier rouge parle d'abord de tout et de rien, pour mettre le villageois en confiance, puis pose finalement sa question.

- Dites, vous savez ce qui est arrivé à cette forge ? On dirais que personne le l'hab...

Dart n'a pas le temps de finir sa phrase que le paysan part en courant. Étonné de la réaction disproportionnée de cet autochtone, Dart recommence à plusieurs reprises, obtenant toujours le même résultat. Au bout d'une vingtaine de villageois interrogés, un plus courageux que les autres prononça quelques mots avant de s'enfuir.

- Ce... lieu est maudit ! Eloignez-vous de cette forge !

Dart ne sait quoi dire devant ses réactions. Falcon, par contre, lui donne ses premières pensées venues à l'esprit.

-On a touché quelque chose. Ce lieu n'est pas net, et ça mérite une petite inspection, tu ne penses pas ?
- En effet, je crois qu'on devrais jeter un coup d’œil, mais prudence.

Le groupe s'approche de la bâtisse. L'entrée est condamnée par la boue séchée, mais les fenêtres sont encore praticables. Dart tends la main pour ouvrir l'un d'elles, quand il retire précipitamment son membre, sur le point d'être sectionné par une dague bleutée venue de sa gauche, très rapidement suivie par son propriétaire, toujours encapuchonné.

Le duo dégaine leurs armes immédiatement, puis ils se mettent en position de combat. Le petit encapuchonné pointe la lame de sa dague en direction de Dart et Falcon, puis prends la parole de sa voix enfantine, mais tristement mature.

- Partez, étrangers. Vous n’êtes pas les bienvenus ici. Je ne me répèterais pas.

L'enfant regarde ensuite à gauche, puis cours se cacher dans l'ombre d'un bâtiment. Plusieurs gardes arrivent dans les dix secondes qui suivent, regardant la scène. Le groupe de quatre gardes en côtes de mailles usées n'osent plus rien dire pendant une trentaine de secondes, jusqu'à que l'un d'eux ne brise le silence.

- Encore le Démon...

Dart, interloqué par les propos du garde, est sur le point de demander des précisions quand une voix forte et bourrue se met à retentir à la manière du tonnerre.

- NON MAIS C'EST PAS VRAI ! VOUS ALLEZ PAS NOUS RESSORTIR SES HISTOIRES DE DÉMON A LA NOIX ! BANDE DE MOLLUSQUES SUPERSTITIEUX ! RETOURNEZ A VOTRE POSTE, ET QUE CA SAUTE !

Associé à cette voix, un homme de deux mètres de haut arrive d'une petite cabane à côté de la grande porte. Contrairement aux autres gardes, cet homme porte une armure en parfait état, et qui malgré de nombreuses tâches de boue séchée, brille d'un éclat bleuté, similaire à celui de la dague de l'encapuchonné. Dans son dos, accrochée à de simple lanières, se trouve une immense épée, faisant la taille de Luke en longueur, et presque sa largeur, et aussi faite de cet étrange matériau. Une épais assemblage de moustache et de barbe brune cache en partie un visage légèrement ridé, recouvert au sommet par une épaisse toison de cheveux de la même couleur.
Ce géant de l'espèce humaine semble actuellement dans une fureur noire, et trois des quatre soldats retournent en courant vers leur postes respectifs, le dernier garde, le plus bavard, reste, une lueur de crainte dans le regard.

- Chef, vous portez encore cet équipement maudit...

- MAUDIT DE MES COUILLES ! PUTAIN, TOUT CE QUI EST SORTI UN JOUR DE CETTE FORGE, VOUS LE CONSIDÉREZ COMME MAUDIT, DIABOLIQUE ! VOUS AVEZ QUE CA A LA BOUCHE ! MÊME CE PAUVRE GOSSE VOUS LE DIABOLISEZ ! C'EST JUSTE UN PAUVRE ORPHELIN !

Après son court monologue de hurlements, le géant reprends d'une voix plus calme, mais non dénuée de colère.

- Retourne à ton poste Sam, et ne parle plus de Garrick ou tout ce qui est lié à lui de cette façon, où je te promet que tu ira combattre les brigands à poil. Et armé d'un cure-dents.

Prenant la menace très au sérieux, je garde détale en courant vers sa position d'origine.
Ignorant le duo laissé dans l'interrogation, le colosse s'approche de la bâtisse abandonnée, puis frappe du poing le limon séché en signe d'impuissance.

- Désolé, mon ami. Je n'arriverais pas à empêcher les villageois de salir ton nom, ils sont trop superstitieux. Mais pour moi, tu restera à jamais mon meilleur ami, vieille charogne.

Des larme aux yeux, le géant sors alors une bouteille d'alcool, visiblement très âgée. Il dépose deux gobelets en fonte devant la bâtisse, les remplis, puis prends l'un d'eux.

- Santé, vieux frère.

Il boit son gobelet.

- J'espère que de là ou tu es, tu peux pardonner à cette bande d'abrutis.

Au bout de quelques minutes, le colosse vide le second verre, reprends ses affaires puis se lève. C'est à ce moment là qu'il prends en considération Dart et Falcon.

- Veuillez m'excuser de vous avoir fait assister à tout cela. Je suis Godrick, techniquement le chef de la garde protégeant ce patelin remplis de buses superstitieuses.
-Enchanté. Je suis Falcon, chevalier d'Opale, et voilà mon ami Dart. Nous cherchons quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Si vous pouvez nous aider...

Le guerrier d'âge mûr fronce les sourcils.

- Vous cherchez quelqu'un, hein ? Et pourquoi vous tournez autours de cette bâtisse alors ? Pour trouver quelqu’un, c'est le pire endroit ! Ici, tout le monde évite cette maison, mis à part les fous, les suicidaires, les ignorants... et ce pauv' gosse.

Dart prends la mouche.

- Pauv' gosse, pauv' gosse, il a bien failli m’étriper à deux reprises, votre pauv' gosse !

Godrick prends soudain un air surpris, puis éclate d'un rire extrêmement sonore. Il s'arrête pendant quelques instants, le temps de placer quelques paroles.

- He ben, vous devez être spécial comme gars ! J'ai jamais vu le gosse donner deux coups de semonces !
Généralement, c'est un seul, ou pas du tout quand il est de mauvais poil ! Il doit bien vous aimer, où il doit être plutôt joyeux !
- Ha parce que là il était de bonne humeur !? J'ai failli avoir la viande à l'air, moi... Mais pourquoi vous riez comme ça ?

En effet, le guerrier s'est remis à rire de plus belle. Le chevalier commence à perdre patience...

-... Vous pouvez répondre à notre question ? On ne va pas y passer la journée.

Le géant s'arrête de rire.

- Ouais, d'accord, laissez moi juste un instant pour goûter au peu d'espoir que vous m'avez inspiré... c'est bon.

Godrick prends un visage souriant et bourru, puis, pose la question qui fâche.

- Je vais vous aider, mais... vous cherchez qui exactement ? Je connais tout le monde dans le coin mais si vous me donnez pas d'indices, ça va être dur !

Le duo se regarde, dans un certain embarras.

- Ben... justement, on sait pas. Le seul indice qu'on à, c'est qu'il est dans le coin...
- ...Attendez, vous être en train de me dire... que vous ne savez même pas qui vous cherchez...

Le guerrier en armure bleutée s'avance vers les deux compagnons, écarte les bas, et avant qu'aucun ne puisse réagir, leur administre une claque magistrale à chacun derrière la tête.

- BANDE D'ABRUTIS !

L'épéiste d'Opale a lâché un petit "aïe" avant de poser sa main sur son crâne à l'arrière. Cette journée risque bien d'être difficile, pense-t-il suivi d'un soupir. Il ne s'attendait pas à recevoir une claque alors qu'il accompagnait simplement Dart pour la recherche. Il redresse sa nuque, regardant le bonhomme responsable de son petit mal. Dart quand à lui, ne crie pas "aie", mais sent tout de même le coup passer. "Et après les courbatures, les migraines..." pense t'il.

-On n'a pas terminé. On a quand même un moyen pour trouver cette personne.
- Vous m’intéressez là. Comment vous comptez vous y prendre pour trouver une personne que vous n'avez probablement jamais vue ?

Le combattant à l'armure rouge brisée tousse de façon légèrement exagérée pour attirer l'attention.

- Ça, c'est moi qui vais y répondre.

Dart sort de l'une de ses poches son fragment désormais à moitié complété d'âme de Dragoon. Elle se met immédiatement à luire, mais la lumière du jour rends cette lueur un peu plus supportable que dans la chambre de taverne.

- Vous voyez cette pierre ?

Le guerrier rouge met sa seconde main dans sa poche, et en ressort, à la surprise de Falcon, une seconde pierre, complète celle-ci. A la différence de la pierre habituelle du guerrier, celle-ci brille d'un éclat grisâtre, terne.

- Quand cette gemme-là prendra une teinte violacée, j'aurais trouvé celui que je cherche.

Garrick observe quelques instants les deux pierres, intrigué, avant que Dart ne les remette dans sa poche.

- He ben mazette... ça a pas l'air d'être des cailloux en soldes... Mais bon, pourquoi croyez-vous que vous trouverez devant cette maison votre homme ?
- Je ne sais pas. On recherche ici car les gemmes ont réagis devant cette bâtisse. Donc la personne que l'on recherche est sans doute quelqu'un qui passe dans le coin.

Godrick prends soudain un air pensif.

- Hum... votre recherche est drôlement facilitée, si vous cherchez quelqu'un qui passe dans le coin, car en tout et pour tout, il n'y a que deux personnes dans ce patelin qui passent près de la forge de Garrick. Le gosse... et moi-même.

Dart, fronce les sourcils, et deviens très pensifs lui aussi.

- Monsieur, tendez vos mains.

- ...Hein ?
- Vous n'avez pas besoin de comprendre de suite. Tendez vos mains, paumes vers le ciel. Je dois vérifier quelque chose.

Le colosse, s’exécute, méfiant. Dart sort de sa poche de nouveau la pierre complète, puis la pose dans les paumes de Godrick. Plusieurs secondes passent, mais rien ne se passe. La pierre reste terne. Le combattant à l'armure brisée reprends son bien, encore plus pensif.

- Peut-on m'expliquer ce qui se passe, là ?
- Maintenant, si les informations que vous m'avez données sont exactes, il y a de fortes chances pour que la personne que je cherche soit cet enfant.

Le géant prends soudain un air très sévère, et met la main sur le pommeau de son épée démesurée. Instinctivement, Dart se met sur ses gardes.

- Si c'est bien ce gosse que vous cherchez... j'ai besoin de m’assurer que vous n'êtes pas des "chasseurs de monstres, de démons" et autres conneries du genre. Si c'est le cas... je vais être dans l'obligation de vous empêcher d'aller plus loin, et je vous recommanderais vivement de quitter ce village aussi vite que vos jambes peuvent vous porter.

Dart recules de surprise devant le ton abrupt et les propos du colosse. Néanmoins, il se ressaisit vite, comprenant qu'il évitera des ennuis si il convainc Godrick de ses bonnes intentions.

- Je ne suis pas un chasseur de monstres ou de démons, si cela peut vous rassurer. De toute façon, dans les environs, mis à part le gros monstre qui nous a coursés hier, et les brigands que vous avez cités, il ne semble pas avoir grand chose de maléfique. Mais quel est le rapport avec ce gosse ?

Dart à volontairement omis de dire que le monstre en question s’appelait un Vyrage, pour éviter de paraitre suspect. D'un discret signe de main, il demandes à Falcon d'en faire de même. Le colosse regarde intensément les yeux du combattant à l'armure brisée, puis détends un peu sa prise sur le pommeau de son arme.

- ...Hum. Tu ne semble pas mentir et ton regard est sincère. Mais qu'en est-il de ton compagnon ?
-Je ne suis qu'un simple chevalier d'Opale, ce n'est pas dans mes habitudes de faire le contraire de mon travail. Mais cela m'intrigue... Vous portez pas mal d'affections pour cet "orphelin". Quelque chose de spécial vous relie pour que vous vous comportez de cette manière, sans être indiscret ?

Aussi simple soit-elle, la question posée par l'épéiste fait arguer les sourcils du grand homme. Il relâche malgré tout totalement sa prise sur son arme, et croise les bras.

- Vous ne semblez pas être des chasseurs, et n'avez totalement aucune idée de pourquoi je suis aussi protecteur. Donc personne ne vous a mis au courant. Tant mieux. Il faut qu'on discutes, et dans un endroit à l’abri des regards. Suivez moi.

Il commence à prendre la direction des premières battisses sur pilotis, puis se retourne.

- Et ce n'est pas négociable.

Les deux compagnons suivent alors le colosse, n'ayant de toute façon aucune envie de lui faire faux bond. Falcon et Dart attendent des explications, et ils espèrent qu'elle vont rapidement arriver.
Au bout de plusieurs minutes de voyage interminables entre plusieurs de pontons entremêlés, le groupe arrive devant une bâtisse, qui contrairement aux autres maisons du village, toutes délabrées, semble encore intacte.

- C'est ma maison, et aussi le lieu le plus défendu de tout le village. Vous comprendrez plus tard pourquoi.

Il entre dans la bâtisse, puis, quelques instants plus tard, des éclats de voix se font entendre. Une dispute semble avoir éclatée dans la demeure, mais semble vite s'achever. Quelques instant après que les éclats de voix se soient tus, Godrick reviens au pas de la porte.

- C'est bon, vous pouvez entrer.

Les deux compagnons acceptent de pénétrer dans la demeure, qui ressemble à une maison des plus spartiates, avec une chambre sur la gauche, et une "salle de vie" sur la droite. Le colosse semble plutôt se diriger vers le fond du couloir principal, qui finit en cul-de-sac, enfin à première vue.
Le géant en armure prends du bout des doigts, un minuscule interstice entre deux planches du mur, et rabat ses planches sur le côté, dévoilant une ouverture. Dans cette ouverture, se trouve un espace à peine assez grand pour laisser passer un homme, et a au sol, un mystérieux cercle d'acier, dont tout l'intérieur brille d'une étrange lumière verte.

- Je ne sais pas si je fait bien de vous montrer ce que vous allez voir, mais j'ai décidé de vous faire confiance. Je vais vous expliquer comment ça fonctionne...
- Je sais déjà m'en servir, merci.
- ...hein ?
- Laissez tomber pour l'instant, ça attendra vos explications, une fois de l'autre côté.

Dart pénètre dans le cercle, l'esprit encombré de questions.

*- Qu'est-ce qu'il fout avec ça ? Se procurer un téléporteur Volien est de l'ordre de l'impossible... rien qu'un modèle basique comme celui là vaut un palais en or massif !*

Sous l’œil étonné de Falcon, et celui suspicieux de Godrick, le guerrier rouge disparait au bout de quelques instants dans une lueur verte.

- Vous allez me devoir quelques explications vous aussi.
-Et vous maintenant. Par rapport à mon ami de voyage, je ne sais pas du tout comment cette... chose marche. Il suffit juste d'entrer à l'intérieur du cercle ?
- C'est un peu plus compliqué, je vais te montrer.

Après une rapide explication du fonctionnement de ce dispositif, Falcon et Godrick disparaissent tour à tour dans l'appareil.
Revenir en haut Aller en bas
http://les-dragoons.forums-actifs.com/forum.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Village de Faromis   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Village de Faromis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récits de la bataille au village orc (Trépas d'Ogrim)
» UN VILLAGE ORK BADMOON POUR LA DCA 2009
» Le vieux village et son temple abandonné
» luciole et kaval au village :°)
» le village Bad Moon devient une ville !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
COMMUNAUTE ANCIENNE DE BLOBZONE :: L'Épopée -- Zone Roleplay ! :: L'Épopée-
Sauter vers: